Des frères jumeaux très coquins

En appuyant ma tête contre le volant, j’ai décidé que je venais de vivre la pire journée de ma vie. À ce stade, je ne voyais pas comment la situation pourrait empirer, à l’exception peut-être d’un immeuble qui me tomberait sur la tête. Pour ce qui est de cette éventualité, je ferais en sorte de ne rester qu’à proximité d’immeubles d’un étage, comme ça, peut-être, ça ne me tuerait pas. En me moquant de moi-même, j’ai fermé les yeux en pensant que tout ce que je voulais faire en ce moment, c’était dormir pendant un an.

Cette journée d’enfer avait commencé comme toutes les autres. Le soleil avait traversé ma fenêtre et tombait tranquillement sur mon visage, me réveillant par degrés. Je venais de m’asseoir dans mon lit quand mon téléphone a sonné. Je me souviens avoir pensé que c’était une façon parfaite de commencer ma journée en parlant à mon amant. J’ai attrapé le téléphone et pour mon bonjour, j’ai dit à Mathieu qu’il me manquait. J’ai su que quelque chose n’allait pas quand il a prononcé les mots les plus détestés.

“Il faut qu’on parle.”

J’ai avalé difficilement.

“Bien sûr, quoi de neuf ?”

Je crois que je savais quelque part au fond de moi ce qui allait se passer. Nous sortions ensemble depuis deux ans maintenant et nous nous connaissions mieux que nous-mêmes. C’est ce que je pensais.

Il a pris une grande inspiration, comme s’il se préparait, puis il a lâché la bombe.

“Ces rencontres à distance ne suffisent plus. J’ai besoin de quelqu’un que je puisse voir tous les jours.” Quand il s’est raclé la gorge, j’ai su que le pire était à venir. “Tu vois Daphnée, j’ai commencé à sortir avec quelqu’un ici. Je ne pouvais plus attendre que tu termines tes études et que tu reviennes. J’espère que tu comprends.”

Même dix heures plus tard, j’avais encore l’impression qu’on m’avait arraché le cœur de la poitrine. J’ai fermé les yeux et j’ai souhaité qu’après ce coup de téléphone ce matin, j’ai simplement tiré les couvertures sur ma tête et dormi le reste de la journée. Mais non, je m’étais forcée à me lever et à bouger et j’avais commencé ma journée en me préparant pour le travail.

J’aurais dû savoir que lorsqu’il pleut, il pleut à verse, littéralement. Je suis sortie de mon appartement vers neuf heures pour constater que la vitre de ma voiture avait été brisée et que mes livres pour l’école avaient disparu. Tout ce que j’ai pu faire, c’est regarder avec stupeur et incrédulité la légère bruine qui s’est transformée en averse. J’ai appelé mon travail pour leur dire que j’allais être en retard, puis j’ai dû attendre que les flics prennent tout leur temps pour se montrer. Cela ne m’a pas servi à grand-chose. Après une heure d’attente, ils sont finalement arrivés, ont examiné ma voiture et m’ont informé qu’ils ne pouvaient absolument rien faire pour récupérer mes livres ou réparer les dommages causés à ma voiture. Après de nombreux jurons et grognements, j’ai abandonné et je suis allée aspirer autant de verre et d’eau que possible, puis je me suis rendue au travail.

J’aurais dû me douter que le travail ne serait pas mieux, pas avec la chance que j’avais. En poussant la porte du travail, j’ai vu Stéphanie derrière le comptoir et j’ai su que ma journée allait empirer. S’il y avait une personne avec laquelle je ne pouvais pas m’entendre, c’était bien elle. Elle était née salope et pensait que c’était son droit de faire de la vie de tout le monde un enfer, surtout de la mienne. Elle détestait toutes les femmes qui étaient jolies, qui étaient plus grandes qu’elles et qui n’étaient pas plus lourdes qu’elle. Inutile de dire que je me suis retrouvée en plein milieu de sa zone d’enfer.

Je ne dirais pas que je suis magnifique ou quoi que ce soit de ce genre, mais je ne vais pas non plus briser des miroirs. J’ai un petit corps musclé avec une petite taille et un joli cul. La seule chose que je déteste dans mon corps, ce sont mes seins, tout simplement parce que j’ai plus de tétons que de seins. Ce qui me sauve, ce sont mes longs cheveux noirs, que j’ai tendance à porter en tresse, mais qui, lorsqu’ils sont détachés, tombent en vagues épaisses jusqu’à ma taille. Pour couronner le tout, j’ai des yeux bleus de bébé qui s’inclinent aux coins, ce qui me donne un air exotique.

J’ai commencé mon service à contrecœur et j’ai essayé de rester à l’écart de Stéphanie, mais elle s’est mise en quatre pour me rouler une pelle. J’ai pris tout ce que j’ai pu avant de craquer et de lui dire de faire un bond en avant. En sortant, j’ai dit à l’autre directeur que je démissionnais. En y repensant maintenant, c’est peut-être le point culminant de cette journée misérable.

J’ai ouvert les yeux, j’ai regardé mon appartement et je me suis mise à rire en me rappelant les paroles de ma meilleure amie quand je l’avais appelée pour lui raconter ma journée. Elle avait ri et m’avait dit de disparaître pour le reste de la journée afin que personne d’autre ne puisse me trouver et que rien d’autre ne puisse aller de travers. Comme d’habitude, son conseil valait son pesant d’or.

Je suis allée à la montagne et je suis restée assise au bord de l’eau pendant des heures, à réfléchir et à m’apitoyer sur mon sort. Je crois que ce n’est que lorsqu’il a commencé à faire nuit et que je suis retourné en ville que j’ai compris que je n’avais pas de travail. J’y ai réfléchi en m’arrêtant pour manger quelque chose, et c’est pourquoi j’ai probablement fait la chose la plus stupide de ma vie.

Assis sur le parking d’un fast-food, j’ai regardé de l’autre côté de la rue et j’ai vu une affiche de recherche d’emploi dans un club de strip-tease local. Je me suis assise et j’ai regardé le club et avant de réaliser ce que je faisais, j’étais dans le parking et je regardais le bâtiment rose, rose de toutes les couleurs. Je suis restée assise pendant un long moment avant de trouver assez de courage pour sortir et entrer. Il me semblait incroyable d’être encore ici, complètement incompréhensible que je pense à faire cela. En prenant une grande inspiration, j’ai poussé la porte et je suis entrée dans le bar et j’ai pénétré dans un monde différent.

L’air était lourd de fumée et la musique était forte, pulsant partout. J’ai regardé autour de moi et j’ai senti mes yeux s’écarquiller en fixant la salle. Mes yeux rebondissaient d’une table à l’autre pour atterrir sur la scène où une fille aux cheveux blonds se glissait à l’envers le long du poteau au milieu. Je me suis dit que c’était vraiment un tour que je voulais apprendre. J’ai regardé avec une fascination totale les hommes venir vers la scène pour lui donner un pourboire et j’ai décidé que c’était quelque chose que je pouvais faire. Sans crier gare, un videur s’est approché de moi et m’a demandé une pièce d’identité. Je l’ai remise et j’ai demandé ce que je devais faire pour obtenir un emploi. Quelques minutes plus tard, j’étais dans une loge et on m’a fait monter sur scène où j’ai dansé sur deux chansons et j’ai été engagée dès que j’ai quitté la scène.

Même maintenant, j’ai du mal à croire que moi qui n’ai pas de seins, je vais faire du strip-tease cinq soirs par semaine. J’ai secoué la tête et j’ai gloussé tout seul en poussant ma porte et en sortant. J’ai monté les marches en anticipant une nuit tranquille, seule, et la tête de Mélanie quand elle découvrirait que j’étais devenue strip-teaseuse. J’ai entendu de la musique venant de l’intérieur quand j’ai enfoncé ma clé dans la serrure et l’ai tournée. J’ai poussé la porte et je me suis figée devant le spectacle qui s’offrait à moi.

Je n’en croyais pas mes yeux en regardant la quinzaine de personnes qui me souriaient dans le salon. J’ai fermé la porte et je me suis appuyée dessus pour me soutenir, tout en cherchant Mélanie, ma meilleure amie, dans la pièce. Avec la certitude que j’aurais plaisir à la tuer si elle n’avait pas une sacrée bonne excuse pour cette fête improvisée, je me suis frayé un chemin dans le labyrinthe de corps qui jonchaient mon sol. J’ai salué les gens en les croisant et je me suis dirigé vers la cuisine, sachant que je la trouverais là, ou dans l’une des chambres. Je me frottais les mains tandis que des images de la façon dont j’allais lentement assassiner Mélanie m’envahissaient l’esprit.

J’étais au coin de la rue quand je me suis heurté à un mur solide. J’ai trébuché en arrière et je serais tombée si deux mains puissantes n’avaient pas attrapé mes bras et ne les avaient pas retenus fermement. Le cœur serré, j’ai regardé les yeux verts de mon ami Zacchary. Ses lèvres pleines se sont inclinées aux coins alors qu’il me fixait, puis il m’a tirée un peu plus près.

“Je savais que tu serais content de me voir, mais même dans mes rêves les plus humides, je ne m’attendais pas à ce que tu essaies de me mettre à plat sur le dos aussi vite, et sans même me dire bonjour d’abord.” Il penche la tête sur le côté et baisse les sourcils. “Je crois que je me sens utilisé.” Il m’a fait une fausse moue et a secoué sa tête sombre avant de relâcher mes bras et de s’adosser au mur. “Et moi qui pensais que j’étais plus qu’un objet sexuel pour toi”.

Pour la première fois aujourd’hui, j’ai senti le vrai bonheur inonder mon corps, ce qui m’a donné la tête légère alors que je lui souriais. Je me suis rapprochée de lui et j’ai fait courir le bout de mes doigts sur sa poitrine. “Tu sais que je ne pense pas à toi de cette façon, Hun. Même si je dois admettre que cela fait des années que j’essaie de comprendre pourquoi les filles parlent de toi et de ton jumeau.” Je me suis mise sur la pointe des pieds, j’ai embrassé légèrement son menton et j’ai chuchoté à son oreille. “D’après tous les chuchotements que j’ai entendus, vous devez être des dieux dans la chambre à coucher ou sur la banquette arrière d’une voiture pour être exacte.” Je me suis penchée en arrière et je lui ai lancé un regard sec. “Je pense que c’est moi qui devrais faire la moue. Je veux dire, réfléchis, je vous connais tous les deux depuis des années maintenant et aucun de vous n’a essayé d’entrer dans ma culotte.” Je lui ai fait un clin d’œil et j’ai secoué la tête.

