Dépucelé par maman

J ‘avais 15 ans quand , cet été là , ma mère me dépucela . C ‘était le mois de juillet , nous étions en vacances au bord de la mer , en Normandie , à Saint-Valéry – en – Caux exactement , une ravissante petite station balnéaire pas très loin de Dieppe et de Rouen . Mon père était pris par son travail , il devait nous rejoindre plus tard au mois d’août . Nous étions seuls , ma mère , moi et ma soeur cadette dans la maison des vacances . Cela faisait déjà environ quatre ans que je me masturbais régulièrement en pensant au sexe des filles , ce trou divin qu ‘elles ont entre leurs cuisses , et de plus en plus , je pensais principalement à celui de ma mère , ce con par où j ‘étais sorti . Je rêvais à sa douceur , à sa moiteur , aux odeurs intimes qu ‘il pourrait me révéler . Un fort complexe d’Oedipe avait pris possession de mon esprit et ne voulait plus en sortir . J ‘espionnais ma mère de plus en plus souvent , je la matais , espérant la surprendre dans ses moments les plus intimes . Je fantasmais de la voir uriner . Voir le trou par où les femmes pissent , le voir s ‘écarter et en jaillir le jet dru et odoriférant , et bien sûr , le plus convoité de tous , celui de ma mère , me faisait bander fortement . Ma mère était une jolie femme , de 35 ans à l ‘époque , brune aux yeux bleus , grande et fine , ses rondeurs féminines attiraient l ‘attention et le regard des hommes , encore plus lorsqu ‘elle portait une jupe ou une robe courte qui mettait en valeur ses jambes et ses cuisses . Un jour , j ‘avais réussi à trouver dans le panier à linge sale une petite culotte de ma douce maman . Je l ‘avais porté à mes narines , elle embaumait l ‘odeur de sa chatte . Immédiatement , mon sexe était devenu dur comme du bois . Comprimé dans mon slip , il me faisait souffrir . Toujours en possession du sous-vêtement féminin , je m ‘étais dirigé vers ma chambre . Je m ‘étais alors masturbé fortement sur la culotte et rapidement une violente éjaculation me procura un fort plaisir sexuel . La culotte de ma maman était souillée de mon sperme épais et gluant . Après avoir remis le slip féminin dans le panier à linge , je me promis de venir plus souvent examiner l’endroit afin de pouvoir , à nouveau , y trouver une culotte de ma génitrice et me procurer du plaisir en jutant sur la lingerie intime de ma mère .Je passais tout mon mois de juillet à mater ma mère et à fantasmer sur sa moule . Le mois d’août se fit et mon père vint nous rejoindre . Ma chambre se trouvait juste à côté de celle de mes parents . Le soir venu , je les entendais faire l ‘amour . Je les écoutais gémir , j ‘entendais les ahanements de mon père pendant qu ‘il limait ce trou dans lequel je rêvais , moi aussi , de m ‘enfoncer . Tout cela se terminait invariablement par le grognement de cochon que poussait mon père lorsqu ‘il éjaculait dans le ventre de ma mère . Bien sûr , durant tout ce temps , je m ‘étais masturbé . Mon bonheur était de parvenir à décharger en même temps que mon père . J ‘avais , alors , quelque peu l ‘impression d’avoir moi aussi baisé ma mère . Lorsque mon père avait terminé sa besogne entre les cuisses de maman , cette dernière se rendait aux toilettes pour uriner et ensuite se nettoyer la chatte . Je connaissais le manège . Un soir , n ‘y tenant plus , je sortis de ma chambre à l ‘instant même où ma mère se rendait aux toilettes pour pisser . Elle me lança un regard étrange en me dépassant pour aller se soulager . Prenant mon courage à deux mains , je la suivis le long du couloir jusqu ‘à la porte des cabinets . Là , ma mère se retournant vers moi me dit : ” Tu as besoin d’aller aux toilettes ? ”
-“Pas vraiment , lui répondis-je . Tu sais maman , j ‘ai tout entendu , tous les soirs j ‘entends tout . Tous les soirs , je sais qu ‘après tes ébats avec papa tu te rends aux toilettes pour uriner et qu ‘ensuite tu vas te nettoyer . Tous les soirs , je me masturbe en vous entendant . Et c ‘est à toi que je pense maman en me touchant . ”
