Femme découvre orgasme anal avec son maitre

Ils étaient dans le pub, elle s’est rendu compte de sa présence immédiatement, leurs yeux se sont rencontrés comme les personnages d’un vieux film en noir et blanc mais c’est là que les similitudes se sont arrêtées. C’était maintenant et très réel…

Elle l’a regardé discuter et rire, son cœur s’est effondré quand il a flirté avec la jolie blonde. Elle ne savait pas quoi faire… De temps en temps, il se tournait, la surprenait en train de le fixer et soutenait son regard, levait un sourcil et souriait.

OK… Viens te détendre, il va te montrer…

Puis c’est arrivé… le geste, le hochement de tête presque imperceptible vers la porte.

Il a terminé sa boisson, a ramassé son manteau en cuir et est parti.

Elle a suivi.

Il était appuyé sur le mur arrière du pub, un genou levé et son pied à plat contre le mur. Il a attrapé son bras en la faisant tourner, il l’a attirée contre lui, l’a regardée dans les yeux et l’a embrassée.

Mon Dieu, elle avait l’impression que son cœur était dans sa gorge, il a embrassé et léché ses lèvres, les a aspirées dans sa bouche, les a goûtées avec sa langue. Et lorsque sa langue s’est introduite dans sa bouche, elle a violemment frissonné. Elle avait peur, c’était comme si elle s’effondrait. Il l’a tenue, elle a lâché prise, et comme s’il tombait dans l’espace, il a continué à la tenir. Comme il avait dit qu’il le ferait. Elle s’est calmée sous son baiser, ses bras qui la tenaient serrée en lui. Elle était à lui.

Il a soutenu son regard, fixant profondément ses yeux, il a parlé.

“Je te veux, je vais t’avoir de toutes les façons possibles, quand je le veux, comme je le veux. Tu seras ouverte et disponible pour moi à toute heure du jour et de la nuit. Nous ferons l’amour sur le bord ultime pendant des heures, je te pousserai, te laisserai tomber et te rattraperai.” Il a fait une pause…

“Si ce n’est pas ce que tu veux, j’ai besoin que tu le dises maintenant…” Il a soulevé son menton, ses yeux étudiant d’abord sa gauche puis sa droite, attendant…..

Sa lèvre a frémi… son corps entier tremblait, elle l’a regardé directement.

“Oui Monsieur. C’est ce que je veux…”

Il a pris ses deux mains dans les siennes et les a embrassées à tour de rôle….

Pendant le trajet du retour, il l’a regardée, l’a caressée et au feu rouge, s’est retourné et l’a embrassée….

Elle regardait les reflets du feu, essayant de s’ancrer, elle voulait s’énerver pour perdre ses inhibitions mais voulait aussi rester ouverte à tout ce qu’elle ressentait. Il était de l’autre côté de la pièce, il la regardait, elle a rougi.

“Tu me regardes”. Elle a dit en déclarant l’évidence.

“Oui, je le fais…”

“Je me sens gênée, embarrassée mais tu le sais, n’est-ce pas ?”

“C’est normal de se sentir embarrassé et maladroit. Ressens-le. Je veux que tu ressentes tout et que tu me dises ce que tu ressens, je veux tout savoir de toi, c’est ce que nous avons convenu”.

“J’aime te regarder, ça m’excite, regarde”. Il a dit en caressant sa fermeture éclair de haut en bas.

Son érection était évidente, elle l’a regardé gonfler dans son jean. Il s’est affalé sur la chaise et a lentement défait sa fermeture éclair, s’est soulevé et l’a fait glisser.

Elle a fait de ses mains des poings, si serrés que ses ongles se sont enfoncés dans ses paumes, elle a inspiré rapidement jusqu’au fond de ses poumons et a couvert sa bouche avec sa main. Elle a expiré par petites bouffées courtes en le regardant saisir et faire glisser sa main de haut en bas de sa queue visiblement pulsante.

“Lève-toi.”

Elle s’est levée de la chaise et s’est mise debout, ses jambes tremblaient et en le faisant, elle a senti la chaude humidité s’échapper d’elle.

“Défaites votre robe”

Elle a passé ses bras par-dessus ses épaules et a défait la robe.

“Fais-la glisser de tes épaules et laisse-la tomber”.

Avec des mains tremblantes, elle a fait glisser la robe jusqu’à ce qu’elle pende, pour ce qui semblait être un âge, sur ses coudes pliés. Elle a baissé les bras et la robe est tombée sur le sol.

Elle était nue.

Elle a vu ses pupilles se dilater et l’a entendu haleter. Sa confiance a augmenté.

Il savait qu’elle avait fait ça pour lui…

Elle se tenait nue devant lui. Ses yeux larges et pétillants, son visage et sa poitrine rougis par l’excitation. En le regardant faire glisser sa main de haut en bas de sa queue, sa chatte a commencé à palpiter, ses muscles se contractant et se dilatant en même temps que ses mouvements.

“Regarde-moi dans les yeux”

Elle a réalisé qu’elle fixait sa main sur sa queue.