Il s’est mis à rire et m’a rapprochée pour me serrer à nouveau dans ses bras. J’ai posé ma tête sur son torse et j’ai laissé mes soucis s’envoler tandis que ses bras puissants me serraient fort. J’ai fermé les yeux et je me suis dit qu’au moins, j’avais obtenu autant de lui. Je savais qu’il ne prenait pas au sérieux mon attirance pour lui et, en vérité, je ne pouvais pas lui en vouloir. Après tout, la plupart du temps, je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour qu’il ne me voie que comme l’un des autres. Cependant, dans des moments comme celui-ci, lorsqu’il me tenait fermement et que mes seins étaient serrés contre lui, c’était tout ce que je pouvais faire pour ne pas me mettre à genoux et le supplier. Je n’ai pas pu empêcher le petit rire qui s’est échappé à l’image mentale de moi faisant exactement cela.

“Qu’y a-t-il de si drôle ?”

Toujours en riant doucement, je me suis adossée à ses bras et j’ai secoué la tête. “Hé, tu as vu Mélanie ? J’ai quelque chose à lui dire qui devrait lui plaire.”

“Oh vraiment ? Je te dirai où elle est si tu me le dis d’abord.” Je sentais le rougissement grimper à mon cou et j’ai secoué la tête et commencé à me dégager mais il a resserré ses bras. “Oh non tu ne le fais pas… maintenant tu dois vraiment me le dire”. J’ai commencé à lui dire non mais il m’a souri et a embrassé mon nez. “Je ne te lâcherai pas tant que tu ne m’auras pas dit ce qui te fait rougir comme ça”.

Même si je trouvais cette idée tentante, je savais qu’il était sérieux. “Très bien, je te le dirai si tu me promets de ne rien dire à personne, y compris à ton frère”. Il a accepté rapidement puis m’a regardé avec impatience. J’ai fixé le mur derrière lui et j’ai parlé de mon entrée au club de strip-tease. Je lui ai raconté à quel point j’étais excitée rien qu’en me tenant sur le seuil de la porte et comment j’avais auditionné et obtenu le poste. Quand j’ai eu fini mon récit, j’ai regardé son visage. “Pour être honnête, Zacchary, je ne sais pas pourquoi je suis entrée là-dedans, mais je pense que je vais adorer mon travail.”

Je croise son regard et remarque qu’il me regarde bizarrement mais avant que je puisse dire quoi que ce soit, il secoue la tête. “Tu ne vas pas te mettre en colère contre moi si je viens te surveiller, n’est-ce pas ?”. Il m’a souri et m’a fait un clin d’œil.

Je me suis mise à rire. “Oh oui c’est vrai, je le vois bien maintenant… tu dépenses ton argent pour venir me regarder me déshabiller et montrer mes seins à tout le monde”. J’ai secoué la tête et j’ai posé mes mains sur sa poitrine. “Arrête de me taquiner, tête de linotte”.

Zacchary a ouvert la bouche mais l’a refermée sans rien dire. Il m’a regardé pendant une seconde puis a haussé les épaules et a lâché ma taille. “Tu cherchais Mélanie, c’est ça ?” Il a hoché la tête en direction d’une des portes derrière moi qui s’est ouverte. “La voilà maintenant avec Mathieu, et à moins que je ne me trompe, on dirait qu’ils ont comploté quelque chose.”

J’ai jeté un coup d’œil par-dessus mon épaule et j’ai vu Mélanie et Mathieu rire, la tête serrée l’une contre l’autre. “Oh, bon sang ! Ils complotent.” Je me suis retournée vers Zacchary et j’ai frissonné de façon spectaculaire. “Ces deux-là sont dangereux seuls, mais mis ensemble, ils sont carrément mortels.” J’ai de nouveau tourné la tête et j’ai regardé Mathieu et Mélanie me jauger et j’ai frissonné pour de vrai cette fois. “Oh mon Dieu, pas aujourd’hui. Je n’en peux plus.” J’ai gémi en portant mes mains à mon visage et en les regardant à travers mes doigts. “Je sais que je suis condamnée maintenant.”

Zacchary rit et passe son bras en travers de mon épaule, se tournant vers le couple espiègle. “Ah allez Daphnée, c’est ta meilleure amie et c’est mon frère. Ils savent tous les deux que s’ils font quelque chose de trop scandaleux, nous les tuerons dans leur sommeil.” Il s’est penché et a embrassé ma joue avant de sourire. “Mais pour des raisons de sécurité, je pense qu’il faut les séparer, et vite. Laquelle veux-tu ?”

“Je prendrai Mélanie. J’ai plus de chances de la marquer.”

J’ai fait un sourire sournois à Mélanie et j’ai crocheté un doigt vers elle. J’ai eu le plaisir de voir son visage pâlir avant que Mathieu ne lui donne un coup de coude et qu’elle se mette à ma hauteur. Lorsqu’elle est arrivée à ma hauteur, je lui ai pris le bras et l’ai dirigée vers le salon. “Tu sais chérie, quand je suis parti ce matin, je ne savais pas qu’il y avait une fête ce soir. D’ailleurs, tu n’as rien dit quand j’ai appelé après avoir engueulé mon patron.” Je lui ai souri, en montrant une grande quantité de dents. “Maintenant, pourquoi je me demande, c’est ça ?”

Elle a haussé les épaules et regardé en direction de l’endroit où nous avions laissé les gars. Sa voix s’est abaissée à un quasi chuchotement lorsqu’elle a répondu. “Je m’inquiète pour toi. J’ai pensé que ce serait un bon moyen de t’aider à te détendre et à t’amuser un peu.” Elle a tourné la tête et rencontré mes yeux. “Est-ce que j’avais tort ?”

Un petit sourire a plané autour de mes lèvres mais j’ai secoué la tête. “Merci frangine.” Je l’ai serrée dans mes bras, tenant une seconde de plus que d’habitude, appréciant la sécurité que je ressentais dans ses bras. Mes bras toujours autour d’elle, j’ai murmuré à son oreille. “Maintenant, vas-tu me dire ce qui se passe entre toi et Mathieu ?”

Elle s’est reculée et a secoué la tête. “Non.”

“Et pourquoi pas ? D’après ce que j’ai vu, il semblait que vous discutiez de moi tous les deux.”

Elle m’a jeté un regard gêné avant de jeter un coup d’œil dans la pièce. “Eh bien, nous avons un peu parlé de toi.” Elle a pris une grande inspiration et m’a regardé à nouveau. “Je l’ai appelé tout à l’heure et je lui ai raconté ce qui t’était arrivé aujourd’hui. Il a été gentil et m’a aidée à organiser tout ça. On se demandait quand tu te montrerais quand on sortirait de la chambre.”

“Alors c’était quoi ce regard mesuré que j’ai eu de vous deux, hein ?”.

“Daphnée, on s’inquiétait pour toi, mais on dirait que tu gères tout ça très bien”.

“Bon sang, je suis une grande fille, je peux prendre soin de moi.”

“Je le sais.” Mélanie a jeté un coup d’œil dans la pièce puis m’a souri. “Puisque tu es là maintenant, tu ne penses pas qu’on devrait commencer la fête ?”

“Ça me paraît être un bon plan.”

En riant et en nous tenant par la main, nous sommes entrés dans le salon et avons demandé le silence avant de tirer le futon au centre de la pièce. Nous sommes montés tous les deux sur notre scène improvisée et avons regardé autour de nous. J’ai souri aux gens que je connaissais et j’ai envoyé un baiser à Zacchary lorsqu’il est arrivé de la cuisine avec Mathieu. Il a ri et est allé s’asseoir près du mur, entraînant son frère à sa suite.

J’ai détourné mon regard des jumeaux et j’ai regardé autour de moi, remarquant de nouveaux visages dans notre milieu festif. Je n’étais pas très enthousiaste, mais je me suis dit que s’ils étaient là, c’est qu’ils connaissaient les règles. Les règles de notre jeu étaient simples : tout et n’importe quoi était permis tant que personne n’était blessé et que cela restait à l’intérieur de l’appartement.

Une fois que tout le monde s’est installé et a retrouvé le calme, je me suis éclairci la gorge. “La plupart d’entre vous savent probablement que j’ai eu une journée infernale et je veux juste vous remercier d’être venus ce soir. Et pour ceux qui ne sont jamais venus ici auparavant, demandez à un voisin les règles de notre jeu.” Nous sommes descendus du futon et avons choisi une place sur le sol pendant que Zacchary s’avançait et faisait tourner une bouteille pour choisir la première personne à commencer.

La bouteille a atterri sur David qui a commencé le jeu en choisissant une nouvelle fille parmi nous. Elle a raconté en riant la première fois qu’elle a fait l’amour. Je me suis installé et j’ai commencé à m’amuser. Les questions habituelles ont été posées : quel âge avais-tu la première fois que tu as fait l’amour, etc. Au troisième tour de la salle, on enlevait les vêtements et on se lançait dans toutes sortes de défis. J’ai ri quand une fille a dû se déshabiller et chanter “I’m Going To Wash That Man Right Out Of My Hair” en faisant tous les mouvements d’une douche. C’est ce genre de choses stupides qui rendait ces fêtes si amusantes.

Environ cinq minutes plus tard, David s’est levé et a appelé mon nom. Je savais ce qui m’attendait puisque j’étais l’une des rares personnes à être encore habillée. Je me suis levé et je me suis dirigé vers le futon pour attendre mon sort. Il n’a pas tardé à venir.

