Weekend romantique de soumission

“Bien sûr”, tu m’as envoyé un texto.

C’était un mot simple, sans fard, mais en l’occurrence, chargé miraculeusement de l’étoffe d’une exaltation totale.

J’avais organisé un voyage à la montagne sous un prétexte avec l’espoir de te voir pour la première fois. C’était une chose très adulte, ai-je réfléchi pendant le vol. Je veux dire qu’il y avait diverses dispositions à prendre, des hébergements à réserver, une garde-robe à préparer, etc. Ce n’était pas quelque chose qui se faisait sur un coup de tête. Ce n’était pas quelque chose qui se faisait sur un coup de tête. C’était étrangement, automatiquement sérieux. Et pourtant, ce que je ressentais intérieurement était tout à fait puéril. À savoir : J’ai fait de la gym, j’ai couru 80 km par semaine, j’ai arrêté de boire. Pendant longtemps, rien de tout cela n’a eu d’importance, mais maintenant, je voulais absolument t’impressionner – peu importe ce que cela signifiait.

Il était prévu que j’aille voir des amis et que je prenne quelques jours de plus à Samoëns, en principe pour faire du ski. En fait, nous avions prévu de nous retrouver là-bas, de dîner et ensuite… Qui sait, honnêtement. J’avais été jusqu’au bout de mes nerfs en proposant même le voyage. Mais je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer. J’ai juste décidé que quoi que ce soit, je prendrais quelques jours pour le faire. Si ça ne se passait pas bien, j’aurais quelques jours pour me ressaisir avant de rentrer à la maison. Si ça se passait bien… Eh bien, bon sang. Je n’en avais aucune idée.

Les jours passés ont été ténus, atroces même. C’était la fin de l’automne et j’ai fêté Noël (avant l’heure) avec mes amis que je ne reverrais pas d’ici l’année prochaine, j’ai fait un sommet hivernal sur la chaîne frontale et j’ai essayé tant bien que mal de ne pas penser à ce qui allait suivre.

En traversant les cols, j’étais reconnaissant d’avoir fait des folies en achetant une Range Rover. Les routes étaient un cauchemar et tout le monde s’arrêtait pour faire de la chaîne. Pendant tout le trajet, j’ai craint que tu ne puisses pas venir. J’avais proposé ce lieu parce que je pensais que ce serait romantique, mais je maudissais maintenant ce choix.

Je suis arrivé en milieu d’après-midi et je t’ai envoyé un autre message pour vérifier que tu allais bien. Tu m’as répondu que oui, en fait, tu allais bien et que tu avais passé la journée à skier avec des amis et que tu me verrais ce soir-là.

Des amis ? Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Y avait-il eu une erreur de communication ? Est-ce qu’ils venaient ? Avait-elle l’intention de les rejoindre à un moment donné ? Y avait-il d’autres sous-marins qui rivalisaient pour attirer son attention ? D’autres dames avec lesquelles elle voulait me partager ? Mon imagination était absolument incontrôlable. J’ai pris l’ascenseur pour me rendre au bar de l’hôtel.

“Single malt. Sans glace.” Au diable, j’en avais besoin. J’ai laissé le scotch faire son effet. J’en ai pris un autre et je l’ai siroté sereinement en me demandant tranquillement si je pourrais m’en sortir avec un cigare sans empester encore d’ici le dîner. J’ai décidé de ne pas le faire.

L’heure est enfin arrivée et je me suis rendu au restaurant. Bien sûr, je ne le savais pas, mais il avait été chaudement recommandé par des amis ! J’ai jeté un dernier coup d’œil sur moi dans le reflet de la vitre de la voiture avant d’entrer. J’espérais avoir bien choisi ma robe. J’avais opté pour une tenue classique avec un pull vert chasseur à col montant, une chemise et une cravate lâche en dessous, sur des pantalons et mes chaussures en daim préférées. Dans le hall d’entrée, j’ai poussé un soupir de soulagement car les clients étaient un bon mélange de vestes en tweed et de personnes à peine sorties des pistes.

Je n’ai pas eu beaucoup plus de temps pour prendre mes repères, car c’est à ce moment-là que je t’ai entendu crier “Stéphane ?”.

Je me suis retourné et tu étais là… Un large sourire non forcé – le genre qui réchauffe instantanément les gens – tes joues encore rosées par l’activité de la journée, et tes cheveux qui coulaient avec une sorte de férocité sauvage et, était-ce la liberté ?

