Première fois avec ma soeur

Je vais commencer par dire que je comprends que certains puissent penser que c’est mal, mais la perversion taboue de ce sujet reste gravée dans ma mémoire. Cela s’est passé il y a des années, lorsque j’étais un adolescent hormonal et constamment excité. D’après mes souvenirs, je me branlais au moins une ou deux fois par jour. Ma sœur et moi avions une relation fraternelle typique où nous nous disputions presque toujours. Pour moi, elle avait la nausée typique des frères et sœurs. Cependant, il était difficile d’ignorer qu’elle avait un beau corps. Si je n’avais pas été son frère, je lui aurais certainement jeté un coup d’œil.

C’était un événement très émotionnel pour moi, je m’en souviens très bien. Nous n’avions qu’un an d’écart en âge et plus de 18 ans lorsque cela s’est produit pour la première fois. La première fois que c’est arrivé, ma sœur était malade et prenait des médicaments à l’époque. Elle avait manqué quelques jours de cours et était dans un état dégoûtant, car elle était couchée dans son lit, ne prenait pas de douche et toussait sans arrêt. C’était le soir et Lisa venait de sortir de la douche. Maman et papa sont sortis pour la soirée, laissant un numéro de téléphone au cas où nous aurions besoin de les joindre. Après sa longue douche habituelle, Lisa a pris ses médicaments et s’est couchée dans son lit.

Le téléphone a sonné et je l’ai décroché. C’était ma mère qui vérifiait comment allait Lisa. J’ai ouvert la porte de Lisa à contrecœur (après tout, sa chambre était pleine de germes) pour lui donner le téléphone. Sa télévision était allumée, les lumières éteintes et elle semblait dormir. Je l’ai appelée de la porte mais elle n’a pas répondu. Ma mère m’a dit que les médicaments qu’elle prenait l’aidaient à dormir, donc elle était probablement sortie. Je suis entré dans sa chambre et je me suis tenu au-dessus de Lisa, qui était couverte d’un drap. Je l’ai secouée, mais elle n’a toujours pas répondu. J’ai relayé l’information à ma mère et elle m’a dit de la laisser dormir.

Je me suis dirigé vers la porte et j’ai fait demi-tour pour voir si elle faisait semblant. Une partie de moi pensait qu’elle faisait semblant, parce que c’est quelque chose qu’elle ferait. Je suis donc retourné vers elle et je l’ai secouée de nouveau, mais toujours pas de réponse. Pensant toujours qu’elle faisait semblant, je me suis approché d’elle et lui ai retiré son drap. Toujours aucun mouvement de sa part. J’ai regardé en bas, quelque peu choqué, alors que Lisa était allongée sur le côté, une jambe tendue en travers du lit. Elle ne portait qu’une chemise de nuit qui lui avait passé la taille et sa culotte était entièrement visible. Bien que je savais que Lisa était attirante, c’était la première fois que je la regardais vraiment d’une manière sexuelle.

Ne sachant toujours pas si elle faisait semblant de dormir ou non, je me suis à nouveau penché et je l’ai secouée de la hanche. Toujours aucun mouvement. Elle me faisait face, alors je ne regardais que son corps – son cul en particulier. Comme elle ne répondait pas, j’étais convaincu qu’elle dormait vraiment et qu’elle ne faisait pas semblant. Je me suis tourné vers la porte, puis je l’ai regardée à nouveau, cette fois-ci sous un angle différent, en regardant davantage sa chatte à travers sa culotte. Je pouvais voir la fente sur les lèvres de sa chatte à travers sa culotte et ma bite a commencé à grossir. C’était la première fois que je m’excitais sexuellement en regardant ma sœur.

Je me suis retourné et je suis retourné à son lit, en m’agenouillant à côté d’elle pour pouvoir regarder sa chatte de plus près. Jusqu’à ce moment, je n’avais jamais vu de chatte en vrai, à part en photo ou en film, et je n’en avais certainement pas touché une seule. Je regardais le cul et la culotte de Lisa, à quelques centimètres devant moi. Une VRAIE chatte. Pas seulement une photo. Elle sentait bon, elle sortait juste de la douche, et ma bite était en pleine forme. J’ai attrapé ma bite en essayant de relâcher la pression qui s’était accumulée en moi.

J’ai ensuite tendu la main et j’ai touché doucement sa jambe, cette fois-ci sans vouloir la réveiller. Elle n’a pas réagi, alors ma main s’est approchée de son cul. J’ai senti la douceur de sa culotte et le contour de son beau cul. J’ai alors déplacé ma main vers le bas et j’ai frotté sa chatte. Je me souviens que sa chatte était très chaude, beaucoup plus chaude que la sensation de son cul ou de l’extérieur de sa cuisse. J’ai frotté la longueur de sa chatte, du haut de son cul jusqu’en dessous de son clitoris. J’ai fait ça pendant un moment et j’ai dû voir sa chatte, sous sa culotte.

