Une épouse qui aime les bites noires

Je suis un mari cocu de ma femme qui aime la bite noire. Elle me dit toujours à quel point leurs bites se sentent bien en elle et qu’étant blanche, elle ne me laissera plus jamais mettre ma petite bite blanche en elle maintenant qu’elle a eu le plaisir de la bite noire.
Elle adore m’humilier en faisant venir ses amants noirs et, comme nous avons un code de porte sur l’immeuble d’habitation, elle me demande d’aller les chercher à l’avant pendant qu’elle est assise nue dans le salon. Quand ils entrent, elle les embrasse et les laisse se frotter et explorer sa nudité avec leurs mains devant moi.
Après qu’elle ait été baisée et que son amant noir soit parti, elle m’a fait venir dans la chambre à coucher et la nettoyer oralement de restes de sperme de son amant black, ce que j’adore faire.

****

L’histoire suivante raconte comment et pourquoi nous avons commencé.

****

Je dois l’admettre. Quand j’ai commencé à parler d’ajouter d’autres hommes la baisant, en disant que ça pimenterait notre vie sexuelle, elle était consternée. Nous n’avions jamais pensé, même imaginé, que nous laisserions d’autres hommes la baiser. Mais j’étais là, suppliant, suppliant et voulant qu’elle commence à baiser d’autres hommes. Je suppose que plus je parlais, plus cela lui paraissait intrigant, car après trois mois, elle a accepté de dire que si nous faisions ce que je voulais, il n’y aurait pas de retour en arrière.
“À ta façon de parler, je vais baiser les autres et pas toi, et j’aurai le contrôle total sur qui et quand je veux.”
Trois jours plus tard, après lui avoir parlé de mon ami Emilien, nous sommes allés chez lui pour qu’elle le rencontre.
Pendant qu’on parlait, Emilien, sa bite s’est montrée du bas de son caleçon. Quand on est partis, elle m’a dit qu’elle avait vu sa bite et qu’elle avait l’air plutôt bien. Samedi, je l’ai ramenée où, après avoir parlé davantage, il s’est levé et a baissé son pantalon devant elle. Pointant sa bite vers sa bouche, mon épouse a commencé à lui sucer la bite avant de se diriger vers la chambre à coucher où elle était baisée en levrette pendant que je me couchais dessous, léchant sa chatte. Ce jour-là, j’ai découvert qu’il y avait quelque chose dans le goût de la chatte de ma femme après avoir été fraîchement baisée. Doux et crémeux.
Mardi, ma femme parlait d’un sms à Emilien et on lui a dit qu’il avait un ami que nous devions rencontrer. Il lui a dit que son ami s’appelait Maurice et qu’il aimait le cocu. Elle a accepté une réunion, disant à Emilien de nous rencontrer le lendemain soir au restaurant local’TABOO’S’, pour le dîner et les boissons.
Dans une cabine à l’arrière, faiblement éclairée, nous observions un homme noir de 1,80 m, 200 livres, qui se dirigeait vers nous.
“Bonjour.” Il a dit d’atteindre notre table. “Je suis Maurice. Vous devez être le couple dont Emilien m’a parlé.”
“Oui. Voici ma femme, Nancy, et moi, Thierry.”
“Emilien m’a dit que tu étais dans le cocu.”
“On ne fait que commencer.”
“Puis-je vous demander comment vous avez commencé et ce que vous cherchez ?”
“La seule chose qu’on a vraiment faite, c’est que j’ai baisé trois autres hommes.” Nancy a commencé. “Quand j’ai commencé à baiser d’autres hommes et à cocufier mon mari, je n’y suis allé qu’avec des hommes de ma propre race et je n’ai jamais pensé à y aller avec un homme noir. Thierry me nettoie toujours après.” Ma femme a pris la relève en disant.
“T’as déjà été avec un black ?”
“Non. L’occasion ne s’est jamais présentée.”
“Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis de parler à commencer ?”
