Mon épouse devient une hotwife

Elle inséra la carte-magéntique et prit le bouton de l’ascenseur pour l’étage du club ; nerveuse, mais attirée par une nouvelle envie déclenchée par sa manière confiante et impertinente.

La porte de l’ascenseur s’est fermée et a commencé à monter.

Elle avait fantasmé sur d’autres hommes. Comme toutes les femmes. Comment expliquer autrement les millions de romans érotique, ou même sentimentaux, impliquant des hommes musclés, sûrs d’eux, responsables, qui prennent ce qu’ils veulent ?

Son mari lui a raconté ses fantasmes d’être emmenée par un autre homme et à quel point il était excité à l’idée qu’un étalon lui fasse plaisir. Elle s’est livrée à lui, mais n’y a jamais vraiment réfléchi sérieusement. C’était compliqué ; les gens pourraient le découvrir ; et si le gars s’attachait émotionnellement.

“Sache juste que je t’aime, et je suis d’accord avec ça si l’occasion se présente.”

Elle savait qu’il l’aimait et pensait qu’il pensait vraiment ce qu’il disait. Cela a engendré des sentiments contradictoires – blessé qu’il n’était pas plus possessif envers elle et l’amour chaleureux de savoir qu’il était si engagé qu’il lui accorderait la liberté, même si elle ne saisissait jamais l’occasion de tester sa permission. Elle se demandait comment il le prendrait vraiment. Pourrait-il supporter la jalousie ou détruirait-il le grand mariage qu’ils ont eu ? Elle n’a jamais pu le faire, cependant, alors tout cela n’était qu’une spéculation oiseuse.

L’homme dans le hall était différent. Comme toutes les belles femmes, elle se faisait tout le temps draguer par des crétins et de malheureux perdants. Ces hommes faisaient des remarques ou des tentatives occasionnelles, mais semblaient conscients qu’ils allaient se faire abattre avant même d’avoir ouvert la bouche. Elle pensait que c’était presque comme si un livre qu’ils lisaient leur disait que, s’ils mettaient assez leurs conneries dehors un jour, une femme pourrait dire oui, malgré leur manque apparent de qualités rédemptrices.

L’homme dans le hall était vraiment différent. Elle est tombée sur lui, littéralement, quand elle est arrivée. Il m’a dit de m’excuser et s’est excusé comme si c’était de sa faute quand c’était elle qui l’avait croisé. Il était grand et en pleine forme avec des cheveux courts et des tempes grisonnantes. Il était habillé d’un costume bleu foncé très cher. Pas ostentatoire, mais poli et ensemble. Elle sentit en elle une petite poussée de reconnaissance de son attirance, tandis qu’il souriait subtilement, ses yeux bleu foncé se froissant dans les coins. Elle sourit en retour et se tourna vers le bureau d’enregistrement alors qu’il poursuivait son voyage vers l’ascenseur.

Après s’être enregistrée, elle est allée dans sa chambre, déshabillée et douchée, en prenant soin de ne pas être en retard pour l’événement d’ouverture de la Bar Mitzvah du week-end qui l’avait amenée en ville.

Elle s’habille mieux que prévu et décide de prendre un verre de vin au bar en attendant que son amie vienne la chercher pour la fête.

Assise au bar, elle se sentait en confiance. Elle était magnifiquement habillée pour la fête avec une jolie robe de cocktail en tricot noir (et un peu courte), des collants noirs et ses bottines en daim avec talons aiguilles très hauts – classe, à la mode et extrêmement sexy. Ce look lui appartenait.

Alors qu’elle buvait son verre de pinot noir, elle sentit quelqu’un se frotter contre elle alors qu’ils s’approchaient du bar sur sa gauche. Elle a été surprise quand elle a levé les yeux et que c’était lui.

Il a souri et s’est excusé : “Je suis désolé, je ne cesse de te rencontrer. Je m’appelle Pierre Garmain.”

Elle lui rendit son sourire et se présenta, prenant la main forte qu’il lui tendait et la secouant avec confiance.

“Tu es magnifique. Où vas-tu comme ça ?”

Elle a expliqué qu’elle assistait à un dîner pour célébrer le début de la fin de semaine de la Bar Mitzvah du fils de son amie.

