La bite de mon meilleur ami pour ma femme

Votre femme a invité un autre couple avec qui vous êtes amis, Thierry et Sabine, à dîner et à boire un vendredi soir. Sabine devait garder les enfants de sa sœur, mais elle a insisté pour que Thierry vienne seul. Il est un peu introverti et sa femme essaie toujours de le faire socialiser davantage, alors vous n’avez pas été trop surpris et votre femme a gracieusement accepté de l’inviter à venir seul.

Après le dîner, vous êtes tous assis dans le salon à prendre un verre quand votre femme s’exclame : “Ugh, je dois changer ces vêtements de travail. Vous deux, ça ne vous dérange pas si je me glisse dans quelque chose de plus confortable, n’est-ce pas ? demande-t-elle en riant d’elle-même et en faisant des citations effrayantes avec ses doigts.

-Oh, non, euh, pas du tout, je veux dire, si ça ne dérange pas votre mari, balbutie Thierry en rougissant.

-Ha, ne t’inquiète pas Thierry, elle te taquine, c’est tout. Elle sortira probablement avec son sweat-shirt bouffant typique, dites-vous en souriant à son malaise.

Votre femme sort la langue de la pièce avec pétulance et bondit hors de la pièce.

Thierry et vous parlez de son travail en tant que scientifique et vos yeux commencent à s’éblouir quand votre femme revient.

Vous réalisez que vos taquineries l’ont quelque peu affectée et elle a choisi une tenue beaucoup plus révélatrice que celle qu’elle porte habituellement pour se détendre le soir, avec un débardeur fin et un short en flanelle ajusté. Elle ne porte manifestement pas de soutien-gorge et votre bite se raidit à l’emplacement de ses gros seins rebondissants et de ses belles jambes blanches comme du lait.

-J’espère que ce n’est pas trop baveux, ma chère, dit-elle en se présentant pour l’inspection et en étendant les bras.

Vous riez faiblement et vous vous mettez mal à l’aise dans votre siège, en essayant de cacher votre érection.

-Ai-je l’air d’aller bien, Thierry ? demande-t-elle en se tournant vers lui et en faisant des gestes vers son corps.

Thierry déglutit de façon dramatique et regarde inconsciemment ses mamelons en érection qui dépassent contre le tissu fin de son haut. Lorsque votre femme se retourne, vous examinez son joli cul rond, clairement délimité dans son short serré et vous réalisez qu’elle n’avait pas de lignes de culotte, donc elle ne doit pas porter de culotte non plus. Votre pouls s’accélère légèrement à mesure qu’elle est audacieuse.

-Oh non, tout ce que tu veux, c’est bien, tu es très jolie, dit-il, puis il prend rapidement un verre pendant que son visage rougit d’un rouge profond.

Votre femme vous jette un regard aux lèvres pincées comme pour dire : “Pauvre Thierry, j’en ai peut-être trop fait. Puis elle le rejoint sur le canapé et la conversation continue.

 

Au début, Thierry essaie d’éviter de regarder votre femme, mais au fur et à mesure que la nuit avance, vous remarquez qu’il lui jette un coup d’œil au cul quand elle va chercher d’autres boissons, ou qu’il regarde le devant de son haut quand elle se penche pour lui donner un bol de chips. Vous réalisez à votre grande surprise que vous trouvez cela excitant pour un autre homme de regarder le corps de votre femme et donc vous ne dites rien et faites semblant de ne rien remarquer. Votre femme vous regarde avec des sourcils levés de temps en temps quand Thierry a du mal à lever les yeux de ses seins en lui parlant et que vous souriez avec condescendance. Vous vous rendez compte qu’en ne vous y opposant pas, vous lui donnez l’autorisation tacite de montrer son corps à Thierry et c’est encore plus excitant.

À un moment donné, votre femme décide de le tromper à ce sujet. “Alors Thierry, tu sembles vraiment aimer ce haut “, dit-elle en regardant avec fascination la façon dont ses seins bougent pendant qu’elle change de position sur le canapé.

-Ugh, oh, désolé, dit-il en rougissant. Je veux dire, il te va comme un gant.

Vous et votre femme riez à haute voix. Puis vous remarquez votre femme qui jette un coup d’œil à plusieurs reprises sur les genoux de Thierry et vous vous rendez compte que sa bite a dressé une énorme tente dans son pantalon. Vous êtes franchement choqué de voir à quel point c’est évident et par le fait qu’il ignore tellement qu’il ne le cache pas.

