Un après-midi au hammam

En général, je me promène en peignoir et mules à pompons. Sous le peignoir, une guêpière noire ou rouge avec echancrures sur mes mamelons enduits d’un baume aphrodisiaque  ou bien un set de lingerie fine avec soutien pigeonnant et culotte percée. Je deambule entre les gens en dévoilant subrepticement ma tenue. Et régulièrement je me retrouve abordé. Il y a les voyeurs (souvent indécis), les palpeurs (uniquement là pour toucher). Et puis les actifs qui sont présents pour tirer un bon coup. Au début je fais un tour aux glory-hole pour butiner quelques glands en évitant de les amener à la jouissance. Ce qui provoque des cris de frustration ! Mais quand Mohammed est présent je sais que je vais passer à la casserole ! En effet Momo se place derrière moi m’assene une bonne dizaine de claques sur les fesses et me demande : “Tu as vide combien de queues ? Écarte tes fesses ! Tu es vraiment une pute ! Tu mouilles du cul comme une donzelle ! Je vais t’enfiler à sec et te ramoner la chatte. Je veux t’entendre gemir !” Momo était déjà en train d’ecarteler ma chatte anale et ses doigts crochus branlaient mon conduit anal sans ménagement au point qu’un petit cri de douleur m’a échappé. Boum, gauche droite sur mes joues ! Momo :”Ferme ta gueule de poufiasse et ouvre ton garage à bites !” Momo me prend par les hanches, frotte son membre énorme à l’entrée de mes reins, et après une poussee vigoureuse franchit le barrage de mon rectum et vient se blottir au fond de mon cul. Après un moment de répit le temps de bien caler son gourdin Momo démarre son travail de pompage, d’abord en levrette puis il me retourne et me fait asseoir sur sa bite. Je suis comblée, mes cris de plaisir sont si puissants qu’ils attirent des curieux. Momo:”Ferme ta gueule d’enculee et suce la bite de ce monsieur. Tu ne vois pas qu’il bande comme un taureau et qu’il a besoin de se vider les couilles dans ta gueule de salope !” Je suce cette bite inconnue qui gicle dans ma bouche et sur mon visage. J’étais venue pour ce genre de scénario et j’en repars comblée.

4/5 - (3 votes)

Laisser un commentaire