“Hey !” j’ai étouffé. C’est le mieux que j’ai pu faire.

Tu étais radieuse et tu t’es approchée de moi, enroulant nonchalamment une main autour de ma nuque tandis que l’autre tenait ta veste drapée par-dessus. C’était le genre d’étreinte facile que des amis de longue date apprécient ensemble et pour toi, c’était tout à fait naturel.

Le repas a été un peu flou. Je ne sais pas si c’était à cause de la nervosité, de la conversation qui semblait couler de source ou du vin qui faisait de même. Je me souviens que tu as fait remarquer que tu appréciais le tien et que tu te demandais comment était le mien. J’ai répondu “Exceptionnel”, mais je ne suis pas sûr de l’avoir goûté. Nous sommes partis, j’ai donné un pourboire exagéré au serveur en essayant de paraître magnanime et en me reprochant en même temps d’être aussi vaniteux. Nous avons marché dans les rues bras dessus bras dessous et profité de la nuit étoilée.

Et nous nous sommes connectés. Ces choses défient la description et l’explication, mais c’était comme si nos âmes s’emboîtaient comme deux mains tenues par des doigts tissés. J’ai baissé les yeux et, en effet, nous nous tenions la main, la tienne sur la mienne, et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. Tout à coup, sans un mot, nous nous sommes arrêtés tous les deux, nous nous sommes tournés l’un vers l’autre et nous nous sommes embrassés. Ta main s’est levée pour prendre ma joue. La mienne s’est portée à ta taille pour t’attirer plus près. Et quand enfin nos lèvres se sont séparées, nous sommes restés là, immobiles, enlacés. Le monde entier semblait se taire tandis que la neige saupoudrait nos cheveux et nos cils.

C’était trop rapide, mais cela semblait avoir un sens. Je t’ai fait confiance, que je le veuille ou non. Pourrais-je faire confiance à mon propre instinct ?

D’une manière ou d’une autre, nous sommes revenus à ma location, mais nous ne sommes pas allés très loin. J’étais appuyé contre la vitre froide du côté conducteur quand tu es monté sur moi, me tenant par le nœud de ma cravate et m’embrassant avec voracité. Le temps s’est arrêté alors que nous avons embué les vitres comme deux lycéens. Nous aurions pu rester là pour toujours, si ce policier n’était pas passé par là, frappant à la fenêtre et nous disant de “circuler…”.

“Je veux voir ta chambre d’hôtel”, m’as-tu dit en souriant.

Tu me conduis sans complexe dans le hall d’entrée, me menant par les couilles à vive allure, un sourire sournois gravé sur ton visage. Le concierge a rougi. Les employés ont gloussé. L’un d’entre eux s’est contenté de me fixer, comme s’il avait la soif vorace d’un chien affamé devant un steak. Tu lui as lancé un regard qui disait “A moi, salope !” et nous sommes montés dans l’ascenseur.

Finalement, j’ai trébuché jusqu’à la porte de la suite que j’avais louée et j’ai commencé à chercher la carte magnétique pendant que tu me pelotais par derrière, en me mordant le cou et en me palpant le cul de façon obscène.

Enfin, le voyant de la poignée de la porte est devenu vert et j’ai entendu le loquet se relâcher dans une sorte d’orgasme, un présage obscène de ce que j’avais du mal à croire qu’il allait se produire. Tu n’as pas perdu de temps pour me pousser vers le lit et je suis tombé dessus sans hésiter, souriant jusqu’aux oreilles quand tu es montée sur moi, m’embrassant avec salacité – plus avec la langue qu’avec les lèvres. Tu as baissé la main et tiré mon chandail au-dessus de ma tête, mais pas complètement, laissant mes bras emmêlés dans le chandail au-dessus de ma tête. À partir de là, tu agis rapidement et sans pitié, en prenant ma cravate et en l’utilisant pour m’attacher par le cou au dossier du lit.

“Je ne suis pas venu complètement au dépourvu”, dis-tu en sortant deux paires de menottes de ton sac à main. Tu as continué à me déshabiller, retirant mon pull, déboutonnant ma chemise et l’enlevant, perdant ma ceinture et me fouettant avec plusieurs fois, de façon aguichante. Lorsque j’ai été complètement nue, tu as replié mes jambes et tu as attaché chacun de mes poignets à la cheville correspondante, laissant mon cul ouvert et exposé.