Votre femme est un peu décontenancée. “Non, je suis désolé, Thierry. Je ne devrais pas te taquiner comme ça “, dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine pour cacher modestement ses mamelons, ” mais tu devrais peut-être faire quelque chose à ce sujet “, dit-elle en hochant la tête vers son entrejambe.

-Oh mon Dieu, s’exclame-t-il en remarquant à quoi ressemble son érection. Jésus, il saisit sa bite dans son pantalon et essaie de la réarranger. Désolée, je devrais peut-être y aller.

-Non non, mon cher, dit-elle calmement, en posant sa main sur sa jambe. Je suis flattée en fait. Cela fait longtemps que je n’ai pas obtenu cette réponse, glousse-t-elle en riant légèrement.

Thierry la regarde avec une franche expression de gratitude mélangée à de la luxure qui vous rend mal à l’aise. Il y a un silence gênant pendant un moment et vous essayez de trouver quelque chose à dire. Soudain, une idée te vient à l’esprit.

-Oh, pardonne-moi, Thierry. Je viens de réaliser que ce soir, c’est la soirée des ordures. J’ai besoin de rouler les poubelles jusqu’au trottoir, dites-vous en sautant vers le haut, impatient d’avoir une excuse pour briser la tension. Je reviens tout de suite.

Votre femme vous fait une petite vague maladroite, toujours en se couvrant la poitrine chastement, et vous vous dirigez vers le garage. Une fois dehors, vous respirez l’air frais de la nuit et admirez les étoiles scintillantes pendant un moment. Vous réalisez aussi que vous êtes très soûl et que vous tissez un peu en roulant les poubelles dans la rue. Si tu es aussi ivre, Thierry et ta femme doivent l’être aussi, puisque tu as une bonne tolérance.

Quand vous retournez à la maison, vous regardez par la fenêtre du salon et vous êtes arrêté mort dans vos traces à la vue de Thierry debout devant votre femme, la braguette ouverte, pointant sa bite nue sur son visage. Le visage de Thierry est rouge de betterave et il halète fortement. Elle a toujours les bras croisés sur la poitrine, mais bien sûr, vous ne pouvez pas voir ce qu’elle dit. Wow, il est encore plus ivre que vous ne le pensiez, vous pensez et puis vous sortez de votre rêverie et vous vous précipitez à l’intérieur.

 

Thierry est surpris lorsque vous entrez dans la pièce et vous voyez des taches sombres sous ses bras qui révèlent que ses aisselles sont trempées de sueur. Sa bite en érection est tendue vers l’avant à quelques mètres du visage de votre femme et elle est assise avec les bras croisés et un regard de consternation sur son visage.

-Oh merde ! dit Thierry et tu peux entendre l’ivresse dans sa voix. Je l’ai vraiment fait maintenant.

Il évite tes yeux, mais ne fait rien pour ranger sa bite.

-Qu’est-ce qui se passe ici ? demandez-vous, vous vous sentez étrangement calme.

-Je me sens en quelque sorte responsable, soupire votre femme en regardant la bite de Thierry qui bat la chamade et qui se tient droit devant elle. Je suppose que j’ai rendu les boissons trop fortes et les tenues trop érotique, dit-elle en riant à moitié de bon cœur.

-Et… tu dis de faire un geste de la main pour l’encourager.

-Eh bien, Thierry s’est un peu emporté. Une fois que tu es parti, il a sauté en l’air et m’a demandé d’y toucher, dit-elle, les yeux toujours fixés sur la bite devant elle.

Tu sens ton estomac flipper étrangement quand tu regardes ta femme examiner la bite de ce type. Il vous vient à l’esprit qu’elle trouve cela très intéressant et qu’elle n’arrive pas à le quitter des yeux, ce qui vous excite vraiment. Tu ne peux pas imaginer ce que Thierry pensait, il ne doit pas être capable de gérer son alcool du tout. Ensuite, vous prenez une décision et décidez de retourner à votre place.

-Thierry, je suis sûr que tu le regretteras demain matin, mais puis-je te demander comment tu imaginais que ça se passerait ? tu demandes doucement, en supprimant à peine un sourire et en mettant discrètement ta main sur tes genoux pour cacher ta propre trique.

-Honnêtement, je ne sais pas dit-il, clairement contrarié. J’avais cette horrible envie et je n’arrivais pas à me contrôler. Puis, inconsciemment, il se penche vers le bas et commence à caresser sa bite, la rendant encore plus raide.

-Mon Dieu, Thierry, tu vas vraiment rester là à te caresser devant ma femme ? tu ris. Vous regardez autour de vous pour voir votre femme respirer fortement. Elle décroise les bras et se penche légèrement vers l’avant, regardant avec intérêt Thierry travailler sa canne. Chérie, est-ce que le spectacle te plaît ? demandez-vous sarcastique.

