Comment je suis devenue une travestie soumise

23H39. Vendredi soir. J’ai repris mon souffle très nerveusement en essayant de rassembler mon courage et…. oh, oui. Où sont mes manières ? Permettez-moi de vous donner quelques détails et d’expliquer le contexte qui a mené à la situation qui s’est produite. Alors, par où commencer ? D’abord, je m’appelle Brad. Je mesure 1m75, pèse 80kg, ai de longs cheveux bruns, des yeux bruns foncés, et chaque fois que j’oublie de me raser, comme c’était le cas à l’époque, une belle barbe touffue. J’ai 28 ans, mais la plupart des gens ne me devinent que pour 19 ou 20 ans, une fois rasé. De bons gènes, je suppose. Maigre avec une dotation moyenne, de jolies lèvres pleines qui ressemblent à des lèvres faites pour la succion et un joli mignon mamelon rond à bulles. Je venais d’emménager dans un appartement avec quelques amis d’enfance il y a environ 2 ans et tout allait bien. On s’entendait bien. La plupart de mes amis étaient hétéros. Nous étions presque tous des “métalleux”. J’étais même le paria là-bas, aussi. La moitié du temps, je serais le seul à ne pas vouloir aller avec eux quand ils sortaient quelque part. On s’était aussi disputés pour qu’ils me disent de baisser le son de ma musique. Ce n’est pas vraiment qu’ils se souciaient de la musique forte. J’avais juste des goûts musicaux différents : j’étais le seul dans le groupe à écouter Marilyn Manson, 2Pac, et Johnny Cash. J’étais aussi le seul à avoir lu autre chose qu’un magazine. Mais malgré nos différences, j’ai passé de très bons moments avec eux. Et aussi différent que j’aie pu paraître, personne n’aurait jamais deviné que j’avais un côté gay ou bisexuel. Cependant, il semble que la plupart d’entre eux se tournaient vers d’autres choses et semblaient avoir un peu d’orientation ou un plan.

Moi, par contre, j’avais toujours été le fainéant du groupe. Ils m’avaient récemment blessé avec des mots très durs, c’est le moins qu’on puisse dire. Alors, j’étais là, avec tout le monde dans un club, et moi, assis là, déprimé et en train de boire, en train d’essayer de m’oublier. Mais, à mon grand désarroi, ça ne marchait pas. Je jouais un CD de Deadlee et je regardais le tube à seins, à moitié ivre, quand je suis tombé sur une scène de Shawshank Redemption. Une des scènes de viol gay. Cela m’avait rappelé une blague que mes amis m’avaient racontée plus tôt. Quand j’avais plaisanté au sujet de ma vie sexuelle terne dernièrement, l’un d’eux a plaisanté qu’ils me déposeraient sur la rue des étoiles à minuit et que je verrais beaucoup d’action. La rue des étoiles était un quartier très criminel. Tout allait bien pendant la journée. Mais tard dans la nuit, c’était une autre histoire. L’une des plus grandes rumeurs circulant dans ce quartier de la ville disait que chaque fois que les Blancs passaient par là après minuit, ils finissaient souvent par se faire voler ou tuer, à MOINS qu’on ne les prenait pour des prostituées. Selon la légende locale, il n’y avait pas que des filles, mais aussi des mecs, qui étaient faits pour s’habiller comme des femmes et se faire baiser comme des femmes. Les plus petits, surtout…

 

