Dernière nuit en ville avec une cochonne à fister

Les directeurs de notre bureau de Beauvais m’ont envoyé à notre usine de Mâcon pour travailler avec les gens sur un problème de production. Ce n’est qu’une semaine, m’ont dit les gérants, peut-être deux au plus, mais un mois plus tard, je suis là, et je suis en train de mettre les choses au point et de me préparer à rentrer à la maison.
L’usine de Mâcon n’était pas vraiment à Mâcon…, mais dans une petite ville au nord de la ville elle-même. J’y ai pris un petit appartement de location temporaire, et quelques nuits par semaine, j’ai pris l’habitude de m’arrêter dans un petit salon qui se trouve entre l’usine et mon appartement. Je prends une bonne Guinness bien fraiche, ou parfois un whisky, je bavarde avec le barman, puis je me rends chez moi. J’ai vite remarqué qu’il y a un ou deux habitués de cet endroit, et qu’à une table, il y a habituellement trois filles, peut-être dans la vingtaine, qui font la même chose que moi, c’est-à-dire prendre un verre sur le chemin du retour. Elles ne sont pas spécialement attirantes, l’une est un peu plus rondouillarde que les deux autres, mais tous les trois sont habillées de la même manière, en jupes et chemisiers, et il semble qu’elles soient probablement des employées de bureau. Elles sont intéressantes, mais je sais qu’il ne faut pas essayer de les séparer pour pouvoir en séduire une. Tout ce que je fait, c’est de leur faire un petit signe de la main et de leur dire bonjour en passant devant leur table sur le chemin des toilettes, et elles hochent généralement la tête quand je passe devant elles.
Alors que je m’arrête dans le salon pour la dernière fois avant de me rendre à l’aéroport le matin, je suis surpris de voir qu’une seule des filles est à table, la toute rondouillarde. Elle a les cheveux courts et foncés, et d’après ce que je peux voir dans la lumière du café, elle a les yeux marron foncé et les seins qui semblent être de gros volume sous son chemisier blanc. Mais je finis ma bière et je pense aller aux toilettes avant de retourner chez moi pour faire mes valises. Alors que je passe devant sa table, la fille tout ronde me regarde et me dit bonjour avant que j’ai l’occasion de lui dire bonjour. Je la salue et quand je reviens après être allée aux toilettes, elle me sourit.
-Vous prenez une autre bière et on reste ici un moment ?
-Ok, bien sûr, répondis-je.
Je commande une autre Guinness au serveur et la boisson de la fille et je m’assois à table avec elle. Je suis toujours curieux au sujet des autres filles, et je pense, aussi, qu’il est intéressant de discuter avec celle-ci pendant un certain temps. Elle me dit qu’elles travaillent toutes les trois comme vendeuses dans un grand magasin haut de gamme à quelques pâtés de maisons de là et qu’elles s’arrêtent souvent pour prendre un verre en rentrant à leurs appartements respectifs pour comparer leurs notes et leurs histoires sur les singeries des “riches salopes”, comme elle les appelle, qui font leurs courses dans leur magasin. Je ris de ses histoires, puis je demande où sont les autres ce soir. L’une, dit-elle, a une crise avec son petit ami et l’autre ne se sent pas bien, alors elle est venue seule ici.
-Nous faisons habituellement du covoiturage ensemble, dit-elle, mais j’ai réalisé après avoir demandé à être déposée ici, que je n’avais aucun moyen de rentrer chez moi. Mais je suppose que je pourrais prendre un taxi, ou peut-être que tu pourrais m’emmener ?
-Oh, bien sûr, j’en serais ravi.
Je laisse passer quelques secondes et j’enchaine.
-Mais voulez-vous d’abord un autre verre ?
J’espère qu’elle est prête pour une autre tournée, puisque je peux dire que les deux bières travaillent sur moi, et je dois probablement pisser de nouveau avant de quitter le bar.
-Oh, non, répond-elle en prenant son sac à main. J’en ai assez pour ce soir.
Elle hésite alors et me montre mon verre vide.
-Tu en veux un autre avant qu’on parte ?
-Non, je suis prêt aussi.