J’ai écarté sa culotte et j’ai regardé fixement, à quelques centimètres de mon tout premier regard sur une vraie chatte vivante. Sa chatte était douce et chaude. J’ai fait courir mon doigt sur la longueur de sa chatte, en sentant la douceur. Elle était vraiment superbe. J’ai continué à la frotter et j’ai fait pénétrer mes doigts dans les plis des lèvres de sa chatte. Sa chatte était chaude et humide. J’ai mis mon doigt sur mon nez et j’ai reniflé. Cela sentait le parfum, ou le shampoing qu’elle venait d’utiliser. J’ai ensuite porté mon doigt à ma bouche et j’ai goûté son humidité. Je me souviens qu’il n’y avait pas vraiment de goût, et pourtant il était incroyable. J’ai ramené mon doigt sur sa chatte plusieurs fois, en goûtant à chaque fois son jus. Puis j’ai enfoncé mon doigt dans sa chatte. Je me souviens que sa chatte était serrée autour de mon doigt, et qu’elle était chaude et humide.

Avec le recul, je suis surpris que je n’aie pas été plus inquiet qu’elle se réveille. Mais j’étais perdue dans la luxure hormonale de l’adolescence. Je ne voulais rien d’autre à ce moment-là que de la goûter, de sentir sa chatte sur ma langue. Mais dans la position dans laquelle elle était couchée, cela ne pouvait pas se produire. J’ai donc remis sa culotte en place, puis j’ai attrapé sa jambe et je l’ai repositionnée de manière à ce qu’elle soit couchée sur le dos.

Je me souviens l’avoir regardée de haut et avoir eu une sensation dégoûtante de malaise dans mes tripes en regardant son visage. À ce moment-là, elle était ma sœur dégoûtante et j’avais la nausée. Mais ensuite, j’ai regardé son corps allongé, sa chemise remontée jusqu’à ses déchets maigres et vêtue de sa culotte, et ma bite a repris le dessus.

Je me suis penché et j’ai remonté son drap sur son visage pour ne pas avoir à regarder son visage, mais seulement son corps et je suis rapidement retombé en mode luxure. J’ai regardé en bas, en fixant ses tétons qui transperçaient sa fine chemise de nuit blanche. Je me suis penché, j’ai soulevé sa chemise et j’ai regardé en dessous pour voir ses seins parfaitement ronds. J’ai relevé sa chemise pour que ses seins soient bien visibles. Ma main s’est abaissée et a doucement touché ses seins, en serrant doucement ses tétons. Ma main s’est ensuite dirigée vers sa culotte et j’ai doucement touché sa chatte à travers sa culotte. J’ai ensuite ouvert l’ourlet de sa culotte, en regardant à l’intérieur pour voir une petite tache de poils pubiens fins bien coupés au-dessus de son clitoris.

Ma main a poussé sous sa culotte et mes doigts se sont enfoncés dans les plis des lèvres de sa chatte. Sa chatte était incroyablement chaude et humide. Je me suis penché à nouveau, j’ai senti sa chatte et je l’ai regardée de près. J’ai ensuite tiré sa culotte sur le côté et j’ai regardé sa chatte. Je me suis penché et j’ai léché la longueur de sa chatte. C’était incroyable.

J’ai continué à la lécher, en poussant ma langue aussi loin et aussi profondément que je pouvais dans sa chatte. Je ne sais pas combien de temps je l’ai léchée, mais je ne voulais pas m’arrêter. J’étais comme un chien en chaleur. J’ai commencé à pousser incontrôlablement ma bite contre son lit pendant que je la léchais. J’ai commencé à m’énerver et j’ai enfoncé mon doigt dans sa chatte, puis deux. J’étais hypnotisé par ce que je faisais.

Alors que je poussais lentement mon doigt dans sa chatte serrée, j’ai commencé à penser à la baiser. En un rien de temps, je n’ai plus voulu que la baiser. Mais j’avais peur de la réveiller. Et si elle se réveillait, l’enfer se déchaînerait à coup sûr. Mais j’étais possédé par la luxure et je devais la sentir. J’ai levé ses jambes et je les ai écartées. Je me suis agenouillé sur le lit, en me plaçant juste entre ses jambes. J’ai regardé en bas quand elle était allongée là, immobile. Son corps avait l’air si chaud.