Apparemment, si l’un des “habitants de la rue des étoiles” aimait le Blanc ou la Blanche, ils le violaient et leur offraient ensuite un choix. Sois notre salope ou meurs. Apparemment, la rumeur veut que les trafiquants de drogue n’aient pas vraiment touché à leurs propres “affaires” ou à quelque chose de plus fort qu’un peu d’herbe ou d’alcool. Ils s’amusaient avec leurs “houes” et faisaient de l’exercice. Ces types ont été construits comme des maisons de merde en briques. Les gens ne voulaient pas croire ces rumeurs. Après tout, la loi ne laisserait pas ce genre de choses continuer, n’est-ce pas ? Cependant, la région avait une très mauvaise réputation et les gens avaient encore très peur. Eh bien, étant ivre comme je l’étais, tout ce que je pensais, c’était que j’étais excité. J’étais encore déprimé et je pensais que mon premier goût de bite me remonterait le moral. Je veux dire, ces rumeurs devaient être exagérées. Quelle différence le coucher du soleil peut-il faire dans un endroit ? En plus, tant que je faisais la queue et que je faisais ce qu’on me disait, j’aurais le gîte, le couvert et la drogue. Non pas que j’ai pris beaucoup de drogues. J’ai arrêté de fumer il y a un an, et je ne bois qu’occasionnellement, maintenant. Mais, ce serait bien de prendre plus de risques dans ma vie pour une fois. Sans parler de la bite et de la chatte gratuites que je pourrais avoir aussi. Et j’étais définitivement en train de baver à l’idée de mes premières grosses bites, des bites de chocolat. Et si les choses devenaient trop dures, je pourrais être une bagarreuse. Sans parler de ma formation passée en combat de soumission. Je me suis donc rasé la barbe et je me suis préparé à faire une petite promenade du “mauvais côté de la ville”, pour voir ce qui allait se passer. L’alcool me rendait un peu stupide parfois. Et c’est par là que je vais commencer l’histoire.

Alors, j’ai rassemblé mon courage en buvant la dernière bière que j’avais avec moi et en bégayant en avant. On y est presque. A seulement dix minutes à pied. En marchant lentement, j’entre dans la rue notoire. Nerveux comme l’enfer, je commence à me promener dans la ville, sans me soucier des appels des chats et des menaces de violence. C’était peut-être une mauvaise idée. J’ai tendance à faire des choses folles quand j’ai bu. Mais, comme je marche vite dans le quartier, étonnamment, je suis presque à la fin et je me dis que j’ai peut-être de la chance qu’il ne s’est rien passé. Je trouverai un endroit pour me cacher jusqu’au matin et retrouverai mon chemin. Juste au moment où je le pensais, j’ai entendu une voix de jeune femme crier “Hé, chérie ! Qu’est-ce que tu fous dans ce quartier ? Tu sais à quel point c’est dangereux ?” Je me retourne et je vois cette jeune fille blonde qui, à ma connaissance, n’a que 16 ans. Je le sais parce que j’avais connu cette fille à l’école. Mais, elle venait de “disparaître”, et personne n’avait eu de ses nouvelles. Pour être honnête, je ne la connaissais pas très bien moi-même. Elle avait l’air “différente” de ce dont je me souvenais, c’est le moins qu’on puisse dire. Rouge à lèvres plein, beaux “cheveux bouclés”, beaucoup de maquillage “coloré” et un manteau de fourrure. Elle avait l’air d’une salope vraiment trash, d’être si jeune. Quelque chose chez elle semblait aussi beaucoup trop mature pour son âge. Elle a pris une bouffée de sa cigarette, et a expiré, me regardant pour une réponse. Je suis sans voix pendant une seconde et quand je commence à répondre, elle commence à s’approcher de moi et me dit “Quel âge as-tu, poupée ? Elle me sourit et m’invite à entrer où je serai en sécurité. Je lui rappelle d’où je la connais quand elle ouvre la porte pour me laisser entrer dans le petit bâtiment, mais quand je me retourne, elle éteint les lumières et ferme la porte. Juste là, je sens des bras forts et lourds qui me serrent les deux biceps. Je tourne la foudre rapidement, comme pour crier, mais une main énorme me couvre la bouche.

C’est alors que je sens une autre main m’arracher le pantalon alors que le gars qui me tient les bras me pousse sur le sol. Je n’arrive pas à croire que c’est en train de se produire, et effrayé sans raison, mais toujours excité en même temps. Il est au-dessus de mon dos et je sens alors quelque chose d’inattendu. Je sens une tête de bite BEAUCOUP plus grosse que je ne le pensais et beaucoup plus humide, comme si elle avait été huilée avant mon entrée dans la pièce, bien en place à ma porte arrière. J’ai du mal à me lever et à me moquer comme si j’avais envie de m’échapper. Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais, au début, mais c’est beaucoup plus douloureux, car ça ne va pas très bien. Il pousse et pousse jusqu’au plus profond de moi, et je peux le sentir presque automatiquement jouir à l’intérieur de mon cul frémissant. Pendant qu’il sort, je sens l’autre main tirer un chiffon enduit de produits chimiques sur mon visage. L’instant d’après, je me suis évanouie.

