Première insertion de plug d’urètre entre filles

“Veux-tu faire quelque chose pour moi ?” Je demande en chuchotant timidement.

“N’importe quoi”, dit-elle en toute confiance, et je n’ai aucun doute.

elle pense qu’elle a tout vu, ce qui est très attirant, mais aussi troublant d’une manière anxieuse et gênante.

J’ai hésité à me retourner vers la table de nuit, la regardant par-dessus mon épaule juste avant d’ouvrir le tiroir du haut. Elle est visiblement perplexe, se demandant ce qu’est l’insécurité. Un gode géant ? Un tamia ou une gerbille en boule ? Peut-être un sac de balles ? Au lieu de cela, j’ai sorti une sorte de thermos, une pile d’essuie-tout et de l’alcool à friction……

“Qu’est-ce que c’est ?” demande-t-elle. Je l’ai laissée prendre le contenant de mes mains et regarder son expression perplexe. Ses doigts minces ferment délicatement le couvercle… pop… ??????? “Des baguettes ? Baguettes en acier inoxydable ?”

Elle en sort une paire et essaie de s’en servir comme ensemble de restauration…… En souriant sournoisement, j’en prends un et je le désinfecte.

Elle comprend l’idée et met les ustensiles de côté pour regarder. La curiosité l’a captivée.

Je glisse le bâton d’acier sur ses lèvres… “Suce”, je dis un peu gêné et pourtant, toujours, ouvertement autoritaire. Elle saisit l’acier entre ses lèvres et fait courir sa langue jusqu’au bout et jusqu’à l’arrière, dominant sagement mes doigts à son retour.

Je l’embrasse doucement sur les lèvres, je l’embrasse, puis je m’allonge sur le dos. Son visage suit mon entrejambe avec empressement, et mon souffle se prend quand ses cheveux me brossent la peau. Des halètements et des gémissements me brisent la bouche à chaque fois que je la lèche et la grignote. Elle me regarde attentivement, mémorisant l’expérience en me suçant les cuisses. Des doigts rampants et torturés me chatouillent – je rigole – et elle relève ma jupe, juste assez pour jouer avec ma culotte. Elle tète mon clitoris à travers le tissu, pousse merveilleusement sa langue le long des coutures, des bords, prend la dentelle entre ses dents et la pince. Elle les tire sur mes cuisses avec une lenteur douloureuse, puis les arrache et les jette de l’autre côté de la pièce.

“Montre-moi”, respire-t-elle d’une voix rauque, en passant son nez sur ma butte et en me douchant avec des griffes et des tétons. Elle soulève mon chemisier et se faufile jusqu’à mon nombril. Son nez s’enfonce, suivi par le long jet de sa langue, qui s’enfonce frénétiquement, provoquant une série de cris et de grincements qui s’élèvent.

Je tire sa tête sur mon visage et “avale sa langue”. Mais elle s’éloigne, me repousse et insiste pour que je lui montre.

Je cligne de l’œil et je m’écarte avec souplesse…. mes doigts plongent dedans et dehors. Sa langue lèche leurs pointes pendant qu’ils voyagent jusqu’à mon clito, où sa langue la suit de façon ludique. Je frissonne, je tremble, je me tortille. Et puis on arrive à mon trou à pipi. Elle ne s’en rend pas compte au début, les yeux fermés, prise dans l’instant présent. Elle sent le bout de mon doigt entrer quelque chose dans son urètre et est un peu perplexe face à son toucher. Je regarde son nez se froisser, ses paupières s’ouvrir, ses sourcils se relever. Je ris en lui souriant sciemment, son expression claire de : “Cette nana est bizarre, mais j’adore ça.” Sa langue caresse mon trou d’urine, et je glisse la tige d’urètre sous son menton et en riant.

Nous sommes prudents à l’entrée. De l’intérieur et de l’extérieur. Elle se rend compte à quel point c’est sensible.

plug-uretre-sextoy-13cm

Les anneaux de mon urètre se contractent et se dilatent autour de l’acier arrondi. Une fois que le métal froid et apaisant est à l’intérieur et touche l’arrière de ma vessie, je lui montre comment glisser son doigt d’index au-dessus de la baguette et enrouler son extrémité autour de mon os pubien. Comment se déplacer droit dedans, étendre les anneaux et entrer dans la base de ma vessie. Je la laisse explorer doucement, lentement.

“C’est doux et pourtant fort…” dit-elle, ébahie fait écho à sa voix.

Je me perds dans la sensation des lèvres, de la langue, des dents, des doigts qui tracent ma peau. Je masse ses doigts, ses avant-bras, son cuir chevelu, je sens ses plumes glisser entre mes doigts. “Oh merde.” “J’arrive”, je crois, mais c’est redondant de dire quoi que ce soit, alors que je halète et gémis. J’attrape ses yeux avant que la vague ne me traverse et que mes fesses ne s’enroulent sur le lit, poussant mon monticule dans sa bouche. Elle s’accroche, la langue battue, m’épingle avec l’acier froid, mon urètre serre son doigt et des baguettes.

Je me fraie un chemin à travers la tempête d’électricité et je m’installe avec ses sourires, à peine visibles à travers les taches et les couleurs devant mes yeux. Sa voix, cassée et écrasée entre les vagues. Il me faut un peu de temps pour entendre ce qu’elle dit, mais j’adore le son de sa voix. Je la sens tirer lentement le plug d’urètre sous mon soupir, la léchant et tétant au fur et à mesure qu’elle avance. Mes doigts relâchent ses cheveux et remontent mon corps haletant, verbalisant silencieusement chaque consonne de “sainte merde”.

Elle lèche et mordille mon trou à pisse, puis grimpe sur moi en tenant la baguette entre nos visages pour examiner les petits ruisseaux de miel blanc.

Les cordes et les éclaboussures d’une fine substance blanche ornent l’acier de bulles comme la mousse d’une boisson gazeuse. Je la regarde prendre le rouge à lèvres en acier entre ses lèvres, sa langue discrètement léchée, ses yeux s’élargissent avec surprise, “Comment quelqu’un qui mange tant de canneberges, peut-il avoir un goût si sucré ?” Elle sourit d’un air de loup à son goût d’agave et monte avec empressement le rouge à lèvres entre ses lèvres, léchant mon nectar.

Je tire sa tête vers moi et je dévore sa langue. “Montre-moi ce que tu fais de ton oreiller”, dis-je entre le bourdonnement de nos baisers.

Noter cette histoire