Je baise ma soeur endormie

C’était samedi soir, à 1 h du matin. Mes parents étaient partis tout le week-end. J’étais debout devant la porte de la chambre de ma petite sœur, respirant profondément pour tenter de soulager mon anxiété. J’étais sur le point de faire quelque chose de très dangereux et de stupide, j’en étais bien conscient, mais je ne pouvais plus résister. Pendant trop longtemps, j’ai voulu faire ça. En avalant mes peurs, j’ai prudemment ouvert la porte de sa chambre et je suis entré. Il faisait sombre à l’intérieur, la lune projetait juste assez de lumière par la fenêtre pour que je puisse voir le contour de Jessica couchée sur le lit, enroulée sous les couvertures.

Je me suis approché par petits pas lents, en marchant aussi doucement que possible. Elle n’a pas réagi à mon entrée et sa respiration était lente et calme ; elle devait dormir profondément. Elle avait le sommeil profond, je le savais. Plusieurs fois, quand nous étions plus jeunes, je lui faisais des farces pendant qu’elle dormait, et elle ne s’en rendait pas compte avant qu’il ne soit trop tard. Je suppose que c’était un peu comme ça aussi, d’une manière étrange. Voulant m’assurer qu’elle ne se réveillerait pas, je me suis assis doucement sur le côté du lit et, quand elle n’a pas répondu, je lui ai caressé la main dans les cheveux.

Elle avait cette belle vadrouille de cheveux roux ondulés qui descendait toujours en cascade sur ses épaules comme une crinière. En fait, tout était magnifique. Un visage jeune avec de grands yeux bleus et des lèvres roses, et une silhouette élancée avec une paire de seins pour le moins impressionnante, surtout si l’on considère qu’elle n’avait que 18 ans. Je dirais que c’était son meilleur film. Chaque fois qu’elle était près de moi, il m’a fallu beaucoup d’efforts pour ne pas perdre de vue la fière houle de ces lourds melons dans sa chemise. Ouais, je sais, c’est ma soeur, c’est mal et tout. Mais je n’y peux rien.

Elle ne s’est toujours pas réveillée, même après que je l’ai touchée, alors je savais qu’elle n’en avait plus vraiment besoin. C’était ma chance. Ce que j’allais faire était sale et mal, mais il le fallait. Je l’avais désirée depuis trop longtemps. Lentement et prudemment, j’ai saisi la couverture qui la couvrait et je l’ai tirée vers le bas, révélant le haut de son corps. Il s’est avéré qu’elle était topless en dessous. Il faisait trop sombre pour voir la texture de sa peau ou la couleur de ses mamelons, mais je pouvais voir clairement le contour de ses seins lourds, qui s’affaissaient sur les côtés quand elle était couchée sur le dos.

Je me suis soudain rendu compte que mon cœur battait comme un fou, si fort que j’avais peur qu’il ne la réveille. Mais non, et j’ai tendu la main pour la caresser. Ma main a trouvé son sein droit, l’enveloppant et le serrant légèrement contre lui pour en sentir la consistance. C’était chaud, doux, moelleux, moelleux…. et bien que je déteste l’admettre, le premier sein que j’ai jamais touché. Ma bite était déjà dure comme le roc et palpitante dans mon pantalon à ce moment-là. Soigneusement, j’ai caressé ma main plusieurs fois sur sa poitrine, en sentant la forme, le poids, la peau lisse. Je me sentais si bien que j’ai failli oublier à quel point c’était risqué et stupide.

Puis mes doigts ont trouvé son mamelon, et je n’ai pas pu m’empêcher de le caresser un peu. Passez mon doigt autour du petit nub à quelques reprises, avant de le prendre entre le pouce et l’index et de le serrer un peu juste un peu. Un doux gémissement s’échappa de ses lèvres. Ça m’a tellement effrayé que j’ai peut-être eu une crise cardiaque sur-le-champ. Je n’y ai pas pensé, et elle est restée endormie malgré tout. Encouragée par l’oubli de ma petite sœur, j’ai ramené mon autre main sur son sein gauche et je l’ai serrée doucement, ce qui a fait gonfler sa chair entre mes doigts, tout en la caressant encore un peu, en la roulant entre mes doigts, le mamelon droit.

Elle gémit de nouveau, et se déplaça un peu en se tortillant. La perspective de son réveil était terrifiante, mais ses réactions étaient aussi étrangement encourageantes. J’ai mis mes deux mains pour presser et masser ses mamelons, faisant ce que j’imaginais lui faire du bien. Apparemment, j’ai fait du bon travail, car ses mamelons se raidissaient lentement sous mon toucher, tandis qu’elle continuait à gémir et à se tortiller de temps en temps.