Le lendemain matin : “Réveille-toi, chérie !” J’entends une voix féminine familière alors que je suis éclaboussée d’eau et complètement nue, allongée sur un lit. Je me réveille vite, regardant la fille qui m’avait attiré dans ce “piège”. Je commence à protester quand je remarque qu’une arme à feu se retourne contre moi et qu’un “voyou” noir musclé et musclé me retient à la porte de l’étrange chambre dans laquelle je suis allongé. Avec une cigarette pendante de ses lèvres sexy, elle m’a dit : “T’as le choix, mon garçon. “Quelle est la valeur de votre vie ?”

“Beaucoup”, j’avale quand elle retire la clope de sa bouche et qu’elle expire.

“Tu n’as pas l’air stupide. Je ne pense pas que tu sois venu ici par accident. Personne d’ici ou dans leur tête n’en a vraiment besoin. Ce n’est pas grave. Donc, je suppose que je connais déjà ton choix.” dit-elle.

“Quel choix est-ce ?”

Elle sourit et me gratte la poitrine avec ses ongles. “Sois la petite salope que tu sais que tu es.”

“Ou ?” Je continue.

“Ou ne le fais pas.” me dit-elle avec désinvolture.

“Et si je ne le fais pas ?”

“Je pense que vous connaissez déjà la réponse à cette question, n’est-ce pas ?”

“Serais-je en sécurité ?” Je demande.

“Vous n’avez rien à craindre de qui que ce soit ici, tant que vous restez loyal.” dit-elle.

“Loyal envers qui ?” demande-t-elle.

“Je sais que vous avez entendu les rumeurs. Tu rencontreras tes patrons ce soir. Et croyez-moi, tant que vous continuerez à éteindre, vous ne subirez aucun mal physique. Le dernier qui a blessé l’un d’entre nous en a payé le prix.”

“Que dois-je faire ?”

Elle sourit alors d’un grand sourire et me dit : “Reste avec moi. Tu as une grosse journée devant toi. Au fait, je m’appelle Jewel. En tant que prostituée en chef, je vais t’entraîner. Pendant la journée, vous pouvez vous habiller comme d’habitude, si vous le souhaitez. Mais, la nuit venue, vous devez vous préparer à un certain ” travail dur “. Votre nom ?”

“B-Brad”, répondis-je nerveusement.

“Eh bien, Brad, la première règle que tu dois apprendre est qu’avec tes maîtres masculins, ton seul nom est “salope”. Pour votre première semaine, c’est ainsi que je vais vous appeler. C’est ta soirée d’initiation. Tu ne travailleras pas tant que tu n’auras pas réussi. Les filles ?” Elle s’est tournée vers d’autres filles sexy, et des garçons habillés comme des filles qui se tenaient loin derrière elle.

“Oui, m’aam ?” a dit une des filles.

Jewel l’embrassa fort et profondément sur la bouche. “Tu as le goût de chatte. Tu as encore joué avec Michelle, n’est-ce pas, chérie ?” La fille sourit timidement et hocha la tête, comme si elle avait honte. Jewel poursuivit : “Eh bien, vous savez quoi faire, les filles. Je serai de retour dans quelques heures”.