A peine le temps de terminer la phrase qu’elle est déjà debout et prête à partir. Je me lève et je la suis jusqu’à la porte, remarquant soudain à quel point elle est belle de l’arrière, dans sa jupe plutôt serrée. Je la conduit à ma voiture de location et alors qu’elle me guide dans les rues vers son appartement, je remarque que sa jupe monte à mi-chemin sur ses grandes cuisses. Ça m’a l’air plutôt séduisant, alors je prends le risque. Je pose ma main sur sa jambe juste au-dessus de son genou, pensant qu’elle va probablement repousser ma main, ou peut-être même exiger que j’arrête la voiture pour qu’elle puisse en sortir. Mais non, en fait, elle pose simplement sa main légèrement sur la mienne et me regarde en souriant.
Avec cet encouragement, je place ma main plus haut, même un peu sous sa jupe. Sa peau est douce, et avec cette caresse intime, ma bite commence à se réveiller un peu. Je n’arrête pas de caresser lentement de haut en bas, sentant la chaleur et la douceur de l’intérieur de son ample cuisse pendant que nous roulons, jusqu’à ce qu’elle m’ordonne finalement de me garer sur une place de parking devant un petit immeuble à appartements.
-C’est ici me dit-elle.
Je sors de la voiture, je fais le tour et je lui ouvre sa porte.
-Voudriez-vous monter ? me demande-t-elle. Tout ce que j’ai, c’est du vin, mais je serais ravi de vous servir un verre.
-Un verre de vin serait parfait.
Je la suis dans le hall de l’immeuble. Un petit immeuble de 4 étages, tout ce qu’il y a de plus commun, et ancien, dans la région. Des pierres hors d’âge, une architecture typique. Le genre d’appartement qu’on loue pour le coté pratique, mais pas le type que l’on achète pour investir ou pour vivre toute une vie. Alors qu’elle s’arrête devant l’ascenseur pour appuyer sur le bouton, je mets mon bras autour de sa hanche. Chez la plupart des femmes, mon bras tendu va jusqu’à l’avant de la hanche, mais sur celle-ci, avec sa taille épaisse, ma main n’atteint que son flanc. Mais quand même, elle se retourne légèrement vers moi, et nous montons ensemble dans l’ascenseur. Alors qu’elle se penche vers l’avant pour appuyer sur le bouton de son étage, ma main vient flatter son large cul. Je sais qu’elle peut sentir ma main, mais elle ne fait aucun commentaire, au contraire elle vient s’appuyer contre.
Nous descendons à son étage, et quand elle ouvre la porte de son appartement, je me tiens à côté d’elle et je pose de nouveau ma main sur son cul. Une fois à l’intérieur, elle me dit :
-Assieds-toi, je vais aller aux toilettes, puis je vais servir le vin.
L’appartement est propre, je le vois en regardant autour de moi. J’ai erre un peu, je remarque qu’il n’y a pas de photo de petits amis, pas de vêtements ou d’autre trace de la présence d’un gars qui vivrait ici. Je m’assois sur une chaise molle, puis je me relève et je m’installe sur un canapé juste avant qu’elle revienne dans la pièce. Je remarque que ses seins se balancent lorsqu’elle traverse la pièce vers moi, et je devine qu’elle a ôté son soutien-gorge.
Elle s’approche de moi et s’arrête, me regardant avec impatience. Je tends les mains et je les poses sur ses hanches en l’attirant un peu vers moi. Je glisse mes mains de ses hanches vers le bas, le long de l’extérieur de sa jupe, puis je les remonte, sur l’extérieur de ses jambes mais sous sa jupe. La jupe se retrousse quand je glisse mes mains plus haut et sur les côtés de ses jambes jusqu’à ce que je lui caresse le cul à travers sa culotte. Elle ne fait rien pour m’arrêter, au lieu de cela, elle pose sa main sur mon épaule et vient me caresser le creux de la nuque.