-Peut-être qu’elle pourrait le toucher pour moi ? te demande-t-il avec espoir.

Vous êtes déconcerté par l’audace de la question, mais vu les circonstances, vous n’auriez probablement pas dû être surpris. Voici un type qui a sorti sa camelote et l’a agitée en face de votre femme, juste devant vous, après tout. Mais tu t’étonnes quand tu réponds cool : “Ne devrais-tu pas lui poser cette question ?”

Votre femme éloigne ses yeux de la piqûre distrayante devant elle et vous tire une expression effrayée. Elle se rend compte que vous êtes implicitement d’accord avec cela et elle ne sait pas quoi faire.

Maintenant, c’est son tour de bégayer. “Thierry, je veux dire, que dirait Sabine ?” demande-t-elle.

-Je ne sais pas ? dit-il d’un ton épais en serrant son bâton de manière suggestive et la tête de sa bite se dilate et prend une teinte plus foncée de violet. Je suppose que personne ici ne lui dira.

 

Votre bouche est sèche et vous prenez un verre, en regardant votre femme contempler la viande de Thierry pendant qu’il la travaille à quelques centimètres seulement de son visage.

Elle essaie de rire. “Je veux dire, c’est ridicule. Qu’est-ce que tu me demandes de faire ici ?” Elle te regarde d’un air interrogateur et tu hausses les épaules comme pour dire. “A toi de jouer.”

-Touche-le pour moi, lui dit-il en tirant sur son sexe et en le lui présentant. Vous êtes une femme mariée, je suppose que vous savez quoi faire.

Tu dois rire à haute voix de ça. “Thierry, je dois admettre que je ne pensais pas que tu avais ça en toi.”

Enhardie par votre réaction, votre femme s’assoit bien droite et quadrille ses épaules. “Ok, Thierry. Mon mari est manifestement trop saoul pour prendre cela au sérieux et je suis sûr que nous le regretterons tous demain matin, mais donnez-moi cette chose alors.” Et avec cela, elle tend la main avec hésitation vers son membre frémissant. Il retire rapidement sa main et elle le serre fermement par le manche.

-Oh mon Dieu, il halète. Ça fait du bien.

-Eh bien, chéri, est-ce que tu aimes le spectacle, maintenant ? te demande-t-elle en serrant la queue de Thierry. Elle essaie de feindre l’exaspération, mais elle est clairement excitée.

-En fait, je le suis, espèce de salaud, tu fais semblant de t’agripper à ton propre pénis. Vous sentez votre cœur battre dans votre poitrine et vos paumes de mains sont lisses de sueur.

-Tire dessus, tire dessus, insiste Thierry, poussant ses hanches vers ta femme avec impatience.

-Bon sang, tu es comme un animal, dit ta femme en le regardant d’un air suggestif. Elle pose une main sur son ventre et commence à faire courir lentement sa main de haut en bas de son pénis. Qu’est-ce que t’en dis, Thierry ? lui demande-t-elle en le regardant dans les yeux.

-Espèce de salope, dit-il. Tu sais que j’aime ça.

-T’arrives à y croire ? te demande-t-elle en riant en continuant à secouer la bite de Thierry. D’abord il me supplie comme un bébé de toucher son truc et ensuite il me traite de salope quand j’obéis.

-C’est plutôt salope de branler un autre type devant son mari, tu admets. Pardonnez-moi, vous dites en ouvrant votre propre pantalon et en vous branlant en regardant votre femme faire une branlette à Thierry.

-Whoa, dit-elle quand elle voit ce que tu fais. C’est comme ça que ça va se passer ?

-Je suppose que oui, vous dites franchement, en tirant sur votre patate en regardant.

-Qu’est-ce que je dois faire maintenant, alors ? te demande-t-elle diaboliquement.

-Enlève ton haut, demande Thierry impulsivement. Ce n’était pas juste de ta part de t’habiller comme ça, ajoute-t-il en pleurnichant un peu.

-Oh, pauvre bébé, taquine ta femme en lui tendant les lèvres. Je pensais que nous étions tous des adultes ici et que nous pouvions nous contrôler sur le site de quelques tétées.

Elle a relâché son membre et retirée son haut pour nous.

Ses seins blancs généreux se balancent librement et Thierry et toi commentez tous les deux avec reconnaissance.

-Sympa, tu dis en continuant à travailler ta bite, en te concentrant sur ses mamelons roses en érection.

-Oh oui, ajoute Thierry, assis à côté d’elle et posant sa main sur son pénis avec force.

