Le gode ceinture, il n’y a pas mieux

Christelle et moi sommes mariés depuis six ans, en juillet. Durant ce temps, notre relation s’est épanouie et a grandi, en particulier notre vie sexuelle. Nous avons exploré nos fantasmes les plus profonds et en avons fait une réalité.

Mon cul l’a toujours excitée. J’ai toujours trouvé cela surprenant, car je n’y voyais rien de spécial. Quand nous avons commencé à sortir, elle attendait que je sorte du bain et me penche pour pouvoir embrasser mes fesses. Plus tard, elle est devenue plus sûre d’elle et a pris mes fesses à part et a permis à sa langue de sonder plus profondément jusqu’à ce qu’elle lèche littéralement mon trou du cul. La première fois que c’est arrivé, j’ai failli éjaculer tout de suite. C’est la combinaison de la sensation physique de sa langue qui me mouille le cul avec de la salive et l’image mentale d’un acte aussi audacieux qui m’a conduit à un orgasme intense.

Dans l’esprit de Christelle, il était loin d’être dégradant pour elle de me lécher, au contraire, je suis devenue sa chienne et mon cul est devenu un objet pour son plaisir.

Avec le temps, elle se servait de mon niveau d’excitation élevé pour commencer à franchir les limites inexprimées. Un jour, elle m’a mis sur le dos et m’a léché les couilles et a travaillé jusqu’à mon cul avec sa langue. Après l’avoir sondée brièvement et l’avoir enduite de salive, elle a commencé à presser un index contre celui ci. Je l’ai regardée en signe de protestation, mais avant de pouvoir murmurer des mots, son doigt s’est mis à me pénétrer. Mon cul était serré autour de son doigt, mais elle a continué à me lécher les couilles et a réussi à forcer son doigt jusqu’à l’articulation. Pendant qu’elle jouait avec ma prostate, une série de petits orgasmes m’ont traversé, s’intensifiant lentement. Je revenais encore et encore, mais ils étaient tous secs. Je n’avais jamais éprouvé un tel plaisir et j’étais totalement à sa merci.

A partir de ce moment, elle introduisait souvent son doigt en moi et je le recevais avec reconnaissance. Un jour, nous étions sur le point de faire l’amour et j’étais allongé sur le dos en m’attendant à ce qu’elle vienne me chevaucher pour que je puisse mettre ma queue dans sa chatte. Je lui avais demandé de mettre des bas car j’adorais la voir dedans. Au lieu de cela, elle a pensé que ce serait mieux si je portais une paire de ses collants transparents. Comme le tissu était tendu vers le haut de mes jambes, je me suis soudainement sentie vulnérable. Au lieu de me chevaucher, elle m’a écarté les jambes et les a relevées autour de sa taille. Mes jambes recouvertes de nylon s’accrochaient sur ses côtés, impuissantes, alors qu’elle commençait un mouvement de poussée. Ses doigts couraient légèrement le long des collants transparents. Dans son esprit, elle imaginait qu’elle portait une énorme bite et qu’elle me baisait sans raison. J’ai aimé le sentiment de me donner complètement à elle et nous avons tous les deux commencé à jouir.

J’ai toujours aimé voir des femmes en bonneterie pure, la matière me fascine. J’aime la façon dont il s’étire sur la peau lisse et brille dans la lumière. Mieux encore, il faut le toucher, glissant et lisse, la peau cède sous mes doigts en étirant le tissu avec elle. Les zones claires et sombres sont créées lorsque le tissu s’incurve, accentuant ainsi la forme des jambes. Pour moi, c’est le summum de la féminité, la matière la plus délicate, le minuscule motif de fibres qui entoure la jambe en dessous d’elle dans un lustre de vernis. J’ai adoré quand Christelle a commencé à m’acheter des collants pour mon anniversaire, cela signifiait beaucoup pour moi et j’ai toujours eu hâte de voir ce qu’elle avait choisi. Parfois, nous allions à la boutique de lingerie de notre quartier sur Lyon ensemble et achetions des collants pour nous deux. Elle trouvait ça érotique aussi, puisque j’étais maintenant sa salope. Un jour, elle m’achètera aussi des bas entièrement confectionnés avec une couture magnifique sur l’arrière. J’imagine que le tissu non extensible a une sensation différente contre la peau et que les bretelles tirent doucement sur mes jambes à chaque pas.