Elle a essayé désespérément de regarder dans ses yeux mais ils revenaient constamment à sa queue. Ses mouvements s’accéléraient et elle sentait la panique dans sa poitrine, il l’avait oubliée, il allait jouir et elle le voulait, elle le voulait en elle, pour la baiser fort et vite… il avait promis et elle avait attendu si longtemps…

Elle a fait un pas vers lui.

“Arrête, ne bouge pas. Dis-moi ce que tu veux et je te le donnerai”.

Son plaisir était évident, sa main s’est immobilisée et il s’est penché en avant…

“Viens ici…” il a désigné le sol entre lui et le feu.

Elle a marché jusqu’à lui.

“Laisse-moi voir si tu es mouillée, ouvre tes jambes”…

Elle a fermé les yeux pour ne pas savoir s’il était dégoûté.

“Ouvre tes yeux, regarde-moi jusqu’à ce que je dise le contraire”.

Elle a ouvert les yeux et l’a regardé puis a tenu sa lèvre inférieure entre ses dents alors que sa main se tendait et remontait à l’intérieur de sa cuisse. Il n’a jamais quitté ses yeux tandis que ses doigts trouvaient la zone humide qu’il savait être là.

Ses fesses se sont tendues et ses cuisses se sont fermées.

Il l’a pincée. Fort.

Elle a ouvert ses jambes.

Il a appuyé son pouce sur son clito. Elle a commencé à fermer ses jambes et s’est arrêtée.

“Bonne fille”, a-t-il souri.

Il s’est levé devant elle, son visage à la profondeur de ses seins, observant ses yeux, regardant en elle.
Sa main a pris le côté de son visage, son index a enregistré les contours de son œil, sa joue, sous son menton, le long de son cou et sur sa poitrine. Il a enregistré l’humidité croissante avec les doigts de son autre main dans sa chatte. En retournant sa main, il a levé son bras, il a effleuré son aisselle avec ses doigts retournés, s’arrêtant là où son sein commençait à se soulever de sa poitrine. Elle a haleté, a senti qu’il la quittait. Elle s’est balancée et est presque tombée contre lui, comme si son toucher la maintenait debout. Glissant sa main autour de son cou jusqu’à l’arrière de sa tête, il a attrapé une poignée de ses cheveux et a plongé son visage dans le sien, l’embrassant férocement, mordant sa bouche et ses lèvres, mouillant son visage, la mangeant, l’entraînant en lui. Et puis il s’est arrêté, la laissant une fois de plus se sentir dépourvue, abandonnée. Sa chatte s’est agrippée à ses doigts pour tenter de s’accrocher à une partie de lui, mais il les a enlevés, ce qui l’a beaucoup gênée en entendant le bruit humide qu’ils faisaient en la quittant.

Il s’est déplacé autour d’elle en laissant traîner l’humidité autour de son corps avec ses doigts, puis il était derrière elle. Tirant sa tête en arrière avec ses cheveux, il a inséré ses doigts humides dans sa bouche. La faisant goûter à elle-même.

Elle a senti son souffle chaud sur sa joue, il était à la fois rassurant et excitant, il contenait un soupçon de menace.

“Ouvre les yeux, regarde droit devant toi” a-t-il ordonné.

“Tu obéiras exactement à mes instructions, sans poser de questions. Est-ce que tu comprends ?”

Il lui a fallu tout son pouvoir de concentration pour rester debout, elle pouvait sentir la chaleur de son corps derrière elle et la transpiration coulait le long de son échine.

Elle ne pouvait pas parler, les mots remplissaient sa bouche, absorbant toute l’humidité qui pouvait y être laissée.

Il était parti….. Le froid a frappé son dos. Il avait bougé….

……S’il te plaît, ne me laisse pas… son angoisse a commencé au creux de son estomac et est montée dans sa gorge… Calme-toi. Allez, concentre-toi, réfléchis…..

Elle a pincé les lèvres, pour l’aider à se concentrer sur sa respiration, a fermé les yeux pour l’aider à se concentrer sur ses mots.

“Oui, je comprends…” a-t-elle chuchoté.

“Je ne peux pas t’entendre…” Il était de retour, elle pouvait sentir le feu qui irradiait de lui. Son érection contre son cul.

“Oui…”

“OUI QUOI ?”

“Oui Maître, je comprends”. Elle a dit, ses mots suivis d’un énorme sanglot, les larmes cascadant silencieusement sur ses joues pâles.

Son cœur battait dans sa poitrine, bondissait dans ses tempes. Un rythme fou qui tirait l’humidité de sa bouche comme la marée de printemps qui se retire… Ses jambes tremblaient et il fallait verrouiller ses genoux pour la maintenir debout.

“Ne bouge pas !” a-t-il chuchoté.

“Je suis désolé… Je… Je”.

Des larmes coulaient sur ses joues, il était mécontent d’elle, sa confiance a chuté. Si fragile et facilement brisée.

