Standard

Bonjour,

Oui, j’ai des fantasmes. Simples, compliqués, irréalisables. Ils sont, en général, sexuels mais en y pensant, c’est l’approche pour y arriver qui génère mon fantasme. L’acte, en lui-même, reste plus classique. Quoi que…

J’ai 56 ans, on me dit que je fais plus jeune que mon âge. Je suis resté moderne (branché…), dynamique, et je prends soin de mon look (Merci D……..)

Ces fantasmes, je vais les écrire pour que vous les lisiez. Rien de secret. On ne se connait pas. Je n’ai pas peur de les écrires et d’être commenté.

Il n’y a pas d’ordre. Je les écrits comme bon me semble. Et quand je le voudrais.

Premier…fantasme… première envie…

Accueil :

Elle n’a pas 30 ans. Elle nous accueille tous les jours au rdc de notre bâtiment où je travail. Elle a toujours un joli sourire quand je me présente. Elle me taquine très souvent.

Elle joue le rôle de standardiste.

Parfois, souvent, elle me téléphone pour me passer un fournisseur. Mais juste avant, elle a toujours un mot gentil pour moi.

Je m’amuse à prendre mon temps avant de décrocher, et elle me dit :

Ahhh je pensais que tu étais fâché

Ahhh tu boudes ?

Ahhh enfin… tu réponds….

Ahhh etc…

Quand je descends récupérer le courrier, elle a toujours un petit mot gentil, et surtout, en joli sourire.

Un jour, récupérant un carton, et pour la tester, je l’ai remercié en lui disant : merci Madame. Sa réponse : non… Mademoiselle……….

Depuis hier, elle est en CDI. Je l’ai félicité par mail et sa réponse est troublante … me trouble :

Merci…..

Ce mail me touche beaucoup….

Quelqu‘un peut me dire si un homme peut plaire à une femme même pas trentenaire mais tellement mature intellectuellement ?

Retour à mon fantasme :

Depuis quelques jours, elle vient dans une tenue très….. hum…. Jolie. Une jupe serrée. Moulante. Ce qui me permet de voir, ce qui lui permet de montrer, qu’une femme peut être physiquement belle sans être vulgaire. La classe… pourquoi cette nouvelle tenue ? pour elle, pour les autres ? et qui sont les autres ?

Imagination .. fantasme….:

J’arrive tôt au travail. Vers 7h30. Elle tous les jours, vers 8h45.

Je suis seul au deuxième étage. Les autres sont en vacances et le bâtiment est au trois quart vide des salariés.

Il y a moi, et elle au rez de chaussée. Elle arrive plus tôt cette fois ci…

Je suis assis, allumant mon ordinateur. Mon bureau est en face de l’ascenseur. J’entends l’ascenseur monter. La porte s’ouvre et elle vient à moi, me demandant que je lui explique je ne sais quelle formule sur Excel. Face à moi, elle sent bon. Elle est dans sa jupe si moulante, et son petit tee shirt sans manche qui est soulevé par sa poitrine. Je vois le relief de ses tétons

Elle me propose de se mettre à mes cotés de afin de voir ce que je lui explique. Elle est debout, moi assis. Elle est à ma gauche et je la sens très proche de moi.

Elle me dit : en fait, si je suis là, ce n’est pas pour le travail…. Sa main droite se poste sur mon cou. Je réponds en basculant ma tête sur cette main, la serrant avec ma nuque pour l’empêcher de partir. Elle ne dit rien.

Sa tête se penche, ses lèvres se rapprochent de mon oreille pour enfin me parler : »je suis jeune me dit-elle, mais quand je te vois tous les jours, je rêve de toi. Je me rassieds devant mon pupitre car ton sourire me fait perdre tous mes moyens. Seul un homme de ton âge, de ta prestance, de ta classe me donne tellement l’envie… ce matin, je ne tiens plus. je viens te voir.. je viens te le dire.. je viens……. »

Elle me parait si jeune par rapport à moi. Mais son sourire, son regard est tellement fort que je ne peux pas tenir plus longtemps.

Je lui demande pourquoi elle est venue si tôt ce matin. Elle me répond qu’elle veut être seule avec moi. Elle me dit qu’elle veut m’écouter, me sentir, me toucher. Ecouter le timbre de ma voix, sentir mon odeur, toucher ma peau. Je la sens tout de même tendue, un peu peureuse de la réaction d’une homme mure… je la rassure. Elle me répond qu’elle a toujours eu confiance en moi.