“Daphnée, je te mets au défi de te déshabiller et de donner chaque vêtement à quelqu’un de différent en lui expliquant pourquoi tu le lui donnes. À leur tour, ils doivent le mettre quelque part sur leur corps.”

Ma bouche s’est ouverte et j’ai regardé David. “Ah, voyons. Tu n’aurais pas pu me demander de me déshabiller au son de la musique ou quelque chose comme ça ?” J’ai entendu un rire étouffé et j’ai lancé un regard mauvais à Zacchary, car je savais qu’il était le seul à être au courant de mon nouveau travail. Il a haussé les épaules et regardé le sol, mais je pouvais quand même voir qu’il luttait contre le rire. J’ai décidé de l’ignorer et j’ai regardé David. ” Qu’est-ce que je suis censée leur dire quand je leur donne mes vêtements, hein ? ” J’ai demandé.

Il m’a tapoté l’épaule puis est retourné à sa place. Quand il s’est assis, il a souri “Tu es une maligne née Daphnée, tu trouveras bien quelque chose.”

“Mince merci, je me sens tellement aimée en ce moment que je pourrais pleurer”. Tout le monde s’est mis à rire et j’ai lutté contre le sourire qui taquinait mes lèvres. J’ai haussé les épaules, puis j’ai enlevé mes bottes et les ai ramassées. J’ai jeté un coup d’œil autour de moi et j’ai repéré deux filles qui faisaient toujours comme si ma vie était géniale, quoi qu’il arrive. Je me suis approché et j’ai tendu une chaussure à chacune. “Maintenant, vous allez savoir ce que ça fait de marcher dans mes chaussures”. Qui sait, peut-être qu’elles comprendraient.

J’ai passé ma chemise par-dessus ma tête et je l’ai tenue sur le côté pendant que je cherchais quelqu’un à qui la donner. Voyant ma cible, je me suis approché et l’ai tendue à Jamie, le plus bel homosexuel que j’ai jamais vu de ma vie. “Jamie, tu pourrais rendre justice à cette chemise mieux que je ne le pourrais jamais”. Il a ri et l’a prise de ma main, en l’enfilant.

J’ai ensuite regardé David, j’ai enlevé mon soutien-gorge et je le lui ai lancé. “David, tu peux utiliser tout le rembourrage qu’il contient comme papier toilette, puisque nous savons tous que tu ne sembles jamais en avoir.”

Comme tout le monde riait, j’ai pris un moment pour réfléchir à qui donner mon pantalon. Lorsque j’ai jeté un coup d’œil vers Mathieu et Zacchary, une idée m’a traversé l’esprit. J’ai rapidement enlevé mon pantalon, puis mes tongs en dentelle noire. J’en ai tenu un dans chaque main et je me suis dirigée vers les jumeaux. Je me suis arrêtée juste devant Zacchary et je lui ai jeté ma culotte, puis j’ai jeté mon pantalon à Mathieu. J’ai souri en faisant un pas en arrière. “Puisque j’ai toujours voulu vous avoir tous les deux, voici ma chance de vous mettre dans mon pantalon et mes sous-vêtements”. Je n’ai pas pu m’empêcher de rire devant l’expression de choc qui a traversé leurs deux visages lorsque j’ai repris ma place.

J’ai rapidement choisi quelqu’un et j’ai dit le premier défi qui m’est venu à l’esprit, même si j’ai pensé qu’il n’était pas très original. Je me suis assise et je me suis détendue, riant avec tout le monde autour de moi tout en luttant pour empêcher mes yeux de s’égarer vers les jumelles qui se trouvaient en face de moi sur le futon. Même sans les regarder, je pouvais les imaginer tous les deux assis là et mon corps traître s’est mis à penser tout seul. Mes mamelons ont perlé et ma chatte a commencé à picoter rien qu’en imaginant leurs mains courir sur ma peau.

J’ai jeté un coup d’œil dans la pièce, mais mes yeux ont semblé graviter vers le duo. Je les ai vus parler à voix basse tout en m’observant et j’ai commencé à devenir nerveuse. J’avais eu de la chance jusqu’à présent et je n’avais été choisie qu’une seule fois. Mais en regardant ces deux-là, je savais que j’allais avoir des problèmes. Je me suis mordu la lèvre en les regardant. Elles étaient magnifiques, avec leurs cheveux bruns qui leur tombaient sur les épaules et leurs yeux verts perçants. Ils avaient été bénis avec le visage d’un ange déchu, tout en plans et en angles. Et leurs lèvres… Oh, quels fantasmes une fille peut-elle imaginer à leur sujet sur son corps.

J’ai regardé Mélanie et j’ai vu un petit sourire se dessiner sur ses lèvres tandis qu’elle observait aussi les gars. J’ai eu une sensation de nausée au creux de l’estomac alors qu’un petit souvenir fugace me titillait l’esprit. J’ai compris pourquoi ce sourire me dérangeait tant au moment où Mathieu a été appelé à faire un défi. La semaine dernière, j’avais laissé entendre que j’aimerais bien avoir l’occasion de découvrir ce qui se passait quand Zacchary ou Mathieu étaient au lit. Nous avions plaisanté à ce sujet et je me souviens que j’avais dit que je les baisais tous les deux et que j’aimais chaque minute.

Mes mains ont commencé à transpirer pendant que j’essayais de comprendre si Mélanie avait pu dire quelque chose à Mathieu pendant qu’ils étaient dans la chambre tout à l’heure. Je savais qu’elle s’inquiétait pour moi, mais je ne savais pas si elle irait aussi loin. Si elle l’avait laissé échapper, j’avais aggravé ce qu’elle avait dit puisque j’avais fait mon défi de la façon dont je l’avais fait.

J’ai regardé Mathieu se lever et commencer à se déshabiller lentement, faisant un strip-tease sexy pendant que quelqu’un lui fredonnait une chanson. J’ai ri lorsqu’il m’a lancé son caleçon au visage. Je l’ai attrapé avant qu’il n’atteigne sa cible et je l’ai brandi en l’air comme un trophée, ce qui a fait rire tout le monde. Quand il a terminé, il m’a souri et m’a tendu la main. “À ton tour Daphnée, qu’est-ce que ce sera ?”

Je me suis léché les lèvres et j’ai décidé d’être courageuse. “Oser”

Il a souri et j’ai su que j’étais dans le pétrin. “Ok.” Il a reculé et m’a regardée de haut en bas, en tapotant sa lèvre inférieure avec son index. “Je crois que j’ai enfin trouvé le défi que tu refuseras de faire”. Il m’a attrapé par les épaules et m’a fait tourner pour que je fasse face à son frère. “Je te défie de déshabiller Zacchary…” il a fait une pause pour faire son effet “en n’utilisant rien d’autre que tes dents”.

Je me suis couvert le visage et j’ai commencé à jurer, ce qui a provoqué les huées et les cris de tout le monde. J’ai relevé la tête et j’ai regardé Mathieu droit dans les yeux. “Je t’aurai pour ça.” J’ai promis en marchant vers Zacchary.

“Ouais…ouais, des promesses, des promesses.” En entendant les mots marmonnés par Mathieu, je me suis arrêtée pour le fusiller du regard, mais il s’est contenté de rire et de me pousser vers son frère

Zacchary m’a donné un petit sourire encourageant puis s’est appuyé sur ses coudes tandis que je me déplaçais pour me mettre à côté de lui. J’ai laissé mes yeux parcourir la longueur de son corps pendant que j’essayais de comprendre comment commencer. Je sursaute légèrement lorsque je sens sa main se refermer sur ma cheville et mes yeux reviennent sur son visage. “Tu es d’accord avec ça Daphnée ?”

J’ai lentement abaissé mon corps à côté du sien et j’ai ri doucement. “Oui, mais je crois que je viens de réaliser à quel point tu es grand et je me demande comment je suis censée enlever ce jean de tes jambes longues de plusieurs kilomètres.”

Il a gloussé et haussé ses larges épaules. “Le mieux, c’est d’en finir, à mon avis”. Il m’a fait un clin d’œil et m’a tendu la main.

Sachant ce qu’il avait l’intention de faire, j’ai tout de même hésité une seconde avant de prendre sa main et de le laisser soutenir mon poids tandis que je déplaçais ma jambe droite sur lui avant d’abaisser mon corps sur le sien. J’ai essayé de chevaucher ses hanches, mais j’ai gardé tout mon poids sur mes genoux plutôt que sur lui. J’ai pris une grande inspiration et j’ai décidé que cela ne se ferait pas si je ne me mettais pas à l’œuvre. Je me suis forcée à regarder Zacchary droit dans les yeux, je me suis penchée et j’ai pris le premier bouton dans ma bouche et j’ai commencé à le desserrer avec mes dents. Comme je n’avais jamais essayé de faire quelque chose comme ça, quand le premier bouton s’est détaché, j’ai ressenti un sentiment d’accomplissement enivrant. J’ai souri à Zacchary, j’ai pris le deuxième bouton dans ma bouche et je me suis mise au travail.

J’ai bloqué toutes les autres personnes présentes dans la pièce et j’ai fermé les yeux pendant que je descendais lentement le long de sa poitrine, libérant un bouton après l’autre. J’ai pris une grande inspiration, respirant son parfum sexy en le regardant à nouveau, puis j’ai pris sa chemise entre mes dents et l’ai dégagée de son pantalon. J’ai dû lutter contre l’envie de rire quand j’ai vu l’expression de tueur sur son visage. Il a lancé à son frère un regard qui aurait pu tuer à mille pas. J’ai lâché sa chemise et je me suis penché en avant. “Oh merde Zacchary, je ne t’ai pas mordu par accident, n’est-ce pas ?”

Le soupir qu’il a poussé m’a soulevée sur sa poitrine mais il a secoué la tête et fixé un point par-dessus mon épaule. “Non Daphnée, mais fais-moi une faveur et dépêche-toi… OK ?”

“Je vais essayer, mais je n’ai jamais rien fait de tel avant et j’essaie d’être prudente”. Je me suis mordu la lèvre et j’ai demandé à voix basse. “Qu’est-ce que j’ai fait pour que tu sois comme ça de toute façon ?”

