Partager la bite de mon mec avec ma meilleure amie

deux amies pour trio coquin

Je voulais que William me regarde et bande très dur (et oh, il pouvait être très dur !). Cette année, William a choisi un motif motard : t-shirt blanc (un beau t-shirt moulant en plus !) veste en cuir et pantalon en cuir moulant. Quand il a essayé la tenue pour la première fois, j’ai eu envie de lui sauter dessus et de le baiser. En fait, je l’ai fait. Mais c’est une autre histoire !

Nous avons préparé la maison et attendu avec impatience l’arrivée de nos invités. Plusieurs sont arrivés en avance (il y en a toujours eu ; peut-être avaient-ils peur que quelqu’un soit habillé comme eux et voulaient-ils éviter l’embarras ? Ou peut-être qu’ils aimaient simplement faire la fête !) Bob et Lisa étaient habillés en maquereau et sa pute, Sarah est arrivée en infirmière… dans une tenue très légère. Elle avait les jambes pour ça. D’autres se sont montrés en danseurs exotiques, certains en démons ou en sorcières (ce n’était pas techniquement une fête d’Halloween, mais certaines personnes se sont automatiquement mises dans ce mode), une en gothique, une autre en Waldo.

La fête a évolué comme à peu près toutes les précédentes, avec des jeux et des boissons alcoolisées et quelques sorties furtives pour… n’importe quoi. Avec une telle prolifération de tenues sexy et érotiques, il y a forcément eu quelques tripotages. Il ne se passe pratiquement pas une année sans que je trouve quelqu’un en train de se rouler sur la table de billard, de se baigner à poil dans la piscine ou de baiser rapidement dans l’une des chambres. On s’y attend, alors nous y sommes toujours préparés… draps propres, sextoys propres et plein de préservatifs (les bons !).

La nuit a progressé et finalement, tout le monde s’est épuisé et est rentré chez lui. William et moi avons vérifié autour de nous pour nous assurer que nous étions seuls, puis nous nous sommes dirigés vers la chambre. Une fois arrivés, ses mains ont immédiatement commencé à caresser mon corps. La sensation de ses mains fortes glissant sur ma combinaison moulante a fait monter mon sang en flèche, ma peau a picoté et ma chatte a palpité. Ma respiration est devenue lourde et irrégulière lorsque sa main a commencé à frotter mon clitoris à travers le matériau fin. Je suis sûre qu’il pouvait sentir à quel point j’étais déjà mouillée. J’ai attrapé ses épaules et me suis émerveillée de la sensation qu’elles procuraient à travers le cuir. Le fait que je puisse sentir ses muscles à travers la veste était un témoignage de ses exercices ! Il m’a tirée brutalement contre lui (j’ADORE quand il devient tout rude et viril avec moi) et m’a embrassée longuement et durement, nos langues dansant dans et hors de la bouche de l’autre. Je devais l’avoir en moi, mais il avait d’autres plans pour le moment.

Il a attrapé une poignée de cheveux dans un poing, descendant avec l’autre pour dézipper sa braguette. William ne portait jamais de sous-vêtements, un fait dont je me réjouissais. Cela rendait si facile de sentir les contours de sa grosse queue à travers tout ce qu’il portait ; oui, même un pantalon en cuir. Il a sorti sa tige déjà dure et j’ai haleté, sachant ce qui allait suivre. Tenant toujours mes cheveux, il a tendu son autre main maintenant libre, l’a posée sur mon épaule et m’a poussée à genoux. Le bout de sa queue brillait de pré-éjaculation ; j’adore le goût de sa pré-éjaculation… il n’y a rien de tel au monde ! J’ai ouvert la bouche et j’ai léché cette délicieuse cuillerée avec le bout de ma langue. William a gémi doucement et j’ai immédiatement su ce qu’il allait faire. Il a attrapé sa queue, l’a positionnée au niveau de ma bouche et a poussé ma tête dessus avec son autre main. Sa bite est si grosse que je peux la sentir grincer lorsqu’elle passe entre mes dents et se fraie un chemin dans ma gorge. Il tend ses muscles et sa bite gonfle, remplissant encore plus ma bouche, juste quand je pensais que ce n’était pas possible.

