J’offre ma femme dans un hôtel

Nous étions un couple typique de la classe moyenne, avec un foyer vide, au milieu de la cinquantaine. Coralie et moi avions déjà été mariés. Nous étions aussi divorcés et célibataires depuis un certain temps avant de nous rencontrer. Nous avions été mariés l’un à l’autre pendant 12 merveilleuses années.

Elle avait 3 ans de moins que moi et certainement plus séduisante. Une autre différence était la hauteur. Elle mesurait un peu plus d’un mètre soixante-dix alors que j’étais plus grand de 20 bons centimètres. Bien qu’elle ait pris un peu de poids depuis notre mariage, chaque kilo était parfaitement placé. Pour couronner le tout, un raccourci élégant de ses cheveux blonds naturels et de son joli visage à peine touché par le temps.

Les choses allaient bien. Nous nous en sortions bien dans nos carrières et nous étions sur la bonne voie pour une retraite confortable. Nous avions hâte de faire un petit voyage. Coralie passait du temps à chercher dans les magasins d’antiquités et j’aurais plus de temps à consacrer à mon passe-temps de photographe de longue date.

Elle travaillait comme employée de banque et j’étais ouvrière dans la construction. Mon travail était chaud en été et froid en hiver et sale tout le temps. En parallèle, j’ai photographié un mariage ou deux de temps en temps.

Coralie travaillait aussi au black au centre commercial local la plupart des soirs après son travail de jour. Nous n’étions pas pingres ni rapiats, mais nous voulions prendre notre retraite le plus confortablement possible. Comme je l’ai dit, un couple typique de travailleurs qui s’en sort.

Nos vies n’étaient en aucun cas parfaites. Je détestais mon emploi dans la construction, mais il était bien payé et offrait de bons avantages sociaux. La banque de Coralie avait été vendue à une autre banque, et elle craignait d’être balayée comme d’autres employés. Juste les griefs et les peurs typiques que la plupart des gens ont endurés.

Typique, jusqu’à ce que Coralie remarque mon bras droit. Non pas qu’elle n’ait pas remarqué que j’avais deux bras. Ce qui a retenu son attention, c’est le fait que mon bras gauche se balançait pendant que je marchais, mais pas le bras droit. J’ai tout raté, mais elle était comme un bouledogue avec un os. Mais j’ai repoussé l’examen jusqu’à ce que je me surprenne à utiliser ma main gauche plus que d’habitude.

Bref, j’ai découvert que j’avais la maladie de Parkinson. C’est une maladie insidieuse – une maladie qui continue à prendre et à prendre jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Cela affecte tout le monde différemment. Dans mon cas, ça m’a fait tomber assez rapidement. Pour être honnête, les Parkinson ont eu de l’aide à cet égard. La génétique et une vie de travail physique m’ont donné des hanches de fesses. Après avoir eu des caillots de sang dans mes poumons (deux fois), aucun chirurgien n’a voulu faire l’opération de remplacement de la hanche. Il a fallu tout ce qui précède pour me mettre dans un fauteuil roulant.

Bien sûr, cela a mis fin à mon travail de constructeur. J’ai pu prendre ma retraite, mais pas aussi confortablement que prévu. Coralie a continué à travailler, avec le fardeau supplémentaire de prendre soin de moi après le travail. Cela signifiait qu’elle devait quitter son emploi secondaire.

Et pour empirer les choses, notre vie sexuelle est devenue presque inexistante. Au début, c’était mes hanches douloureusement arthritiques, plus tard, ce sont les nombreux médicaments puissants qui m’ont rendu incapable de performer. Malgré les prescriptions de Viagra et d’autres médicaments pour récupérer un semblant d’érection, il y a eu peu ou pas de réponse. Même si j’étais encore capable d’utiliser d’autres moyens comme les doigts, la langue et les jouets, ce n’était pas la même chose. Je sais que ce n’était pas pour moi et j’étais sûr que ce n’était pas pareil pour elle non plus.