Il a gloussé “Tu le découvriras bien assez tôt, ma chérie”.

“Ok.” J’ai réfléchi à ce qu’il voulait dire pendant que je me remettais à travailler sur sa chemise. Je suis arrivée à un point où je n’arrivais pas à le tenir tranquillement. J’ai réfléchi à ce que je pouvais faire pendant une seconde, puis je me suis penchée en arrière, laissant mon poids tomber complètement sur ses genoux et j’ai senti sa bite dure pousser contre ma chatte nue et humide. J’ai aspiré une grande bouffée d’air et je l’ai regardé avec effroi. Le coin de sa bouche s’est relevé et il a prononcé les mots “Je te l’avais bien dit”. Je savais que c’était ce qui l’avait rendu si… Je ne sais pas si on peut parler de contrariété, mais il n’était vraiment pas à l’aise dans ce jean serré. Tu parles d’un choc, c’est moi qui lui ai fait ça ! Ce qui est encore plus grave, c’est que je ne me suis même pas rendu compte de ce que je faisais. Mais en y réfléchissant, je pense que c’est logique, quel homme n’est pas excité par une femme nue qui le chevauche et le déshabille.

Une petite voix méchante a murmuré dans ma tête et je n’ai pas pu résister à l’envie de balancer mes hanches, de me frotter contre lui. Zacchary a aspiré une grande bouffée d’air et j’ai recommencé à me balancer en défaisant rapidement le dernier bouton de sa chemise. Profitant pleinement de la poussée de puissance que me procuraient nos positions, j’ai laissé tout mon poids sur ses genoux, je me suis penchée sur lui et j’ai utilisé mon nez pour ouvrir sa chemise. Une fois que c’était fait, cette même voix méchante m’a incitée à mordiller ses tétons avec mes dents pendant que mes hanches poussaient doucement sur sa bite dure.

Zacchary a rejeté sa tête en arrière, son souffle sifflant entre ses dents serrées lorsque je me suis écrasée contre sa bite. Il a ouvert les yeux et m’a jeté un regard noir, puis il a serré ses mains le long de son corps. “Bon sang Daphnée, arrête ça !” me grogne-t-il.

“Gâcheur de sport”. Je lui ai souri puis, à contrecœur, j’ai avancé mes hanches le long de ses jambes jusqu’à ce que ma bouche soit au même niveau que sa ceinture. Je l’ai regardé dans les yeux, j’ai pris le tissu entre mes dents et j’ai tiré, faisant sauter le bouton par son trou. En écartant le jean de mon chemin, j’ai envoyé ma langue à la recherche de la petite languette métallique de sa fermeture éclair, mais j’ai rencontré sa peau brûlante à la place. Sous ma bouche, je pouvais sentir ses muscles se contracter comme s’ils étaient attaqués et je me suis figée.

Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander ce qui se passerait si ma langue glissait accidentellement contre une autre partie de son corps. Cette voix méchante est revenue pour murmurer qu’il n’y aurait aucun moyen de savoir avec certitude que je l’avais fait exprès. Cette voix et mon propre désir me convainquaient rapidement que je pouvais m’en sortir avec à peu près n’importe quoi. “Ah et puis zut !” Pensai-je en prenant la languette entre mes dents et en la tirant lentement vers le bas.

Avec mon nez, j’ai poussé le jean sur le côté puis j’ai laissé ma langue serpenter pour courir sur son ventre ferme, puis plus bas quand mon menton a attrapé le jean et l’a poussé vers le bas sur ses hanches. J’ai jeté un coup d’œil vers le haut et je lui ai souri à nouveau. “Lève tes hanches, s’il te plaît.” En entendant son gémissement, j’ai ri doucement et j’ai pris à nouveau la ceinture de son jean entre mes dents pour le faire descendre sur ses hanches minces. Alors qu’il commençait à glisser vers le bas, j’ai remarqué pour la première fois qu’il ne portait rien en dessous. Ma bouche est devenue sèche et j’ai perdu ma prise sur le jean. J’ai tâtonné pour retrouver ma prise, mais cela n’a servi à rien. J’ai pris une grande inspiration et j’ai respiré son parfum musqué et sexy. J’ai fermé les yeux et j’ai envoyé ma bouche à la recherche du jean. Ma bouche a glissé sur la peau chaude, légèrement rugueuse par les cheveux jusqu’à ce que je rencontre quelque chose qui a sauté et a claqué mes lèvres. Chaque terminaison nerveuse de mon corps s’est levée et a commencé à chanter l’alléluia tandis que ma langue sortait pour lécher mes lèvres et réussissait également à attraper une goutte de son savoureux précum.

Mes yeux se sont ouverts en un clin d’œil et se sont dirigés vers les siens, où j’ai été happée par le feu qui brûlait au fond d’eux. Il lécha ses lèvres sèches et chuchota juste assez fort pour que je sois la seule à l’entendre. “Tu joues avec le feu, Daphnée. C’est à toi de décider à quel point tu te brûleras. Si tu ne veux pas l’être, alors dépêche-toi d’en finir. Mais si tu veux être brûlée, continue et je m’assurerai que tu seras remboursée en totalité.”

Je pouvais voir dans son regard et dans ses paroles qu’il n’était pas du tout convaincu que ce que j’avais fait était accidentel. Eh bien, j’avais voulu jouer avec le feu et il était là, étendu sous moi et respirant fort. Je me sentais en sécurité en jouant avec lui dans une pièce remplie de gens, après tout, qu’est-ce qu’il pouvait bien me faire qui ne dirait pas à tout le monde dans la pièce ce qui se passait vraiment en ce moment. Je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il ne voudrait pas partager les détails avec qui que ce soit, alors je lui ai fait un sourire timide et j’ai baissé les paupières pour le regarder à travers mes cils. “Zacchary, je ne sais pas de quoi tu parles.

Il m’a lancé un regard noir pendant une seconde : “C’est le seul avertissement que je vais te donner Daphnée, mais si tu continues, garde à l’esprit que c’est une action ou vérité et que tout est permis… c’était tes règles, tu te souviens ?”

Ne sachant que répondre à cela, je secouai mes cheveux pour qu’ils tombent en rideau autour de mon visage, cachant mon visage à tout le monde dans la pièce, y compris aux yeux pénétrants de Zacks. J’ai rapidement décidé que j’étais allée trop loin pour m’arrêter maintenant, et que ce petit goût que je venais d’avoir n’était de loin pas suffisant. Je me suis léché les lèvres et je me suis penché à nouveau sur son jean en faisant croire que je cherchais son jean avec ma bouche, mais au lieu de cela, j’ai pris la tête de sa bite dans ma bouche et j’ai passé ma langue autour d’elle. J’ai senti son corps tressaillir sous le mien mais il n’a pas fait de bruit alors que je l’aspirais avec avidité plus profondément dans ma bouche humide. Il avait si bon goût que je savais que je n’en aurais jamais assez. Je l’ai sucé plus fort et j’ai continué à bouger ma bouche comme si je n’arrivais pas à bien saisir son jean. Mon petit jeu a fonctionné à merveille, car j’ai pu incliner ma tête juste comme il fallait pour l’enfoncer plus profondément dans ma bouche, tandis que je passais ma langue sur sa tige lisse. Lorsque la tête de sa bite est venue buter contre le fond de ma gorge, je l’ai avalé, le prenant aussi profondément dans ma gorge que je pouvais prendre sa bite épaisse. J’ai dû lutter contre l’envie de gémir alors que je le serrais avec les muscles de ma gorge, sachant que pour lui, c’était comme si j’avais avalé sa bite en entier. J’aimais le sentir dans ma bouche et je ne voulais pas m’arrêter. J’ai fait courir ma langue le long de sa tige et je l’ai encerclée une fois, puis deux. Je sentais son corps se dérober sous moi et j’ai retrouvé ce sentiment de puissance enivrant.

J’ai été choquée quand j’ai réalisé qu’il était prêt à éjaculer si tôt. Sa bite a gonflé dans ma bouche et avant que j’aie eu le temps de réagir, il m’a envoyé son sperme salé et sucré directement dans la gorge. Il m’a fallu tout ce que j’avais pour ne pas m’étouffer au début, il y avait tellement de sperme qui remplissait ma bouche que j’ai dû avancer plus loin sur sa bite ou m’étouffer. J’ai avalé, puis j’ai avalé de nouveau avec avidité, en essayant de prendre tout ce qu’il avait à offrir. Lorsque j’ai été certaine d’avoir tiré jusqu’à la dernière goutte, je l’ai retiré à contrecœur de ma bouche et je me suis empressée de faire descendre son jean le long de ses jambes et de l’enlever.

Je me suis assise sur mes talons et j’ai regardé le visage de Zacks. Je ne pouvais pas lire ce qu’il y avait dans ses yeux, mais j’ai décidé qu’il valait mieux que je ne le sache pas. Quand il a continué à me fixer sans rien dire, j’ai commencé à craindre de l’avoir poussé trop loin. Je me suis léché les lèvres, puis j’ai forcé un rire dans ma gorge serrée en entendant les plaisanteries qui circulaient dans la pièce à propos de ce que je venais de faire. J’étais un peu nerveuse, me demandant si quelqu’un avait deviné ce que je venais de faire à Zacchary, mais j’ai vite compris que c’était notre petit secret, à l’exception du regard que Mathieu m’a lancé depuis sa place près de nous.

Je suis retournée à mon endroit sûr, de l’autre côté du futon, mais je sentais encore les yeux de Zacchary me brûler la peau. Je détestais l’admettre, même à moi-même, mais j’avais peur en pensant à ce qu’il pourrait faire pour se venger de moi. J’étais persuadée d’être en sécurité, mais je me rendais compte que j’avais tout faux. Dans une fête comme celle-ci, les possibilités de vengeance sont illimitées. Mais pour être honnête avec moi-même, je commençais aussi à être très excité.