Tu t’es assise, tu m’as regardée et tu as souri. “Oh, j’oublie quelque chose !”, t’es-tu exclamée et as-tu fouillé dans ton sac à main pour révéler un petit rouleau de ruban adhésif. “Une fille ne devrait jamais quitter la maison sans cela”, as-tu proclamé d’un ton détaché. Puis tu t’es levée, tu as baissé ton pantalon et tu as enlevé ta culotte.

“Je vais devoir partir pour un petit moment, mais tu as été si gentil que je vais te laisser un cadeau en partant”. Tu as mis la culotte en boule et tu l’as placée dans ma bouche ouverte, en la fixant avec du ruban adhésif comme un bâillon. “Est-ce que tu te sens bien ? Tu peux respirer ?” J’ai hoché la tête avec empressement. “Bien. Quel goût a-t-elle, chéri ?” J’ai marmonné quelque chose dans un plaisir évident mais inintelligible. “Je sais, bébé”, as-tu ronronné.

“Hmm, il manque quelque chose…” tu as regardé autour de la pièce pour trouver l’inspiration. “Ah, ça va marcher !”, t’es-tu exclamé, une ampoule de néon rouge lascive figurative s’allumant au-dessus de ta tête. Tu as pris le seau à glace et tu as placé un glaçon sur l’un de mes tétons, le recouvrant ensuite d’un verre que tu as scotché sur ma poitrine, répétant l’opération de l’autre côté.

“Dans la salle de bains, autour de la baignoire spa, il y avait quelques douzaines de bougies. Tu en as placé deux colonnes tout le long de mon abdomen jusqu’à l’endroit où, une fois allumées, je pouvais sentir leur douce chaleur commencer à singer mes poils pubiens étroitement taillés. “C’est pour être sûr que tu seras sage, essaie de ne pas brûler l’hôtel”. Tu as embrassé mon front, “Je reviendrai mon chéri”, puis tu as remis ton jean, pris mes clés et tu es partie.

Je n’ai jamais douté que tu tiendrais ta parole. J’ai senti la faiblesse de ce soupçon monter en moi et je l’ai purgée, comme un moine se débarrassant de la mondanité, et je me suis consacré à la tâche à laquelle tu m’avais laissé. Rester allongé. Une chose si simple, mais comme la plupart des choses dans nos vies chaotiques, encombrées et modernes, trop compliquées. Mes hanches me faisaient mal, l’eau froide coulait le long de moi lorsque la glace fondait, je me brûlais à la cire chaque fois que je tremblais. Comme un enfant, tout mon être était concentré sur le fait de rester allongé, comme tu me l’avais dit. Et puis, finalement, les tremblements, les douleurs et tout le reste ont cessé et j’ai atteint un moment de sérénité.

La sérénité, c’est ça : Elle est intemporelle. Je ne savais pas combien de temps elle durait, mais la vraie paix ressemble toujours à l’éternité. C’est pourquoi elle est si recherchée, nos âmes cherchent désespérément des retrouvailles avec l’infini.

Et puis, à un moment donné, tu es revenue.

J’ai entendu la porte claquer et j’ai eu un moment de panique qui a brisé mon réconfort, mon esprit jamais tout à fait intact se fragmentant dans un million de directions en cette seconde fractale où il y avait une possibilité presque illimitée de savoir qui, de façon concevable, pouvait passer cette porte. Mais c’était toi. Bien sûr que c’était toi. Tu n’avais pas amené une bande de gars d’un bar en cuir pour me violer en prison, tu n’avais pas amené des amis pour me faire honte et m’humilier (enfin, pas cette fois !). Il n’y avait que toi. Juste toi et une petite valise dont je ne pouvais que deviner le contenu.

“Bonjour, salope”, as-tu dit avec un sourire démoniaque, “je t’ai manqué ?”.

J’ai grogné et hoché la tête avec enthousiasme, mais j’ai grimacé lorsqu’une nouvelle couche de cire chaude s’est répandue sur mon torse. Tu as gloussé et tu t’es penché pour souffler les bougies, mais tu as quand même déversé l’excès de cire sur les parties molles et exposées de ma chair. Tu as enlevé les verres – la meilleure indication du temps écoulé était qu’il ne restait presque plus rien des cubes – et tu as léché ma poitrine sèche, affectueusement.