Je n’ai pas pu le supporter. Mon plan était de la caresser un peu, puis de repartir, mais il m’en fallait plus. Avant d’avoir le temps de remettre en question ma décision, je me suis retrouvée penchée en avant et j’ai pris son mamelon droit dans ma bouche. Recouvrant l’aréole entière de ma bouche ouverte, j’ai commencé à lui taper frénétiquement sur le mamelon avec ma langue, en faisant des cercles autour de lui et en le mouillant et en le rendant glissant avec ma salive. J’ai essayé de me dire qu’il fallait faire attention, que je pourrais la réveiller si je faisais quelque chose de trop intense, mais je me sentais si bien que je ne pouvais pas me contenir.

Après quelques secondes ou quelques minutes, je ne pouvais vraiment pas le dire, je me suis mise à téter l’autre sein, tout en levant la main pour continuer à serrer et à caresser la droite. D’une manière ou d’une autre, Jessica dormait encore, même si sa respiration était devenue plus lourde et ses gémissements plus fréquents. L’idée de lui faire un rêve humide m’a traversé l’esprit. J’espérais qu’elle rêvait de moi.

Quand j’ai finalement trouvé la volonté de m’éloigner de sa délicieuse poitrine, j’ai remarqué qu’en plus de haleter et de gémir doucement, elle se tortillait les jambes, se frottait les cuisses ensemble. Tu as fait ce que tu voulais, je me suis dit. Pars avant qu’elle ne se réveille. Mais je ne pouvais pas. Je l’avais à ma merci, gémissant et se tortillant et tout. Et il y avait une partie très importante d’elle que je n’avais pas encore explorée. Je devais le savoir.

En glissant ma main loin de sa poitrine, le long de la courbe douce de son ventre et sous la couverture, j’ai senti le tissu de sa culotte, la seule chose qui me sépare encore de ma cible. Après un moment d’hésitation, j’ai glissé mes doigts à l’intérieur. Immédiatement, j’ai été accueillie par une tache de poils pubiens doux et duveteux. Je ne pouvais pas les voir, mais je savais qu’ils seraient rouges, comme ses cheveux. En descendant un peu plus bas, j’ai senti l’immense chaleur s’échapper de son entrejambe, et j’ai remarqué à quel point son entrejambe et l’entrejambe de sa culotte étaient humides et collants.

Rien que par le toucher, j’ai identifié la forme de ses lèvres extérieures pulpeuses. Je connaissais assez bien la forme d’une chatte grâce aux vidéos pornographiques, mais je me sentais maladroite et inepte quand même quand j’ai tordu mon doigt dans l’entrée entre ses lèvres légèrement parties. Après la résistance initiale, elle est entrée assez facilement, et avant que je m’en rende compte, tout mon doigt avait disparu dans le corps de Jessica. Quelle sensation étrange et excitante. En le retirant, je savais qu’il était recouvert de son fluide chaud et glissant.

J’ai commencé à glisser lentement mon doigt dedans et dehors, faisant un doux bruit humide aspirant chaque fois qu’il sortait. J’ai senti des petites gouttes de liquide couler de mon doigt sur ma main, tandis que le parfum aigre-doux d’une chatte mouillée montait vers moi en flottant sous les couvertures. L’odeur m’a d’abord surpris, mais une fois que j’ai pris un bon nez, ça m’a rendu encore plus avide. Pendant ce temps, Jessica se tortillait et haletait dans son sommeil, encore plus qu’avant, et ses gémissements étaient plus forts et plus fréquents. De temps en temps, l’un de ses gémissements donnait même l’impression qu’elle marmonnait “oui”.

Merde, j’ai décidé à l’époque. J’ai retiré ma main de sa culotte, je me suis levée du lit et j’ai sorti mon pantalon si vite que j’ai failli m’emmêler les jambes. Ma chemise m’a suivi, puis mes caleçons, libérant ma bite impatiente pour qu’elle puisse se tenir debout fièrement et fermement. Rétrospectivement, j’étais assez irrationnel à ce stade. Je ne savais pas ce que je ferais une fois que j’aurais fait ce que j’avais à faire avec elle, ce qui allait presque certainement la réveiller. Je savais juste que je devais l’avoir.

Maintenant les fesses nues, j’ai relevé les couvertures et je me suis glissée en dessous d’elles, me plaçant sur Jessica, entre ses jambes écartées. Ma bite reposait déjà sur son monticule, avec seulement le tissu de sa culotte les séparant. Déterminé à le faire, je m’allongeai sous les couvertures, tâtonnai maladroitement autour de certaines d’entre elles et, une fois que j’eus une prise en main, je retirai l’entrejambe de sa culotte, la laissant ouverte vers moi. J’ai aligné le bout de ma bite avec son entrée, prêt à glisser à l’intérieur.