“Ça se passe bien”, pensai-je, et ma bite qui durci semble d’accord. “Ok, voyons ce qui va se passer ensuite”, me suis-je dit, et je déplace les doigts de ma main gauche vers sa chatte. Elle écarte un peu les jambes, et je frotter légèrement le long de ses lèvres intimes à travers sa culotte. Je sens de l’humidité alors je lève les yeux vers son visage. Sa tête est légèrement inclinée vers l’arrière, ses yeux sont fermés et il semble que sa respiration est plus profonde. Je décide de pousser ma chance plus loin et j’accroche mes doigts sur le bord supérieur de sa culotte et je commence à la tirer vers le bas. Je n’arrive pas à la faire descendre autour de son cul, cependant, et soudain je sens ses mains tirer sa culotte autour de son cul, et m’aider à les faire descendre plus bas. Je me recule pour la laisser faire, elle se penche en me regardant droit dans les yeux avec un regard sensuel, sa culotte est déjà à ses chevilles.
Sa jupe est encore autour de ses cuisses, alors je remets mes mains sur son cul une fois de plus. Sans sa culotte de la façon, je peux aisément passer mes doigts sur ses fesses charnues et entre. Sa chatte, en gros plan devant moi, ne comporte presque pas de poil, juste la trace d’un rasage de 3 mm méticuleux. Ses lèvres sont généreuses à souhait. Son clitoris est caché mais la boursouflure est bien grosse. Mes doigts entrouvrent ses lèvres puis se glissent entre les deux. Elle mouille suffisamment pour que je puisse la caresser entre les deux, puis glisser facilement un doigt dans la chaleur qui l’habite, puis deux doigts. Elle soupire en sentant mes doigts en elle, et en levant les yeux vers son visage, je vois que sa tête est de nouveau inclinée vers l’arrière, que ses yeux sont fermés et qu’elle commence à inspirer de petits halètements à mesure que mes doigts la caressent.
Les doigts d’une main caressant encore à l’intérieur d’elle, je retire mon autre main de son cul et la glissée jusqu’à un sein. J’avais raison, elle a enlevé son soutien-gorge, et comme je soupèse puis serre son gros sein, je peux sentir un mamelon dur pousser contre ma main. Soudain, elle repousse ma main et recule de sorte que mes doigts ne sont plus dans sa chatte. “Et puis merde” je me mets à penser, mais je vois qu’elle déboutonne son chemisier. Elle retire également sa jupe et, en un instant, elle la pose avec sa culotte sur le sol. Ses seins sont de gros monticules, s’affaissant légèrement, avec des mamelons foncés de la taille d’une pièce de 2 euros. Elle revient à moi, et quand je me penche pour la doigter de nouveaux, j’ai le visage collé à sa grosse poitrine. Je les prends à pleines mains, émerveillé par la douceur et la chaleur de sa peau. Je caresse les gros mamelons avec mes pouces car ils poussent plus fort. Je tire sur ses mamelons, doucement au début, puis plus fort avec presque un mouvement de torsion brutal, et j’entends son souffle avec plaisir alors que la pointe de ses mamelons pousse encore plus loin.
Je me redresse un peu et je prends un mamelon dans ma bouche, et je tire dessus avec mes lèvres et mes dents. Je laisse ma langue tourner tout autour, puis je tire juste assez en arrière pour pouvoir retourner le bout dur avec ma langue. Ensuite je passe à l’autre mamelon et je fais la même chose en pinçant le premier mamelon avec mes doigts. Je découvre que je peux presser ses seins suffisamment ensemble pour que les deux mamelons soient ensemble et que je puisse les aspirer tous les deux dans ma bouche en même temps.
-Oh, c’est bon ça, je l’entends dire en chuchotant. Oh, que c’est bon. Oh, oh, mon Dieu !
Je sens son corps trembler un peu et je pense qu’elle est au bord de l’orgasme, alors tout en jouant avec ses mamelons, je ramène une main à sa chatte et je glisse deux doigts en elle. Je la baise comme ça pendant quelques secondes avant qu’elle n’appuie sa chatte et son bassin contre mes doigts. Elle lâche un gémissement aigu, suivi de quelques : Oh, oh, oh, oh, oh, avant de trembler plusieurs fois par son orgasme, puis de s’affaisser à genoux devant moi.
Elle pose la tête contre ma cuisse, et quand son orgasme commence à diminuer, elle commence à frotter sa main le long de mon autre cuisse.