Bien que Coralie ait été compréhensive, je pouvais dire que le stress de son travail et des soins qu’elle me prodiguait lui causait beaucoup de tort. Et le stress d’être constamment dans cette chaise me pesait aussi sur moi. Bien que j’aie essayé très fort de ne pas être un fardeau pour elle, j’ai tout de même senti que j’étais responsable de la détresse que j’ai vue sur son visage. Et c’est comme ça que les choses sont restées. Enfin, jusqu’à ce que je réalise ce qui lui manquait : une bite dure. Avec mon problème, il n’y avait qu’un seul moyen d’y arriver. Elle n’était pas vierge quand on s’est mariés. J’ai donc réfléchi à la solution à ce dilemme.

Je ne mentirai pas en disant que je n’y avais jamais pensé avant mes jours de handicapé. Des années plus tôt, j’avais des abonnements à quelques magazines pornos. L’une était bien connue pour ses lettres qui semblaient toutes commencer par : “Tu ne vas pas croire cette merde.” Un thème récurrent était les maris qui s’amusaient à regarder leur femme se faire baiser par un autre homme. Le candaulisme. J’ai particulièrement accroché à celui où le mari a mangé la sauce blanche qui sortait de la femme après fécondation, le sperme de l’autre gars de sa chatte fraîchement baisée. Je n’étais certainement pas gay, mais certainement curieux. Ces lettres m’ont vraiment excité. Comme je n’étais pas marié à l’époque, je ne savais pas pourquoi ils m’attiraient autant. Quand j’ai pensé à ma situation actuelle, les lettres me sont venues à l’esprit. J’ai réalisé à quel point le risque était grand de la mettre en colère contre moi. J’ai donc gardé cette idée de candaulisme cachée, attendant le moment parfait pour faire la suggestion. Ce moment parfait est arrivé bientôt et de façon inattendue.

La plupart de nos conversations de l’époque consistaient en une description de la série télévisée qui se déroulait dans sa banque. Qui se mariait, dont les enfants avaient des problèmes à l’école, dont le chien avait des vers. Ça m’ennuyait la plupart du temps. Parfois, une pépite intéressante apparaissait.

-Julie a été invitée à sortir. C’est incroyable, non ? Puis Solange a dit à tout le monde qu’elle était enceinte.
-Attends une minute, tu veux dire cette dame, pas si attirante que cela, en face de ton bureau ? N’est-elle pas mariée ?

Coralie était un peu surprise. D’habitude, je ne réagissais pas à ses histoires sur les femmes de la banque.

-Oui. C’est un petit scandale. Elle a dit qu’ils sont juste allés dîner et c’est tout.
-Qu’en pense son mari, ou le sait-il ?
-Je ne pense pas qu’il le sache, je suis sûr qu’elle ne lui dirait pas.
-La façon dont vous les poules gloussaient à propos de tout, c’est comme si ça faisait la une du journal.
-Je suppose qu’il le sait, ou qu’il le découvrira un jour. Après tout, c’était juste un dîner.
-Si tu es sûr que ce n’est qu’un dîner, alors je suppose que c’est bon. Mais si c’était plus que ça. Tu crois qu’elle l’a baisé ?

-Je ne sais pas. Pourquoi son histoire t’intéresse autant ?
-Tu veux toujours que je m’intéresse à ton travail. Eh bien, je suis intéressé. Au fait, comment va le chien de Stéphanie ?

-Tu t’en fous du chien de Stéphanie. Tu veux en savoir plus sur Julie, j’en suis sûr.
-Oui, bien sûr. Pourquoi quelqu’un lui demanderait-il un rendez-vous ? Elle est à la limite de la laideur et s’habille 10 ans de plus qu’elle. Et elle est mariée. Il ne l’a certainement pas invitée juste pour dîner.
-Eh bien, je suppose que tu as raison. Mais pourquoi voudrait-elle être avec quelqu’un d’autre ?
-Je suis sûr qu’il y a plusieurs raisons. L’excitation, l’ennui, le frisson de la poursuite, l’enfer, c’était peut-être même l’idée de son mari.
-Alors c’est ça ! Tu aimes l’idée qu’il sache.
-Eh bien, oui, je suppose que oui. C’est quelque chose à quoi j’ai pensé, surtout depuis que je suis dans cet état.