“Après trois ans à le taquiner au sujet de sa bite de 15cm et du fait que j’allais faire de lui mon petit cocu, et qu’il me suppliait de baiser d’autres hommes, nous avons décidé de voir si c’était ce que nous voulions. Le mois dernier, j’ai commencé à me raser la chatte et j’ai acheté cette robe coupe basse.”
“Et tu es magnifique en le portant.”
“Merci.”
“Alors tu n’as pas fait grand-chose.”
“Non. Mais je pense qu’on pourrait faire beaucoup plus.”
“Eh bien, il y a beaucoup à ajouter dans un style de vie cocu. Emilien m’a parlé de vous parce qu’il sait que je cherchais un couple pour entrer dans le cocu et l’interracial.
“Ce serait bien d’avoir quelqu’un pour nous guider.”
“Tout d’abord, tu dois commencer à l’appeler coucou et il doit t’appeler maîtresse. Tu es le dominant et il est ton cocu. Thierry ! Tu dois apprendre à marcher derrière ta femme et lui ouvrir toutes les portes.”
“Tu vois ! On a besoin d’aide. On n’a jamais pensé à faire ça.”
“J’organise une fête ce vendredi soir. Ça va durer jusqu’à lundi matin et j’aimerais que tu viennes.”
“On adorerait venir.” Ma femme a dit sans me regarder.
“Il n’y aura que des hommes noirs. Vers 21 h ou 22 h.”
“OK.”
“Ce serait bien de t’entraîner et de t’apprendre à humilier ton cocu.
“OK.”
“J’espère que tu ne veux pas de capotes.” dit Maurice en touchant sa jambe. “Tous les mecs là-bas adorent baiser à poil. Ils aiment la sensation d’une chatte mouillée autour de leur bite.”
Je n’aime pas les capotes. C’est comme prendre une douche avec un imperméable.” dit Nancy en souriant. “En plus, le coucou ne peut pas me nettoyer si je m’en sers.”
“OK. D’abord, j’ai besoin que vous achetiez une chasteté, un porte-jarretelles et un tuyau d’arrosage avant de venir à la fête. En tant que cocu, il devra porter ces articles là-bas.”
“Je ne sais pas s’il s’habille en femme. On n’a jamais fait ça. Ça a l’air humiliant.”
“C’est le but. Si tu ne veux pas, tu n’es pas prêt à avancer.”
“Nous sommes prêts ! Il aura ce qu’il faut.”
“Bien. Et tu as dit qu’il te nettoyait après ?”
“Oui.”
“Eh bien, il y aura beaucoup de nettoyage à faire sur vous et eux. Ça ne vous dérange pas qu’il y ait un contact masculin, n’est-ce pas ?”
“Non, mais je ne m’intéresse pas seulement à l’action homme contre homme.”
“N’y pense pas comme à un homme contre un autre. Considère ça comme faisant partie de son entraînement de cocu. Faire cela le dégradera et l’humiliera. Et c’est ce que tu veux. Vous voulez qu’il soit soumis et obéisse à tous vos ordres.”
“Nous avons fait des choses humiliantes.”
“Oh ! Comme quoi ?”
“Je l’ai entraîné à sucer un gode et à l’appeler “queue de tortue”.
“Comment il s’en sort avec le gode ?”
“Il ne bâillonne plus.”
“Comment l’avez-vous fait passer le bâillon ?”
“On a acheté un bâillon à bouche ouverte sur e-bay. Quand il la porte, elle remonte assez loin là où il ne veut pas se bâillonner. Il ne peut pas fermer la bouche non plus quand il la porte.”
“Pour qu’il n’empêche pas une bite d’entrer avec ?”
“Non.” Elle a dit en souriant. “Reste ouvert à l’utilisation.
“C’est bien. Je sais que certains gars l’utiliseront pour attendre leur tour avec toi.”
Ma femme n’a pas répondu. J’ai juste souri, en riant doucement.
“Et le nom, c’est parce qu’il n’a que 15cm ?”
“Quand elle est molle, elle ressemble à une tortue dans sa carapace. Il a une langue géniale, mais il ne vaut rien au niveau de la bite.” En disant qu’ils ont commencé à rire tous les deux.
“Qu’il prenne les affaires dont il a besoin et voici l’adresse et l’heure de la fête.” Maurice m’a dit de donner un journal à ma femme.
Le lendemain matin, je suis allé en ville et j’ai acheté une cage de chasteté, un tuyau noir et un porte-jarretelles.
Après la douche, ma femme a placé la chasteté sur ma bite et l’a verrouillée en place. “C’est mignon.” Elle a dit d’empocher la clé. “Il n’y a pas moyen que tu sois dur avec ça.”