Il y avait une cheminée à gaz dans la pièce et tu es allé l’allumer, tu as placé les bougies autour de la pièce et tu les as rallumées et tu as tamisé les lumières avant de finalement enlever ton manteau et de revenir pour retirer le bâillon-culotte de ma bouche. Tu m’as embrassée tendrement et tu m’as dit : “Tu as l’air assoiffée, dois-je commander le service d’étage ?”.

“Bien sûr !” J’ai répondu.

“Du champagne ?”

“Quoi d’autre ?”

J’ai gardé le silence pendant que tu décrochais le téléphone de la chambre et que tu commandais. Décontractée comme un samedi matin, tu t’es dirigée vers le miroir en pied et tu t’es coiffée, puis tu t’es déshabillée pour dévoiler un corset en latex brillant et une culotte en latex à fermeture éclair. Tu m’as regardé et tu as vu les premiers stades de l’excitation et tu as dit : “Oh, chéri, non non non non… Pas encore.”

Tu t’es glissée vers moi avec une séduction féline et tu as ouvert ta valise – une véritable ménagerie de perversité, comme il s’est avéré, et tu as repêché un dispositif de chasteté que tu as attaché à moi avec une précision presque professionnelle.

Le service d’étage a frappé à la porte et tu t’y es glissée, enfilant un peignoir dans le même mouvement fluide. S’il avait fait un pas de plus au coin du couloir, le portier m’aurait vue attaché là. Mais il ne l’a pas fait. Je t’ai même (de façon plutôt aventureuse je pense !) interpellé : “il y a de l’argent dans mon portefeuille, ma chérie”. Il a ouvert la bouteille avec un pop tout-puissant auquel tu as répondu “Oh merci…” avec un haussement de sourcil aguicheur et séducteur. Tu lui as donné un pourboire et il est parti, sans jamais savoir la différence ou, s’il la savait, en étant au moins professionnel à ce sujet.

Tu as apporté la bouteille sur le lit, tu t’es allongée à côté de moi et tu t’es servi un verre. Tu as siroté délicatement et tu as doucement frotté ton doigt en cercle sur ma tempe. “Un gentleman attend, n’est-ce pas ?” m’as-tu dit en jouant.

“Bien sûr”, ai-je répondu en souriant.

Je t’ai observée, enchantée par ton élégance calme et ta présence éblouissante, tandis que tu finissais la flûte et versais à nouveau. “Chéri, tu en veux un peu ?”

“Oui, s’il te plaît.”

“Tu penses que tu le mérites ?”

Je ne savais pas du tout comment répondre. “Tout ce que j’ai n’est rien que je mérite, tout ce que je n’ai pas est quelque chose que j’exige”.

“Mais que veux-tu ?”, as-tu dit, ta voix baissée dans un registre où la sexualité dégoulinait de chaque courbe séduisante de l’onde sonore, faisant courir tes doigts légèrement sur ma poitrine.

J’ai pris une profonde inspiration et j’ai lutté pour avaler, ma gorge étant plus que sèche. “Je ne souhaite que te servir et te faire plaisir.”

“Bon garçon. Je pense que tu le penses aussi.” Tu t’es redressé et tu as bu une longue gorgée de champagne, puis tu t’es à nouveau abaissé vers moi et tu me l’as donné avec ta bouche. “Je prendrai toujours soin de toi, tant que tu te souviendras de ta place”, as-tu dit entre deux gorgées. Et c’est ainsi que nous avons terminé le deuxième verre.

“Voilà, c’est mieux maintenant, n’est-ce pas ?”, as-tu chuchoté en rampant pour te positionner entre mes jambes. “Que dirais-tu d’un dessert, alors ?” Délicatement, tu as commencé à embrasser et à lécher et finalement à sucer légèrement tout autour de mes cuisses, de mes fesses, de mon ventre, de mes couilles et de ma prostate. Mais mes halètements, mes soupirs et mes gémissements dépassaient ce que tu voulais entendre de moi à ce moment-là, et tu as donc fouillé à nouveau dans ta valise pour en sortir un bâillon gode en caoutchouc noir à double sens. C’est ce que j’ai obtenu pour ne pas être capable de supporter le silence, et j’ai donc commencé à m’étouffer et à bâillonner tranquillement avec ce bâillon à la sensation inconnue dans ma bouche.