Elle était au courant de ma frustration et je suis sûr qu’elle avait la sienne.

-Tu sais, si quelqu’un t’invitait à sortir, tu pourrais y aller.
-Tu es complètement dingue. Tu voudrais vraiment que je fasse ça ? Sortir avec un type au hasard. Dîner et ensuite, peu importe. Tu me prends pour une traînée ?
-Non, certainement pas. Je dis juste que si jamais on te le demande, qu’est-ce que tu ferais ?
-Qui a dit qu’on ne m’avait rien demandé ? On m’a invitée plus d’une fois. Et pour ton information, je ne t’ai jamais trompé.
-Je te crois. Mais qui t’invite à sortir. J’aimerais bien le savoir. J’aurais dû me rendre compte que quelqu’un d’aussi sexy que toi se ferait draguer. Tu es toujours bien habillée, tu as de belles jambes, et tu as certainement rempli ton soutien-gorge.
-Merci, je crois. Mais pour ton information, quelques gars qui travaillent avec moi m’ont demandé. Quelques clients à la banque et au centre commercial. Si tu veux savoir, les hommes draguent tout le monde.
-Oui, je sais que les hommes sont des porcs. Oink oink oink. Souviens-toi que je suis un homme, ou du moins que je l’étais.

Ça l’a un peu adoucie.

-Bien sûr que tu es toujours un homme. Mais qu’est-ce que c’est que cette discussion sur le fait que je sors avec quelqu’un ? C’est vraiment ce que tu veux ?
-Quand tu as dit que ton collègue baisait un mec, ça m’a fait penser que tu rates peut-être le vrai.
-Eh bien, tu pourrais te sortir cette idée de la tête tout de suite. Je suis tout à fait d’accord avec les choses telles qu’elles sont.

Sentant que c’était le bon moment pour battre en retraite, j’ai marmonné des excuses rapides. Dans l’ensemble, j’ai trouvé que ça s’est plutôt bien passé. Au moins, ça l’a fait réfléchir. Plus tard dans la soirée, je l’ai entendue dans la chambre à coucher, donnant apparemment à son godemiché préféré un entraînement vigoureux. Oui, le message a bien été reçu !

************

Quelques mois plus tard, nous n’avions toujours pas abordé le sujet de ses fréquentations et peut-être baiser quelqu’un d’autre. J’ai été assez malin pour ne pas tenter ma chance. Ma patience a été récompensée.

-C’est arrivé !

Je ne pensais pas à notre conversation précédente.

-Que s’est-il passé ?” J’espérais entendre quelque chose à voir avec le fantasme.

-On m’a invitée à sortir !

Elle avait toute mon attention.

-Qui, comment ?
-Un client à la banque. Je l’avais déjà vu là-dedans, je suppose qu’il me matait. Il est finalement venu à mon bureau. Il a fait une petite conversation, puis il m’a demandé si je voulais dîner avec lui un soir. C’était tellement tentant – il est beau et beaucoup plus jeune. Mais j’ai dit non.
-On dirait que tu aurais dû dire oui.
-Je t’aime et seulement toi. Je ne pourrais pas faire ça.
-Je sais que tu le sais. Mais où est le mal à avoir à dîner ?
-Tu sais très bien ce qu’il voudra en échange de ce dîner.
-Si tu veux dire qu’il voudra t’emmener à l’hôtel, te déshabiller, puis te remettre sur le lit et mettre sa bite chaude et dure dans ta chatte serrée et humide.
-Oh mon Dieu. On dirait que tu n’en fais pas tout un plat.

