Le vieux voisin baise une jeune vietnamienne

Je suis un vieil homme veuf, vivant dans la même maison où ma femme et moi avons élevé nos enfants. J’ai de grands voisins dont certains vivent ici depuis aussi longtemps ou plus longtemps que moi. Physiquement et mentalement, je suis en pleine forme pour mon âge. Je n’ai qu’un seul problème : je suis obsédé par le porno et le sexe, que ce soit en video, en webcam sexe ou autre possibilité. Je suis bisexuel ; j’aime donner et recevoir par voie orale, anale et tout ce qui a un rapport avec la gratification sexuelle. J’ai une liaison avec Alice qui vit d’un côté de moi et Nicolas de l’autre.

J’étais dans mon atelier un après-midi qui a une porte extérieure qui s’ouvre de l’abri d’auto. Comme je l’ai dit, j’aime le porno et j’ai un film gay sur ma petite télé pendant que je travaille. Ma bite était sur le point de déchirer un trou dans mon short alors je l’ai lâché et je l’ai caressé. Mon œil a attrapé un mouvement et là, dans la porte, il y avait mon voisin d’en bas de la rue, Frédéric.

Frédéric est une personne très intéressante. La rumeur dit, et je n’ai jamais essayé de le confirmer, que Frédéric est inscrit au Programme de protection des témoins du gouvernement. Il est vietnamien, une cinquantaine d’années, a une femme et deux enfants adolescents et promène son chien tous les jours. Il parle un français très brisé, parfois très difficile à comprendre. Il se tient là à me regarder, la bite encore dans ma main et le type à l’écran se branlant sur un ami.

Il me regarde et me dit,
“Je peux me joindre à toi ?”

Il s’est dirigé vers l’écran où se déroulait la branlette. J’ai souri et lui ai fait signe de venir me rejoindre. Il l’a fait et j’ai ouvert son pantalon, j’ai mis ma main dedans et j’ai essayé de sortir sa bite. Ce n’était pas la peine. Je commençais à m’exciter parce qu’il était très évident que cet homme avait un gros morceau de viande. Pendant que je tâtonnais, Frédéric a ouvert sa ceinture et baissé son pantalon. J’ai baissé son short et j’ai regardé la plus grosse bite que j’avais vue depuis longtemps. Je l’ai caressé jusqu’à ce que j’entende Frédéric dire,
“Tu me fais la même chose ?”

J’ai dû me tourner pour voir l’écran et là, le gars qui avait caressé était maintenant à genoux en train de sucer la bite de son ami. J’ai pris une couverture, l’ai étalée sur mon établi poussiéreux et l’ai tapotée en invitant Frédéric à s’y coucher. Avec un grand sourire, il l’a fait et j’ai recommencé à lui caresser la bite. J’ai mis ses pieds sur le banc et écarté ses jambes, ce qui m’a permis d’accéder sans restriction à sa bite et à ses couilles. D’une main je caressais, de l’autre je caressais ses couilles et puis mon assaut oral commençait. Ma langue a commencé sous ses couilles et s’est ramassée autour d’elles. Puis j’en ai pris un d’abord, puis l’autre dans ma bouche et j’ai sucé. Il était évident que Frédéric appréciait mes efforts parce que ses gémissements devenaient plus forts et plus fréquents. Quand je l’ai léché et que je l’ai pris dans ma bouche et dans ma gorge, il s’est décollé. Il m’a serré la tête contre lui et a commencé à me baiser la bouche. J’ai finalement dû lui arracher la tête et prendre quelques respirations d’air. Je caressais encore en me détendant un peu.

“La même chose ?”