Tu as continué à jouer avec moi, en me faisant une fellation sur la partie du gode, en glissant de haut en bas sur l’ensemble avec peu ou pas d’effort, tandis que tes yeux brillaient sur moi pendant que je me débattais. Ma bite palpitait contre le dispositif de chasteté et commençait à couler.

Tu as encore fouillé dans la valise, cette fois pour aller chercher une paire de gants en latex que tu as enfilés et huilés.

“Stéphane”, as-tu dit presque comme un médecin s’adresse à son patient, “est-ce que quelqu’un t’a déjà baisé le cul ?”. J’ai secoué la tête en disant que non. Ton majeur a tourné en rond autour de mon anus. “Et est-ce que tu veux me donner ça ?”, as-tu continué. Encore une fois, j’ai hoché la tête avec excitation, m’étranglant la gorge avec le lien qui me fixait au lit. “Tu es sûr ? Parce que, tu sais, nous ne sommes pas obligés de…” ta voix s’est interrompue et tu as ajusté ton poids sur ton bras opposé de telle sorte que tes seins semblaient pouvoir sortir de ton corsage à tout moment. J’ai gémi. Tu jouais avec moi. “Et qu’est-ce que tu me donneras en échange de la virginité de ton cul pour toi ?”.

J’ai gémi. Je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait dire et, même si je le savais, j’en serais incapable. Tu t’es penché tout près de moi pour que nous soyons les yeux dans les yeux. Ton ton a baissé, tu étais très sérieux : “Je serai désormais ta maîtresse. Je ne veux pas de ta vie, mais ton cœur, ta bite et ce cul m’appartiendront. Tu ne serviras personne d’autre à moins que je ne te l’ordonne. Tu n’aimeras personne d’autre que moi. Et je te promets”, as-tu plané au-dessus de moi, ton doigt toujours sur mon anus, tu as retiré le bâillon juste un instant et tu as abaissé ton visage vers le mien jusqu’à ce que nos lèvres ne soient plus qu’à un centimètre l’une de l’autre, “comme tu t’es dévouée à moi, je me dévouerai à toi.”

À ce moment-là, tu as plongé tes deux doigts du milieu dans mon cul et tu n’as attendu qu’un instant, le temps que ma tête recule dans un souffle, avant de presser ton visage contre le mien dans un baiser profond et implacable. Lorsque nous nous sommes finalement séparés, luttant tous deux pour remplir nos poumons, tu as immédiatement remis mon bâillon en place et tu t’es mis à me baiser à fond. C’était tellement dur à supporter, mais tu m’as encouragé à me taire, à me détendre et à me laisser faire comme un bon petit garçon. Tu m’as patiemment expliqué ce que tu faisais pendant tout ce temps, que tu me préparais pour le grand moment, la grande surprise – bien qu’à ce stade, la surprise serait minime.

Tu as continué à travailler pendant que j’étais attaché sans défense, la conscience de la douleur dans mes articulations me revenant enfin, mais étrangement avec une certaine joie qui aggravait la sensation.

“Je n’arrive pas à croire que tu as un bon petit cul impatient, tu es sûre qu’on ne te l’a jamais baisé avant ?”. Je ne l’avais jamais fait. Tu avais déjà quatre doigts en moi à ce moment-là. Bien lubrifiés, ils glissaient dedans et dehors presque sans effort, le cul se serrant à chaque retour de bâton. “Je me demande… Je veux que tu prennes une respiration et que tu te détendes vraiment, je veux dire VRAIMENT, ok.” J’ai fait ce que tu m’as demandé, et tu as regardé mes yeux résilients pendant que tu glissais toute ta main à l’intérieur.”

“Putain” tu as marmonné et tu as fait glisser la main en arrière avec un énorme bruit de glouglou dégoûtant mais pervers. Tu es retourné à ton sac, tu as sorti tes gants et tu as produit un grand strapon en caoutchouc veineux que tu as consciencieusement recouvert d’un énorme préservatif et que tu as généreusement lubrifié. Ta bouche s’est tordue dans le grognement de la luxure intense qui allait être satisfaite et tu as grogné l’évidence érotique : “Je vais te baiser le cul, petite salope !”.