-Oh, ça fait si longtemps que je n’ai rien fait de tel, et, ô Dieu, c’est si bon ! dit-elle, puis un moment plus tard elle me frotte l’entrejambe où ma bite dure a l’impression que ça va éclater dans mon pantalon. Elle lève la tête et me sourit en tirant sur ma fermeture éclair. Je défais ma ceinture et, avec son aide, je baisse mon pantalon. Elle mets sa main autour de ma bite à travers mon caleçon et lui donne plusieurs pressions douces. Elle baisse la tête et passe sa langue le long de ma bite, et quand je ne peux plus la supporter, je me penche et descends mon boxer jusqu’aux genoux.
Libéré de la contrainte de mes sous-vêtements, ma bite se relève en direction de son visage. Elle la regarde un instant, puis tend la main et l’entoure avec précaution. Elle le serre doucement, puis lui fait quelques petits coups de langue lents, tout en le regardant comme si elle était hypnotisée.
-Oh, bon sang, suce-la, tu veux bien ? Baisse la tête et mets-la dans ta bouche, d’accord ?
Elle continue à me caresser tout en regardant ma bite comme si c’est une source d’émerveillement. Je décide de faire avancer les choses. Je repousse sa main et j’avance son visage vers ma bite et la dirige vers ses lèvres. Elle ouvre la bouche avec obéissance, puis en fermant les lèvres autour du gland, elle lui fait de petits mouvements de succion, et je sais qu’elle se délecte du liquide pré éjaculatoire qui remonte le long de ma hampe. Avec ma main toujours sur sa tête, je pousse sa bouche encore plus sur ma bite, je recule un peu, puis je pénètre encore plus loin dans sa bouche. Elle n’offre aucune résistance pendant que je continue ce mouvement, poussant sa tête vers le bas dans le temps en caressant ma bite dans sa bouche, jusqu’à ce que je sois complètement dans sa bouche avec son nez dans mes poils pubiens.
Elle s’étouffe un peu quand ma bite entre dans sa gorge, mais même quand je relâche sa tête, elle garde ma bite entièrement dans sa bouche. Je sens les petits mouvements de succion qu’elle fait, et à ce moment-là je commence à sentir le sperme qui monte dans mon sexe. Je place mes mains de chaque coté de l’arrière de sa tête et je commence à la baiser lentement dans et hors de sa bouche. Ma vitesse augmente quand je sens que le sperme commence à couler le long de ma bite, et sans aucun avertissement envers elle, j’éjacule profondément dans sa gorge. Elle tousse un peu pendant que mon sperme lui remplit la bouche, et même quand je finis d’éjaculer et que je lui relâche la tête, elle garde ses lèvres enroulées autour de ma bite et se régale de mon jus. Je sors ma bite de sa bouche, et je fais gicler les dernières gouttes sur son visage.
Quelques instants plus tard, quand j’ai plus de contrôle sur mes genoux faibles, je me suis lève et j’essaye de la mettre en position debout, mais elle est trop lourde. Elle comprend ce que je veux, me prend par la main et me dirige vers sa chambre, et une fois là-bas, je la fais s’asseoir sur le bord du lit. Je la pousse an arrière pour qu’elle soit presque totalement allongée, il n’y a plus que jambes en dehors du lit, les fesses juste au bord. Je m’agenouille entre ses cuisses, j’écarte ses jambes, je pose chaque cuisse sur une de mes épaules. Sa chatte charnue et très humide est juste devant moi, à quelques centimètre. Je pense juste une fraction de seconde que je devrais tout de même prendre le temps d’aller aux petits coins soulager ma vessie de toute ces bières. Au lieu de cela, mon cerveau perd le contrôle face aux pulsions et ma tête se projette en avant pour lui embrasse le sexe.
-Oohh, dit-elle quand ma langue caresse ses lèvres,
Elle écarte ses lèvres pour moi et m’exhibe son clitoris, plus gros que je ne le pensais.
-Ah, dit-elle. Ah… ah…
Je continue de jouer avec son clitoris et l’entrée de son vagin avec ma langue et mes lèvres jusqu’à ce que je tente de lui sonder son trou du cul avec un doigt pendant que je déguste sa chatte, mais ses fesses étaient trop grosses et serrées pour que mon doigt puisse trouver sa cible. Je pousse le doigt à l’intérieur de sa chatte à la place, et pendant que je claque ma langue en avant et en arrière sur son clito, je glisse un autre doigt en elle. C’est entré si facilement que j’ajoute un troisième doigt, puis je réussis à glisser mon petit doigt en elle aussi.