“Frère ?” La voix de Jessica parlait d’une voix étourdissante. Mon cœur a sauté d’un battement quand j’ai levé les yeux vers son visage. Je pouvais voir que ses yeux étaient ouverts, mais dans l’obscurité, je ne pouvais pas voir son expression. “Quoi ?….” marmonna-t-elle, clairement aussi inconsciente qu’une personne qui s’est réveillée il y a une seconde.

Je ne sais pas pourquoi, mais au lieu d’essayer de tirer le cul et de trouver une excuse, je me suis penché en avant jusqu’à ce que ma poitrine nue appuie contre ses seins mous et l’embrasse. Elle n’a pas résisté. En fait, après quelques secondes à tenir le baiser à bouche fermée, elle s’est raie les lèvres. J’ai pris ça comme une invitation. Ma langue s’est glissée dans sa bouche en même temps que je poussais mes hanches et glissais ma bite dans son tunnel. Je ne me voyais pas entrer en elle, mais je l’ai senti. Chaud, humide, serré. Son tunnel s’enroulait si serré autour de tout mon manche qu’il me convenait comme un gant.

J’ai lentement reculé, et il y a eu un long bruit de succion humide pendant que ma bite glissait hors de sa gaine jusqu’à ce qu’il ne reste plus que la tête à l’intérieur. Jessica gémit doucement dans le baiser quand nos langues se rencontrèrent à l’intérieur de sa bouche et commencèrent à se tourner et à se faufiler l’une l’autre. Ses mains se sont levées, glissant sur mes côtés pour finir sur mon dos, me serrant contre elle. J’utilisais mes bras pour me tenir debout, en faisant attention de ne pas l’écraser, tout en restant assez près pour que je puisse sentir ses seins mous et ses mamelons durs contre ma poitrine. J’aurais pu être surpris de sa soudaine volonté, si je n’avais pas été si envoûté à ce point.

Quand j’y suis retournée, la façon dont les parois de son tunnel touchaient ma tête sensible m’avait déjà fait bouger les jambes. Je n’avais jamais ressenti quelque chose comme ça avant, et je savais que je ne tiendrais pas longtemps. Mes poils pubiens bouclés se mêlaient à ses poils doux et soyeux pendant que j’allais jusqu’au bout, jusqu’à ce que mes couilles se pressent contre ses joues de fesses. J’ai cassé le baiser. Je voulais la regarder dans les yeux pendant que je faisais ça. Ses yeux étaient à peine visibles au clair de lune et elle haletait. Même si je n’arrivais pas à m’en sortir dans le noir, je crois qu’elle me souriait.

En gardant mes yeux fermés avec les siens et mon visage assez près pour que je puisse sentir son souffle chaud, j’ai commencé à la sauter, en poussant mes hanches d’avant en arrière lentement et délibérément, afin de ne pas me stimuler trop. Elle poussait un doux gémissement à chaque fois que j’entrais, et elle se tortillait constamment les hanches, remuant ma bite à l’intérieur d’elle. Ses seins montaient et descendaient doucement avec sa respiration lourde, frottant ses mamelons durs contre ma poitrine.

Malgré mes efforts, je me sentais trop bien, je ne pouvais pas me contenir. Après ce qui a dû être huit poussées ou plus, je me suis retourné involontairement, posant ma tête à côté d’elle avec mon menton sur son épaule. Ma bite a violemment palpité et a sauté à l’intérieur d’elle comme je suis venu, beaucoup plus dur que je n’ai jamais eu auparavant. Mon orgasme était si intense que j’ai failli avoir mal, car j’ai tiré ma graine blanche collante profondément dans son ventre, bien trop prise dans l’instant pour m’inquiéter de me retirer.

Quand mon orgasme s’est finalement terminé, je me suis sentie épuisée. En levant la tête, je la regardais à nouveau de haut. Ni l’une ni l’autre d’entre nous n’avons rien dit pendant un long moment, mais je savais d’après son regard que c’était bien. Finalement, j’ai reculé, tirant mon membre à moitié dressé hors du confort chaud et humide de sa fente. Puis, guidée par ses douces mains, je me suis mise à ramper pour m’allonger à côté d’elle. Quand j’ai soulevé la couverture pour nous couvrir, elle s’est recroquevillée près de moi et j’ai tendu mon bras autour de son épaule pour la tenir près d’elle. À la fois fatigués et enivrés, nous nous sommes endormis peu de temps après. Je ne savais pas comment nous allions nous y prendre le lendemain matin, mais à ce moment précis, j’étais heureux.

Je baise ma soeur endormie
4.3 (85%) 4 votes