Une fois de plus, il a levé ses bras et a fait courir ses doigts du bout des doigts vers son corps et vers le bas, sur ses seins et ses côtes jusqu’à sa taille, sur son abdomen et s’est arrêté au-dessus de son os pubien, ici ils ont ralenti, les doigts de sa main gauche faisant de petits cercles autour de la bifurcation de ses lèvres gonflées, sa main droite glissant sur son os de la hanche pour saisir ses fesses.

“Ouvre tes jambes et penche-toi en avant !” Il a ordonné.

Elle a senti quelque chose de chaud et d’huileux être lissé entre les fesses, puis son doigt glissant en elle, puis un autre.

Elle a haleté quand il a attiré ses hanches dans son aine, enfonçant ses doigts plus loin en elle, sentant sa queue entre les joues.

Il l’a attirée en lui, posant la pointe palpitante et humide contre son clitoris.

Elle se sentait incapable de respirer, un seul mouvement de plus contre elle et elle était sûre qu’elle allait jouir. Il a tiré sa queue en arrière, répandant sa mouille jusqu’à son cul, se glissant d’avant en arrière entre son cul et sa chatte. Les muscles de son vagin devenaient fous et son cul se dilatait et se contractait pour accueillir l’assaut de sa queue envahissante.

“Ecarte pour moi”, halète-t-il dans son oreille, en la mordant. Comme elle tressaillait à la morsure douloureuse de son oreille, il est entré dans son cul, lentement et doucement, en un seul mouvement. Il l’a maintenue immobile, contre lui, un bras enroulé autour de ses hanches, l’autre serrant et pinçant son mamelon.

“Détends-toi, laisse-toi aller, je vais te tenir.

Elle a reposé son cul contre lui et il a enfoncé sa queue plus profondément. Il mordait son cou, la suçait.

“Ne bouge pas, fais-moi confiance,”

“Je le fais, je le fais !”.

Il était totalement immobile… permettant à son cul vierge de s’habituer à l’intrusion. Lui permettant d’absorber la sensation de sa queue palpitante en elle. Il lui chuchotait constamment, si près de son oreille qu’elle ne pouvait pas identifier les différents mots, puis après quelques instants…..

“Penche-toi en avant” a-t-il chuchoté… en la faisant descendre de sa taille.

“Je te veux, je vais te baiser et te remplir, tu t’ouvriras à moi et me supplieras de faire ça, tu me diras que tu veux que je te baise”. En disant cela, il a lentement retiré sa queue suffisamment loin pour qu’elle croie qu’il allait la lui prendre.

Tous les muscles et les nerfs de son corps ont crié, se sont déchaînés. Les sensations qui bombardaient sa chatte et son cul étaient douloureusement extatiques et émanaient de sa bite envahissante qui avait pulsé silencieusement au fond d’elle.

“NOOOOOO, ne me laisse pas……… Baise-moi, s’il te plaît Baise-moi. Oh Jésus, je te veux, je veux que tu me baises…………

Tout son corps souffre et palpite de désir, il a senti les muscles de son cul se contracter autour de la tête et de la tige de sa queue.

“Garde tes jambes bien ouvertes et penche-toi en te tenant à la chaise”, a-t-il chuchoté.

Alors qu’elle faisait ce qu’il lui avait demandé, il a regardé sa queue palpitante alors qu’il entrait lentement en elle, puis sortait. Il l’a sentie se crisper alors qu’il approchait de la sortie de son corps. Il l’a tirée en arrière et en avant sur lui, écoutant son orgasme gronder au plus profond d’elle-même.

Elle n’avait jamais rien ressenti de tel, elle allait jouir mais avait peur au cas où tout s’écroulerait, au cas où elle s’écroulerait.

“Je jouis, je vais jouir” Elle halète…………..

Il a immédiatement pris le contrôle de lui-même et de la situation.

“NON………ce n’est pas ce que tu vas faire, tu dois me demander la permission comme tu le sais très bien. Tu ne viendras pas avant que je te dise que tu peux…

Haletant dans d’énormes sanglots, elle a essayé de reprendre le contrôle, ne parvenant qu’à un chuchotement

“S’il vous plaît Monsieur, puis-je jouir ?”

Il a inséré ses doigts dans sa chatte avant de lui répondre… Elle a gémi et attendu…

“Jouis ma petite salope, jouis maintenant. Fais-le maintenant !”

Elle a joui, poussant son cul contre lui, l’enfonçant plus profondément en elle, entraînant le sperme de ses couilles gonflées, le faisant exploser en elle, la remplissant, son cul se contractant, tirant tout de lui, le laissant vide et épuisé.

Elle est tombée à genoux contre la chaise en sanglotant, toute son énergie disparue et se sentant totalement rassasiée. Il est tombé avec elle en jetant ses bras en l’air pour l’empêcher d’atterrir sur elle. Elle a roulé sur le dos, les reflets du feu léchant et scintillant le long de son corps. Elle s’est retournée et l’a regardé, a souri et l’a tiré sur elle, regardant son visage. Elle a pressé sa tête contre sa poitrine et a caressé ses cheveux et en plaçant ses bras autour de lui, elle s’est à nouveau ajustée.