Je recule la tête pour apprécier la vue de tous ces doigts dans sa chatte consentante, puis je peux travailler mon pouce avec le reste de mes doigts pour que ma main jusqu’à mes articulations soit en elle. Elle commence à pousser contre ma main, alors je pousse lentement plus loin en elle. Elle est si mouillée que ma main est aspirée d’un coup à l’intérieur d’elle, presque jusqu’au poignet. Elle caresse sa chatte trempée contre ma main, donnant de petits gémissements à chaque coup. Je peux sentir l’intérieur de sa chatte et je réalise que mon poignet est le long de ses lèvres externes et qu’elle caresse encore le long de ma main qui va lentement plus loin en elle. Soudain, elle pousse un cri aigu, et je sens une contraction tout autour de ma main et même un nouveau liquide couler d’elle.
-Ahhh…oui…C’est bon…
Elle crie et grogne pendant qu’elle continue à avoir un autre orgasme, puis lâche plusieurs respirations fortes et reste immobile, tout en respirant fortement. Je retire lentement ma main de son fourreau et j’entends le son mouillé qu’elle fait quand elle sort. Ma main est trempée de son jus, alors qu’elle est étendue là, les yeux fermés, je l’essuie sur les draps. Ma bite est de nouveau dure maintenant, et bien que je veuille pisser très fort, je ne peux pas résister à cette chatte si grande et ouverte juste devant moi.
J’aligne ma bite avec son trou béant et je me glisse dedans.
-ahhh, dit-elle à la nouvelle insertion dans sa chatte alors qu’elle est encore coucher les yeux fermés.
Je la pénètre lentement cinq ou six fois, juste pour laisser ma bite obtenir la sensation de cette nouvelle chatte. Je la baise de plus en plus fort, et à chaque coup, je peux voir ces gros nichons qui se balancent sauvagement sur sa poitrine. Je me penche en avant et je prends ses seins dans mes mains, tirant sur eux à chaque fois que j’entre jusqu’à la garde en elle. Je pense que j’ai bien fait de ne pas aller pisse, et que je devrais arroser cette magnifique poitrine de pisse dans l’instant même.
Mais il n’y a aucun moyen que je le fasse tout de suite, alors je sors de sa matrice, la retourne et la force à s’assoir. Ma bite, qui dégouline de son jus, est juste en face d’elle. Je mets ma main sur l’arrière de sa tête et je pousse mon gland entre ses lèvres. Elle résiste un peu, mais je force juste un peu plus et ma queue est dans sa bouche. Elle ouvre maintenant de bon cœur. Elle se régale de la saveur de son propre jus et du goût de ma chair. Je continue l’irrumation jusqu’à ce que je sois sûr que mon sexe soit propre. Je ne veux pas non plus éjaculer une nouvelle fois dans sa bouche.
-A quatre pattes sur le lit, je lui ordonne, à genoux et à mains à plat.
Elle s’empresse de faire ce que je lui dis, sachant évidemment ce qui va suivre. Ses cuisses charnues sont écartées, exposant sa chatte mouillée à mon approbation, en appuie sur ses coudes et le côté de sa tête à plat sur l’oreiller. Ses gros seins sont aplatis sous elle, de grandes rondeurs débordent de chaque coté. J’adore.
Je mets ma bite plus dure que jamais à l’entrée de sa chatte bouffie, et dans une poussée puissante, je lui rentre tout d’un coup.
-Ohh, lance-t-elle quand mon coup semble l’essouffler. Oh…oh…oui…ahh…
Elle continue d’haleter pendant que je frappe mes couilles sur son clito et que mon sexe tape dans le fond encore et encore. Chaque attaque semble pousser contre ma vessie, je ralentis la cadence à un rythme plus confortable, mais je m’enfonce toujours plus profondément en elle à chaque fois. Je peux voir ses lèvres de chatte se refermer autour de ma bite, et à quel point elle a l’air mouillé. Ma bite s’enfouie en elle. Je me penche pour saisir ses poignets et tirer ses bras en arrière. Elle est plus souple que je le pensais. Je plaque ses mains sur son cul, m’agrippant à ses mains et ses hanches généreuses.