 

Nous avons continué avec cette forme douce de jeu de rôle pendant un certain temps jusqu’à ce qu’un jour elle sorte et achète un grand vibromasseur à double extrémité. L’extrémité plus petite s’ajustait bien dans sa chatte et cachait un vibromasseur pour son plaisir. L’autre extrémité était plus grande, environ 20 centimètres de long et épais. Il y avait aussi un vibromasseur et les deux étaient contrôlés par une batterie qu’elle portait sur sa hanche. D’épaisses bretelles le tenaient solidement contre sa peau intime et particulièrement son clitoris, lui permettant ainsi de pousser en toute impunité vers l’avant et vers l’arrière.

Je n’oublierai jamais la nuit où elle me l’a présenté. Elle s’était changée avec une paire de collants bruns transparents et avait percé un trou dans ceux-ci pour permettre à son extrémité du gode de pénétrer en elle. Les bottes à talons hauts vernies noires ont fini le look. C’était mon anniversaire et on m’avait dit de fermer les yeux et d’attendre ma surprise. Les yeux fermés, elle m’a conduit à la table de la salle à manger et m’a plié. Elle a pris une paire de collants et m’a bandé les yeux avec eux au cas où je commencerais à regarder. Chaque pied était alors attaché à un pied de table différent, ce qui m’ouvrait les jambes. Mon pantalon et mon caleçon ont été abaissés jusqu’aux genoux, exposant ainsi mes fesses à l’air. Elle m’a légèrement planté des baisers sur les fesses et s’est frayé un chemin vers la fissure de mon cul. Ses doigts s’enfonçaient dans chaque fesse et les séparaient. J’ai poussé un soupir quand sa langue s’est mise à bouger lentement sur mon cul. La salive a commencé à couler le long de ma fissure et sur mes couilles. Elle a fini par l’atteindre et a tapé plusieurs fois sur ma rosette en s’assurant qu’elle était imbibée de salive. Je croyais que c’était ma surprise d’anniversaire et que je n’étais pas prêt pour la suite.

Elle s’attarda là, le visage enfoui dans mon cul, la langue fouillant dans mon trou, se léchant doucement. Elle s’est retirée pour prendre l’air et a commencé à insérer un doigt en moi. Elle a vite été remplacée par un pouce, de sorte que mon cul a commencé à se dilater pour elle. Une main a été placée sur mon dos, l’obligeant à cambrer et à lever mon cul plus haut dans les airs. Debout, elle saisit sa grosse bite d’une main et la balança doucement sur mes fesses jusqu’à ce qu’elle atteigne ma fissure. En avançant, elle m’a écartée les fesses et s’est immobilisée à mon entrée. Je n’avais aucune idée de ce que c’était à ce stade et je ne pouvais rien faire pour l’arrêter de toute façon car j’étais attaché à la table.

Elle s’est penchée en avant et a commencé à me pousser. Mon trou commença lentement à se dilater et à s’abandonner à la pénétration. La tête bulbeuse disparut en moi, suivie lentement par l’épaisse hampe veineuse. L’avancée était lente mais implacable. J’ai aspiré l’air pendant que je luttais pour comprendre ce qu’elle me faisait, je n’arrivais pas à croire que ma charmante femme me baisait vraiment. J’ai protesté contre le fait qu’il était trop grand pour y entrer davantage.

Elle n’était plus qu’à mi-chemin et elle n’avait pas l’intention de s’arrêter là. Le vibromasseur était allumé et mon cul s’est mis à trembler. Elle s’arrêta pour voir mes fesses convulser de part et d’autre de l’arbre épais. Puis, en plaçant une main de chaque côté de ma taille, elle a continué à avancer avec ses hanches, se forçant plus profondément en moi. Les puissantes vibrations m’ont aidé à l’enfoncer, je sentais les vibrations se déplacer plus profondément. Le son devenait de plus en plus étouffé au fur et à mesure qu’il s’enfonçait et je sentais qu’il était maintenant loin en moi. Finalement, ses cuisses se pressèrent contre moi, j’avais été complètement empalé.

“Joyeux anniversaire, salope !” Elle adorait m’appeler sa chienne et maintenant je ne pouvais plus discuter avec elle. Elle avait fait de moi sa chienne et je l’aimais pour ça. Les mains serrées autour de ma taille, elle s’est mise à travailler pour m’arracher la vie. La baise a continué jusqu’à ce qu’elle soit venue plusieurs fois.