J’ai encore regardé l’écran et mon cul a plissé quand j’ai vu la bite dure d’un gars disparaitre dans le cul de l’autre. Je me suis retourné et j’ai récupéré une bouteille de lubrifiant et j’ai mis une quantité généreuse sur la bite de Frédéric. Puis j’ai enfoncé quelques doigts dans mon bouton de rose et je me suis allongé sur le banc. Frédéric s’est levé du banc et derrière moi et, sans précaution ni inquiétude, a appuyé la tête de sa bite sur mon trou du cul et a poussé son monstre jusque dans le fond. J’ai pleuré de douleur, mais mes gémissements ne l’ont pas ralenti d’un poil. J’ai été baisé plus fort que je ne l’avais jamais été dans ma vie, mais pas pour longtemps. D’après ses gémissements, il était évident qu’il était sur le point d’éjaculer dans mon cul, alors je lui ai dit que je le voulais dans ma bouche. Il a compris et s’est retiré, me laissant à peine le temps de me mettre à genoux devant lui. Il avait une charge merveilleuse et comme elle remplissait ma bouche, je me demandais depuis combien de temps il n’en avait pas lâché une. Frédéric a essayé de s’éloigner de moi, mais je l’ai serré contre sa bite et lui ai attrapé les couilles pour le garder. Je l’ai encore sucé pour m’assurer qu’il n’y avait plus de sperme à avaler. Je me demandais aussi quelle serait sa réaction maintenant qu’il avait tiré sur son chargement. Serait-il en colère contre lui-même pour m’avoir laissé faire, ou en colère contre moi pour lui avoir permis de me baiser et de jouir dans ma bouche. Je n’avais pas de soucis ; il avait un grand sourire sur son visage quand il a fermé son pantalon.

“Tu baises souvent ta femme ?” J’ai demandé, ne sachant pas si j’obtiendrais une réponse ou non.

“Pas ma femme, ma sœur”, répondit-il. “Ne la baise pas souvent, elle le dit mal, son frère baise sa soeur mais je l’y oblige.”

“Est-ce qu’elle aime ça quand tu t’en vas ?” J’ai demandé.

“Elle dit non, mais je pense que oui”, dit-il en souriant.

“Les enfants sont à toi ?”

“La sienne, elle a été violée deux fois par des soldats américains et a eu des enfants les deux fois.”

Je savais que la nièce, Tedi, était une belle fille tout juste diplômée du lycée et le neveu de 20 ans, Andy ressemblait à un jeune homme très en colère. Je n’avais jamais vu la sœur de Frédéric, mais des pensées méchantes me traversaient l’esprit. Avoir un vrai partenaire qui aime faire l’amour avec n’importe qui ou avec les trois. Leur donner le plaisir sexuel qu’ils méritaient au lieu des coups durs que j’avais reçus. Ce n’est pas que je n’ai pas aimé ma baise rapide et dure.

Frédéric s’est tourné vers la porte et a dit qu’il devait rentrer. Je lui ai dit de revenir et il a dit qu’il le ferait. J’avais beaucoup plus de questions à lui poser sur sa famille, mais il n’était évidemment pas intéressé à y répondre pour le moment. Donc je n’aurais qu’à attendre.

Je travaillais dans ma cour latérale quelques jours plus tard alors qu’une paire de pieds se tenait à côté de moi. J’ai laissé mes yeux remonter la longue jambe élancée sur la mini-jupe la plus courte que j’avais vue depuis des années, jusqu’à une très belle paire de seins probablement de 95c et sur un beau visage vietnamien. Comme j’avançais pour me lever, je me penchai vers elle et je pouvais voir les lèvres de sa chatte enfermée dans une petite culotte rouge.
“Pouvons-nous parler ?” demanda une voix douce et belle.

“Bien sûr,” répondis-je, “Voulez-vous un soda ?”

“Oui, s’il vous plaît”, répondit-elle.

J’ai conduit la jeune femme dans mon atelier et j’ai ouvert le réfrigérateur.

“Oh, je vois du thé glacé, tu préfères ça ?”

“Aucun soda ne serait parfait.”

Je me suis versé du thé et j’ai conduit la jeune femme à une table dans la cour arrière. Nous nous sommes assis, nous nous sommes regardés, nous nous sommes souri et j’ai ouvert la conversation.

“Quoi de neuf ?” J’ai demandé.