– Ouvre-toi pour moi, lui dis-je
Obéissante, elle m’offre son cul jusqu’à ce que son petit trou du cul froncé apparaisse à l’horizon. -Tiens-toi comme ça
Je mouille mon pouce avec son jus et le frotte contre sa petite pastille. Elle sursaute et ravance, me fermant la vue sur son trou du cul. Je lui met une fessé sur la fesse droite.
-Ecartes tes fesses, bon sang ! je lui crie dessus
Elle se remet en position aussitôt et une fois de plus je commence à frotter mon pouce autour de son trou du cul.
Je recommence à caresser sa chatte pour remouiller mon pouce avec la cyprine, puis pousse doucement dans son trou du cul. Elle essaie de s’éloigner de moi, alors je la fesse encore. Elle accepte mon pouce en elle alors, et je commence à le caresser en elle à temps avec mes poussées dans sa chatte. En un instant, je vois qu’elle pousse en rythme contre ma bite et mon pouce.
Je lui ordonne de rester comme ça, alors que je sors ma bite d’elle et que je me déplace vers la petite table qui est à côté du lit. J’ouvre un petit tiroir, et comme je le soupçonnais, je trouve un vibromasseur et un tube de lubrifiant.
-Oh, regarde ce que j’ai trouvé, je lui dis. Tu crois que ta chatte aimerait ça ?
-Mmmm ai-je pour seule réponse
Cependant je n’ai aucune idée de ce que cela signifie puisque son visage est posé contre les draps. Peu importe ce qu’elle dit, puisque je vais l’utiliser sur elle de toute façon. Je reviens derrière elle, j’enduis le godemiché d’un peu de lubrifiant et je l’enfonce à moitié en elle. Je l’allume doucement et le pousse le plus loin possible en elle.
-Comment c’est ? Est-ce que ça fait du bien ?
Oui, répond-elle en levant un peu la tête pour que je puisse l’entendre. Mais ta bite est meilleure
-Ok. Je peux arranger ça.
Je retire le vibromasseur, mets la tête de ma bite à l’entrée de sa chatte et pousse fort. J’ai oublié ma vessie distendue et c’est presque douloureux quand je touche le fond dans sa chatte. Je me tiens là sans bouger. J’enduis le vibro d’un peu de lubrifiant et en étale plus sur l’entrée de son cul serré. Cette fois, elle ne s’éloigne pas au contact de mes doigts, mais quand je touche son cul offert avec la pointe du godemiché vibrant, elle s’en éloigne. Je la gifle encore.
-Ne bouge pas. Tu ne t’es jamais mis le vibromasseur dans le cul ?
-Oh, non, non, répond-elle d’un gémissement dans sa voix.
-Eh bien, il y a une première fois pour tout. Alors c’est parti !
Je touche le bout du vibromasseur à son petit trou brun. Elle recule un peu, mais elle ne s’éloigne pas. Je pousse un peu plus fort, mais ça ne rentre pas.
-Détends-toi, lui dis-je, et ce sera plus facile pour toi.
Je mets un peu plus de force, et son trou accepte l’intrus. Je le fais tourner un peu et je le mets en fonction, délivrant quelques vibrations pour la distraire pendant que je pousse plus loin et fort. Soudain, au moins 10 centimètres du godemiché sont absorbés par son cul alors que son muscle sphinctérien s’ouvre en signe d’acceptation.
-Umph, murmure-elle à cette intrusion, tout en gardant sa position.
Je la fais reculer un peu, puis je la fais se baisser de quelques centimètres.
-Qu’est-ce que ça fait ?
Je lui pose la question même si je n’ai pas l’intention d’arrêter.
-C’est bon, répond-elle.
Je pousse de nouveau jusqu’à ce que tout le godemiché soit dans son rectum, à l’exception du dernier centimètre que je peux utiliser pour le retenir. Je me déplace et j’aligne ma bite avec sa chatte et je la pénètre sans ménagement. Je glisse jusqu’à l’intérieur facilement et je sens les vibrations du gode dans son cul sur toute la longueur de ma bite. Je m’appuie fort contre son cul, je pousse contre ce dernier centimètre du godemiché avec mon estomac.