Durant tout ce temps , ma mère n ‘avait rien dit . Elle était demeurée silencieuse à me regarder dans les yeux . Finalement , elle me dit : ” Tu crois que je ne le sais pas . Je sais que depuis déjà longtemps tu me mates , je sais que tu renifles mes culottes sales et que tu te branles dedans . Je t’ai aperçu en train de juter dedans . Quoi alors , tu veux baiser ta mère ? Tu veux devenir un homme ? Parce que tu es encore puceau , je le sais . Cela ne se fait pas qu ‘une mère baise avec son fils , c ‘est le tabou le plus ultime dans la plupart des sociétés humaines . Tu es un plutôt beau mec et cela me plait que je puisse encore faire fantasmer un jeunot ,même si il s ‘agit de mon propre fils . J ‘ai toujours été une salope , j ‘ai toujours aimé le cul et ton père il a été cocu plus d’une fois .” Ma mère s’approcha de moi et posa ses lèvres sur les miennes , je sentis sa langue entrer dans ma bouche et se mêler à la mienne en un baiser langoureux . En même temps , je me mis à bander . Une bosse énorme déformait l ‘entrejambe de mon caleçon . Ma mère me prit par le bras et m’attira dans la salle de bains . Elle se mit contre l ‘un des murs de la pièce , ôta sa petite culotte et écarta sa chatte . ” Viens , me dit -elle .” Je me débraguettais rapidement . Il fallait faire vite . Je frottais mon gland contre le sexe féminin pour l ‘humidifier un peu . Ma mère mouillait fort . Enfin , trouvant l ‘entrée du vagin , je m ‘enfonçais jusqu ‘à la garde dans le con de ma mère . Je l ‘entendis gémir alors que je la pénétrais . Moi même , je poussais un cri . C ‘étais chaud , c ‘était doux . J ‘étais au paradis . Enfin , je baisais ma mère , je ramonais le trou qui m ‘avais pondu . J ‘entendais les bruits de succion que faisait ma bite en allant et venant dans le vagin maternel . Les odeurs du sexe de ma mère m ‘envahissaient les narines , me remplissaient les poumons . Je sautais ma mère . Ce n ‘était pas un rêve , je faisais l ‘amour à celle qui m ‘avait donné la vie . Bientôt , je sentis le plaisir monter en moi , cela devenait de plus en plus fort . Je me sentis mouiller dans la chatte de ma génitrice . Sentant que j ‘allais venir , j ‘accélérais mes mouvements de va – et – vient . Je m ‘entendis dire : ” Maman , ça vient , je vais jouir , je vais juter en toi . Ton fils est revenu dans ton ventre et il va te juter dedans . Je ne peux plus me tenir , je sens les premiers élancements annonciateurs du plaisir qui me traversent les couilles . Maman , je vais éjaculer . ”
– “Oui , me dit ma mère , vas-y , jute chéri , jute dans mon con , ne te retiens pas . Envoie la purée , crache le morceau . ”
C ‘était trop . Je m ‘effondrais sur ma mère en hurlant : ” Maman , je crie , je jouis , je ne suis plus puceau , je jute tout dans ta grosse moule .” Je hurlais alors que j ‘éjaculais dans ma mère et que mon sperme allait se mélanger à celui de mon père dans le ventre de ma jolie maman . Ma mère sentit mon foutre bouillant , épais et gluant lui traverser le vagin et se répandre dans son ventre .
– ” Ah , chéri , c ‘est chaud dans mon ventre . Tu me fais jouir , chéri tu fais jouir ta maman .
Je la pris dans mes bras et une nouvelle fois je l ’embrassais longuement . Nous ne pûmes nous empêcher de rire en pensant à l ‘acte obscène que nous venions de commettre . Depuis ce temps , je baise ma mère régulièrement et c ‘est toujours aussi bon . Je l ‘ai même enculé . Je compte bien profiter d ‘elle et de son sexe encore longtemps et lui faire découvrir encore bien des perversions .

4.7/5 - (7 votes)

Une réflexion sur « Dépucelé par maman »

  1. J’ai adoré cette histoire, ma mère aussi avait un joli corps et de beaux seins. Des fois je la voyais nue ou en petite culotte et en sous gorge. Elle trompait mon père, elle a eu pas mal d’amants, par moment elle partait avec un amant en voiture et elle devait m’emmener car j’étais trop jeune pour rester à la maison. Alors pendant qu’elle se faisait baiser dans la chambre d’hôtel, moi je jouais dans le parc.
    Avec le temps qui passait, ma mère a divorcé et c’est mis en ménage avec un homme plus jeune qu’elle de 15 ans son cadet.
    A cette période quand j’avais 14 ou 15 ans, j’aurais du lui dire que je l’aimais plus que ma mère et que je voulais coucher avec et que je lui fasse l’amour, l’embrasser lui lui lécher la chatte, goutter son jus et la pénétrer.Maintenant, elle nous a quitté et moi j’arrive à 70 ans et je pense encore à elle

Laisser un commentaire