Première pipe avec ma mère

Ce jour-là, comme beaucoup d’autres, ses amies sont entrées et sorties de la maison l’une après l’autre. Elles s’asseyaient à la table à manger et bavardaient, certaines prenaient un café, d’autres du vin et d’autres encore du thé. TOUTES ces putains de mamans sexy qui restent à la maison. C’était avant que l’acronyme M.I.L.L.F. n’apparaisse.

Elle avait sa meilleure amie, Sylvianne, dont j’ai souvent rêvé. C’était une petite femme de moins d’un mètre cinquante, des petits seins et un gros cul rond. Elle était un peu taquine et elle le savait. Sylvianne s’assurait toujours d’embrasser tout le monde quand elle quittait la maison, de picorer sur la joue et de frotter ses seins qui étaient littéralement des aimants à bites et elle pressait sa poitrine contre mon ventre et me serrait un peu avant de lâcher prise. Elle disait à maman “si ce n’était pas ton fils, je le mangerais tout cru” en partant.

J’ai fait beaucoup de rêves d’éjaculation, en pensant à Sylvianne qui me bouffe la queue !

Sylvianne, n’était qu’une des nombreuses amies de ma mère dont je rêvais, mais je n’ai jamais eu une seule pensée pour maman.

Il était tard le soir, juste avant minuit, tout le monde était déjà couché et j’étais couché dans mon lit avec une bonne gaule. J’ai toujours aimé ce sentiment difficile à expliquer. La tension qu’il crée est exaltante.

Je portais un short de gym en coton (style basket-ball des années 70, jambes très courtes – vous vous souvenez ?) et ma bite faisait un sacré gonflement à l’avant.

Pensant que personne n’était debout, je suis allé à la cuisine pour prendre un verre d’eau, et par habitude le chien doit être sorti dans la cour arrière. Alors que je marchais sur le sol du salon, je me caressais l’entrejambe – parce que non seulement j’aimais avoir la sensation d’avoir la gaule, mais aussi de me frotter l’entrejambe, ce qui me faisait du bien. En ouvrant la porte pour laisser sortir le  chien, j’ai entendu la voix de ma mère de l’autre côté de la chambre noire.

-Je suis là, chéri. Tu savais que j’étais là ?

La plus grande honte de ma vie.

Putain, non ! Je me suis dit.

-Non, je croyais que tout le monde dormait.

-C’est bon, t’es gêné que ta mère t’ait surpris en train de te frotter la bite ?

-Oui, je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un se lève.

-Laisse rentrer le chien et viens t’asseoir avec moi.

Il faisait sombre dans la pièce, mais de son point de vue avec les fenêtres derrière moi, elle pouvait clairement voir que je me frottais la queue et les couilles. Que mon sexe faisait une belle bosse dans mon short.

Ma mère portait une robe de chambre, et dessous, un long t-shirt en coton et une culotte.

Elle avait de gros seins lourds, et un petit cul plat (pas exactement à mon goût) c’est ma mère.

Elle était assise dans un coin éloigné du canapé.

Obéissant – j’ai laissé entrer le chien et je me suis dirigé vers le canapé et je me suis assis sur l’extrémité opposée du canapé en pensant que ma dureté s’abaisserait (ce n’est pas le cas) en essayant de couvrir la poche dans mon short avec ma main. J’étais gêné d’avoir été surpris en train de me frotter devant ma propre mère, sans le savoir.

Elle était tellement cool à ce sujet qu’elle y pensait et elle était très enjouée aussi. Quelque chose que je n’avais jamais vraiment vu d’elle avant.

-Alors, qu’est ce que tu as là ? Tu essaies de le cacher, mais…tu n’y arrives pas vraiment, chuchote-elle. Soit relax. Ok ? Je ne vais pas te mordre, sauf si tu me le demandes gentiment.

-Quoi ?! Je chuchote en retour.

Elle se glissa au centre du canapé, plus près de moi, se pencha et répéta toute la phrase :

-Qu’est-ce que tu as là, tu essaies de te cacher… C’est bon, relax, je ne vais pas te mordre, à moins que tu demandes gentiment. Mon garçon et moi, on devrait pouvoir s’entendre !

Elle s’est penchée et a commencé à sucer et à mâcher mon lobe d’oreille. J’étais assis là en silence, figé au bout du canapé, le souffle chaud de ma mère sur mon cou, me suçant et me mordant l’oreille.

-Je pourrais m’occuper de toi, chuchote-t-elle. Tout ce que tu as à faire, c’est de me demander : Oui s’il te plait, occupe toi de moi.

(Je ne pouvais pas croire, je demandais à ma mère de me sucer la bite)

Elle a ordonné de se tenir debout devant elle.

-Voyons voir ce que mon garçon essayait de me cacher

Elle a gentiment tiré le short vers le bas pour révéler ma bite et mes couilles à hauteur de ses yeux dans l’obscurité, mes yeux s’adaptent à l’obscurité maintenant. Regarder ma propre mère, caresser ma bite avec sa main droite, choper mes couilles avec sa main gauche et commencer à grignoter doucement la tête de ma bite.

Pendant un moment, j’étais perdu.

Elle n’était pas maman.

C’était une bouche qui dévorait ma bite, me faisant sentir ma bite si bien. Elle tenait mes couilles bien serrées, son pouce et son majeur de la main étaient enroulés autour du sac, elle tenait mes couilles et tirait un peu, elle travaillait le manche avec sa main, faisait sauter la tête dans et hors de ses lèvres, sa salive faisait un petit bruit baveux et excitant. Puis, sans prévenir, mes couilles se sont serrées, elle les a lâchées quand elles se sont crispées et le premier flux de sperme a été injecté dans la bouche de ma mère, impatiente. Puis un autre ruisseau et puis un troisième, alors que sa main continuait à travailler la hampe en trayant le sperme de ma bite.

Elle a sucé le sperme de mes couilles de garçons. Elle m’a caressé les couilles, et a frotté le gland sur ses lèvres en rond, grignotant et aspirant doucement la tête dans et hors de sa bouche.

L’érection s’apaise un peu et un peu de douceur revient à un état plus décontracté. J’ai tendu les deux mains vers le bas, passant mes doigts dans ses longs cheveux noirs. Ses cheveux étaient épais, mes doigts s’emmêlaient profondément à l’intérieur, retenant l’arrière de sa tête, se sentant maintenant un peu en contrôle après l’éjaculation dans sa bouche. J’ai commencé à forcer la bite dans sa bouche. Elle n’a pas résisté. Tenant sa tête, j’ai commencé à baiser son visage et sa bouche. Elle m’a obligé en ouvrant sa bouche pour que je puisse lui enfoncer la plus grande partie de ma bite dans la gorge. Elle s’est un peu étouffée, mais elle était soumise à mes besoins.

Je me sentais dominant et elle était soumise à ma bite, violant sa bouche. Mon premier orgasme était pour elle, le suivant était pour moi. J’ai senti le sperme s’accumuler dans mes couilles et j’ai eu un orgasme au fond de la bouche de ma mère. Il n’y avait pas beaucoup de sperme cette fois-ci, mais j’étais vraiment épuisé.

J’ai sorti ma bite de sa bouche, elle a suffoqué pour respirer. De la salive et du sperme qui coulent de ses lèvres. Je me suis penché et je l’ai embrassée

-Merci, je chuchote.

Je lèche mon sperme de ses lèvres et je l’embrasse doucement sur ses lèvres et ses joues en profonde appréciation.

-Je t’aime maman !

Première pipe avec ma mère
5 (100%) 1 vote
Publié le 24/05/19 Récit porno , , ,

Laisser un commentaire