“Un autre ami qui vit en ville vient me chercher pour le dîner.”

“Vous êtes seul ?”

“Oui, mon mari avait une réunion de travail et ne pouvait pas venir avec moi.”

“Dommage.”

Ils ont bavardé quelques minutes de plus. Elle flirtait subtilement parce qu’elle le trouvait très sexy et intrigant.

“A quelle heure se termine la fête ?

“La première nuit est plutôt soft, donc je m’attends à ce que ce soit fini à 22 h 30.”

Elle sourit et regarda dans ses beaux yeux bleus. Elle se sentait un peu exposée et étrangement attirée par le magnétisme de sa présence.

“Super, je te verrai dans ma chambre vers 22h45. C’est la pièce 3505, dit-il en tendant la main.

Elle a senti la chaleur monter dans son sexe et les jus commencent à s’accumuler pendant qu’il parlait. Il était si sûr de lui, si confiant et si doux, comme si elle avait déjà accepté de venir, presque comme s’il la contrôlait. Elle tendit la main et saisit sa main, prenant ce qui s’avéra être la pochette de clé de sa chambre avec le numéro de chambre imprimé dessus et une carte de clé noire à l’intérieur.

“J’ai hâte de te voir plus tard.”

Il se leva, embrassa sa joue et se dirigea vers la porte, disparaissant dans la nuit.

Elle le regarda, un peu abasourdie par ce qu’il disait et ce qu’elle avait fait. Elle n’arrivait pas à croire le sentiment qu’elle n’était pas en contrôle d’elle-même lorsqu’elle le regardait sortir du bar, son corps se déplaçant admirablement sous le costume immaculé.

Son esprit a couru et son corps a bourdonné d’excitation alors qu’elle se rendait à la fête avec son amie. Normalement, elle aurait ri avec son amie de se faire draguer dans le bar, mais elle a osé ne pas leur parler de la rencontre. C’était différent. C’était réel et palpable. Elle craignait qu’une quelconque mention ne trahisse la convoitise et l’excitation qu’elle ressentait. Au lieu de cela, elle a fait la conversation dans la voiture, consciente que sa culotte était trempée à travers, malgré ses tentatives de se distraire.

C’était une belle fête, et elle était ravie d’être présente pour son amie en cette fin de semaine importante. Elle vibrait encore de l’excitation de la rencontre, mais elle a réussi à être présente avec ses amis et l’hôte, qui a été ravi de voir son bon ami partager l’occasion mémorable. Elle a essayé d’oublier Pierre dans le tourbillon et l’amusement de la fête, mais son esprit et son corps ne pouvaient pas ébranler le sentiment de malaise agréable généré par cet homme sexy et puissant.

Sur le chemin du retour à l’hôtel après la fête, elle ne pouvait plus réprimer les sentiments qu’elle éprouvait. Elle était hébétée et ne pensait qu’à lui.

Elle s’est dit que c’était juste un petit flirt amusant, un fantasme inoffensif qui était amusant à imaginer, mais qu’elle n’y arriverait jamais. Elle aimait son mari. Il a dit qu’il était d’accord pour qu’elle rationalise dans son esprit. Sa conscience de “bonne épouse” s’est défendue, mais elle n’a pas réussi à se défaire de sa luxure et n’a pas eu l’impression qu’elle n’était pas en contrôle – qu’elle ne voulait pas être en contrôle.

L’ascenseur s’est arrêté au 3e étage. Seule, elle hésita, comme si elle sautait d’une falaise dans l’eau ; ce merveilleux frisson de malaise. Alors qu’elle franchissait la porte et descendait le couloir vers sa chambre, elle savait que la résistance était futile, et elle ne pouvait vaincre sa soif de lui, le frisson de son assurance, de son sex-appeal puissant et de sa soif de toucher qui ne serait pas insatiable.

Arrivée à la chambre 3505, elle se dirigea et frappa doucement à la porte, prête à donner son corps à cet homme mystérieux.

 

La suite…plus tard, si cette première partie vous plait.

Mon épouse devient une hotwife
5 (100%) 1 vote
Publié le 19/05/19 Récit candauliste , , ,