Il me laisse bouger lentement de haut en bas de la tige, en la lubrifiant avec ma bouche. Quand il n’a plus pu supporter cette lente et merveilleuse agonie, il a resserré sa prise sur mes cheveux et a commencé à pousser ma tête d’avant en arrière sur sa queue, me baisant le visage avec tout ce qu’il a. Une fois, une amie m’a dit qu’elle ne comprenait pas pourquoi une femme voudrait qu’un homme lui tire les cheveux. J’ai essayé d’expliquer le fantastique sentiment de puissance sexuelle brute que cela procure, mais elle ne comprenait pas. Peut-être qu’elle a juste besoin de quelqu’un comme William pour la prendre et lui faire ça. Je pense que beaucoup de tabous sexuels tomberaient si les gens faisaient ça ; laisser faire. Tant que personne n’est blessé, c’est tout bon !

William a ralenti ; je voyais bien qu’il n’avait pas envie de se faire sauter la cervelle à ce moment-là. J’étais un peu déçue ; je trouve ça tellement chaud quand il éjacule dans ma bouche (ou sur mon visage, ou sur mes seins, ou sur mon ventre, ou sur ma chatte, ou dans ma chatte…). Il m’a soulevé de mes genoux pour que je sois debout devant lui. Sans quitter les yeux des miens, il s’est dépouillé de sa veste, de sa chemise et de son pantalon. Debout devant moi, complètement nu dans toute sa virilité, sa queue se dressant comme un énorme morceau de bois dur comme de la pierre, je voulais qu’il soit en moi, et cette fois, mon souhait allait être exaucé. J’ai défait la combinaison et je l’ai laissé la retirer de moi. William a admiré mon corps pendant un bref instant, puis, faisant glisser ses mains doucement sur mes côtés, il s’est mis à genoux et a attiré ma chatte vers sa bouche. Il a commencé ce merveilleux truc de succion/caressement de la langue qu’il fait et qui me rend folle quand nous avons tous les deux entendu un bruit provenant du coin de la pièce.

William s’est levé, sa bite toujours en érection, et nous nous sommes tous les deux tournés pour trouver la source du bruit. Là, dans un grand fauteuil dans le coin de la pièce, quelqu’un a remué. Nous ne l’avions pas remarqué car le coin avait été englouti dans l’ombre et nous étions… autrement occupés. La forme s’est étirée, s’est levée, s’est avancée et s’est rapidement résolue en Sophie, une amie commune que nous connaissions depuis des années.

Sophie était ce qu’on pourrait appeler un “esprit libre”. Il y avait peu de choses que Sophie n’essayait pas au moins une fois. Elle était habillée pour tuer ; son petit corps était vêtu d’une robe verte fluo moulante qui tenait plus par la volonté que par le matériel. Ses cheveux bruns bouclés encadraient son visage et je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que ses tétons se tendaient contre le tissu. Elle a bâillé et a examiné la scène (William et moi étions toujours debout, complètement nus, sa queue au garde-à-vous, ma chatte encore couverte de jus). “Mmm… joli”, a-t-elle observé, en regardant la queue de William. “Ça te dérange ?” m’a-t-elle demandé en se mettant à genoux, en attrapant son pénis et en l’aspirant dans sa bouche, ses lèvres rouge rubis s’enfonçant jusqu’à la base (pas un exploit facile !) William a haleté de surprise et a attrapé mon bras.

Sophie avait toujours été présente à nos fêtes, et plus d’une fois elle avait plaisanté sur le fait de se joindre à William et moi pendant que nous baisions. Du moins, j’avais supposé à l’époque qu’elle plaisantait. Sophie est le genre de fille qui aime te choquer juste un peu, puis prendre du recul et ricaner innocemment. Elle ne gloussait pas maintenant. En fait, elle faisait un travail d’expert sur la queue de mon homme, et étonnamment, je n’étais pas contrariée. Ma meilleure amie était donc une petite salope suceuse et j’en était fière et excitée. William faisait tout son possible pour ne pas y prendre plaisir, mais au vu de son visage et de la façon dont Sophie travaillait son énorme tige, je pouvais dire que c’était le cas.

J’aurais probablement dû être encore plus choquée lorsque j’ai senti la main de Sophie sur l’arrière de ma jambe. Elle caressait doucement ma jambe pendant qu’elle faisait de même avec la virilité de William. Je n’ai pas remarqué au début, mais ma respiration était à nouveau devenue profonde et irrégulière, un signe certain que j’étais excitée. La vue de sa queue disparaissant dans la bouche de notre amie, ainsi que la sensation assez érotique de sa main sur ma jambe, m’excitaient. Une partie de moi (une GROSSE partie !) pensait que je devais arrêter ça tout de suite (il doit y avoir un problème !) mais il y avait une petite voix à l’intérieur qui disait : “Pourquoi pas ? Qu’est-ce que ça pourrait vraiment faire ?” Alors que la main douce et délicate de Sophie se frayait un chemin jusqu’à la courbe de mes fesses, j’ai décidé de laisser la petite voix gagner. Je suis contente de l’avoir fait !