Le gars à côté de moi m’a donné un coup de couteau dans les côtes et m’a dit de choisir ma victime. J’ai souri et j’ai regardé Mathieu. Une fois de plus, j’ai vu les questions dans ses yeux et je me suis demandé s’il était au courant d’une manière ou d’une autre. J’ai rapidement décidé que je ne voulais pas savoir. J’ai penché la tête et mon sourire s’est teinté d’espièglerie lorsque je me suis souvenue à quel point il avait râlé la dernière fois qu’il avait reçu le défi que je m’apprêtais à lui lancer. C’était un bon moyen de distraire tout le monde, y compris moi-même, pendant une minute ou deux. Après cela, je pourrais trouver un autre moyen de me changer les idées à propos de Zacchary et de sa vengeance prochaine. Je me suis levé et je me suis éclairci la gorge. “Hé Mathieu ?” Quand il m’a regardé, j’ai souri. “Tu te souviens que j’ai dit que je me vengerais… et bien voilà. Le défi si tu choisis de le relever… Chante ‘je suis une petite théière’. Je te laisse imaginer ce qu’est le bec verseur.”

Mathieu a grogné et m’a lancé un regard plein de venin, mais en bon sportif qu’il est, il a sauté sur le futon. “Ok les amis, puisque c’est une vieille chanson préférée et que tout le monde la connaît, chantez avec moi.” Il a commencé et avant qu’il n’ait fini la chanson, tout le monde se tenait les côtes en riant. Une fois qu’il a eu fini, la fête a repris pour moi. Je me suis perdue dans le plaisir, et tant que j’ai ignoré le regard de Zacks, je me suis amusée.

J’ai perdu la notion du temps, mais la voix de Mélanie m’a ramenée sur terre avec fracas. “Daphnée, puisque nous sommes tous nus maintenant, je ne vais même pas prendre la peine de te demander si tu veux une question sur la vérité. Je vais juste me lancer et te mettre au défi. D’ACCORD ?” Quand j’ai secoué la tête pour dire oui, elle m’a souri. “Je te mets au défi d’être le centre d’un biscuit Oreo inversé humain”. Tout mon corps a tressailli mais je n’ai rien dit alors qu’elle continuait. “Voici les règles. Premièrement, tu dois être couverte de caramel chaud du cou jusqu’aux genoux, et pour l’effet, tu dois porter un bikini en crème fouettée. Je laisse les garçons décider si c’est un string ou non.” Elle m’a souri et m’a tendu le caramel et la crème fouettée.

Je me suis lentement levé et je me suis déplacé pour les prendre de ses mains. “Ok, et qui sera les biscuits ?” J’ai demandé, même si j’avais déjà l’impression de savoir qui ce serait.

Elle a ri. “Eh bien, nous n’avons qu’un seul ensemble vraiment assorti, n’est-ce pas ?” J’ai pris le pot et la boîte et je me suis dirigée vers le futon quand sa voix m’a arrêtée. “La deuxième partie du défi, c’est que vous devez tous les trois nettoyer les dégâts laissés l’un sur l’autre… avec vos langues.”

Je me suis figée et je me suis lentement retournée pour lui faire face. Je n’arrivais pas à croire qu’elle me ferait ça ; c’était ma meilleure amie après tout. Mais le sourire qu’elle m’a donné m’a dit plus fort que les mots ce qu’elle préparait. Elle voulait que j’oublie ma mauvaise journée et elle me donnait la seule chose que je n’aurais jamais cherchée toute seule. Elle était loin de se douter que j’avais déjà sauté à pieds joints sur la moitié de la chose.

Les jambes tremblantes, je suis montée sur le futon et j’ai attendu que les jumeaux me rejoignent. Sans croiser leur regard, je leur ai tendu le pot et la boîte de conserve. J’ai pris une grande inspiration et je me suis préparée au premier contact. Même si je m’y attendais, j’ai sursauté lorsque des doigts chauds et collants ont glissé le long de mon cou et sur ma clavicule. Les doigts ont ensuite entouré mes mamelons avant de les pincer juste assez fort pour que j’inhale rapidement sous l’effet de la vive tension du plaisir.

Mes yeux se sont levés et se sont heurtés au regard brûlant de Zacchary. Il a souri en replongeant ses doigts dans le caramel, puis les a ramenés sur mes seins. Il m’a prise doucement dans ses mains et a serré au moment même où j’ai senti les mains de Mathieu étaler le chocolat sur mon cul ferme et entre mes cuisses, effleurant ma fente avec son pouce. Je tremblais et me mordais la lèvre pour ne pas gémir à voix haute. Zacchary m’a souri avant de se pencher et de me murmurer à l’oreille. “Maintenant, c’est à ton tour de brûler”.

Avec une lenteur atroce, ils ont recouvert mon corps de caramel. Leurs doigts et leurs mains s’attardaient et me taquinaient jusqu’à la folie, pour ensuite se retirer, me donnant envie d’en supplier davantage. Les mains de Zacks ont glissé sous ma poitrine et sur ma cage thoracique avant de descendre jusqu’à mon ventre, tandis que les doigts de Mathieu ont glissé lentement le long de ma colonne vertébrale, frottant chaque vertèbre en chemin jusqu’à ce que ses mains s’immobilisent au niveau de mes fesses. Au même moment, ils se sont tous deux mis à genoux et ont commencé à couvrir mes jambes. Les mains de Zacchary ont glissé le long de l’intérieur de mes cuisses avant de s’arrêter, de lever les yeux et de les fixer avant de caresser ma chatte trempée. J’ai fermé les yeux pour ne pas avoir à regarder sa tête se pencher vers moi, mais cela n’a fait qu’aggraver le désir qui m’habitait. J’ai entendu leurs voix basses et je me suis demandé ce qu’ils disaient, mais je ne me suis pas posé la question longtemps. De face, Zacchary a glissé ses doigts dans ma fente et a caressé mon clito gonflé exactement au même moment où Mathieu a enfoncé son doigt profondément en moi. Ils m’ont tourmentée pendant quelques secondes seulement avant de se retirer et de sentir la crème fouettée fraîche recouvrir mon sein, puis ma chatte glabre. J’ai senti les bras de Zacchary se refermer autour de moi, m’attirant dans sa poitrine, tandis que Mathieu recouvrait mes fesses de crème, me donnant un string comestible.

J’ai frissonné en levant les yeux vers des yeux verts brûlants et en léchant lentement mes lèvres ; ravie de la façon dont son regard suivait le chemin de ma langue. J’ouvrais la bouche pour dire quelque chose quand Mélanie s’est avancée à côté de nous. “Bien, maintenant Mathieu appuie sur son dos”. Elle a souri lorsqu’elle a entendu mon souffle se couper à la sensation de deux corps forts et magnifiques pressés contre le mien. “Maintenant, la cerise.” Elle en a brandi une en l’air. “Donne la première à Mathieu, puis la seconde à Zacchary. Comme ça, Mathieu pourra commencer sur ton dos pendant que Zacchary aura sa cerise.” Elle a ri de sa propre blague et s’est écartée, attendant que je me tourne vers Mathieu.

J’ai avalé avec force, en gardant la cerise juteuse entre mes dents, puis j’ai penché la tête pour rencontrer la bouche de Mathieu. Sa langue a jailli et m’a arraché la cerise, puis elle est revenue, s’enfonçant dans ma bouche. Son baiser était dur et exigeant et il n’y avait pas une fibre dans mon corps qui pouvait refuser sa demande. J’ai volontiers plongé dans le baiser, mêlant ma langue à la sienne, l’attirant dans ma bouche dans une danse insatiable. Nos langues s’entrechoquaient avant de se frotter l’une à l’autre, imitant les images qui tourbillonnaient déjà dans nos esprits. Ce baiser s’avérait être le plus chaud que j’aie jamais eu dans ma vie. En vérité, c’était un fantasme qui prenait vie. J’étais attachée par la langue à Mathieu pendant que Zacchary passait ses mains sur mon corps, taquinant mes seins et le haut de mes cuisses. J’ai sucé fort la langue dans ma bouche et j’ai entendu Mathieu gémir, puis ses mains sont venues autour de moi, repoussant celles de Zacchary, il a pris mes seins et les a serrés. J’ai gémi au fond de ma gorge et j’ai fait pivoter mes hanches, réussissant à placer sa bite entre mes fesses, la frottant le long de ma fente humide. Il a pompé ses hanches, glissant durement contre moi, déclenchant une réaction en chaîne qui s’est terminée dans ma chatte humide, faisant se contracter mes muscles de plaisir.

“À mon tour, bon sang !” Zacchary a grogné en tirant mon visage vers le sien. Il m’a mordu la lèvre inférieure puis sa langue s’est engouffrée et a pris le contrôle.

Si j’avais pensé que Mathieu exigeait avec son baiser, Zacchary me contrôlait jusqu’au désespoir. Il m’a permis de taquiner sa langue dans ma bouche, puis s’est retiré suffisamment pour mordiller mes lèvres, me faisant comprendre qu’il était le maître dans cette danse et que j’étais son esclave. Ses mains torturaient ma peau déjà sensible, effleurant le bout de ses doigts le long de mes flancs, ses ongles abrasant mes mamelons excités. Ses hanches se sont jointes aux miennes, me maintenant immobile alors que deux cuisses fermes frôlaient les miennes, tandis que deux bites dures promettaient d’en faire plus à l’avenir.

Un gémissement s’est échappé de ma gorge serrée lorsque j’ai libéré mes lèvres. J’ai lutté pour respirer en fixant le visage de Zacchary. Il m’a fait un léger sourire puis a secoué la tête. “Je t’avais prévenu qu’il ne fallait pas jouer avec le feu, maintenant on dirait que tu vas te brûler deux fois”. Il pencha à nouveau la tête et prit mes lèvres, sa langue s’enfonçant dans ma bouche et volant le peu de souffle que j’avais récupéré.