Et oh, tu m’as baisé… Tu m’as pilonné avec force. Quand je gémissais, tu enfonçais tes ongles dans ma poitrine jusqu’au sang, quand j’essayais de crier, tu me donnais une grande claque sur le visage. Tu as trouvé ton rythme et tu as vraiment commencé à l’enfoncer. J’ai étudié attentivement le rebond de ta poitrine contre le corset à chaque fois que tu me rentrais dedans, j’ai essayé d’avaler le feu de tes yeux dans mon âme et d’être consumée par ta luxure. Tu as grogné et crié pour atteindre ton propre point culminant tandis que mon cul palpitait et que mon ventre luisait du précum qui s’écoulait à travers le dispositif de chasteté. Tu as poussé la lanière jusqu’à sa limite, tu as fermé les yeux et tu as haleté, puis tu t’es lentement retirée.

Slurp.

Tu respirais fort. Tu as trouvé la clé des menottes et tu m’as libéré, me laissant un moment d’extase pour étirer mes jambes douloureuses et frotter mes poignets. “Lève-toi, à quatre pattes face au mur”. J’ai obéi. Tu as pris une de mes mains et l’as placée en prise autour d’un des rails de la tête de lit, me menottant à nouveau avant de faire l’autre côté. Tu m’as attaché des pinces à tétons lestées, sans mot dire et tu es venu sur le côté, te penchant avec une main qui frotte doucement ma fesse et une autre qui tient mon menton jusqu’à ce que nous soyons les yeux dans les yeux et tu as dit : “Je n’ai même pas encore commencé.” Tu m’embrasses sur le front et disparais derrière moi.

SLAP ! Ta main nue contre mon cul. Quinze coups violents et mes fesses piquaient.

“Salut, Rosy”, dis-tu d’un ton enjoué. Je t’ai entendu retourner à la valise puis revenir.

SMACK, SMACK, SMACK ! Une pagaie en cuir clouté, comme je l’apprendrais plus tard, était employée sur moi. Vingt coups stupéfiants. La douleur assourdissait mes sens. Je ne sais pas pourquoi, mes oreilles bourdonnaient. Après la pagaie, je ne savais pas si je pourrais en supporter davantage. Parfois, elle attrapait ma prostate ou l’arrière de mon scrotum et je pensais m’évanouir. Tu étais de nouveau à mon oreille. “Je suis presque impressionné, salope. Mais je ne saurai vraiment que tu es à moi que lorsque tu auras saigné pour moi. Veux-tu continuer ?”

Mon hochement de tête était lent, épuisé, larmoyant, mais sincère. Continue, t’ai-je exhorté mentalement. Tu as acquiescé une fois et tu es retournée à la valise.

AH ! Oh mon Dieu, qu’est-ce que c’était que ça ? On aurait dit un putain de rasoir ! AH ! Encore une fois. AH ! !!

Mes cris ont été étouffés et éteints, bien sûr, comme ils auraient dû l’être. Honnêtement, j’ai perdu le compte. Si on m’avait fait compter, j’aurais échoué, parce qu’un peu après trois, j’ai atteint le Nirvana et j’y suis restée jusqu’à ce que mon cul soit dépouillé. L’instant d’après, tu m’as de nouveau bercé, ta main douce a frotté mon dos et ta bite m’a doucement pompé.

J’ai lutté pour reprendre mon souffle et mon sang-froid. “Shhhh maintenant, c’est bon. Je suis là, mon chéri. Shhh. Calme-toi, mon chéri. C’est mon bon garçon…”

J’ai senti tes mains se baisser pour défaire mon dispositif de chasteté, puis reprendre le pompage. Tu as massé mes couilles puis tu les as serrées pour me contrôler alors que je devenais bientôt dur comme de la pierre, ma bite claquant contre moi-même de concert avec les coups que je recevais. Et ta baise est devenue d’abord insistante, puis rapide, puis furieuse. Tu as crié mon nom et poussé des jurons d’extase, puis tu t’es finalement détachée de moi en ricanant. Sous mon bâillon, je haletais.

Tu es revenu vers moi, je t’ai entendu faire glisser le préservatif du strapon et tu as embrassé délicatement mon cul légèrement ensanglanté. Tu m’as retourné sur le dos et j’ai vu que mon rouge poisseux avait marqué tes cuisses alors que tu avais continué à me pomper.