J’ai couru ma main le long de sa cuisse, sous sa jupe, sa culotte était mouillée. Je les ai mis de côté et j’ai facilement glissé trois doigts dans sa chatte mouillée. Sa chatte humide alors elle a jouit très rapidement.

-On dirait que quelqu’un a besoin d’une bonne baise.
-Je ne peux pas faire ça. Elle se répandrait comme je serais si embarrassée.
-Et si on quittait la ville ? Tu te souviens de l’hôtel où nous avons séjourné à Cognac ? Le bar de l’hôtel était plutôt confortable.
-Oui, je me souviens. Des gars m’ont proposé de m’offrir à boire, même avec toi debout là. Et maintenant que j’y pense, tu es restée plantée là.
-Avec une banderole, je pourrais ajouter. Ça m’a excité de voir des hommes te draguer. Tu te rappelles peut-être quand on était de retour dans la pièce.
-Oui, c’est vrai. Vous étiez un sacré étalon ce soir-là. Alors c’était la raison ? Je pensais juste que c’était le nouveau parfum. Mais tu pensais à moi avec un de ces types ?
-Oh oui. Mais si je me souviens bien, tu étais plutôt excité par toi-même. Admets-le, tu pensais la même chose.

Coralie vient de sourire.

-Je crois qu’il est temps de faire un petit tour en voiture. Et si on allait à Cognac le week-end prochain ?
-Je vais y aller. J’aime le shopping et les restaurants là-bas. Mais je ne garantirai rien d’autre.

J’étais extatique. C’était plus rapide que je ne l’avais prévu. J’avais le sentiment qu’une fois au bar, elle se relâcherait.

-C’est tout ce que je peux demander. Tu sais que je fais ça pour toi aussi.
-Oui, c’est vrai. Tu n’es vraiment pas obligé. Je veux dire, je suis bien sans. Tu as des doigts talentueux !
-Quoi qu’il en soit, pourquoi ne pas prendre la carte de crédit quand on y sera et acheter une nouvelle tenue. Quelque chose de court et sexy. Peut-être qu’alors mes doigts pourront se reposer.

Elle n’a pas répondu, elle m’a juste donné un coup de poing et est partie.

********

Nous sommes allés à Cognac un vendredi soir. Il était un peu tard quand nous sommes arrivés, alors on a fini la nuit et on s’est reposés. Le lendemain, Coralie est allée faire du shopping en me laissant à l’hôtel. Bien que nous ayons une fourgonnette pour fauteuils roulants, c’est très pénible d’y monter et d’en descendre, alors je suis resté où j’étais. Je suis descendu au bar pour voir si c’était comme dans mes souvenirs. Même pendant la journée, c’était une belle affaire, assez remplie de gars qui regardaient le sport sur les nombreux téléviseurs qui sonnaient dans le bar. C’était presque trop plein pour moi pour prendre une table, et il n’était pas question d’entrer dans un tabouret de bar. Un type assis seul a remarqué ma situation difficile et m’a proposé de partager sa table avec moi.

-Merci infiniment. La plupart des gens ignorent les mecs sur une chaise.
-De rien, je vous en prie. J’ai un cousin qui est aussi en fauteuil roulant, donc je suis heureux de pouvoir vous aider. Au fait, je m’appelle Jean.
-Jean, je suis Robert. Ma femme Coralie et moi sommes ici pour le week-end. Elle fait du shopping et dépense tout mon argent.
-Je n’ai pas de femme pour dépenser mon argent, alors je dois le faire moi-même. J’étais ici pour jouer au golf, mais mon partenaire s’est retiré à la dernière minute et je déteste jouer seul. Alors j’ai pensé que je pourrais rester à l’hôtel et regarder du football.

Donc, il était célibataire et logeait dans cet hôtel. Coralie aimait les grands hommes aux cheveux courts. Jean correspondait à l’image et était quelques années plus jeune. Cela avait des possibilités.