C’était comme si toute la retenue dont ils avaient fait preuve à mon égard s’était évanouie en un battement de cœur. Deux paires de mains parcouraient mon corps, étirant mes nerfs jusqu’au point de rupture. Quand j’ai cru que j’allais devenir folle à cause de leurs touches taquines, Zacchary a rompu le baiser. Ses lèvres et ses dents ont effleuré mon cou, me faisant frissonner puis gémir à la piqûre de ses dents qui se sont accrochées à la base de mon cou, là où il pouvait sentir mon pouls s’accélérer. Il a lâché ma peau sensible, l’a léchée, puis a commencé un chemin taquin de baisers et de léchouilles en descendant le long de ma poitrine, tandis que Mathieu suivait lui aussi un chemin méridional. Ils ont travaillé en équipe, tourmentant ma chair sensible ; Zacchary a abrasé mes mamelons tandis que Mathieu a mordu mon cou, me faisant cambrer dans la bouche accueillante qui se trouvait devant moi.

J’ai regardé la tête sombre qui planait sur mon sein et j’ai dû me mordre la lèvre pour ne pas supplier. La seule chose dont je sois sûre, c’est que si c’était sa vengeance, il n’aurait pas pu trouver mieux pour se venger de moi. Je savais juste que d’une seconde à l’autre, ils s’arrêteraient tous les deux et me laisseraient chancelante. J’ai détourné les yeux, essayant de convaincre mon corps qu’il ne s’amusait pas autant qu’il le pensait, et c’est alors que j’ai remarqué les bruits qui provenaient de la pièce. Des corps se flétrissaient sur le sol, soit par paires, soit par groupes. Ce qui m’a vraiment époustouflée, c’est que je pouvais voir que la plupart d’entre eux regardaient encore ce que les jumeaux étaient en train de me faire.

Sans réfléchir, mes mains se sont levées et ont serré la bouche de Zacks contre mon sein. Il a grogné autour de mes mamelons et a tiré plus fort dessus, ce qui a fait se contracter ma chatte en réaction. J’ai fait pivoter mes hanches et j’ai rencontré des cuisses solides derrière et un torse dur devant. J’ai senti le rire doux de Zacchary vibrer dans ma poitrine avant qu’il ne commence à embrasser et à lécher mon ventre. Comme par une communication silencieuse, les mains de Mathieu ont glissé le long de mon flanc et ont saisi mes hanches exactement au moment où les mains de Zacchary ont glissé le long de l’intérieur de mes cuisses et ont commencé à me soulever en l’air. Avant que je puisse aspirer de l’air dans mes poumons tendus, j’ai senti le premier frôlement d’une langue veloutée caresser mon clitoris. Mes hanches ont tressailli au contact et les mains de Mathieu les ont serrées plus fort, les maintenant immobiles pour l’attaque de ses frères. Sa tête s’est légèrement reculée et j’ai senti les dents mordre l’intérieur de mes cuisses avant qu’il ne fasse passer mes jambes par-dessus ses épaules, me laissant en l’air et complètement vulnérable à sa bouche agressive.

J’ai regardé le long de mon corps et j’ai vu sa bouche revenir sur ma chatte ouverte et s’installer pour un festin. Je n’ai pas pu contrôler le cri qui s’est libéré lorsqu’il a enfoncé un doigt au plus profond de moi et que sa langue a adoré mon clitoris. À chaque coup de langue, son doigt s’enfonçait plus profondément pour ensuite se retirer et glisser doucement le long de ma fente. Encore et encore, il m’a doucement poussée jusqu’à ce que je lutte pour respirer et que mon corps tremble.

Je n’en pouvais plus ; le regarder allait me faire basculer trop rapidement. J’ai incliné ma tête vers l’épaule de Mathieu, mais il m’a fait tourner le visage à nouveau. “Regarde !” m’a-t-il ordonné avant de me mordre le cou et de me presser les seins.

Incapable de faire quoi que ce soit d’autre, j’ai regardé Zacchary glisser un puis un autre doigt au fond de ma chatte pendant que son pouce frottait mon clito. Il a levé les yeux vers moi et m’a regardée dans les yeux pendant qu’il retirait lentement ses doigts de moi, puis il s’est penché en arrière et a pris mon clito entre ses dents et l’a tiré doucement. Je n’avais jamais rien ressenti de tel de toute ma vie et je n’ai pas pu empêcher le cri qui a jailli de mes lèvres alors que mon corps se déchirait et se courbait sous l’effet de mon premier orgasme.

J’étais en état de choc ; je n’avais jamais joui aussi vite. Je n’arrivais pas à savoir si c’était dû à ce que Zacchary avait fait ou au fait qu’on nous observait. Hébétée et la tête encore en train de tourner, j’ai senti qu’on me posait les pieds sur le sol, puis Zacchary m’a tirée vers le bas pour m’allonger sur le futon. Une légère pensée m’a traversé l’esprit, celle de mettre le futon en désordre, mais elle n’était pas comparable aux autres pensées qui commençaient à se bousculer dans mon esprit. Par exemple, ce qui allait se passer maintenant. J’ai jeté un coup d’œil sur le côté et j’ai trouvé Zacchary allongé sur le côté en train de regarder mon visage. En tournant un peu la tête, j’ai trouvé Mathieu allongé de l’autre côté, lui aussi en train de me regarder. J’ai essayé de sourire, mais les muscles de mon visage étaient figés, tout comme le reste de mon corps. Il semblait que la seule chose qui fonctionnait était mon esprit, et il n’était même pas encore à sa vitesse maximale. Ne sachant pas quoi faire, j’ai jeté un coup d’œil à Zacchary et je me suis léché nerveusement les lèvres, en attendant qu’il fasse le prochain geste.

Il ne m’a pas fait attendre longtemps avant de se pencher vers moi et de m’embrasser doucement sur les lèvres. Dans ce léger baiser, je pouvais sentir la tension qui émanait de son corps et cela a provoqué un nouveau besoin dans le mien. Il a passé sa langue sur mes lèvres et j’ai goûté à son goût. J’ai gémi au fond de ma gorge et j’ai incliné la tête pour approfondir le baiser. Il ne pouvait pas savoir à quel point cela m’excitait. J’ai toujours aimé goûter mon propre jus.

Il a retiré ses lèvres des miennes et j’ai tourné la tête vers Mathieu pour qu’il puisse m’embrasser doucement avant qu’il ne se retire et me murmure à l’oreille. “Qu’est-ce que je devrais faire pour que tu me suces comme tu l’as fait avec Zacks tout à l’heure ?”

Je pouvais sentir la chaleur se répandre sur ma poitrine et grimper à mon visage. “Oh merde… C’était si évident ?” J’avais adoré avoir Zacchary dans ma bouche mais je ne voulais vraiment pas que tout le monde dans la pièce sache que c’est ce que j’avais fait. C’est idiot et un peu tard maintenant mais je suis comme ça.

Il a souri et a embrassé le bout de mon nez. “Non, mais après que tu aies fini de le déshabiller, j’ai senti qu’il se passait quelque chose, alors j’ai insisté jusqu’à ce qu’il me dise l’essentiel. Ensuite, j’ai mis un et un ensemble et j’ai obtenu une pipe de classe mondiale. J’ai eu tort ?”

“Non tu ne te trompes pas, mais je ne t’en ai pas dit assez pour que tu t’en rendes compte”. Zacchary a dit, en se penchant sur moi pour prendre mon téton dans sa bouche. J’ai gémi et j’ai soulevé mon dos en l’air, offrant mon sein et espérant qu’il le suce plus fort, mais il a ri et s’est retiré. “Alors… Tu veux comparer nos bites, côte à côte ?”

“Ce n’est pas juste, tu as eu toute son attention quand elle t’a déshabillé. C’est mon tour maintenant.” Mathieu s’est rapidement agenouillé à côté de mon visage et a frotté sa bite contre mes lèvres. Ma langue a jailli et a léché la tête avant d’ouvrir la bouche avec avidité et de la prendre profondément. En refermant mes lèvres autour de lui, j’ai sucé fort et je l’ai légèrement effleuré avec mes dents avant de passer ma langue sur sa tige. J’ai incliné ma tête pour le prendre dans ma gorge et je l’ai avalé. Il a gémi, s’est pris les mains dans les cheveux de chaque côté de mon visage et a commencé à baiser lentement ma bouche.

J’ai fermé les yeux en comparant silencieusement les deux frères. La bite de Zacks était définitivement la meilleure des deux, non seulement elle était d’une bonne longueur, puisqu’elle avoisinait les huit pouces, mais elle était aussi belle et grosse. Celle de Mathieu n’avait rien d’extraordinaire, elle était presque de la même longueur, mais elle n’avait pas la circonférence que j’aimais tant. Je suppose donc qu’ils n’étaient pas identiques sur tous les plans.

Pendant que Mathieu me baisait la bouche, j’ai mis une seconde à réaliser que Zacchary avait bougé. J’ai senti ses mains écarter mes jambes, puis il m’a aidée à plier les genoux, laissant mes jambes grandes ouvertes à la vue de tous. J’ai commencé à refermer mes jambes mais ses hanches se sont mises en travers de mon chemin. En se penchant, il a pris mon mamelon dans sa bouche en même temps que sa bite commençait à entrer en moi. Je sentais ma chatte s’étirer pour s’adapter à sa taille et j’ai dû prendre une grande inspiration par le nez et me forcer à me détendre. Zacchary a pris son temps, glissant lentement quelques centimètres, puis se retirant à nouveau avant d’enfoncer à nouveau ma chatte encore plus loin qu’avant. Lorsqu’il a été enfoui jusqu’à la garde, je gémissais autour de la bite dans ma bouche et j’étais reconnaissante qu’elle soit là pour m’empêcher de crier mon plaisir si fort que les voisins auraient appelé les flics.

Zacchary m’a tripoté le mamelon avec son pouce et son index avant d’entamer un rythme qui a lentement commencé à me faire perdre la tête. Il s’est lentement retiré pour glisser un ou deux centimètres avant de se retirer à nouveau. La prochaine fois que sa bite s’enfonçait dans ma chatte, il l’enfonçait à fond, poussant de petits cris de ma bouche autour de la bite de Mathieu. Il a fait cela encore et encore jusqu’à ce que je prenne son rythme, une poussée lente, puis trois fortes, puis il a changé et c’est devenu cinq poussées lentes et cinq poussées fortes. Son rythme me rendait folle et mon corps se mettait à se tordre et à se cambrer sur le futon, essayant de se rapprocher du corps qui se trouvait au-dessus du mien. J’étais si près de jouir à nouveau que je le sentais danser au bout de mes doigts. Mes muscles se nouaient et le plaisir que je ressentais était proche de la douleur. Mes hanches se sont cambrées contre Zacchary et mon dos s’est décollé du futon pour frotter ma poitrine douloureuse contre son torse, tandis que ma bouche tirait et léchait la délicieuse bite qu’elle contenait.