La main de Sophie a doucement massé mon derrière pendant qu’elle faisait bruyamment couler de l’eau à William. Il m’a regardée, un air préoccupé sur le visage. J’ai souri, hoché la tête presque imperceptiblement et vu un soulagement immédiat l’envahir. Il a passé une main derrière ma tête et m’a tirée vers lui pour m’embrasser. Ce simple baiser s’est transformé en un enchevêtrement de langues et de lèvres, nos souffles chauds se croisant d’avant en arrière entre nous alors que nous réalisions ce qui allait se passer. J’ai regardé William une fois de plus dans les yeux, j’ai souri timidement et je me suis mise à genoux à côté de Sophie.

Sophie a détourné son attention de la queue de Williams pendant un moment et m’a surpris en m’embrassant à pleine bouche. Maintenant, j’ai déjà embrassé des femmes auparavant, d’une manière “amicale”, mais jamais de la manière dont Sophie m’a embrassé ; elle m’a embrassé avec toute la passion d’un baiser avec William, et j’ai trouvé intéressant de voir à quel point c’était tendre et excitant de sentir sa langue se frayer un chemin dans ma bouche. C’était différent de celui de William ; ce baiser était plus doux, la langue plus délicate alors qu’elle s’enroulait avec la mienne. Elle s’est finalement retirée et il ne me restait que le goût de Sophie, agrémenté du goût distinct de William. J’ai ouvert les yeux lentement pour découvrir qu’elle m’offrait la bite de William. Partager la bite de William avec une autre femme ? Oh, et puis merde, pourquoi pas ? Sur ce, j’ai plongé son pénis dans ma bouche, manquant de m’étouffer (je n’allais pas laisser Sophie me faire la leçon quand il s’agissait de donner la tête à mon homme !)

Je l’ai sucé pendant un court moment, puis j’ai commencé à lécher sa tige de haut en bas (il adore ça !) Sophie m’a rejoint et nous léchions toutes les deux sa queue comme deux femmes partageant une sucette ! De temps en temps, lorsque nous arrivions à la pointe en même temps, Sophie se penchait et léchait son jus sur mes lèvres. Chaque fois qu’elle faisait ça, je sentais un picotement électrique descendre jusqu’à ma chatte, la faisant tressaillir. J’ai recommencé à sucer sa queue, puis j’ai senti la main de Sophie sur mes seins. J’ai failli sursauter un peu, puis j’ai pensé à ce que cela pourrait faire à William. Je suis restée immobile, m’adaptant à la sensation des mains sur mon corps qui n’étaient pas Williams. C’était intéressant de voir combien de temps il fallait pour s’habituer à chaque chose supplémentaire ; j’étais maintenant tellement excitée que j’aurais accepté presque tout. Et je l’ai fait.

Sophie a frotté mes seins et pincé mes tétons (comment savait-elle à quel point le fait de se faire pincer les tétons m’excite ?) Son autre main a descendu le long de mon dos et a commencé à frotter le haut de ma raie des fesses. Cette partie de moi était très chatouilleuse, mais les mains de William m’ont vite désensibilisée, et je trouve très érotique qu’on me masse cette zone. Quand William me met vraiment dans tous ses états, il joue avec mes fesses et de l’électricité parcourt mon corps… Combien de nerfs y a-t-il en bas d’ailleurs ? Et sont-ils TOUS reliés à ma chatte ? Parfois, si je suis assez mouillée, il y glisse même un doigt ; ça me fait gémir quand il fait ça ! Mais comment réagirais-je si quelqu’un d’autre… une femme… faisait ça ? Apparemment, c’était OK. Elle a frotté ses doigts de haut en bas de la fente de mon cul et j’ai eu de plus en plus chaud. J’ai cru que j’allais exploser quand tout à coup…