En pleine érection, on aurait dit que ma bite était prise de minuscules crises d’épilepsie tant elle était agitée de soubresauts. Tu as chatouillé mes couilles avec malice avant d’ouvrir ta culotte et de monter sur le gode qui dépassait de mon bâillon. Tu m’as chevauché le visage, d’abord à la manière d’un cow-boy – j’ai utilisé mon nez pour frotter ton clito afin d’encourager un orgasme rapide qui a jailli sur moi. “Va te faire foutre, soumis”, as-tu dit en me giflant le visage en descendant. “Baise plutôt mon cul”.

Tu as utilisé un peu de lubrifiant sur ton anus et tu as ensuite posé ton cul sur mon visage, inversé. Encore une fois, tu as rebondi de haut en bas avec joie – je pouvais sentir ta chatte couler le long de mon menton et sur ma poitrine. Tu t’es penchée en avant et tu as utilisé ton index et ton pouce pour serrer la base de ma bite pendant que tes autres doigts pressaient mes couilles et enfonçaient leurs ongles dans ma chatte. Tes fesses claquaient contre mes joues. Ma bite palpitait et faisait rage et à un moment, j’ai cru qu’elle allait exploser sans plus de stimulation, tellement j’étais excité, mais tu as instinctivement enfoncé tes ongles et la douleur l’a aidée à se calmer.

Une fois rassasiée, tu as gracieusement retiré le bâillon et repris ta position initiale, me permettant de dîner et de me glorifier de ta mouille sur toute ma bouche et ma langue. Tu avais le goût de l’été et j’avais enfin découvert le premier narcotique que j’ai jamais apprécié – toi. Tout en me chevauchant, pour mon plus grand plaisir, tu as détaché le tiers supérieur de ton corset et tu as commencé à pétrir tes seins et à tordre tes mamelons. Tu as joui sur ma bouche et mon visage encore deux fois avant de descendre, frissonnante.

“Mon Dieu, mon Dieu, tu es un bon garçon”, as-tu dit en m’agrippant les fesses. Tu m’as libéré des menottes et tu m’as détaché le cou. “Tu t’es bien amusé ?”

“Incommensurablement.”

“Dois-je te laisser comme ça, avec les couilles bleues ?”

Je suis resté silencieux, prêt à me soumettre et à obéir, quoi qu’il arrive.

“Viens ici, mon mignon”, as-tu dit en m’embrassant, puis tu m’as conduit vers la cheminée où tu t’es agenouillée devant ma bite veineuse et dégoulinante.

“Tu sais que quand tu es enfant et que tu t’inscris à une piscine, tu dois passer un test de natation avant qu’on te laisse jouer ?”. C’était une question étrange, me semblait-il, mais tu avais enfin saisi ma bite fermement dans ta main et tu la frottais maintenant lentement, en crachant pour la lubrifier.

“Oui, je suppose…” J’ai réussi à dire. Mes jambes se contractaient et avaient des spasmes presque incontrôlables.

“Eh bien, je ne te laisserai pas en moi tant que tu n’auras pas réussi ton test, une petite qualification pour voir si cela vaut la peine que je m’y attarde.”

“Ok…” J’ai dit. Je n’arrivais pas du tout à réfléchir.

“Tu vois, je sais comment vous êtes, les garçons. Vous ne faites que parler et plastronner, mais si peu d’entre vous peuvent tenir la distance. Alors voilà ce que je vais faire : Quand je te le dirai, tu éjaculeras. Je sais que tu as déjà du mal à te retenir alors que c’est la première fois que je touche ta queue de toute la soirée. Je suppose que je suis tout simplement trop sexy et que tu es trop faible. Après avoir joui, tu auras dix minutes pour me donner une autre charge. C’est ainsi que je teste la capacité de ta bite à me satisfaire. Je t’aiderai, mais le temps sera compté. Tu as compris le défi ?”

“Oui.”

Tu donnes une claque à ma bite, en te renfrognant. “Oui, MADAME.”

“Oui, madame.”

“Ok. Bien.” Tu as recommencé à caresser et tu as compté à rebours : 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1… “Éjacule petit soumis”.

Je n’ai pas tant éructé que je t’ai arrosé le visage de sperme chaud et épais. Tu as souri et tu l’as essuyé de tes yeux tout en veillant à bien serrer la tête jusqu’à la fin des spasmes, puis à faire sortir les dernières gouttes sur tes seins.