Mathieu s’est retiré de ma bouche pour passer la tête de sa bite sur mes lèvres avant de grogner et de replonger sa bite dans ma bouche alors qu’il commençait à jouir. Son sperme chaud et salé a rempli ma bouche et je l’ai avalé aussi vite que j’ai pu, mais une partie a quand même glissé des coins de ma bouche pour couler dans mon cou et dans mes cheveux.

Voyant son frère prendre son pied dans ma bouche, Zacchary s’est mis à marteler ma chatte. Il m’a poussée de plus en plus fort, jusqu’à ce que tout mon corps se soulève du futon. Il a attrapé mes hanches et les a maintenues immobiles pendant qu’il les enfonçait à plusieurs reprises. La force avec laquelle il m’a baisée m’a fait basculer et je me suis effondrée sous lui. Mon orgasme a déchiré mon corps, inondant ma chair de lave et faisant jaillir des étoiles derrière mes yeux. Ma chatte s’est resserrée autour de sa queue tandis que je hurlais ma libération. Avec mes muscles noués autour de sa bite, Zacchary n’a pas pu se retenir plus longtemps et, d’une dernière poussée, il a joui au plus profond de ma chatte.

Je ne sais pas combien de temps j’ai dérivé dans un brouillard de plaisir avant de recommencer à sentir mon corps. Il y avait encore de petites répliques qui parcouraient tout mon corps et que je trouvais agréables. La seule chose que je n’aimais pas, c’était le fait que je commençais à avoir froid, et vite. J’ai levé la tête et j’ai souri à Zacchary, puis à Mathieu, qui m’ont aidée à me redresser. J’ai jeté un coup d’œil dans la pièce et, pour la première fois, j’ai remarqué que j’étais assise au milieu d’une véritable orgie. En fait, les trois d’entre nous sur le futon étaient les seuls dans la pièce à ne pas baiser quelqu’un.

Mathieu m’a tiré vers le haut et Zacchary m’a pris la main. Ils se sont rapidement dirigés vers la salle de bain à l’arrière de l’appartement, en passant à travers les corps en train de se dessécher sur le sol. À la porte de la salle de bains, Zacchary m’a adressé un sourire malicieux. “J’espère que tu ne voulais pas te joindre à nous, n’est-ce pas ?”

En riant, j’ai secoué la tête non et j’ai commencé à ouvrir la porte quand j’ai senti des dents sur mon cou. “Bien, aucun de nous n’est encore prêt à te partager, n’est-ce pas Zacchary ?”

“Non.”

Mathieu m’a contourné et a poussé la porte, puis je l’ai franchie à mon tour. Dans le petit espace, les deux hommes se sont pressés contre moi et ont caressé mon corps à tour de rôle, du cou jusqu’aux hanches. Mathieu m’a embrassée profondément puis s’est retiré et a passé son pouce sur ma joue puis sur ma gorge. “Que dirais-tu d’une douche ? On est tous dans un sale état.” Sur ce, il m’a relâchée et s’est tourné vers la douche pour la faire démarrer. Derrière moi, Zacchary a ramené mes hanches contre lui et a incliné ma tête pour qu’il m’embrasse. Perdue dans le tourbillon de luxure qui circulait dans mon organisme, j’ai gémi lorsqu’il s’est retiré, puis j’ai sursauté à la piqûre de sa main sur mon cul lorsqu’il m’a propulsée vers la douche et son frère.

Je suis entrée dans l’eau chaude et j’ai fermé les yeux en penchant la tête en arrière. L’eau a coulé en cascade sur mon visage et sur ma poitrine, enlevant une partie du sirop collant qui recouvrait mon corps. Des mains ont glissé sur mes épaules avant de descendre le long de mon torse dans un glissement glissant et mousseux qui a ramené mon corps à l’attention. C’était pathétique de voir à quel point mon corps réagissait facilement au moindre contact de l’un ou l’autre de ces deux-là. J’ai décidé qu’il était temps de leur rendre la pareille. Je me suis tournée, j’ai pris le savon des mains de Mathieu et je me suis adossée au mur de façon à ce que l’eau passe par-dessus mon épaule et me manque complètement. En tenant leurs deux yeux, j’ai lentement frotté le savon entre mes mains jusqu’à ce qu’elles soient blanches de mousse. J’ai posé le savon sur le rebord de la baignoire, puis j’ai fait courir mes mains le long de mon cou et je les ai redescendues jusqu’à mes seins. Je les ai pris en main et les ai soulevés comme si je les offrais avant de me pincer les mamelons.

Mon plan s’est retourné contre moi à ce moment-là, les deux garçons se sont avancés et m’ont tirée entre eux. Zacchary a passé sa main dans mes cheveux et m’a tirée sur la pointe des pieds, tandis que sa bouche se jetait sur la mienne. En même temps, Mathieu a passé le savon sur mon dos et plus bas, sur les fermes rebonds de mes fesses. Ses mains ont glissé entre mes cuisses, lavant le chocolat avant que ses doigts ne se glissent entre mes lèvres et ne s’enfoncent profondément dans ma chatte. Je me suis cambrée et j’ai gémi profondément dans la bouche de Zacks tandis que Mathieu me doigtait plus fort. Soudain, ses doigts ont disparu et la pointe émoussée de sa bite s’est enfoncée en moi. J’ai attrapé les épaules de Zacchary pour ne pas tomber pendant que Mathieu s’enfonçait profondément dans ma chatte. Tout ce que je pouvais faire, c’était m’accrocher à la vie d’un frère pendant que l’autre me martelait par derrière. Mes sens étaient dépassés et tout ce que je pouvais faire, c’était rester suspendue entre eux et gémir dans la bouche de Zacchary. Je ne pouvais même pas me balancer dans la queue qui me baisait par derrière à cause de la façon dont ils me tenaient sur les orteils entre eux.

Très vite, j’ai senti Mathieu gonfler en moi et son sperme a rempli ma chatte. Il m’a mordu l’épaule puis s’est retiré lentement de moi. “Merde, désolé pour ça.” Ses mains ont glissé autour de ma taille et il s’est retiré dans ses bras. “Je n’ai pas pu m’arrêter. Je suppose que ça vient du fait que je t’ai désiré pendant si longtemps.”

J’ai regardé Zacchary et il m’a souri avant de m’embrasser doucement. “Tu vas nous dire que tu ne savais pas ?”

“Honnêtement, je ne savais pas. Vous m’avez toujours traité tous les deux comme l’un des autres.”

“Eh bien maintenant, c’est le cas.” Mathieu dit en attrapant le shampoing, en versant un peu dans ses mains et en commençant à me laver les cheveux pendant que Zacchary attrape à nouveau le savon et finit de laver le reste de mon corps. Nous nous sommes rapidement lavés et nous nous sommes essuyés.

À la porte, Zacchary m’a pris la main. “On peut rester ce soir ?”

Je les ai regardés tous les deux et j’ai secoué la tête en disant oui, puis j’ai ouvert la porte. Depuis le salon, nous pouvions entendre des gémissements et des petits cris qui nous indiquaient que la fête continuait à battre son plein. Je me suis souri à moi-même en ouvrant la voie vers ma chambre et en nous faisant tous entrer. J’ai fermé la porte derrière nous et j’ai marché jusqu’à mon lit pour m’y asseoir. Je ne suis pas restée seule longtemps avant que les garçons ne me rejoignent, un de chaque côté de moi. J’ai ouvert la bouche pour dire quelque chose, mais à la place, un énorme bâillement s’est échappé.

Zacchary a ri et m’a poussé sur le lit. “Allons dormir un peu, je crois qu’on t’a épuisé”.

Je n’ai pas pu empêcher le rire qui a émergé. “Tu peux répéter ça.” J’ai fermé les yeux et je me suis blottie contre le torse de Zacchary tandis que Mathieu me pelotonnait par derrière. Je me sentais tellement en sécurité entre eux qu’avant même de m’en rendre compte, je dormais à poings fermés.

Bien plus tard, je me suis lentement frayé un chemin à travers les toiles soyeuses du sommeil pour faire surface à la douce caresse des mains sur mon corps. J’ai ouvert les yeux et j’ai souri à Zacchary. Il s’est penché vers moi et m’a donné un petit baiser rêveur. Quand le baiser s’est terminé, je lui ai souri, puis j’ai jeté un coup d’œil dans la pièce encore sombre avant de passer légèrement mes doigts sur sa belle joue. “Il fait encore nuit dehors, ce qui veut dire que ce n’est pas encore le matin”. J’ai chuchoté, en essayant de ne pas réveiller Mathieu.

“Je sais mais je ne pouvais pas dormir avec ce corps pulpeux blotti contre le mien. En plus, tu sais ce qu’on dit des gars quand ils se réveillent pour la première fois.” Il a pris ma main dans la sienne et l’a fait courir le long de sa poitrine pour enrouler doucement mon poing autour de sa bite dure. Lorsque ma main s’est resserrée autour de lui, il a gémi profondément dans sa gorge avant que sa main ne se dirige vers le sud de mon corps. Il a ouvert mes cuisses et a glissé un doigt le long de ma fente. Il a léché mes lèvres ; “Il semble que je ne sois pas la seule à me réveiller en chaleur.”

“Tu parles de moi ?” La voix rauque de Mathieu est venue de derrière moi. Il a pressé sa bite dure contre mon cul et a embrassé mon épaule.

Zacchary a ri en glissant son doigt plus profondément dans ma fente avant de le faire glisser dans ma chatte trempée. “Non je ne te parlais pas Mathieu, je faisais référence à cette chatte au goût sucré de Dawns qui est si humide en ce moment”.