“Oui, m’aam.” Quand Jewel part, les autres filles me disent de les suivre. Je n’arrivais pas à croire à quel point Jewel était mature et expérimentée pour avoir son âge. Mais, cette sexualité confiante et cette salope d’une si jeune petite chose devenait déjà pour moi un énorme attrait. Je savais que j’aurais besoin d’elle. Alors que je suis les filles, on me conduit dans une salle de bain avec une baignoire remplie d’eau, des rasoirs et de la crème à raser autour de la baignoire. Les filles me font marcher dans la baignoire, alors qu’elles me baignent, me lavent, me lavent, me revitalisent les cheveux et me rasent tout le corps nu. J’ai parlé un peu avec eux, et j’ai même commencé à m’embrasser un peu avec l’un des autres garçons qui traînaient avec les filles. On me dit que je devrai apprendre la responsabilité de me raser tout seul tous les jours à partir de maintenant. On me ramène ensuite dans la chambre et on me dit de manger, car on me donne du pain et des nouilles Ramen.

Après avoir attendu un peu, Jewel revient. “Il est temps d’étudier, salope.”

“Oui, m’aam”, répondis-je, avec un regard ludique de moue.

Elle est ensuite entrée dans un placard dans la pièce et en est ressortie avec une paire de talons hauts. “Tu sais, marcher sur CELA n’est pas aussi facile que tu le penses. Tu vas avoir besoin d’entraînement. Mets ça et suis-moi…” J’hésite un instant. “Maintenant, salope !” Elle me les donne. “Deuxième règle. Pas d’hésitation”, je suis rapidement derrière moi en trébuchant et trébuchant dans les “nouvelles chaussures”, car je m’arrête maintenant dans une petite pièce avec une chaise au milieu. “Assieds-toi, salope. Tu vas avoir tes piercings. Il faut avoir les deux oreilles, la langue, les mamelons, le ventre et la bite. Sois juste un homme. Je sais que tu peux gérer ça. Tu t’y habitueras en un rien de temps.” J’ai grimacé et grimacé, mais quand c’était fini, on m’a dit que ma journée ne faisait que commencer. On me donne des clous pour tous mes nouveaux trous, sauf pour mes oreilles. Pour ceux-là, on me donne ces boucles d’oreilles vraiment voyantes, grandes et efféminées à porter. Ensuite, on me dit que je dois passer la prochaine heure à m’entraîner à marcher avec mes talons hauts. Je passe une heure entière avec Jewel à qui on apprend à marcher correctement en hauts talons. Puis, une fois que je commence à m’y habituer un peu, on me conduit à nouveau dans la salle de bains. Cette fois devant le miroir. “J’ai donné des instructions spéciales pour vous depuis que vous avez une coiffure si différente de celle des garçons habituels que nous avons ici. D’habitude, on vous donnerait une perruque, mais évidemment, ce n’est pas nécessaire avec vous. Jewel tend la main dans un tiroir et sort deux chouchous de cheveux rose fluo, et me montre, sur elle-même, comment les mettre pour faire de petites nattes d’écolière. Elle les retire de ses cheveux et me les donne. Au début, je m’emmêle les pinceaux. Il me faut une dizaine de minutes pour me débrouiller tout seul. Elle me dit de me détendre et de me passer une clope pendant une seconde et me dit de prendre une traînée.

“Non, merci, je ne fume pas”, je dis.

“Règle numéro trois. Vous fumez. Ton père maquereau en chef aime que toutes ses petites salopes fument autour de lui. C’est une chose qu’il a.” Je tousse et je tousse immédiatement, comme cela faisait un moment.

Elle rit. “Première fois, hein ? Voilà le rouge à lèvres. Poussez très légèrement, parce que c’est délicat.”

Je finis de mettre un manteau épais, alors qu’un grand Noir arrive en 1,90 m, aussi sombre qu’il peut l’être. Il me regarde de haut en bas et dit à Jewel : “Tu fais du bon travail. J’ai hâte de faire entrer cette petite pute. Mmm-mm-mm–MMM !” Il me gifle et me serre le cul. “Continuez” dit-il et il s’en va.