“Je suis Tedi, je suis la nièce de Frédéric”, répondit-elle. “Je l’ai entendu dire à un de ses amis au téléphone qu’il avait couché avec toi. Que tu l’as sucé et qu’il s’est servi de tes fesses. C’est vrai ?”

Que j’aie été stupéfait, c’est un euphémisme. Cette belle fille me posait des questions sur le fait de coucher avec son oncle ; comment pouvais-je lui répondre ? La seule façon que j’ai pu, honnêtement.

Je l’ai regardée droit dans les yeux et j’ai répondu : “Oui, nous l’avons fait et oui, je l’ai fait et il l’a fait.”

“Était-il rude et méchant ?”

“Oui, il était très agressif, presque comme s’il avait quelque chose à se prouver. Pourquoi cette question ?”

“Mon frère et moi avons été violés deux fois par des soldats américains. Elle était une honte pour notre famille et notre village. A peu près à ce moment-là, l’armée américaine allait déplacer mon oncle hors de la zone parce qu’il avait été démasqué et que sa vie était en danger. Je n’en ai aucune idée, mais il a eu pitié de sa sœur et de ses deux petits enfants, alors l’armée a publié de nouveaux documents disant que maman était sa femme et que nous étions ses deux enfants. Je pense qu’il nous traite si méchamment parce que c’est comme ça que les familles sont traitées à la maison et qu’il nous traite si durement pendant les rapports sexuels parce qu’il pense que nous lui sommes redevables et qu’il le mérite.”

Tout le temps que Tedi parlait, elle me regardait de haut, jamais comme si elle avait peur que je la discipline ou quelque chose comme ça. J’ai posé ma main sur la sienne et j’ai dit,

“Regarde-moi.” Elle l’a fait et j’ai continué : “Toi, ni ta mère, ni ton frère n’avez rien fait de mal. Je ne suis pas sûr pour Frédéric, mais il a peut-être une conscience coupable de ce qu’il a fait pour nos militaires qui a blessé certains de vos hommes.” Ses yeux ne m’ont jamais quitté des yeux pendant que je parlais, “Je parlerai à Frédéric”, mais Tedi est entré en suppliant et en pleurant, “Non, ne lui dis pas qu’il va probablement nous battre !”

Elle a continué à pleurer un peu, puis elle m’a regardé en souriant et m’a dit : ” J’avais très peur de la façon dont tu réagirais si je venais te voir, mais tu es exactement la personne que je connaissais au fond de toi. Tu ne sauras jamais à quel point je me sens mieux en sachant que j’ai quelqu’un à qui parler.”

“Il n’y a aucun moyen que je puisse savoir ou imaginer ce que toi, ta mère et ton frère et toi avez traversé, ou même Frédéric, mais je comprends que vous êtes tous dans une situation très difficile, donc si je peux vous aider, je suis ici”.

“J’ai une vie sexuelle presque inexistante, sauf avec mon oncle. Quand il entrera dans ma chambre, sa bite dure sera dans sa main et je sais que dans 30 secondes elle sera quelque part en moi. Il n’y a pas de préliminaires ou quoi que ce soit. Il ne me demande pas de faire ce qu’il veut, il fait ce qu’il veut. Frappe mon visage quelques fois et fourre sa bite dans ma bouche ou me pousse sur le lit ou le canapé ou n’importe où je me mets et me gifle le cul ou ma chatte et puis le pousse juste dedans si je suis prêt ou pas. Je m’avoue à peine qu’après m’être habitué à la douleur, j’aime me faire baiser.”

J’étais assis là, émerveillé par cette histoire. Cette fille me disait qu’elle aimait se faire violer par son oncle. Incroyable cette jeune fille. Elle a continué :

“Les enfants à l’école ne sont pas très amicaux et je ne sais pas pourquoi. C’est peut-être parce que je sais que je suis difficile à connaître ou peut-être qu’ils ne me font pas confiance en pensant que je suis un espion ou quelque chose comme ça. Ou peut-être que c’est parce que je n’agirai pas comme la plupart des filles, que je n’aurai pas de relations sexuelles avec des garçons et des filles et que j’en parlerai à qui veut bien écouter. C’est pourquoi la seule vie sexuelle que j’ai, c’est avec mon oncle.”