“Oh vraiment ?” La main de Mathieu s’est glissée entre mes jambes par derrière puis j’ai eu deux doigts dans ma chatte.

J’ai gémi et j’ai commencé à balancer mes hanches dans les deux mains qui me caressaient. J’ai attrapé le visage de Zacchary avec la main qui ne caressait pas sa bite et j’ai enfoncé ma langue dans sa bouche. J’ai taquiné sa langue dans ma bouche et je l’ai sucé pendant que je serrais mon poing sur sa queue et que je la caressais de la base à la tête.

Mathieu a retiré son doigt mouillé de moi et l’a légèrement passé autour de mon trou froncé avant de l’enfoncer doucement à l’intérieur. J’ai haleté devant les sensations qui m’ont traversé le corps et j’ai repoussé le doigt. Il a ri et l’a retiré avant d’attraper une bouteille sur la tête de lit et de l’ouvrir. Puis son doigt est revenu, frottant contre mon cul avant de glisser à nouveau en moi. Cette fois, son doigt a glissé jusqu’à la deuxième articulation avec une facilité déconcertante. Il m’a fallu une seconde avant de réaliser qu’il avait attrapé mon KY avec lequel je me masturbe. J’ai gémi lorsqu’il a enfoncé un deuxième doigt dans mon cul, étirant le petit anneau de muscles. À plusieurs reprises, il a enfoncé son doigt dans mon corps et j’ai eu du mal à respirer à cause du plaisir qui m’envahissait. Zacchary a enfoncé un deuxième doigt dans ma chatte, ce qui m’a fait crier. Mes hanches ont bougé et ma respiration est devenue difficile alors qu’ils me rapprochaient lentement de l’orgasme. Ce qu’ils faisaient était si bon que je savais que je ne pourrais pas me retenir plus longtemps.

Soudain, ils m’ont enlevé les deux mains et Zacchary a roulé sur le dos, m’entraînant avec lui jusqu’à ce que je sois à califourchon sur ses hanches. Il m’a attrapé la tête et a enfoncé sa langue dans ma bouche en même temps que sa bite s’enfonçait dans ma chatte, l’étirant jusqu’à ce qu’il soit enterré jusqu’à la garde. J’ai gémi et je me suis balancée contre lui, aimant le frottement de sa queue qui bougeait en moi. Il m’a saisie par les hanches et m’a fait tomber violemment sur sa queue, puis il m’a maintenue immobile pendant que Mathieu se déplaçait derrière moi. J’ai senti une pression sur mon anus lorsque la tête de sa bite a dépassé l’anneau de muscles. Si Zacchary n’avait pas été en train de m’embrasser, j’aurais crié à cause de la douleur soudaine qui est partie de mon cul pour irradier tout mon corps.

“Chut, détends-toi. Je ne bougerai pas et dans une seconde, ça ne fera plus aussi mal.” Mathieu a passé ses mains le long de mes flancs en essayant de me calmer. “Quand tu seras prête, fais-le moi savoir.”

J’ai arraché mes lèvres de celles de Zacks et j’ai essayé de reprendre mon souffle. “Va te faire foutre, je ne serai jamais prête. Ça fait mal.”

Lorsque j’ai essayé de bouger, les mains de Zacks se sont resserrées sur mes hanches. ” Shh, regarde-moi bébé. ” Quand mes yeux ont rencontré les siens, il m’a embrassée doucement puis a glissé sa main entre nous pour frotter mon clito. Je sentais mon corps se détendre et la douleur disparaissait lentement. “Tu vois, ce n’est pas si mal, n’est-ce pas ?” Cette fois, quand il m’a embrassée, c’était dur et exigeant et sa main qui me frottait s’est accélérée aussi.

Avec Zacchary qui m’embrassait et me frottait la chatte, j’ai remarqué pour la première fois que la douleur avait disparu et que la sensation d’avoir deux bites dures en moi était au-delà des mots. Je me sentais pleine et tendue à l’extrême. Zacchary s’est retiré exactement au moment où Mathieu a enfoncé sa bite à fond dans mon cul. Ils m’ont poussé encore et encore jusqu’à ce qu’ils accélèrent le rythme, sans que je m’en soucie puisque j’étais juste à côté d’eux. Je sentais mon orgasme monter à chaque fois qu’ils entraient et sortaient de mon corps. Je n’arrivais même plus à les différencier, j’étais perdue dans les sensations qui me traversaient le corps. Les muscles de mon estomac se sont contractés et mes jambes ont commencé à trembler lorsque la première vague d’extase s’est abattue sur moi. J’ai balancé mes hanches aussi fort que je le pouvais compte tenu du fait que j’avais deux bites en moi et j’ai crié lorsque ma chatte et mon cul se sont fortement contractés. Presque simultanément, les deux gars ont gémi et se sont jetés sur moi en même temps et ont joui violemment.

Mathieu a roulé sur mon côté, puis j’ai lentement suivi le mouvement et roulé sur le côté de Zacchary. J’ai lutté pour reprendre mon souffle alors que des tremblements secouaient mon corps. Mathieu m’a pris la tête et m’a fait pivoter pour pouvoir m’embrasser. Lorsqu’il s’est retiré, ses yeux ont fouillé mon visage. “Tu vas bien ?”

Je n’ai pas pu empêcher le sourire qui s’est répandu sur mon visage. “Oh oui, je vais très bien… c’était génial”. Je l’ai embrassé rapidement avant de me retourner pour embrasser Zacchary. Une fois que j’ai eu fini, j’ai regardé entre les deux et j’ai souri. “Merci les gars, vous avez tous les deux fait de mon horrible journée l’une des meilleures de ma vie”.

Zacchary a ri et m’a mordu l’épaule. “Hé, c’est à ça que servent les amis. Mais j’ai une question pour toi, tu ne penses pas que c’est juste pour une nuit, n’est-ce pas ? Parce que si c’est ce que tu penses, tu te trompes.”

“Oh vraiment et pourquoi ça ?”

Mathieu a ri et m’a serré la hanche. “Comme on te l’a dit dans la salle de bain, ça fait trop longtemps qu’on a envie de toi pour que tu nous sortes de la tête après une seule nuit”.

“Tu pourrais le répéter. Bon sang, je me dis que je ne me lasserai peut-être jamais de toi.” Zacchary a fait courir ses doigts le long de mes côtes, ce qui m’a fait gigoter et rire alors que j’essayais de me dégager.

En riant, j’ai aplati mes mains sur son torse et je l’ai repoussé. “Ok, ok, ça suffit.” J’ai regardé entre les deux et j’ai pris ma décision. ” J’ai une condition à cet arrangement, d’accord ? ” Devant leurs hochements de tête, j’ai souri. ” Je suis d’accord à condition que nous fassions ce que nous venons de faire encore et encore. D’accord ? ”

“D’accord !”

“Bon les gars il faut que j’aille utiliser la chambre des petites filles”. Je les ai légèrement embrassés tous les deux et j’ai quitté le lit. Je me suis dirigée vers mon armoire et j’ai attrapé un T-shirt qui tombait à mi-cuisse. “Je reviens dans une minute”.

“Dépêche-toi.” Zacchary m’a dit en tirant mon oreiller derrière sa tête et en s’installant pour m’attendre.

J’ai secoué la tête et j’ai marché dans le petit couloir jusqu’à la salle de bains. J’ai rapidement fait le ménage et j’ai ouvert la porte en manquant de renverser Mélanie. Elle se tenait dans l’embrasure de la porte, ses vêtements devant elle, et me souriait. J’ai regardé ses cheveux ébouriffés et son rouge à lèvres barbouillé et j’ai gloussé. “Alors, qu’est-ce que tu as fait ?”

Elle a souri, “David”. Je me suis appuyé contre la porte et je l’ai fixée, attendant les détails que je savais qu’elle mourrait d’envie de me donner. “Quoi, tu crois que tu es la seule à avoir convoité l’un de nos amis ?”

“Est-ce que j’ai dit ça ?”

Elle a secoué la tête puis m’a regardé de haut en bas. “Tu n’as pas l’air plus mal en point.”

“Non, mais la nuit n’est pas encore terminée”. J’ai dit en gloussant. “En fait, ils m’ont dit de me dépêcher de rentrer”.

“Alors tu ne crois pas que tu ferais mieux d’y aller avant qu’ils ne viennent te chercher ?”

“Oui, je ferais mieux.” Je suis passé devant elle, puis je me suis arrêté et je me suis retourné. Mélanie s’apprêtait à fermer la porte quand je l’ai appelée par son nom. Elle s’est arrêtée et a penché la tête en attendant. Je me suis léché les lèvres et j’ai regardé le couloir de haut en bas avant de m’avancer vers elle. “Je voulais juste te dire merci, merci d’être ma meilleure amie et merci de me mettre au défi de faire quelque chose que j’ai toujours voulu faire.” Je me suis mordu la lèvre alors qu’une larme coulait sur ma joue et Mélanie s’est avancée et m’a serrée dans ses bras. “Je t’aime, soeurette.”

“Je t’aime aussi, chérie”.

En me retirant, j’ai souri et je suis retournée dans le couloir. Dans ma chambre, j’ai fermé la porte et je me suis dirigée vers le lit où Zacchary m’a pris la main et m’a attirée entre lui et Mathieu. Il a passé le bout de ses doigts sur ma joue et m’a embrassée sur le front. “Ça va Daphnée ?”

“Oui, je ne pourrais pas aller mieux.” Je me suis blottie entre mes deux nouveaux amoureux. J’ai fermé les yeux et j’ai remercié le destin de m’avoir donné une meilleure amie qui s’inquiétait suffisamment pour moi qu’elle se mettait en quatre pour me rendre heureuse. J’ai également remercié le destin pour les deux hommes qui m’ont serrée contre eux alors qu’ils s’endormaient.

J’ai souri en pensant à la façon dont cette journée avait commencé et à la joie que j’avais eue de ne pas avoir tiré les couvertures sur ma tête ce matin. Si j’avais fait ça, je n’aurais jamais eu la meilleure journée de ma vie.

4.5/5 - (2 votes)
Essayez notre Webcam en Direct (+300 modèles connectés)