L’après-midi s’est poursuivie en regardant deux matchs de football à l’université. On a tous les deux favorisé des équipes opposées alors on a parié quelques bières sur les matchs. Nous avions plusieurs choses en commun dont nous pouvions parler, alors le temps passait vite. Au fur et à mesure qu’il se rapprochait du moment où j’avais besoin de retourner dans la pièce, j’ai pris une décision.

-Jean, je dois y aller très bientôt. Mais il y a quelque chose que je veux d’abord te dire. C’est un sujet difficile à aborder. Donc la meilleure façon est de le dire. Pardonnez-moi d’être franc, mais j’aimerais que vous couchiez avec ma femme.

C’est là que je l’ai dit.

La mâchoire de Jean est tombée visiblement. Il a été choqué, mais il s’est vite rétabli.

Je lui ai expliqué notre situation, lui parlant de mes problèmes de santé et de sa réticence. Je lui ai expliqué qu’on était là pour la faire baiser et que je ne voulais pas qu’elle soit déçue. Je lui ai dit qu’il était libre de faire tout ce qu’elle acceptait, mais qu’elle ne devait pas savoir que j’avais organisé ça. Je lui ai dit que nous serions de retour au bar à 9 heures et qu’elle serait la mignonne petite blonde assise au bar. Il lui payait alors à boire et essayait de la séduire. Elle porterait son alliance pour ne pas cacher le fait qu’elle est mariée. S’il réussissait à la convaincre d’aller dans la pièce, elle me mentionnerait et je serais présent pendant qu’ils baisaient. C’était beaucoup à encaisser, mais bien sûr, il était d’accord.

Je suis retourné dans la chambre quelques minutes avant Coralie. Elle est arrivée avec plusieurs sacs, dont le sac distinctif Victoria’s Secret. C’était bon signe.

-On dirait qu’on a fait quelques courses. Qu’y a-t-il dans ce petit sac Vicktoria’s Secret ?

Elle n’a pas répondu, mais je vois qu’elle a été occupée. Ses cheveux ont été coiffés et on dirait qu’elle a eu une manucure fraîche. Plus de bons signes,

Avant de partir dîner, elle a pris un bain et s’est habillée dans la salle de bain. J’ai remarqué qu’elle avait pris son sac Victoria’s Secret avec elle. Quand elle est sortie, elle portait une magnifique petite robe noire. C’était époustouflant. Sans manches, coupe courte et basse. Et c’était ses tétons qui piquaient le tissu ? Des bas noirs couturés et des chaussures à talons aiguilles noires complétaient l’ensemble. Je ne l’avais pas vue aussi pomponnée depuis des années. Je n’ai pas pu m’empêcher de siffler doucement.

-Tu ne t’habilles pas comme ça pour moi très souvent.
-Eh bien, tu ne me donnes pas la carte de crédit si souvent.
-Si c’est le résultat, je devrai peut-être le faire plus souvent. Tu es magnifique !

Lors de notre dernier voyage, nous avons mangé dans un petit restaurant italien près de l’hôtel, alors nous avons décidé d’y retourner. Le repas était de nouveau excellent. J’ai remarqué qu’elle recevait des regards approbateurs de la part des hommes du restaurant,

Sur le chemin du retour à l’hôtel, son inquiétude semblait revenir.

-Je ne sais pas si je veux aller au bar. Allons dans la chambre. Je peux te montrer ce que j’avais dans ce sac Victoria’s Secret
-Dis-moi juste une chose, tu pensais à moi quand tu as acheté ce qu’il y avait dans le sac ?
-Oui, non, en quelque sorte
-C’est ce que je pensais. Buvons quelques verres au bar et si rien ne se passe, on pourra retourner dans la chambre.
-Oh, d’accord. Deux verres et aucune garantie.