J’ai senti ses lèvres se poser sur l’un de mes tétons et ses dents le mordiller doucement. C’était tout ce que je pouvais supporter. J’ai lâché la queue de William et me suis allongée sur le lit, en tenant la tête de Sophie contre mes seins jusqu’en bas. Elle a travaillé un téton avec sa bouche, l’autre avec son pouce et son majeur. Pendant ce temps, William n’était pas du genre à être laissé de côté. Il est monté sur le lit et a repris là où il s’était arrêté, les lèvres parcourant ma chatte de haut en bas. Il a commencé à me baiser avec la langue et Sophie a vu une ouverture (sans jeu de mots !) Elle a glissé une main le long de mon ventre plat et a trouvé mon clito de manière experte. En le frottant doucement au début, elle a rapidement augmenté le rythme. Je peux te dire maintenant : si tu n’as jamais demandé à une femme de travailler sur ton clito, fais-le ! Tu peux dire à un homme jusqu’à ce qu’il ait le visage bleu comment sucer ton clito, mais à moins de posséder toi-même l’équipement, tu n’y arriveras jamais exactement. Sophie l’a fait exactement comme il faut. Immédiatement, j’ai commencé à me demander ce que ça ferait d’avoir sa bouche à la place de ses doigts. William, Sophie ou les deux ont semblé le sentir ; William s’est écarté et Sophie s’est levée. Ses mains sont parties de ses chevilles pour remonter le long de ses jambes jusqu’à l’intérieur de ses cuisses où, d’après le regard de Sophie, il a dû glisser un doigt rapide dans sa chatte et jouer un moment. Il a déplacé ses mains pour saisir le bas de sa robe (qui couvrait à peine ses fesses tendues et galbées) et l’a enlevée de son corps. William a ensuite guidé Sophie entre mes jambes, là où il venait de s’occuper de rendre ma chatte chaude et humide. Sophie s’est arrêtée juste assez longtemps pour tirer sur la queue de William et lui sourire avant d’abaisser son visage sur ma chatte humide et dégoulinante.

Des étincelles de lumière ont éclaté dans ma vision. Sophie touchait chaque point comme si je le faisais moi-même ; elle connaissait toutes les astuces, toutes les choses que je souhaitais pouvoir faire mais que je ne pouvais pas faire. J’ai joui après avoir été baisée par William, mais je n’avais jamais joui après que quelqu’un m’ait léché le clito… c’est-à-dire jusqu’à cette nuit. J’ai joui si fort que j’ai fini par serrer la tête de Sophie avec mes cuisses. Mais ça n’a pas semblé la déranger. Lorsque mon orgasme s’est calmé, elle a recommencé à tapoter ma chatte. Ce faisant, elle a tendu la main et attrapé la queue de William, la guidant derrière elle et la dirigeant vers sa chatte. J’avais réussi à caler ma tête sur un oreiller (j’aime regarder) et j’ai vu la question dans ses yeux. “Baise-la !” J’ai crié du mieux que je pouvais. “Mets ta bite dans sa chatte et baise-la comme tu me baises !” Je suppose que j’étais assez catégorique ; il a frotté sa bite contre sa chatte pour la mouiller et l’a plongée profondément dans sa chatte d’un seul coup. Sophie a arrêté de me sucer assez longtemps pour haleter et laisser échapper un fort gémissement de surprise et de plaisir (je t’avais dit que sa bite était énorme !) Elle m’a souri et s’est remise à me sucer jusqu’à un autre orgasme pendant que je regardais William pomper sa bite dans et hors d’elle. Je pouvais sentir son rythme alors que la tête de Sophie s’enfonçait encore et encore contre ma chatte.

J’espérais que William n’allait pas encore exploser ; je m’amusais trop avec cette nuit de découverte et je ne voulais pas que cela se termine tout de suite. Sophie l’a peut-être senti… peut-être qu’elle ne voulait pas non plus que ça se termine trop tôt. Elle s’est soulevée, a retiré la queue de William de sa chatte et m’a attiré vers elle. “Goûte-la”, a-t-elle dit. “Tu vas adorer !”

J’ai englouti sa queue avant de pouvoir réfléchir ; quel était ce goût incroyable ? Oh mon Dieu, c’est Sophie ! Je goûtais la mouillure de sa chatte sur toute sa putain de bite ! C’était merveilleux ; pas du tout ce que je pensais que ce serait. J’ai déjà déclaré ma propre chatte à William, mais pour une raison quelconque, je pensais que le jus de chatte d’une autre femme serait… je ne sais pas, juste pas bon. C’était délicieux. “Est-ce que tu aimes ça ?” Sophie a demandé, en me fixant dans les yeux. Elle avait les plus beaux yeux verts. “Oui”, ai-je répondu.