Jewel se tourne vers moi et m’embrasse fort avec un regard sauvage dans les yeux, alors qu’elle enfonce sa langue profondément dans ma bouche. Puis il dit : “Tu vas t’amuser, salope. Fais-moi confiance.” Elle m’apprend ensuite à me maquiller, à presser les ongles, à mettre de l’ombre à paupières, à mettre de l’eye-liner. Elle m’apprend à parler comme une femme, m’aide à m’entraîner à sucer des bites sur des godes, m’aide à relâcher mes fesses en préparation de la nuit, m’apprend à fumer et à tenir une cigarette comme une fille, et m’aide à faire ou à pratiquer diverses autres choses. Apparemment, la règle numéro quatre était que je ne devais même pas demander les vrais noms de mes proxénètes et maîtres. Lorsqu’on lui a demandé si elle s’inquiétait de sa grossesse, elle m’a répondu qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfants à cause de certaines complications. Le sujet semblait délicat, alors je l’ai laissé tomber.

La tombée de la nuit est à peu près ici. On me donne peu de temps pour manger et me reposer, mais pas pour dormir, avant que l'”initiation” ne commence. Puis, j’entends une voix masculine forte et profonde crier “Yo, prépare cette pute et ramène son cul ici !”

Jewel entre et me dit de mettre des bas en nylon, une jupe courte de pom-pom girl, un string et un haut soutien-gorge. Tout cela, en plus des boucles d’oreilles, piercings, eyeliner, fard à paupières, maquillage, rouge à lèvres, ongles et talons hauts. On me dit aussi d’essayer de garder une cigarette allumée constamment et de la traîner de temps en temps. “T’es prête ?” me demande-t-elle en me levant les yeux.

Je me lèche les lèvres, la bite dure comme un roc, et je réponds : “J’ai été prêt”.

Je rentre dans la pièce nerveuse comme une baise, alors que 3 mecs noirs énormes sifflent et sifflent, et je cendre ma cigarette en la tenant d’une manière très efféminée avec les poignets mous. Tous nus, avec des bites assez énormes qui attirent l’attention. Les corps de ces mecs étaient incroyables : des abdos de six-pack, des pectoraux énormes, des biceps qui pouvaient étouffer les conneries de quelqu’un. Et leurs bites !!!!! Ils devaient faire 9-11 pouces chacun et être épais ! L’air sent l’odeur de la fumée de mauvaises herbes, et les bruits de la musique rap forte. Je le reconnais comme “Ho” de Ludacris. “L’école est sur le point de commencer, salope. Mets-toi à genoux et rejoins ta petite amie salope. Faites attention. Tu vas faire ce qu’elle va faire ensuite.”

Je me mets à genoux derrière Jewel, qui expire d’une cigarette. “Elle me fait un clin d’œil, juste avant d’être giflée, de façon ludique mais brutale, et on lui dit de se retourner la tête. “Ah ouais, je l’adore !” crie-t-elle. Elle attrape alors deux bites sur le côté avec ses mains et commence à lécher lentement la tige de l’une d’entre elles devant elle. Je m’élance vers l’avant. Jewel me dit avec luxure en me léchant : “Souviens-toi, tu dois te détendre. N’avalez pas. Laissez la broche couler librement. Essaie de ne pas essuyer tout ton rouge à lèvres.” Avec ça, elle commence à descendre lentement sur le premier coq, en accélérant le rythme, jusqu’à ce que la bave vole fort et vite comme si elle était mouillée comme l’enfer. À un moment donné, le gars a tenu sa tête immobile et a pompé comme un piston, ALMOST semblant la faire hurler. Elle fait les deux autres pendant une seconde, avant de s’arrêter, de se tourner vers moi en souriant, en s’essuyant la bouche et en reprenant son souffle en disant “Maintenant…–PANT – Tu essaies”, avec sa main toujours sur une bite humide. Je commence à faire comme elle, avec 2 dans mes mains, et je lèche la 3ème. Je fais de mon mieux et je suis lent au début, mais ensuite je commence à m’y mettre. J’accélère le rythme, étant aussi mouillé que Jewel la première fois. Je n’ai toujours pas l’habitude de porter les ongles, mais je fais attention à ne pas les casser, aussi méchant que je puisse l’être. J’adorais ces délicieuses gâteries monstrueuses au chocolat, en alternant d’une friandise à l’autre. Les goûter, les sentir, les serrer, les serrer, m’enrouler la langue avec mes nouveaux clous autour d’eux, alors que je goûtais leur délicieux Preummy Preum. J’ai commencé à me détacher de la tête avec des bruits d’aspiration et à devenir folle, avec mes petites nattes qui bougent et se balancent en un mouvement non-stop.