C’est tout ce que je voulais entendre. Quand nous sommes arrivés au bar, il y avait encore beaucoup de monde. Jean était toujours assis à la même table. Quand il a vu Coralie, sa mâchoire a encore baissé. Je lui ai fait un clin d’œil sournois.

Comme Coralie et moi en avions discuté auparavant, elle a pris place au bar pendant que je trouvais une table vide où je pouvais la regarder en action. Presque instantanément, Jean se tenait à côté d’elle, lui offrant un verre. Elle a regardé nerveusement vers moi, mais s’est vite retrouvée absorbée par leur conversation. Au fur et à mesure que la nuit avançait, ils se rapprochaient de plus en plus l’un de l’autre, sans se soucier de personne d’autre. À un moment donné, il posa sa main sur sa cuisse, la déplaçant lentement sous sa robe, certainement assez loin pour atteindre au-dessus de ses bas. Elle m’a encore regardé et cette fois, lui aussi.

Les bars de cette ville ferment à minuit, alors il restait que 15 minutes jusqu’à ce que minuit sonne. Coralie s’approche de ma table et me dit qu’il s’appelle Jean et qu’il était prêt à aller dans notre chambre et ne m’en voulait pas si je regardais. Wow, elle avait surmonté sa réticence assez gentiment.

Elle m’a présenté Jean et on a fait semblant de ne pas se connaître. J’ai suivi derrière nous alors que nous nous dirigions vers l’ascenseur. Pendant qu’ils marchaient, la main de Jean est tombée de son épaule vers le bas de son dos, puis vers le haut de son cul. Quand il l’a déplacé plus bas et lui a flatté le bas des fesses, j’ai su que c’était pour de vrai. À ce moment-là, c’est moi qui étais un peu nerveux.

Dans l’intimité de l’ascenseur, ils se sont embrassés. Ma nervosité était passée. J’ai beaucoup aimé le voir tirer l’ourlet de sa robe assez haut pour que je puisse voir sa culotte Victoria’s Secret. Pas un string mais une culotte noire très transparente qui montrait clairement le contour sombre de son cul. Jean allait se régaler ! Quand notre ascenseur est arrivé à notre étage, Jean avait les deux mains sur le cul de Coralie. Nous étions tous tellement pris par le moment que nous avons dû prendre l’ascenseur jusqu’au hall d’entrée et reculer simplement parce que nous n’étions pas sortis à notre étage. Un couple plus âgé est arrivé en bas. Coralie et Jean ont continué tout cela. Entre-temps, ses mains étaient à l’arrière de sa culotte à l’air libre. L’autre couple semblait mal à l’aise. Du moins, la femme l’a fait. Le mari a aimé le spectacle. J’ai haussé les épaules et fait semblant d’être ignorant.

Le couple débarque à l’étage inférieur, la femme traînant son mari lorgnant. J’avais le sentiment que le vieux n’aurait pas de mal à le lever et à baiser sa femme prude en profondeur. Je pariais qu’il n’attendrait même pas d’aller au lit. Il pliait la chienne sur une chaise et lui arrachait sa culotte volumineuse avant d’enfoncer sa bite dans cette chatte lâche jusqu’à ses boules ridées. Elle lui demanderait si le fait de voir cette salope sans vergogne l’excitait. Il répondait en fonçant de plus en plus fort et plus profondément avant de tirer son chargement profondément dans sa chatte. L’image mentale a été interrompue par le ding qui indiquait que nous étions de retour à notre étage. Ma femme et notre nouvel ami ont pris l’air assez longtemps pour sortir de l’ascenseur.

Malheureusement, lorsqu’ils sont sortis, je n’ai pas réussi à me rendre à la porte assez rapidement et j’ai rapidement entrepris un autre voyage dans le hall d’entrée. Quand je suis passé devant le 4ème étage, j’ai imaginé la dame plus âgée suçant frénétiquement la bite de l’homme en essayant d’obtenir une performance répétée. Entre deux sucettes, elle lui rappelait à quel point il était chaud de voir les mains de Jean sur le cul de Coralie avec le bout de ses doigts explorer sa chatte.