Votre femme recommence à tirer sur son truc et met son visage près du sien. “Es-tu heureuse maintenant ?”, demande-t-elle d’une voix rauque et tu réalises qu’elle est sérieusement excitée à ce point.

Thierry prend juste un de ses seins dans une main et met l’autre derrière sa tête. Bientôt, ils s’embrassent avidement sur le canapé. Votre femme tire sur le pénis de Thierry et il lui serre les seins et lui pince les mamelons. Pendant ce temps, vous regardez avec fascination, étonné que cela se passe et surpris de voir à quel point cela vous excite.

Votre femme s’éloigne enfin. “Ok, Thierry. Assez, il faut arrêter ça “, dit-elle en haletant, mais sans retirer sa main de sa bite.

-Tu as raison, répond-il, mais il se penche vers le bas et prend un sein dans sa main pour qu’il puisse sucer son mamelon.

-Non, vraiment, tu dois arrêter, dit-elle boiteuse. Vous remarquez qu’elle continue à tirer sur son pénis pendant qu’elle le dit.

-Chérie, ça ne te fait pas flipper ? te demande-t-elle franchement, la voix épaisse de désir.

-Ça me fait flipper ET ça m’excite, alors je ne sais pas quoi faire, avoues-tu d’un air penaud, en faisant une pause de te branler par peur de jouir.

-Oh mon Dieu, dit-elle en pantalon alors que Thierry continue à manger sur ses seins. C’est beaucoup d’aide.

-Désolé, tu dis, en touchant doucement ta propre bite qui palpite.

Thierry se retire de ses seins et dit. “Autant me sucer la bite à ce stade. Nous avons déjà franchi la ligne de l’inconvenance.” Ses yeux sont brillants d’ivresse et d’excitation.

-Et si je n’en ai pas envie ? lui demande-t-elle d’un air timide, en tirant sur sa bite pour mettre l’accent.

-Oh, vermine, dit-il joyeusement, et il commence à la chatouiller. Elle éclate de rire et ils luttent brièvement pendant qu’ils luttent sur le canapé. Ils finissent avec elle sur ses genoux sur le sol et lui debout devant elle avec sa bite directement sur son visage. Elle pose les mains sur ses cuisses et le regarde avec impatience.

-Allez-vous me forcer à le sucer devant mon mari ? lui demande-t-elle avec insolence.

Il vous regarde brièvement en train de vous branler en les regardant et en haussant les épaules. “Je suppose que oui, il nous a laissé venir jusqu’ici.” Et avec ça, il pousse sa canne rigide dans la bouche de votre femme. Elle feint la surprise et vous jette un regard aux sourcils levés avec sa bite dans la bouche. Votre cœur bat à toute allure et vous sentez vos propres fosses se remplir de sueur pendant que vous vous masturbez, mais vous ne dites rien. En voyant votre réaction, votre femme cesse sa pantomime d’étonnement et commence à sucer la bite de Thierry pour de bon. Il incline la tête vers l’arrière et gémit d’extase pendant que sa tête monte et descend sur son membre.

Après quelques minutes, il la repousse sur le sol et tente d’enlever son short.

-Whoa Thierry ! elle rit, luttant pour tenir son short. Ça va vraiment trop loin.

-Vraiment ? demande-t-il avec frustration.

Arrête de te moquer de toi et dis.

-Ouais Thierry, on peut encore appeler ça des préliminaires ivres à ce stade, mais les rapports sexuels sont un tout autre jeu.

-Ce n’est pas ce qu’on ressent, se plaint Thierry, qui tire un coup décisif et réussit à arracher le short de sa femme.

Tu la regardes allongée nue sur le sol devant lui et ta bite palpite en réponse malgré toi. Votre femme saute sur ses pieds et recule légèrement, couvrant son buisson sombre de manière consciente. Elle est haletante et ses joues brillent d’excitation.

-Ok, Thierry. Nous avons eu notre petite indiscrétion. Je crois qu’on ferait mieux d’en rester là, dit-elle à regret. Elle retire lentement sa main de son entrejambe. Je suppose que tu dois me voir nue, si ça peut te consoler.

Il regarde sa chatte d’un air affamé et dit. “Je ne peux pas le mettre une seconde ?”

-Derniers mots d’encouragement, vous riez, impressionné par sa persévérance.

Votre femme vous regarde d’un air interrogateur.

-Je ne pense pas que mon mari nous permettrait d’aller plus loin, Thierry. Je suis désolée.

-Attends, tu veux dire que tu veux aller plus loin ? demandez-vous incrédulement.