“Alors laisse-moi t’emmener à la source”, a-t-elle répondu en se baissant sur le lit. Elle s’est approchée, m’a embrassé longuement et fort une fois de plus, et a tiré ma tête entre ses jambes. William s’est baissé à côté de nous pour pouvoir regarder comment il pressait les seins amples, mais pas énormes, de Sophie. J’ai tendu timidement ma langue et l’ai touchée aux lèvres de sa chatte. Je taille ma chatte de façon à ce qu’il y ait très peu de poils ; Sophie était complètement rasée. Il y avait à nouveau ce goût merveilleux… J’ai léché à nouveau, cette fois avec un peu plus de pression. Sophie a gémi, a placé une main à l’arrière de ma tête et a poussé mon visage fort contre sa chatte. Je me suis laissée aller et j’ai commencé à lécher ma langue partout, partout où elle pouvait aller. Sophie a écrasé ses hanches contre moi. Sa chatte est devenue plus humide à cause de ses propres jus mélangés à ma salive… J’ai rapidement trouvé son clito et j’ai commencé à le travailler. Elle a glapi, gémi et s’est tortillée pendant que je lui donnais la langue et que William commençait à lui sucer les tétons. Il est très doué pour ça… il sait exactement quelle pression je peux supporter avant de devenir folle, et il va encore plus loin. Pendant qu’il jouait avec ses seins, il s’est baissé et a commencé à jouer avec mon cul. J’ai gémi et Sophie a arqué son dos… j’ai dû toucher un nerf !

“Mets un doigt dans ma chatte”, a demandé Sophie. “Mets-le dedans !” Alors je l’ai fait. J’ai poussé mon index à l’intérieur et elle a de nouveau gémi. C’était si chaud, serré et humide là-dedans, alors j’ai fait ce que j’aime que William fasse : J’ai mis un autre doigt à l’intérieur. Bientôt, j’avais trois doigts qui entraient et sortaient de la chatte de Sophie, et ses hanches commençaient à bouger. En quelques minutes, elle a joui, et joui fort. Je suis parfois bruyant quand nous baisons, mais Sophie était une hurleuse. “Oh, putain !” a-t-elle glapi. “FUCK ! Suce ma chatte ! Suce mon putain de clito ! Oh, mon Dieu, ta langue est si bonne ! Baise-moi !”

Lorsque son orgasme s’est enfin terminé, elle a tiré William sur elle et a dit : “Je veux que tu rentres ta grosse bite en moi et que tu me FUCHE !”. Elle m’a regardé. “Et je veux que tu t’assoies sur mon visage pour que je puisse te sucer la chatte !” Nous n’étions pas en état de discuter (pourquoi l’aurions-nous voulu ?) et j’ai enfourché le visage de Sophie pendant que William se déplaçait pour plonger sa bite dans sa chatte humide et serrée une fois de plus. Tout en baisant mon amie, il a sucé mes tétons et joué avec les seins de Sophie. J’ai tendu la main et frotté son clito pendant qu’il la baisait fort. La bouche de Sophie a de nouveau fait un travail d’expert sur ma chatte et de temps en temps, sa langue est montée jusqu’à mon cul et y a joué, me faisant gémir plus fort que jamais. Je suis devenue de plus en plus excitée jusqu’à ce que finalement Sophie insère doucement son doigt en moi alors qu’elle continuait à sucer ma chatte et j’ai eu un orgasme fracassant qui m’a laissée complètement sans souffle. Je ne peux pas décrire la sensation d’avoir ma chatte léchée par la femme que mon homme baise, mais je peux te dire que c’est GÉNIAL ! Je regrettais seulement qu’il ait fallu attendre si longtemps pour le découvrir.

William était une fois de plus sur le point de jouir, alors il s’est retiré et nous a tirés tous les deux au sol pour nous mettre à genoux devant lui. “Oh, putain !” J’ai pensé : “Il va jouir sur nous !” Je voulais sentir son sperme chaud sur mon visage et le partager avec Sophie… elle l’avait mérité ! Nous avons sucé la bite de William pendant un bref moment, puis il a pris le relais pour la caresser. Au bout de quelques minutes, j’ai entendu les signes révélateurs qu’il était prêt à jouir ; le souffle court, les gémissements silencieux. Nous nous sommes agenouillés devant lui, les bouches ouvertes pour recevoir son sperme chaud. Quand il a finalement joui, il a pulvérisé son jus chaud sur nos visages, dans nos bouches et sur nos seins. Il a terminé et Sophie s’est retournée pour m’embrasser ; nous avons partagé son sperme et l’avons baisé avec avidité de sa queue et de nos visages respectifs, l’avalant et savourant son goût.

Nous nous sommes effondrées dans le lit, épuisées, et avons dormi ensemble dans un enchevêtrement de corps chauds et transpirants jusqu’à tard le lendemain matin. William a préparé un énorme petit-déjeuner et nous avons dit au revoir à notre bonne amie Sophie plus tard dans la journée.

Sophie nous rend visite beaucoup plus souvent qu’avant…

4.7/5 - (3 votes)