Bientôt, je suis retourné à mon étage. J’étais tellement nerveux que j’ai dû essayer la carte-magnétique trois fois avant d’y arriver, mais je suis finalement entré.

Jean et Coralie étaient sur un petit canapé. Ils étaient encore tout habillés, mais ils se frottaient et se tripotaient les uns les autres sans se soucier de mon arrivée. Bientôt Jean a travaillé sa main sous le bas de sa robe. Apparemment il a trouvé sa cible parce que Coralie s’est raidie et a gémi, sa réponse habituelle quand je glisserais mes doigts dans sa chatte. Il a accéléré le mouvement de son putain de doigt. J’imaginais à quel point sa chatte se sentait bien.

Elle a levé ses hanches et il a attrapé la culotte et les a enfilées sur ses jambes recouvertes de nylon et sur ses pieds. Il a tendu la main et a ouvert la fermeture éclair de sa robe. Bientôt, la partie supérieure de la robe était à sa taille, exposant son soutien-gorge Victoria’s Secret. C’est un demi-soutien-gorge qui lui a caressé les seins à moitié, laissant les mamelons exposés. Je sais qu’elle ne l’a pas acheté avec moi en tête. Elle l’a ouvert et l’a jeté de côté. Elle s’est levée et s’est tortillée jusqu’au bout de sa robe.

Maintenant, elle se tenait nue, à l’exception d’un porte-jarretelles, de bas et de hauts talons. Devant un étranger excité !

Elle est remontée sur le canapé. Jean caressa doucement ses seins, embrassant et suçant chaque mamelon à tour de rôle. Je savais que c’était un point faible pour elle. D’après ses gémissements, je voyais qu’il faisait du bon boulot. Elle a tendu la main pour dézipper son jean. Il a dévissé son pantalon et les a fait glisser en enlevant ses sous-vêtements en même temps. Sa bite a surgi. C’était une belle taille, d’environ 20 cm de long et plus épaisse que la plupart des autres. Au moins, Coralie a apprécié. Elle a glissé son corps vers le bas pour placer sa tête près de la pointe de sa bite. Elle a léché le pré-cum qui bave de la tête de bite. Son style de fellation consistait à faire beaucoup de léchage entrecoupé d’une succion vigoureuse. D’après ses gémissements, j’ai vu qu’elle lui donnait le meilleur de sa technique. J’espérais juste que s’il venait par là, il pourrait le remonter. Après tout ça, c’était pour se faire baiser par Coralie.

Je n’avais pas à m’inquiéter. Peu de temps après, Jean a doucement poussé sa tête loin de sa bite. Elle a compris et est montée sur le lit. Il a lentement écarté ses jambes alors qu’il était sur le lit, bougeant sa tête vers sa chatte. Elle a tressailli quand sa barbe d’un jour lui a griffé les cuisses. Elle s’est vite calmée, gémissant alors qu’il plongeait dans son trou chaud et liquide. Je pouvais sentir son premier orgasme se développer. Elle se tortillait et serrait les draps. Finalement, elle a fait quelques spasmes pour marquer son orgasme.

C’était son signal pour faire une courte pause. Quand elle a des cloques, elle devient très sensible pendant un court moment.

Ils se sont tous les deux allongés sur le lit. Jean n’était pas encore venu, donc il était encore dur. Coralie lui caressa doucement la bite pour qu’elle reste dure.

– Tu apprécies le spectacle ?” Coralie a dit en regardant au plafond. J’ai supposé qu’elle me parlait.

-Oh oui. Et toi, ça te plaît ?” C’était une question idiote. Apparemment, elle l’était.

-Tu sais que si ça continue, on ne pourra pas revenir en arrière. Tu es toujours d’accord avec ça ?
-Je pense que tu dois un orgasme à Jean. Alors ouvre cette chatte et que le vrai plaisir commence.