Je me lève du bureau. Elle est face à moi. Je lui demande pourquoi elle ne cherche pas un homme de son âge. Sa réponse est claire : « ils ne savent rien….. »

Je pose mes lèvres sur les siennes. Elles sont douces, humides. Pour jouer, je les retire et les pose sur son cou. Immédiatement, elle rigole et sa tête se colle à moi. Elle est chatouilleuse. Rien que ça, ce petit jeu, et elle me chuchote un petit : encore

C’est elle qui commence en m’embrassant de nouveau mais en y ajoutant ce jeu de la langue dans la bouche. Nous nous embrassons longuement mais je sens son corps se tendre, vibrer contre moi. Je comprends qu’elle ne veut pas en rester là… elle se colle à moi, respirant fortement. Je pose une main sur le bas de son dos. Sa respiration augmente immédiatement. Je la regarde dans les yeux et lui chuchote que nous avons un petit bureau à l’écart de tout. Une sorte de placard difficilement accessible derrière la cage d’ascenseur. Elle me répond tout doucement : oui. Avec tendresse. Je la prends par la main et ouvre le bureau. Nous devons nous baisser pour arriver à la pièce principale, après un petit couloir étroit.

Elle se retourne. Je la trouve tendue. Je la rassure avec une petite caresse sur son visage.et c’est elle qui m’embrasse de nouveau. Elle me dit : apprends moi l’amour. Je veux savoir…

Je ne réponds pas. Nos langues se touchent, se mélangent dans nos bouches. Mes mains se posent sur son dos, descendent doucement, vers le bas de son dos puis caressent ses fesses. Immédiatement, elle se colle à moi. Et le désir monte en moi. Elle doit s’en rendre compte car son corps est de plus en plus serré contre moi. Mes mains remontent, soulèvent sa jupe. Mes mains touchent sa peau. Je touche son sous vêtement. Elle m’encourage à passer outre cet obstacle. Je vois, au travers de son tee shirt, ses têtons dressés. Je me colle à elle pour les sentir encore plus. Et là, je sens sa main frotter le bas de mon ventre. Posés sur mon pantalon, elle frotte et je me dis. Que pense-t-elle de mon érection ???

Sa tête est posée contre mon épaule. et doucement, ses mains défont ma ceinture, et timidement, s’enfouissent et touchent mon membre, au travers de mon sous-vêtement. Sous vêtement humide de mon, de mes envies. je m’attendais à la voir un peu timide, surprise.. Mais non, sa main, bien ouverte, se sent bien dans mon pantalon et son regard, son sourire, me fait comprendre que je suis bien l’homme dont elle a envie..

Pendant ce temps, mes mains font descendre son petit slip lui aussi humide. Sa deuxième main prend la mienne et la pose sur son pubis. De sa forte respiration, j’entends un petit son aigu sortir de sa bouche… de ses lèvres.

Ensuite, sa main, posée sur mon sous vêtement, sur mon pénis, prend les « choses » en main en baissant au plus bas mon slip. Elle commence un petit va et vient qui me crispe. Elle le voit et diminue le rythme. Elle n’est pas à l’aise..Pendant ce temps, mes doigts titillent son clitoris lui aussi très humide. Elle me dit : prends moi… maintenant … prends moi. je m’attendais à ce qu’elle écarte sa jambe et entoure les miennes afin que je la prenne de face.. Mais non… elle se retourne, se penche entièrement, pose ses mains sur le mur, et écarte ses jambes.

Je vois ses jolies fesses, mais que ça…

Mon membre, dressé, humide, trouve l’entrée de son vagin lui aussi humide. Elle respire fort. Très fort. Attendant que je la pénètre. Chose que je fais doucement. Avec précaution

Etroite. si étroite et si bon.. Je suis en elle…. Je ne bouge pas. J’attends sa réaction. Et immédiatement, un petit cri de plaisir sort de sa bouche. Puis un mot : enfinnnnnnnnnn

Je commence tout doucement, sans lui faire de mal, un va et vient… elle aime. En redemande.

Je m’amuse en m arrêtant et immédiatement, c’est elle qui fait le va et vient… je suis bien. je suis bien à voir son dos transpirant, à voir ses fesses que je prends dans mes mains pour m’y tenir. Le rythme augmente. Ses petits cris me motivent. Je sens cette douceur arriver dans mon corps. Son vagin est resserré sur mon pénis durci par le plaisir.