“Daaammn ! Il adore cette bite. Gentille petite poule mouillée.” a dit un type.

“Putain ! Le type dans ma bouche, qui était celui que j’ai reconnu dans la salle de bains tout à l’heure, a crié avant d’attraper mes deux petites nattes d’écolière et de me forcer à avaler son érection veineuse dans la gorge en entrant dans ma bouche, et j’ai avidement avalé chaque dernière goutte avec avidité.

J’ai pris une traînée sur ma cigarette. “Bien jusqu’à la dernière goutte”, dis-je en expirant et en me léchant les lèvres. Ce type a reculé un peu, pour prendre l’air.

Puis c’était au tour de Jewel de m’enseigner à nouveau, car je regardais tout ce qu’elle faisait. Cette fois, elle a reposé sa tête sur le canapé pendant que l’un des gars balançait son énorme membre au-dessus de son visage comme un appât pour un poisson. Tandis qu’il s’abaissait dans sa bouche, elle prit une autre traînée de sa cigarette, expira autour de sa bite complètement engorgée, et se mit à gémir. J’ai vu la façon dont elle utilisait les muscles de ses lèvres pour tirer la bite plus loin dans sa gorge, alors qu’elle me faisait un clin d’œil. Après une minute de gémissements et de succion de sa part, c’était à nouveau mon tour. J’ai pris la position, j’ai pris une traînée, j’ai expiré, j’ai sorti ma langue nouvellement percée et j’ai ouvert grand (et je veux dire WIDE-Mmmmm !). Il m’a giflé fort, m’a craché une longue ligne de salive sur le visage et m’a dit : “C’est tout. Ouvre cette sale petite bouche, salope, que je puisse baiser cette tête.” Sa gifle était si forte que le côté de mon visage a failli être engourdi pendant une seconde, mais cela ne me dérangeait pas. En fait, j’ai adoré.

“Oh ouais ! Traite-moi comme la petite traînée blanche que je suis. Nourris-moi cette grosse bite noire !” Tous les autres ont ri et sifflé des encouragements à ce sujet. J’ai rapidement sorti ma langue et il a commencé à s’abaisser dans ma bouche humide et dès que la tête était rentrée, j’ai commencé à la sucer et à gémir fort et j’ai atteint les deux mains en l’agrippant et en caressant le reste de la longueur. La chanson radiophonique est devenue “How U Want It ?” de 2Pac, alors que je commençais à bouger la tête sur le rythme. Puis j’ai imité le mouvement de Jewel et j’ai utilisé les muscles de mes lèvres pour tirer sa bite plus bas dans ma bouche et ma gorge affamées. Je suis devenu fou en me bâillonnant sur sa bite, et pour la deuxième fois, j’ai surpassé le professeur. Pendant que je suçais, je sentais palpiter son érection massive et je savais instinctivement ce qui allait arriver, ou éjaculer. Ce type, comme l’autre, est aussi venu dans ma bouche, dur. Il s’est retiré alors que mes lèvres glissaient lentement hors de sa bite. J’ai savouré chaque goutte.

Jewel a dit en souriant : “La compétition, j’aime, j’aime.” Le dernier gars était debout. Je me demandais si j’allais me faire baiser bientôt. Puis elle traîna de nouveau sa clope, et il se pencha pour l’embrasser fort, avant de la pousser vers le bas sur sa tête, la forçant à s’agenouiller, où elle ouvrit sa bouche et il cracha dedans. Je me souvenais de ce qu’elle m’avait appris plus tôt. Arquez votre dos et manœuvrez vers la droite et vous pourrez aller plus loin sur la gorge profonde. J’ai vu son jarret et craché sur sa bite, puis j’ai commencé à la gorge profonde en utilisant cette méthode. Après être descendu plusieurs fois en DEEP, j’ai pensé qu’il n’y avait aucune chance que je puisse le faire. Le type s’est énervé à ce moment-là, en lui explosant le visage. “1 pour moi”, sourit-elle. A ce moment-là, je suis retourné voir le deuxième gars qui était de nouveau dur, alors qu’il descendait du Hennessy directement de la bouteille. J’ai gratté légèrement mes ongles sur sa poitrine parfaite et déchirée, et j’ai commencé à l’embrasser le long de sa poitrine, vers ses abdominaux durs comme du roc, dévorant son corps en chocolat noir en chemin. J’ai essayé en vain de reproduire son numéro, mais je n’ai pas réussi.