Jean a compris que c’était un indice. Il se retourna vers Coralie et leva son corps au-dessus du sien. Il s’est abaissé entre ses jambes écartées. Cela a mis sa bite en ligne avec sa chatte en attente. Il l’a tendu vers le bas pour le guider jusqu’à son but. Il a frotté la tête autour des lèvres extérieures avant de trouver le milieu de son trou de cul. En un clin d’œil, il est arrivé jusqu’ici. Quand il l’a pénétrée, elle l’a aspirée fortement et l’a expirée en poussant un cri. Jean a commencé à baiser son cul de haut en bas comme il l’a baisée rapidement et profondément. Je le sentais presque quand j’ai vu Jean remplir la chatte de ma femme. Il était plus épais que moi et ça avait un effet sur Coralie.

-C’est bon ? Il est en train de te remplir.
-NYUNG, NYUNG,” était la seule réponse.

Jean l’a frappée dans le matelas. Il avait une lueur de juron sur le dos malgré le fait que l’unité de climatisation de la pièce pompait presque au maximum. Quelques minutes plus tard, il s’est retourné et l’a invitée à monter sur sa grosse bite. En raison de notre différence de hauteur, c’était notre position préférée. De cette façon, elle pouvait contrôler le tempo. J’ai vu ses lèvres de chatte saisir sa bite pendant qu’elle pompait de haut en bas. Bientôt, il a commencé à se mettre en mouvement pour aller aussi loin que possible. Ses couilles se sont resserrées alors que des jets de sperme chaud remplissaient son canal.

-OH DIEU !” Ils ont crié à l’unisson presque parfaite. Leurs orgasmes étaient presque simultanés.

Ils se sont allongés sur le lit en reprenant leur souffle. J’ai enlevé ses chaussures et je lui ai frotté les pieds.

Jean a soudain semblé gêné. Je lui ai fait signe de partir. Il s’est habillé, s’est penché sur le lit, a embrassé Coralie et s’est précipité hors de la pièce.

J’ai tiré Coralie par les jambes jusqu’à ce que sa chatte soit devant moi. Je voulais voir à quel point il avait étiré sa petite fente. En regardant son trou béant, j’ai vu un globe de sperme de Jean suinter. J’avais déjà goûté à mon propre sperme, mais j’étais curieux de voir la paraison prendre de l’ampleur et commencer à glisser sur son joli trou du cul. Accablé par la curiosité, je me suis penché vers le bas pour goûter l’épais liquide blanc. Coralie a repoussé ma tête.

-Qu’est-ce que tu fais ? Je ne suis pas propre, Jean est entré en moi.
-Je sais, je peux le voir. Je veux te nettoyer. Détends-toi, c’est tout.

Avec ça, je suis retourné à sa chatte en désordre. J’ai léché le sperme de Jean sur son cul et j’ai progressé. Il faisait chaud, pensant que le liquide salé n’avait été dans les couilles d’un autre homme que quelques minutes auparavant. Coralie était extatique quand j’ai atteint ses douces lèvres. Je l’ai mangée vigoureusement jusqu’à ce qu’elle ait un autre orgasme.

-Alors, c’était comment ? C’était tout ce à quoi tu t’attendais ?” Coralie m’a demandé quand on aurait fini.

-Oh oui. J’ai particulièrement aimé te manger après son départ.
-Ça m’a plu, tu devrais t’y habituer. En fait, j’ai toujours les coordonnées de Tom.
-Qui ?
-Tom, tu sais, le client qui m’a invité à dîner. Je peux arranger un rendez-vous avec lui. Je pense que nous l’apprécierons tous les deux.
-Au secours, j’ai créé un monstre !
-Vous connaissez le dicton : Fais attention à ce que tu souhaites “parce que tu pourrais l’avoir !”

 

J’offre ma femme dans un hôtel
5 (100%) 1 vote
Publié le 18/05/19 Récit candauliste , , , ,