Confession et sexe entre mère et fille chapitre 1

Carole prépare le dîner lorsque Ludivine, sa magnifique fille de dix-huit ans, arrive en sautant à la porte.

-Maman, je suis rentrée ! crie-t-elle toujours, même si elle fait assez de bruit en claquant la porte pour annoncer sa présence.

-Comment s’est passée ta journée, beaucoup de devoirs ? demande Carole, sachant que la fille a toujours des devoirs d’au moins deux de ses professeurs.

-Pas terrible, mais j’en ai eu un qui est un vrai dilemme. Il faut que tu m’aides, répond la jeune fille à sa curieuse mère.

-Mon aide ? Je vais essayer d’aider chérie, mais ça fait longtemps que je n’ai pas fait d’algèbre.

-Non, non maman, ça fait partie de mon cours d’éthique. Tu sais, celle que tous les étudiants de première année doivent prendre, explique la mignonne jeune femme, en posant son sac à dos dans le couloir.

-Je dois te poser une question, et tu dois me promettre de me donner une réponse honnête, quoi qu’il arrive. Ok ? demande Ludivine en s’appuyant sur le comptoir à côté de sa mère perplexe.

-J’ai toujours essayé d’être honnête avec toi, ma chère…

-Non, maman, tu ne l’as pas toujours fait. Tous les parents ont tendance à mentir à leurs enfants, s’ils ne veulent pas qu’ils sachent quelque chose. Vous savez… .. Le Père Noël, la petite souris, d’où viennent les bébés. En fait, je ne pense pas que vous m’avez jamais vraiment dit la vérité à ce sujet, vous m’avez juste donné les faits biologiques, pas les détails de la façon dont cela se fait, n’est-ce pas ? interrompt Ludivine en regardant sa mère avec de grands yeux bleus.

-Non, je suppose que non, mais ma mère ne m’en a jamais donné autant que je te l’ai dit à ce sujet. Ce n’est pas facile de parler de sexe à votre enfant, te le découvriras un jour, répond Carole, un peu irritée par la conversation.

-Je comprends maman, mais je pense qu’il vaut mieux apprendre à sucer par ta mère que tes copines. Je sais que je vais…

-Ludivine! Aucune mère n’en parlerait avec sa fille, mais ce n’est pas…

-Mais maman, elles devraient ! Je parie que Marjorie ne serait pas tombée enceinte si elle avait su faire ça. C’est une sorte d’assurance contre la grossesse, interrompt la jeune fille en coupant sa mère qui a le visage rouge.

-Je vois. Tu penses donc que je néglige ton éducation sexuelle, c’est ça, répond Carole, essayant très fort de garder son sang-froid.

-Maman, je ne me plains pas. Tu m’en as dit plus que d’autres parents, mais ce n’est pas assez. Une fille a besoin d’un peu de …

-Très bien chérie, après le dîner, apporte une banane dans ma chambre et je…

-Non, non maman, tu ne comprends pas. J’ai déjà appris à faire une gorge profonde avec la banane pendant les heures avec les copines l’année dernière. Je peux maintenant faire entrer et sortir un gode de 25 centimètres dans ma gorge pendant plus d’une minute sans m’étouffer, interrompt de nouveau la fille, choquant sa maman.

 

Carole veut lui demander où elle s’est procuré un gode, mais pense que c’est une question stupide. Sa fille est manifestement beaucoup plus sage dans les voies de la chair qu’elle ne l’était à dix-huit ans. Elle décide que la conversation devient trop sérieuse.

-Je suppose que ça explique pourquoi Billy est toujours si heureux, dit Carole en riant, faisant allusion au petit ami de Ludivine.

-Maman ! Ce n’est pas comme si je lui faisais la tête tous les jours, glousse la fille en riant, alors qu’elle commence à aider sa mère à préparer le dîner.

-Je préfère le prendre dans la gorge, en fond de bouche ; je n’ai jamais gouté son sperme. Ton père est si grand, ça a toujours été plus facile de le laisser me baiser normalement. Je n’ai jamais eu besoin d’y goûter, dit doucement Carole à sa fille étonnée, qui continue de préparer une salade.

-Mon Dieu maman ! C’est plus que ce que j’ai besoin d’en savoir, répond la jeune fille au visage rouge en évitant les yeux de sa mère.

-Mais Ludivine, tu viens de me choquer avec tes connaissances sexuelles. Pourquoi je ne peux pas partager un peu avec toi ? Carole glousse en plaçant le grand saladier sur la table.

-Je ne sais pas, je ne pense jamais à papa et à toi…

-Oui, je n’ai jamais pensé à mes parents faisant l’amour non plus. En fait, j’ai essayé de ne pas y penser. Cependant, une fois, je suis rentrée à la maison de façon inattendue d’un voyage de scout en camping, et je les ai surpris nus sur le canapé. Ils étaient tellement impliqués qu’ils ne m’ont pas entendue entrer, et mon père n’a jamais fait un AVC, dit Carole à sa fille maintenant attentive.