J’ai versé un autre soda à Tedi et je l’ai regardée regarder au loin. C’était comme si elle se demandait s’il fallait continuer son histoire ou y mettre fin. Elle prit une gorgée de soda, me regarda, me fit un sourire très séduisant et continua.

“La principale chose que mon oncle a dite à son ami après lui avoir décrit comment vous l’aviez caressé et sucé, puis qu’il vous avait fait dans votre dos, c’est qu’il pensait que vous aimiez vraiment faire plaisir à votre partenaire.
Elle sourit de nouveau en me regardant et je me demandais où allait cette conversation, mais j’espérais qu’elle nous inclurait, elle et moi. Elle ne m’a pas déçu.

Elle s’est levée et, sans fanfare, a soulevé le t-shirt qu’elle portait au-dessus de sa tête, exposant deux des plus beaux seins que j’aie jamais vus. Grand, ferme, avec de gros mamelons durs comme des gommes à effacer. Puis elle a poussé sa jupe et n’avait que des sous-vêtements rouges pour couvrir sa chatte.

“Me feras-tu l’amour ? Tu vas m’embrasser, me caresser les seins, me grignoter et me tirer les mamelons ? Tu vas m’embrasser et me lécher le corps jusqu’à la chatte, puis lécher et sucer mon clitoris ? Et ensuite tu me laisseras prendre ta bite dans ma main, la caresser, la lécher et la sucer ? Et puis tu me baiseras, dans toutes les positions qui ont été utilisées et quand tu éjaculeras, tu rempliras ma bouche pour que je puisse en profiter ?”

C’était cette belle jeune fille qui me suppliait de la baiser. Je l’ai regardée, j’ai souri et j’ai posé mes mains sur ses hanches. Elle m’a souri en la tirant vers moi. J’ai d’abord enfoncé ma langue dans son nombril et l’ai léchée tout autour et jusqu’en haut de sa culotte rouge. Puis j’ai léché et embrassé chacun de ses seins, en grignotant ses mamelons. Je me suis assis et je l’ai poussée d’une longueur de bras et je lui ai demandé,

“Tu es sûr de vouloir continuer comme ça ?”

Elle a placé ses mains sur le côté de mon visage, s’est penchée et a appuyé ses lèvres contre les miennes et a forcé sa langue dans ma bouche. C’était un baiser très passionné. Je me suis levé, lui ai pris la main et lui ai dit,

“Allonsdans mon lit.”

Je l’ai conduite dans la porte-fenêtre, de l’autre côté de la salle familiale et je me suis arrêtée. “Allez-y, c’est la porte à droite. Je veux fermer dehors au cas où ton oncle viendrait. J’arrive tout de suite.”

Quand je suis arrivé à la chambre à coucher Tedi avait jeté les couvertures sur le sol et était tendu sur son dos, une main et le bras sur ses seins et l’autre main doigtant sa chatte. “Veux-tu prendre la relève, s’il te plaît ?” demanda-t-elle avec un sourire sexy. Je n’arrivais toujours pas à croire que cette jeune femme sexy voulait baiser un mec assez vieux pour être son grand-père, peut-être même son arrière-grand-père, mais je ne pouvais pas attendre pour commencer. J’ai déchiré mes vêtements, attrapé ses jambes et tiré sa chatte sur le bord du lit et enterré mon visage en elle. Elle a remonté ses jambes autour de sa tête pour que j’aie un accès complet à sa chatte sexy. J’ai enfoncé ma langue dans son putain de trou, léché et grignoté son clito et j’ai commencé à la doigter. Puis j’ai couru ma langue jusqu’à son bouton de rose et j’ai poussé le bout là-dedans. Elle gémissait, se tortillait et me faisait savoir que je me débrouillais bien. Puis, après quelques minutes, elle a poussé son bassin contre mon visage et s’est remise au milieu du lit. “A mon tour”, dit-elle en remuant le doigt vers moi.