Elle était étendue, épuisée, sur mon dos, sa bite encore enfouie au fond de moi, ses seins mous poussés contre mon dos. Nous avons partagé ce moment intime pendant quelques minutes pendant qu’elle reprenait son souffle.

Finalement, elle s’est poussée vers le haut et a regardé mon cul vers le bas, toujours bien tendu autour de la racine de sa bite. C’était un spectacle qui la fascinait. Elle a tendu la main vers son appareil photo qui était posé sur la table. En le mettant en mode film, elle l’a dirigé vers mon cul et a commencé à filmer la scène. Elle retira lentement le gode ceinture et filma pendant que mon cul se pelait et s’accrochait au fût veineux. Quand il était presque sorti, elle a fait une pause et l’a filmé lentement en forçant son retour, capturant avec des détails intimes ma subjugation jusqu’à ce que mes fesses s’écartent pour accepter les 3 derniers centimètres.

Elle a ensuite détaché mon bandeau, placé la caméra devant moi et visionné le film. Pendant que je regardais avec étonnement, elle reflétait l’action à l’écran pour que je puisse me voir et me sentir baisé en même temps. Un orgasme intense s’est déchaîné dans mon corps, elle baisait avec mon esprit et mon corps.

La bite attachée est devenue une partie régulière de nos ébats amoureux et quand je la baisais, elle me disait “C’est ça, montre-moi comment te baiser, imagine que je te baise comme ça en ce moment”. Comme je claquais ma bite dans son implacable implacablement je dirais “C’est comme ça que tu dois me baiser”. Je la tirerais jusqu’au bout et je la ramènerais à la maison. Elle m’encourageait en me disant “Oui, je vais te baiser le cul comme ça, de plus en plus fort avec ma grosse queue”. Comme j’ai commencé à éjaculer dans sa chatte, elle commençait à avoir des orgasmes aussi. Son jus d’amour se déversait de sa chatte bien baisée et elle me disait qu’elle éjaculait dans mon cul.

Plus tard dans l’année, nous sommes partis en vacances dans un paradis tropical et sommes restés une semaine dans un hôtel à flanc de colline avec vue sur la verdure luxuriante. Quand la pluie tombait, c’était un endroit étonnant, la pluie battait contre le toit de la cabine et des ruisseaux d’eau serpentaient sur le plancher du balcon. Le bruit de la faune de la canopée de la forêt nous faisait nous sentir proches de la nature et nous perdions rapidement nos inhibitions et devenions très intimes.

Un jour, nous étions assis sur la véranda, regardant la vue et parlant de nos fantasmes. Quand nous avons commencé à nous embrasser passionnément, elle a défait le devant de mon pantalon et l’a baissé pour voir si je portais une paire de collants transparents pour elle. Satisfaite que j’étais elle a couru sa main autour de mon derrière, sous mes couilles puis le long de ma jambe, creusant légèrement ses ongles dans le tissu doux comme elle l’a fait. Mes autres vêtements ont vite été abandonnés sur le sol et nous nous sommes allongés sur une chaise longue, nos corps s’entrelacent, s’embrassent et se caressent.

Sa main s’est étendue derrière elle et elle a sorti le gode ceinture. J’en ai d’abord pris conscience de mon point de vue périphérique à mesure que nous continuions à nous embrasser. Elle l’a remonté vers nos bouches jusqu’à ce que la bite soit à côté de nos visages. Bientôt il poussait nos lèvres à s’écarter et nos langues se sont séparées, forcées de chaque côté de la tête bulbeuse. Elle a commencé à le lécher avec passion, sa salive formant une pellicule glissante qui glissait sur les côtés et s’accrochait à d’épaisses cordes.

Je n’avais pas d’autre choix que de lécher l’autre côté de l’épaisse bite, nos langues se touchant lorsque nous nous y livrions. Elle a commencé à grogner et à faire des bruits lascifs, puis elle a roulé sa langue autour de l’extrémité, comme pour en tirer le sperme. On est tous les deux devenues des salopes affamées de cette bite. Je ne m’étais jamais sentie aussi sale et nous sommes tous les deux entrés dans une frénésie de léchage lorsque nous avons roulé sur le sol, nos jambes entrelacées.