-Mon Dieu, je serais morte ! Qu’as-tu fait, demande la jeune fille aux yeux écarquillés, alors qu’elle met la table.

-J’étais engourdi par le choc, mais j’avais 12 ans. Je suis restée là une minute ou deux, à écouter ma mère crier “Baise moi, baise moi fort”, et j’ai décidé de sortir et de m’asseoir sur le porche pendant un moment. Une décision très adulte pour un enfant de 12 ans. Quand je suis revenue, j’ai fait beaucoup de bruit.

-Wow. Tu as vraiment eu une leçon graphique de sexe ! Papa et toi êtes discrets, sauf pour vos cris. Quand j’étais petite, je pensais qu’il te punissait pour quelque chose, confie Ludivine en riant.

-Oups ! Désolée pour ça, ma chère. Je n’ai jamais eu de petit orgasme avec ton papa. Il essaye toujours de me couvrir la bouche quand je jouis, mais souvent il est trop absorbé par son propre orgasme pour s’en soucier. Ton oncle Raphaël ne m’en a jamais donné… eh bien, ce serait plus que ce que tu n’as besoin de savoir “, dit Carole, embarrassée, alors qu’elle sort le thé.

-Oncle Raphaël ? Maman, qu’est-ce que tu veux dire par là ? Maman, tu ne peux pas me taquiner comme ça, dis-le-moi. Souviens-toi de ce que j’ai dit à propos de dire la vérité, dit la fille excitée en tirant sur le bras de sa mère.

-Je sortais avec ton oncle Raphaël depuis plus d’un an au lycée avant de rencontrer ton père. Comme la plupart des adolescents, il était très excité et essayait de mettre sa main dans mon pantalon. Finalement, dans un stupide moment de faiblesse, je lui ai permis d’enlever ma culotte et il a réussi à passer entre mes jambes. En fait, il a eu beaucoup de chance. Il a pris ma virginité sans préservatif. C’était avant les pilules du lendemain. Ludivine, donc baisser la culotte d’une fille était un vrai pari pour un gars. Mais prendre une vierge sans préservatif, c’était comme gagner le super bowl pour les garçons.

La mère fait une courte pause pour observer la réaction de sa fille et reprend.

-Naturellement, quelques jours plus tard, ma copine m’a coincé et m’a dit que tout le monde parlait de moi en train de me faire prendre samedi. J’étais tellement en colère. J’ai rompu avec lui. On s’est réconciliés, mais je ne voulais pas qu’il me touche à nouveau. Il a finalement réussi à me convaincre de faire des caresses à tous les deux pendant un rendez-vous, mais tout ce que j’ai fait par la suite a été de le laisser avec des boules douloureuses…. sexuellement frustré. C’est assez de vérité pour toi chérie ?” Carole pouffe de rire, alors que sa princesse choquée s’assoit.

-Wow ! Je pense que je peux te poser la question maintenant. Rappelle-toi, tu dois être tout à fait honnête et répondre à mes questions, dit la fille gênée, sans regarder sa mère dans les yeux.

-Pour autant que tu saches, quel est le premier mensonge que papa t’a raconté ?

-Eh bien, si je dois tout te dire sans te donner de coups de poing, je pense que je devrais être capable d’obtenir la même chose de te. Si je réponds à cette question, je peux aussi te poser des questions intimes… D’accord ? dit Carole à Ludivine.

-Oui, je suppose, mais je sais que je vais le regretter. Je le fais toujours quand je fais des affaires avec toi.

-D’accord. Rendons ça intéressant. Ton père a appelé plus tôt et a dit qu’il travaillerait très tard ce soir. Ta soeur est à une soirée pyjama, et ton frère est chez tante Hélène. Nous avons la maison pour nous seules, alors je suggère, puisque nous avons une séance de question vérité, que nous le fassions nues. C’est très difficile de mentir quand on est nue. Qu’en dis-tu ?”

-Nue ! Maman, je ne t’ai pas vue nue depuis que je suis toute petite.

-Oui, je ne t’ai pas vu au naturel depuis que tu as dix ans, et tes premières règles ont commencé sous la douche, tu te souviens ?

-Ugh, comment pourrais-je oublier. J’étais tellement gênée à l’époque, et je serais gênée de l’être maintenant. Faut-il être nue pour faire ça ?

-Si tu veux que je réponde à tes questions, nous le faisons, mais mangeons d’abord, répond Carole en apportant le pain de viande à la table.

Lire le chapitre 2 de cette histoire de sexe Confession et sexe entre mère et fille 

Publié le 16/05/19 Récit porno , , , ,