Je la baise comme ça lentement, conscient de la pression de ma vessie surchargée, mais je suis plus absorbé par l’idée de baiser que de pisser. Je sors lentement le vibromasseur de son cul, remarquant comment son trou est maintenant grand ouvert.
Je sors ma bite de sa chatte, mets un peu de lubrifiant sur le gland, l’aligne avec son anus ouvert et l’enfonce.
-Umph, grogne-t-elle alors que ma bite glisse facilement dans cette partie la plus intime de son corps.
Je ne pense pas qu’elle a déjà baisé par le cul, mais à ce moment-là, je m’en fiche. Ma bite est enfilée jusqu’aux couilles dans son gros cul, et juste la pensée de la façon dont je l’ai rencontré il y a seulement une heure ou deux, et maintenant je la baise au plus profond de son cul ce qui me fait monter l’excitation encore un peu plus.
Je recule mon sexe jusqu’au bout, regardant comment le rebord de son anus s’accroche à ma bite comme s’il ne voulait pas que je sorte, puis je regarde à nouveau mon sexe disparaitre entre ces deux gros globes blancs, brillants avec le lubrifiant. Je le fais plusieurs fois, allant plus vite et plus fort à chaque coup jusqu’à ce que je lui rentre dans le cul, ce qui fait bouger tout son corps à chaque fois.
Bientôt je peux sentir le sperme commencer à s’accumuler dans mon bâton, puis le long de ma bite dure, jusqu’à ce que soudain, il est là, jaillissant profondément dans ses entrailles. Je grogne d’un bruit sourd, et soudain je la sens frissonner, et crier d’un gémissement aigu, et je réalise que je la fait jouir avec une baise anale. Je me souris à moi-même, sachant qu’une simple baise de chatte ne va plus satisfaire complètement cette femme.
Un léger « plop » se fait entendre quand je retire ma bite de son cul. Je commence à me déplacer hors du lit, en ayant l’intention d’utiliser sa salle de bains pour me nettoyer et finalement me libérer de cette pisse tant nécessaire. Mais je vois sa tête tournée sur le côté et près du bord du lit, alors je me lève et je place le bout de ma bite sur ses lèvres. Elle bouge la tête et s’éloigne quand elle voir que j’ai l’intention de la faire sucer, mais j’attrape l’arrière de sa tête et l’avance vers ma bite.
Elle ouvre la bouche à contrecœur et je glisse ma bite molle à l’intérieur. Je sais qu’elle peut goûter son propre cul, un peu de lubrifiant et les traces de mon sperme en même temps. Je glisse lentement dans sa bouche, juste pour profiter des suites d’une bonne baise, et je remarque qu’elle suce maintenant avec beaucoup de plaisir, de passion même.
Mais quelques instants plus tard, je ressens une autre envie. Le pipi que j’ai gardé pendant ces dernières heures ne peut pas être retenu plus longtemps. Je sens qu’il commence à descendre le long de ma bite. Il finit par arriver à l’extrémité de mon sexe pour entrer dans la bouche qui s’enroule autour de lui. Quand soudain elle se rend compte de ce qui se passe, elle essaye d’arracher sa tête, mais je maintiens serré l’arrière de sa tête et je laisse ma vessie tendue se vider dans sa bouche. Pour éviter qu’elle ne s’étouffe, elle doit l’avaler, et je peux la voir avaler pendant que la pisse lui remplit constamment sa gorge.
Je relâche finalement ma prise sur l’arrière de sa tête mais elle garde ma bite dans sa bouche, avalant les derniers jets de ma pisse. Au bout de quelques minutes, je me dirige dans sa salle de bain, je me nettoie, je reviens et m’habille. Quand je suis prêt à sortir, elle est toujours dans la même position, de son côté, les yeux fermés, mais avec un sourire heureux sur son visage. Je me penche et lui donne un baiser sur la joue.
-Tu étais fantastique, et je suis épuisé. A bientôt j’espère
-Oh, toi aussi, répond-elle. C’était tout simplement génial, et j’ai déjà hâte à la prochaine fois !
Et après tout ça, on ne connaissait même pas le nom de l’autre…