Nous sommes devenus inconscients de la pluie qui commençait à nous tomber dessus. La mince robe d’été de Christelle s’accrochait à sa peau olive et devenait transparente sous l’eau. En dessous se trouve un profond porte-jarretelle à 6 bretelles en gaze noire transparente, un string noir, un soutien-gorge et des bas couturés. J’ai soulevé la robe d’elle comme des perles de gouttes de pluie chaudes tombaient de ses cheveux noirs ébouriffés. Des ruisseaux d’eau commencèrent à couler sur sa poitrine vers la vallée de chair entre ses seins amples. J’ai relâché son soutien-gorge et quand la tension s’est relâchée, ils se sont un peu relâchés. Elles étaient d’une forme et d’une taille magnifiques et surmontées d’une grande aréole sombre. La chair lisse et moqueuse les maintenait en suspension comme si elles étaient en l’air.

Je l’ai ramassée et je l’ai allongée sur le dos sur la chaise longue pour qu’elle ait la tête pendante sur le bord. J’ai relâché mes collants, je lui ai tenu la nuque et je lui ai présenté ma bite à la bouche. Elle a incliné la tête vers l’arrière et a pris autant de ma bite dans sa bouche qu’elle pouvait le faire. Mes couilles pendaient paresseusement au-dessus de son visage. J’ai ensuite remonté les collants jusqu’à ma taille, emprisonnant sa tête à l’intérieur et la forçant à s’enfoncer plus profondément dans ma bite.

La pluie battait plus fort maintenant et notre corps est devenu glissant. Je me suis penché en avant en plantant des baisers de son nombril vers sa chatte. Elle poussa un soupir alors que ma langue touchait la chair intime de son clito et commença à l’agiter légèrement. J’ai ramené la bite attachée et je l’ai poussée contre ses lèvres gonflées de chatte. Juste devant mes yeux, j’ai regardé sa chatte  et la facilité autour de la tête de la bite que j’ai commencé à le pousser en elle. Instinctivement, ses jambes se sont écartées de chaque côté et ses hanches se sont inclinées vers le haut en essayant d’attirer plus de bite à l’intérieur. Son corps se soumettait à cette double baise et elle adorait ça. Elle a commencé à me sucer plus fort la bite et m’a tiré plus bas dans sa gorge. En la poussant, j’ai continué à lécher son clitoris en faisant de grands mouvements circulaires avec ma langue.

Ses hanches ont fléchi et ses jambes ont tremblé alors que ses deux bites continuaient d’empaler son magnifique corps des deux bouts. Elle était coincée sous moi, la tête coincée dans mes collants, regardant mes couilles qui se balançaient juste au-dessus de son visage. Lentement, j’ai poussé l’autre bite tout le long du chemin dans sa chatte magnifique, d’une certaine façon elle a réussi à prendre toute la longueur.

J’ai activé les vibrations et la réaction a été immédiate. Son corps s’est spasmé et sa tête s’est cognée sur ma bite. J’ai pressé ma langue plus fort contre son clitoris et soudain un torrent de jus jaillit de sa chatte en trempant ses bas. Je me suis penché plus en avant, et j’ai commencé à lécher autant de jus que possible. Ses cuisses ont tremblé et son bassin s’est mis à trembler lorsque les vagues orgasmiques l’ont submergée.

Son orgasme m’a envoyé sur le bord et j’ai attrapé sa tête et poussé ma bite plus profondément dans sa bouche ouverte. Son cou s’est bombé en réponse au moment où j’ai commencé à lui pomper du sperme directement dans la gorge. Mes couilles avaient atteint son nez et elle a été forcée de les regarder convulser sous ses yeux pendant que mon sperme était expulsé d’eux et droit dans sa gorge.

Je me suis tendu un bref instant, savourant la sensation de la remplir. Quand j’ai retiré ma bite, j’ai tiré l’autre lentement de sa chatte trempée. Son corps s’est alors relâché en abandonnant les deux puits. Sa langue a suivi le bout de ma bite quand elle est sortie de sa bouche. Il a tapé sur une goutte perdue de sperme qui s’était formée à la fin. La goutte de perle glissa le long de sa langue et disparut dans sa bouche ouverte.

Une deuxième goutte de sperme a coulé sur son visage et couru le long de sa joue. Elle avait été bien baisée et avait de l’allure. Ensuite, nous nous sommes allongés sur la chaise longue et nous nous sommes blottis contre nous pendant que la pluie chaude continuait à nous frapper.

Le gode ceinture, il n’y a pas mieux
5 (100%) 1 vote