-Je… Je ne sais pas, je veux dire, non, dit votre femme, qui lutte clairement avec ses émotions. Tout cela a déjà été assez insensé… dit-elle en traînant les pieds et en regardant Thierry d’une manière étrange.

-On dirait que vous voudriez continuer si votre mari était d’accord, lui dit Thierry en doigtant son érection, qui est toujours au garde-à-vous. Je peux baiser ta femme maintenant ? te demande-t-il en fait.

-Je… Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, vous répondez en tremblant.

-Bob, elle m’a sucé la bite juste devant toi. Pensez-y une seconde. Nous avons déjà laissé le comportement approprié pour le dîner loin derrière nous. Quelle différence cela fait-il vraiment ? demande-t-il d’un air irrité.

Votre femme vient à l’endroit où vous êtes assise et se penche pour vous regarder dans les yeux.

-Chéri, je n’ai jamais voulu que cela arrive, dit-elle d’une voix rauque, puis elle remarque que tu as la trique en sortant de ton pantalon et le saisit familièrement. C’est à toi de voir ce qui se passe ensuite. Je ferai tout ce que tu me diras de faire, dit-elle simplement en se mettant à secouer ta bite pour toi.

Vous restez assis là, stupéfait, à savourer la branlette qu’elle vous fait, mais Thierry ne perd pas de temps et se positionne rapidement derrière votre femme. Il pose sa main sur son dos et la pousse vers le bas. Elle trouve son visage vers le bas par votre bite et le prend instinctivement dans sa bouche et commence à le sucer. Tu regardes Thierry avec consternation, mais il évite tes yeux et se jette sa bite dans ta femme par derrière. Elle gémit de plaisir quand il entre en elle et commence à vous sucer la bite avec une énergie renouvelée. Tu regardes Thierry tenir ta femme par les hanches et commencer à la baiser par derrière pendant qu’elle te suce la bite affamée. Il n’y a aucun moyen de s’y opposer. Vous vous amusez trop et vous laissez faire.

Bientôt le rythme de Thierry s’accélère et son bassin est à plusieurs reprises gifler contre le cul de votre femme comme il baise avec elle. Elle se frotte contre elle-même pendant qu’il fait cela et vous la sentez frissonner d’orgasme en ce moment. Elle arrête de te sucer la bite pendant une seconde et halète pour prendre l’air, mais Thierry ne fait qu’augmenter son rythme, la baisant frénétiquement. Elle se retourne et le regarde dans les yeux.

-Tu m’apprécies, Thierry ? lui demande-t-elle impieusement. Cela le pousse sur le bord et il se retire soudainement pour tirer sa charge sur toutes ses joues lisses et pâles.

-Wow, il m’a vraiment arrosé en bas, vous dit-elle avec un scintillement dans l’œil alors qu’elle arrache votre pénis et que ce commentaire provocateur vous fait tirer votre propre liasse de sang. Elle remarque que vous éjaculez sur ses seins et engloutit rapidement votre bite dans sa bouche pour aspirer les derniers jaillissements.

Vous vous reposez quelques instants, sans rien dire, puis chacun de vous se retire dans une salle de bain différente pour se laver. Une fois que tout le monde est habillé à nouveau, vous retournez dans le salon.

-Je ne sais pas quoi dire, dit Thierry timidement. Il est clairement embarrassé et sobre en ce moment.

-J’espère que ma femme t’as plu, dites-vous avec sarcasme, mais sans rancune. Tu ressens toujours cette lueur post-orgasme.

-Arrêtez, mon cher, rit joyeusement votre femme en vous jetant un regard aimant et en vous tapant sur l’épaule de façon ludique. Puis elle se tourne vers Thierry et lui ouvre les bras pour un câlin. Ils s’embrassent pendant plusieurs minutes, sans rien dire et cela vous rend mal à l’aise et légèrement excité. Ta bite recommence à enfler même si tu es venu si récemment.

-On n’aurait pas dû faire ça, mais je ne le regrette pas, murmure ta femme. Après qu’ils se sont détachés l’un de l’autre à contrecœur, votre femme se tourne vers vous avec sourire et dit. Ça va vraiment être bizarre la prochaine fois qu’on verra Sabine.

-Il va falloir que je lui enfonce ma bite pour égaliser le score, tu dis ça en plaisantant.

Votre femme vous regarde d’un air diabolique, mais Thierry devient pâle à la suggestion.

-Laisse-moi y réfléchir, dit-il d’un air tremblant.

Et avec ça, vous lui dites au revoir.

La bite de mon meilleur ami pour ma femme
4.5 (90%) 2 votes