“Ok, Stéphane. Tes dix minutes commencent maintenant. Veux-tu que je te taille une pipe ? Oui, je m’en doutais, vilaine chose.”

Tu as commencé à sucer, ta bouche si douce, chaude et humide. Tu as saisi la base de ma bite en semi-érection et tu as léché la tête de façon alléchante. Dieu merci, je sentais le sang revenir, j’ai essayé de me concentrer et de le vouloir. Tu l’as reprise dans ta bouche, en faisant une pause pour me réprimander : “Ne t’avise pas de te ramollir dans la bouche de ta maîtresse !”

Tu as sucé à nouveau et tu as commencé à masser mes couilles et ma prostate jusqu’à ce que je sois à nouveau en pleine érection.

“C’est bien mon garçon, peut-être que tu en es digne après tout”, as-tu souri, puis tu es retournée à ta succion. J’ai tendu la main vers le bas et j’ai osé te tripoter les seins, ravi de voir que tu ne m’en empêchais pas.

“Allez, Stéphane. Encore huit minutes et j’ai besoin d’une autre charge de ce sperme chaud sur moi.”

Il y a vraiment, vraiment peu de choses aussi érotiques qu’une femme imbibée de sperme. Ce n’est pas le rêve de toutes les femmes pour un bon vendredi soir et certaines se laissent faire par leur homme par pure gentillesse, et puis d’autres… d’autres en ont vraiment envie. D’être trempées dans la satisfaction de leur partenaire.

“Tu aimes ces gros seins fermes ? Ya ? As-tu déjà ressenti quelque chose de semblable ? Non ? Tu n’es sorti qu’avec des filles aux petits seins ? Pauvre de toi. Vas-y. Profite d’elles. Mais n’oublie pas qu’il ne te reste plus que six minutes. Hé, et si tu apportais cette bite raide et que tu baisais mes nichons avec. Ya ? Est-ce que ça t’aiderait à jouir, bébé ? ”

J’ai gémi. Il n’y a pas de description de ce que l’on ressent, juste le son qui sort de ta bouche quand ça arrive.

“Oui, bébé. Baise ces seins. Tu sens comme mes tétons sont beaux et durs pour toi ? Oui ? Baise-les, bébé. Je veux que ton sperme dégouline sur mes seins.”

Je continuais à m’arracher les yeux pour regarder ton visage glacé qui ne cessait de me regarder.

“Quatre minutes. Ne me laisse pas tomber. Baise ces seins et jouis dessus, bébé ! Joue pour moi ! Joue pour ta maîtresse !”

“Ahhhhrghlrp !” J’ai serré les dents. Je sentais que ça recommençait à monter. Une force herculéenne m’a envahi. J’avais l’impression de baiser la bite de Samson. Je me suis éloigné et un grognement profond a rempli ma poitrine. Tu as immédiatement ouvert la bouche et fixé sur moi des yeux avides. “Fuck !” J’ai fait confiance au fond de ta gorge, en utilisant les cheveux autrefois si bien attachés à l’arrière de ta tête comme un guidon. Et j’ai baisé ta bouche. Avec acharnement. Bestialement. Tu as gloussé et bâillonné, mais tu ne t’es jamais plainte, une salive épaisse et claire recouvrant ta poitrine et tes cuisses.

Tandis que je grognais en agrippant ton crâne, tu frottais ton clito d’une main tout en t’approchant pour me doigter le cul de l’autre. L’horloge était oubliée, j’allais jouir.

J’ai rugi. Avec quoi, je ne sais pas. Mais cela venait du plus profond de moi. Et j’ai joui aussi, en me retirant et en explosant sur tes seins comme tu l’avais demandé. Tu as eu un sourire malicieux. L’expression de soumission démonstrative que tu avais arborée pendant que tu me laissais baiser ta gorge avait disparu.

“Eh bien, félicitations”, as-tu dit en te levant et en laissant pendre tes bras au-dessus de mes épaules décharnées dans une étreinte lâche, “tu as réussi ton test”. Tu as fait un clin d’œil, puis tu m’as embrassé profondément avant que nous ne tombions dans le lit ensemble et que nous continuions toute la nuit.

4/5 - (1 vote)
Essayez notre Webcam en Direct (+300 modèles connectés)