Se donner des orgasmes entre femmes

J’étais prête pour une petite aventure. Ça faisait longtemps que je n’avais pas été avec une autre femme, alors j’étais à la recherche d’une nana. Je voulais juste ressentir ce que seule une autre lesbienne peut te faire ressentir. Mais ce que je ne voulais pas, c’était cette douce tendresse. Je voulais changer un peu, avoir une relation sauvage et un peu brutale avec une autre lesbienne. Pour mettre un peu de piment là-dedans. Je voulais quelque chose que je n’ai jamais vécu. Je n’étais pas sûr de quoi, mais j’allais garder les yeux ouverts pour voir ce que je pouvais trouver.

Je suis tombée dessus par hasard, ou je devrais dire qu’elle est arrivéedans mon ordinateur portable. J’étais en ligne un jour et j’ai reçu un message instantané de ce couple. Ils ont lu mon profil et m’ont dit qu’ils cherchaient une femme bisexuelle. Quelqu’un d’ouvert d’esprit et de toutes sortes de choses. On a commencé à discuter.

C’était un couple fiancé, tous les deux dans la quarantaine. C’était un ex-militaire et elle, une femme de ménage. Ils cherchaient une autre femme avec qui elle pourrait jouer sexuellement et qu’il pourrait regarder. Ça a vite attiré mon attention. J’ai toujours eu le goût de regarder, mais je n’ai jamais été observé de cette façon. Je pensais que c’était exactement ce que je cherchais. Nous en avons donc discuté un peu plus. Au début, j’ai cru qu’il n’en sortirait rien. La plupart des gens commencent par avoir chaud, puis ils perdent le contact et ont froid aux pieds. Moi, je ne me rétracte jamais, si je dis que je vais le faire, alors je vais le faire.

Nous avions prévu de nous rencontrer pour le petit-déjeuner et si ça marchait, d’aller dans un hôtel pour se caresser et s’embrasser un peu. Le seul problème, c’est que j’avais besoin d’un chauffeur. Ils vivaient au nord de Paris et étaient prêts à se rencontrer à mi-chemin. Comme je ne conduis pas, j’ai eu un petit problème. Alors j’ai appelé un ex-amant pour faire un tour.

Nous nous sommes tous rencontrés en ligne et avons discuté de ce qui va se passer et de ce qui ne va pas se passer. En gros, les hommes nous regardaient nous regarder nous amuser. S’ils le voulaient, ils pouvaient se branler pendant qu’ils regardaient. Mais ils n’avaient pas le droit de toucher les deux femmes en train de baiser.

On est arrivés au lieu de rendez-vous en premier. J’ai une table face à la porte et j’ai attendu. J’ai vu une photo d’elle en ligne, et je lui en ai envoyé une de moi, donc on savait quoi chercher.

Je l’ai vue en train de scanner l’endroit à ma recherche. Elle était grande, environ 1m70 et ronde. Elle avait l’air propre, elle n’avait pas besoin de maquillage. Ma culotte a commencé à être humide. Elle était exactement ce dont j’avais besoin. Je me suis levé et je l’ai laissée me regarder quand ils sont venus à la table. Je suis plus petit qu’elle, environ 1,75 m et grassouillet. J’ai remarqué qu’elle se concentrait sur mon sein. Cela m’a aidée de porter ce chemisier à coupe basse et un soutien-gorge push-up pour mettre en valeur mes atouts. J’avais beaucoup de décolleté, c’est sûr.

On a discuté autour d’un café, on apprenait juste à se connaître. Mais nous savions tous où cela finirait. Il n’y avait aucun doute là-dessus. On n’a pas perdu trop de temps à aller au motel.

Une fois dans la pièce, elle est devenue timide avec moi. Ce n’est pas un problème pour moi, j’aime contrôler de toute façon, alors j’ai pris l’initiative. Les hommes s’asseyaient dans les deux chaises face au lit et nous nous asseyions sur le lit. J’ai tendu la main et j’ai commencé à toucher ses cheveux. Puis je me suis penchée et je l’ai embrassée. Juste un petit baiser au début pour voir sa réponse. Je peux dire qu’elle était intéressée.

J’ai glissé ma langue dans sa bouche, cherchant la sienne. On a approfondi le baiser. Je l’ai tirée de près, sentant sa poitrine contre la mienne. Mes bras étaient sur son dos en train de la caresser. Je l’ai embrassée jusqu’à ce que je la sente me toucher. J’ai gémi dans sa bouche. Je l’ai allongée sur le lit. Elle avait des baisers dans le cou. Je la lèche avec ma langue. Elle grignote le lobe de son oreille, tout en la touchant. Mes mains ont trouvé son sein.