Avec ma bite à la main, je l’ai lentement amenée à sa chatte, en la frottant doucement de haut en bas sur toute la longueur de sa chatte. J’avais encore très peur de la réveiller, et je ne voulais pas pousser trop vite ou trop loin. J’ai continué à frotter doucement ma bite contre sa chatte jusqu’à ce qu’elle soit finalement recouverte de son humidité. Puis je l’ai fait. J’ai commencé à pousser ma bite dans sa chatte chaude et humide. Je l’ai enfoncée lentement. C’était incroyable. Chaud, serré et humide. Je me suis retiré lentement, puis j’ai poussé jusqu’au bout. Je l’ai répété peut-être cinq fois, en la baisant, et puis ça m’a frappé. J’ai eu un orgasme intense, sorti de nulle part. Incontrôlablement, j’ai poussé en elle comme je suis venu. Je ne sais vraiment pas comment elle ne s’est pas réveillée, mais elle est restée immobile pendant tout ce temps. Je suis sorti d’elle et j’ai quitté sa chambre, sans même penser que mon sperme était incrusté en elle, et qu’il suintait probablement en remplissant sa culotte.

Le lendemain matin, elle m’a demandé si quelqu’un était entré dans sa chambre. Ma mère m’a répondu qu’elle avait vérifié à son retour, mais qu’elle nous avait demandé à mon père et à moi. Je suis sûr que mon visage devait être rouge de trois couleurs, mais je lui ai dit que j’étais entré pour la réveiller quand maman avait appelé, mais qu’elle dormait. Je ne pouvais pas la regarder de peur de ce qui pourrait arriver, mais on ne m’a rien dit de plus.

Quelques jours plus tard, ma sœur se sentait beaucoup mieux. À cause de ce qui s’était passé, j’ai commencé à regarder ma sœur d’une autre manière. La deuxième fois que j’ai eu des rapports sexuels avec elle, c’était plusieurs jours après la première. J’y ai pensé presque constamment après cette première fois, mais il n’y avait jamais de bon moment pour le faire. En fait, ça me rendait fou. Je ne voulais rien de plus que de la baiser à nouveau.

C’est plusieurs jours après la première fois que ça s’est produit. Il était tard et tout le monde dormait dans son lit. Mais j’étais réveillé et excité comme d’habitude. J’ai marché jusqu’à la salle de bain et je suis passé devant la chambre de ma soeur. J’étais possédé par la pensée et je suis entré dans sa chambre. Elle était allongée sur le dos, couverte de son drap. Je suis entré et me suis assis sur son lit. Elle ne s’est pas réveillée. J’ai alors tiré ses draps sur le côté. Une de ses jambes était légèrement pliée et sa chemise de nuit était relevée pour que je puisse voir sa culotte.

Je ne sais vraiment pas ce qui m’a pris, mais je me suis penché et j’ai doucement touché sa chatte à travers sa culotte. Je lui ai frotté la chatte, sentant la douceur de sa culotte et la chaleur qui se dégageait de sa chatte. Après un court moment de frottement, elle a gémi et a poussé ses hanches vers le haut pour rencontrer mes doigts. Je l’ai regardée et j’ai à peine pu voir qu’elle avait brièvement ouvert les yeux, puis les avait refermés.

J’ai continué à lui frotter la chatte et elle est restée allongée. Puis ses hanches ont de nouveau poussé jusqu’à ma main. J’ai commencé à exercer plus de pression sur son clitoris en la frottant. Au fur et à mesure, sa respiration est devenue plus forte. Elle a détourné la tête de moi et ses hanches ont commencé à bouger plus rapidement. J’ai continué à exercer une légère pression sur son clitoris, puis son corps a tremblé car elle devait avoir un orgasme.

C’est presque au moment où elle était en plein orgasme qu’elle s’est tournée sur le côté, face à moi. Pas un mot n’a été dit, mais sa respiration lourde résonnait encore dans la pièce silencieuse. Je me suis assis là, sur le bord du lit, avec ma bite douloureusement dressée dans ma main.

Après un court instant, je me suis à nouveau penché et j’ai commencé à lui frotter la chatte par derrière. J’ai tiré sa culotte sur le côté et j’ai senti son humidité. Je me suis alors lentement agenouillé derrière elle et j’ai essayé de positionner ma bite sur sa chatte. Elle s’est légèrement déplacée, ce qui m’a permis d’avoir un meilleur accès. J’ai brièvement frotté la tête de ma bite sur les lèvres de sa chatte, l’enduisant de son jus. J’ai ensuite poussé lentement ma bite en elle.

C’était une sensation incroyable. Elle était très serrée, humide et chaude. Quand je l’ai poussée, elle a pris une grande respiration. Son dos s’est cambré lorsqu’elle s’est appuyée contre moi. Je me suis éloigné d’elle, puis je l’ai repoussée lentement, aussi profondément que possible. Elle a poussé un doux gémissement. C’était la meilleure sensation que j’aie jamais ressentie. J’ai poussé en elle et elle s’est retournée contre moi. Puis j’ai accéléré le rythme et j’ai été frappé par un orgasme très fort. J’ai sorti ma bite et je me suis retrouvé par-dessus.