J’ai glissé à côté d’elle et elle a poussé son corps contre le mien et a placé un autre baiser merveilleux sur mes lèvres. “Combien de temps avez-vous pour jouer ?” J’ai chuchoté.

“L’oncle sera à la maison vers 16 h, ce qui fait environ 45 minutes”, répondit-elle.
Sa main était sur ma bite et ma main tenait un de ses seins pendant que notre baiser continuait. Quand on a fait une pause, j’ai demandé,

“Tu jouis quand ton oncle te baise ?”

“Non, mais je le fais de temps en temps quand je joue avec moi-même.

“Est-ce que tu gicles parfois ?” J’ai demandé.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?”

“Je veux dire, est-ce qu’il t’arrive d’asperger ta chatte d’un jet de mouille quand tu jouis”, lui ai-je répondu.

“Non, je n’en ai jamais entendu parler, ça ne serait pas un peu compliqué ?”

“Oh oui, c’est très désordonné mais merveilleusement désordonné”, ai-je dit avec un grand sourire.

J’ai donné un autre baiser à mon amant, j’ai pincé un mamelon et j’ai glissé à nouveau entre ses jambes. “La prochaine fois, tu pourras tout faire pour moi, mais il faudra que ce soit la prochaine fois.

J’ai commencé par mon mouvement préféré, en me cachant le visage dans sa chatte et en le déplaçant d’avant en arrière pour que mon nez frotte son clito. J’ai avancé vers le haut de sorte que c’était ma langue qui travaillait sa zone sensible et puis je suis retourné lécher son trou d’amour. Son taux d’humidité augmentait, tout comme la réaction de son corps à mes efforts. Mon doigt a trouvé son point G, ce qui a augmenté ses gémissements et ses mouvements. Je léchais tout le liquide que je pouvais trouver du haut en bas de la fissure de son cul jusqu’à sa chatte. J’ai découvert qu’utiliser ma langue sur son bouton de rose semblait vraiment l’exciter. J’ai gardé un oeil sur l’horloge et quand il était 3:15 j’ai augmenté mes efforts pour donner un gros orgasme à cette belle vietnamienne. Elle avait eu de multiples orgasmes, mais ce dernier allait être le plus gros. Avec mes deux mains, ma bouche et ma langue en action, j’ai frotté son point G, baisé son bouton de rose, léché et sucé son clitoris et sa chatte. Elle a poussé un grand gémissement et a crié : “Oh mon Dieu, qu’est-ce qui se passe ?”
Et puis elle a commencé à gicler. De longues bouffées de jus d’amour, plus que je ne pouvais avaler bien que j’aie vraiment essayé. Trois, quatre, cinq fois c’est arrivé et puis elle est devenue raide et avait comme une crise d’épilepsie. J’étais très inquiète au début, mais elle a commencé à se détendre, alors je savais qu’elle allait bien.

“Comment c’était ? J’ai chuchoté.

“Incroyablement merveilleuse”, répondit-elle. J’ai dû avoir un tas d’organismes, mais le dernier, c’était autre chose.”

“Comment vous sentez-vous ?” J’ai demandé.

“Fatiguée, merveilleuse, curieuse, prête à recommencer, mais sachez que nous ne pouvons pas “, dit-elle en riant.

“Tu ferais mieux de sortir ta chatte sexy d’ici, je ne veux pas que tu aies des ennuis avec ton oncle.”

Elle est entrée dans la salle de bain et s’est un peu lavée, puis habillée, m’a embrassée, d’abord sur ma bite, puis sur mes lèvres et m’a dit : “Au revoir pour l’instant, mais pas pour longtemps, nous nous reverrons très bientôt”.

Le vieux voisin baise une jeune vietnamienne
5 (100%) 1 vote
Publié le 5/09/19 Récit porno , , , , ,

Laisser un commentaire