Elle se redresse un peu, j’en profite pour prendre ses seins et les serrer dans mes paumes. Ses tetons sont dressés… mes coups contre elle la fait gémir de plaisirs. Elle me chuchote de continuer de cette manière. Je suis maintenant contre elle. Contre son dos. Rien ne nous arrête…rien ne l’arrête…. Nous ne faisons qu’un…

Je sens son plaisir monter… j’espère qu’elle va jouir avant moi… je sens son corps qu’elle ne contrôle plus. L’odeur de l’amour, du sexe envahi ce petit local… je vais à mon rythme.. elle l’augmente.. c’est là que je constate qu’elle va jouir.. je lui offre ce plaisir avant moi…. ses mains resserent les miennes.. mes coups ne s arretent plus.. elle n’arrete plus mes va et vients puissants. Ca y est .. son corps vibre . Ses jambes tremblent. Un petit cri aigu et contrôlé sort de sa gorge… elle est collée à moi…elle arrête le va et vient et ne bouge plus. je sens un petit liquide, son petit liquide couler sur mon pénis…. Elle reste immobile. Sans réaction puis se retourne, m’obligeant à sortir d’elle, et me regarde avec un si joli sourire. Elle me parait apaisée, encore un peu tremblotante mais bien… elle m’enlace dans les bras en m’offre un baiser avec beaucoup de tendresse. Ensuite, me regardant, elle me demande si j’ai eu le plaisir ultime qu’elle, a ressentie à la fin. Je lui avoue que non mais avec mon grand sourire apaisant. Elle me regarde avec tristesse et me dit de ne pas bouger.. que je mérite aussi un tel orgasme.. je me pose la question : que veut elle dire ???

Elle s’accroupit doucement et son visage est face à mon pénis toujours tendu… elle me regarde avec un doux sourire, puis le regarde…. J’ai deviné ce qu’elle allait faire. Le faire pour moi. Pour qu’elle sente elle aussi les vibrations d’un corps d’homme quand il jouit..

Je lui dis : « si tu n’aimes pas. Ne le fais pas… car je m’en rendrai compte ». Son regard amusé veut tout dire. Sa bouche s’ouvre et doucement, je sens cette chaleur qui entoure mon sexe. Que c’est agréable. Pour commencer, elle avale mon sexe presque en entier, et en même temps caresse avec sa main mes deux boules. Avec douceur… et elle commence doucement un va et vient, jouant aussi avec sa langue. La chaleur de sa bouche réchauffe tout mon corps. Je n’ose lui dire que c’est agréable. Elle doit s’en rendre compte car mon membre est tellement tendu. Elle augmente la cadence, sa cadence avec parfois un rythme inégal et elle me regarde, mon pénis dans sa bouche et je perçois un petit sourire coquin. Je pose mes mains sur sa tête… lui prouvant que ce qu’elle fait est très bien. Très doux, très agréable. Mais son rythme augmente à un point que je sens l’orgasme arriver. Vous savez ? un sentiment incontrôlable, une chaleur qui se diffuse dans le corps. Mon seul mot, durant cet acte, sera de lui dire que je vais jouir et que si elle le souhaite, qu’elle retire mon pénis de sa bouche avant l’arrivée de mon doux plaisir. Pas de réponse de sa part si ce n’est que je l’entends gémir… en effet, je n’avais pas remarqué mais une de ses mains se trouvait entre ses jambes accroupies. Elle se masturbait. Cela m’excita encore plus et je jouis doucement, puis plus fortement dans sa bouche. Je sens le liquide de mon sexe s’évacuer dans sa gorge. Je vois sa gorge avaler. L’orgasme dura plusieurs secondes sans qu’elle retire mon pénis de sa bouche. Comme si elle voulait le garder en elle. Et je compris qu’elle aussi était en train de jouir une seconde fois. Que c’était bon, beau de la voir crispée, accroupie, se tenant à mes cuisses pour garder l’équilibre.

Ensuite, elle se releva et me regarda avec l’expression d’une femme comblée et surprise. Chose étonnante, elle me rhabilla…. Et me demanda de la rhabiller.

Chacun repris ses esprits. Je lui dis que pour moi, ce qu’elle fit fut très bien et elle me réponda qu’elle avait beaucoup de choses à connaitre des hommes et qu’elle reviendrait très vite pour une formation sur l’ordinateur, avec un sourire coquin.

La porte se referma.

Voici une histoire, un fantasme….

Laisser un commentaire