Vendredi soir, elle m’a montré le mot que Maurice lui avait donné. En lisant les instructions, je me suis rendu en voiture à l’endroit où la fête avait lieu.
“Ce soir, tu vas découvrir ce que tu as manqué.” Maurice a dit, en arrivant. En entrant, ma femme étant la première, nous avons vu 10 hommes noirs assis dans la pièce, tous nus.
“Déshabillez-vous et mettez-vous à l’aise.” Maurice a dit à ma femme. “Comme vous pouvez le voir, tous ces gars sont déjà excités.”
“C’est bien.” Elle se déshabillait et s’asseyait entre deux hommes sur le canapé.
“Jolis nichons.” L’un d’eux a dit qu’il leur tendait la main. Quand ma femme a commencé à l’embrasser, l’autre lui a mis la main sur la chatte. “J’adore me raser.”
“Maintenant toi.” Maurice m’a dit de regarder vers moi. “Montrez à tout le monde ce que vous êtes.”
Enlever mon manteau, montrer les vêtements féminins et la chasteté, tout le monde s’est mis à rire.
“J’ai une poule mouillée ici.” Celui sur la gauche de ma femme a dit : “Qu’est-ce qu’il fait ?”
“Tout ce qu’on veut qu’il fasse.” Ma femme m’a dit en souriant.
“Agenouillez-vous.” Maurice a ordonné.
Obéissant, un grand homme noir assis le plus près de moi, se leva et se dirigea vers l’endroit où je m’agenouillais “Eh bien ?” Il m’a dit en souriant, en enfonçant la tête dans mon bâillon.” “Les poules mouillées ont besoin de savoir comment sucer, alors voyons à quel point tu t’en sors bien. En plus, d’après ce que Maurice nous a dit, ta femme t’a bien appris.”
“Il ne bâillonne pas.” Ma femme m’a dit de lever la tête, celle sur sa bite droite. “Avale tout le miel. “Montrez donc que vous êtes un bon cocu.”
Après avoir pris quatre pouces à travers mon bâillon, il a saisi les côtés de ma tête, forçant sa bite plus loin dans ma gorge jusqu’à ce que ses boules touchent mon menton. “C’est ça, c’est ça. Prends tout.” En disant que j’ai continué à avaler sa bite. “Tu lui as appris à être sage. Pas de gode pour toi ce soir.” Il m’a dit de me regarder de haut. “Ce soir, tu auras le vrai.”
“On dirait que son père aime les bites ?” L’un d’eux a dit en marchant à l’arrière de l’autre. “J’ai une seconde pour lui quand il aura fini.”
Pendant que je continuais à sucer et que je criais des noms humiliants comme’Faggot, Slut and Sissy’, j’entendais ma femme se mettre à bâillonner alors que sa tête se mettait à bouger de haut en bas sur une queue noire, la poussant profondément dans sa gorge.
Au bout de quelques minutes, les deux personnes entre lesquelles elle était assise se sont levées, ont pris ses mains et l’ont conduite dans le hall. “Je vais donner à ta femme une vraie bite d’homme ce soir.” L’un d’eux a dit en revenant vers la chambre à coucher.
“Rappelez-vous les gars. Cocu est un homme de ménage. Appelle quand elle sera rassasiée.” Maurice a dit qu’ils ont quitté la pièce.
Quand j’ai fini d’avaler deux charges, Maurice m’a conduit à la chambre à coucher où quatre gars se relayaient pour frapper ma femme sans relâche, la remplissant de bite noire sous tous les angles. De la porte, je les ai vus planter leur graine au fond d’elle, maintenant dans un trou béant. Je regarde comme chacun sorti, sa chatte affamée attendait avec impatience de s’étirer autour d’un autre.
“Il y a quelque chose que tu dois savoir.” dit Maurice en me regardant. “J’ai appelé votre femme le lendemain du jour où elle vous a enfermée et elle a accepté que nous vous gardions enfermés et que je détienne la clé. Après ce soir, tu n’auras plus le droit de coucher avec elle ou avec qui que ce soit. En plus, sa chatte sera tellement étirée par la bite noire qu’elle ne sentirait pas ta bite de tortue même si tu la baisais.” Il a dit qu’il riait. “Elle ne baisera plus que des Noirs maintenant qu’elle a goûté au fruit défendu.” En disant que le dernier homme s’est retiré de ma femme.
“On dirait qu’ils ont fini. Va la nettoyer.” Il m’a dit de retirer mon bâillon alors que ma femme écartait les jambes en révélant sa chatte étirée, débordant d’une épaisse flaque de sperme se formant sous ses fesses. “Elle a plus à faire et le prochain groupe ne veut pas de chatte bâclée.”
Debout, les trois gars m’ont regardé, alors que je me mettais entre ses jambes et commençais à lécher leur sperme noir. Quand sa chatte était propre, j’ai commencé à les nettoyer comme quatre autres ont pris leur tour de la remplir. Encore une fois, quand la dernière a déchargé, on m’a dit de me pencher vers le bas et de la nettoyer de leur sperme frais.
Alors que deux autres personnes entraient dans la pièce, on m’a mis un nouveau sac et on m’a ramené dans le salon où on m’a ordonné de ramper jusqu’au canapé où un homme était assis, se frottant la queue, et de commencer à sucer. Comme mon bâillon était rempli de sa bite, j’ai senti quelqu’un me mettre du lubrifiant sur le cul, puis j’ai senti une douleur aiguë quand sa tête de bite est entrée, me faisant crier de douleur à travers mon bâillon.
“Bon sang, cette poule mouillée est serrée.” En disant qu’il entrait. “Rien de tel que baiser un cul de tapette de pédé.”
Après, ce qui semblait sans fin, le dernier, sur quatre, a déposé sa charge alors que je m’agenouillais encore, ma bouche me faisait mal et mon sperme coulait sur mes jambes. J’ai été de nouveau conduit dans la chambre à coucher où après deux heures et demie, ma femme étant baisée encore neuf fois, j’ai été conduit de nouveau à la chambre à coucher où je l’ai consciencieusement nettoyée de toutes leurs  semences noires.

Lundi matin à 7 h, tout le monde est parti.
“J’espère que ta femme t’a donné toute cette graine de bébé noire.” Maurice a dit en partant. “Sinon, son ventre va grandir avec un bébé noir.” Il a ajouté qu’il embrassait ma femme.
Ça fait trois mois depuis la fête. Le ventre de ma femme grandit. Grandir avec un bébé noir.

Noter cette histoire
Publié le 11/09/19 Récit candauliste , , , ,