Sa poitrine était grosse et charnue. C’était une 95E (au moins). J’ai mis ses gros seins dans sa chemise. J’ai senti ses mamelons devenir durs. J’ai lentement mis mes mains sous sa chemise et je l’ai relevée. Sa poitrine avait l’air de vouloir se libérer. J’ai glissé ma main dans une tasse. J’ai eu pitié de son mamelon. Je l’ai vite pincé quand je l’ai trouvé. J’ai enlevé son soutien-gorge. Ma bouche a d’abord trouvé un mamelon, puis l’autre. Je suçais, léchais et touchais doucement ses mamelons. Je n’en avais jamais assez. D’abord l’un, puis l’autre.

Pendant que je faisais cela, ma main descendait le long de son corps, se frayant un chemin jusqu’à son pantalon. J’ai d’abord mis sa chatte sous son pantalon. Sentir la chaleur à travers son pantalon. J’étais dehors en train de tapisser sa grosse chatte et de lui trouver une fente. Tout en lui léchant les seins. Je l’ai sentie se mouiller. Si j’avais regardé en bas, je l’aurais vu aussi.

Au lieu de ça, j’ai enlevé son pantalon et sa culotte d’un seul geste. Je ne lui ai pas donné le temps de reculer. J’ai écarté ses jambes et je suis entré. J’ai pris un long coup de langue. De l’arrière de sa chatte à l’avant. Doucement et doucement. Je faisais ça encore et encore. Elle dégoulinait sur ma langue. J’étais en train d’en mettre plein la vue. Puis je me suis arrêté à son clito. J’ai trouvé son bouton dur et gros. Il s’adapte parfaitement dans ma bouche. J’ai juste commencé à le sucer.

Elle gémissait et se tortillait partout sur le lit. Mais ma bouche n’a pas quitté sa chatte, j’ai tenu bon. J’ai mis mon majeur dans son trou chaud pendant que je léchais son clito. Je la baisais avec mes doigts et je la léchais, puis elle a explosé dans ma bouche. Elle a commencé à crier qu’elle éjaculait.

“Oh oui bébé, suce ma chatte”, “Lèche-moi pendant que je jouis”. Elle n’arrêtait pas de le répéter jusqu’à ce que son corps ne tremble plus. J’ai regardé les gars et j’ai vu mon ex-amant tirer sur son chargement en même temps qu’elle arrivait. Je me suis dit, j’ai enlevé deux personnes et je portais encore tous mes vêtements.

Je ne voulais pas lui donner le temps de faire des choses. Alors j’ai attrapé un jouet, quelque chose qui l’époustouflerait vraiment. J’ai sorti un gode de 30 cm. Je l’ai mis sur ses lèvres, pour qu’elle le lèche et le mouille bien. Elle l’a léché de bas en haut. Elle le fait scintiller avec sa broche.

Je lui ai pris le jouet et je l’ai traîné dans son corps. Au-dessus de ses gros seins, en mouillant ses tétons. Dans son ventre, et à sa chatte humide et chaude. Je l’ai passé sur ses lèvres de chatte, elle a écarté ses jambes plus large. Au début, je ne voulais pas m’en mêler. Je voulais qu’elle me désire aussi. Alors je l’ai taquinée avec. Il lui passait sur les lèvres, sur le clito, juste en le touchant. Elle était en feu.

Je l’ai doucement enfoncé dans son trou chaud, humide et prêt. De l’intérieur et de l’extérieur. Elle a commencé à baiser sur le jouet. Je prenais de la vitesse et je poussais de plus en plus fort. “C’est ça bébé, baise-moi”, “Plus fort”, “Fais-moi encore de la crème”, elle criait ça. Elle était partout sur le lit, sur mes mains. Puis elle a encore explosé.

Elle est venue dans des seaux, j’ai eu l’impression. J’ai senti son corps trembler et trembler. J’ai vu ses tétons devenir si durs. Elle était épuisée quand elle a finalement fini. Elle était allongée sur le lit, l’aigle étendu, avec un sourire doux et fatigué sur le visage.

Je savais qu’elle n’avait plus rien en elle pour me faire. Mais hé, c’est bon. J’ai apprécié tout le plaisir que je lui ai donné, et je savais qu’on se retrouverait, et que le plaisir commencerait vraiment.

Publié le 16/05/19 Récit lesbien , ,