“Tu l’auras, salope. Il m’a dit en me tirant vers le bas et m’a poussé à nouveau vers le sol. “Yo, négro. Je suis prêt à baiser. Vous êtes prêts ?”

“Que la fête commence”, c’est la réponse du premier type. Il s’est ensuite dirigé vers la chaîne stéréo et a appuyé sur quelques boutons. La chanson “Shake Ya Ass” de Mystikal est sortie. “D’abord, on va se taquiner un peu. “Dansez, salopes.” Jewel et moi avons immédiatement commencé à danser comme j’avais vu des strip-teaseuses le faire à plusieurs reprises, secouant mon cul au rythme. Ils m’ont giflé le cul en envoyant des vagues à travers. Pendant que Jewel et moi faisions cela, vers la moitié de la chanson, ils frottaient de l’huile pour bébé sur nos fesses et lubrifiaient nos cavités anales. Pendant que je me frottais le cul sur l’entrejambe d’un gars, dans une lapdance, il a attrapé be par surprise et l’a claqué. Mais je ne suis resté qu’une minute.

On m’a dit de regarder Jewel se mettre à quatre pattes, la clope suspendue à ses lèvres et le premier type s’est craché dessus, s’est lubrifié la bite et l’a mise sur sa porte arrière pliée. “Tu dois te pencher dans cette merde. Il pousse vers l’avant, tu dois pousser vers l’arrière. Ignorez la douleur initiale. Tu vas commencer à apprécier cette merde. Crois-moi, bébé. “Serrez vos muscles du cul sur les mouvements de sortie.”

“Ouais, et cette merde va être nue, ho ! Je veux que tu sentes mon sperme dans ton cul, salope !” J’ai vu son cul trembler violemment comme de la gelée et elle a crié au meurtre. Elle lui rentrait dedans aussi fort qu’il pouvait pousser en avant. Ce qui semblait insensé. Quelques minutes de plus, ils ont tous les deux ralenti le rythme alors qu’il lui enfonce quelques dernières poussées, tandis qu’elle lui fait tourner les hanches dans une rotation circulaire, lui faisant fléchir les muscles de son cul serré avec un regard très dur sur son visage alors que la cigarette pend encore de ses lèvres sexy et ses seins naturels plutôt gros balancés sauvagement, et ce gars est entré dans son cul avec un fort “AAAAAaaaahhh ! Putain ouais !”

“Attention, bébé. Je fais mon come-back.”

“Oui, je viens d’entrer dans ton dos, salope. Yo, salope numéro deux, c’est à toi.”

Je me suis penché nerveusement et avant même que j’aie pu me préparer, j’ai senti un autre gars saisir mon string et le tirer sur le côté, et glisser sa bite en moi hors de nulle part. Il a dû se faufiler dans la pièce derrière moi. Ce type était plus grand que les autres, ce qui m’a choqué. Il devait mesurer au moins 30 cm et être aussi grand qu’une canette de soda. “Oh, merde, ho, je ne t’avais pas vu là”, plaisanta-t-il une seconde, alors que je hurlais d’horreur et de douleur au début. Il s’est alors mis à me caresser fortement, en me pinçant les mamelons, et j’ai lutté. Puis, il m’a lâché et m’a poussé par terre, brutalement, alors j’étais à quatre pattes. Il s’est mis à me passer dessus et a commencé à me fourrer sa tête de bite dedans.

Dès qu’il a eu la tête dedans, il s’est faufilé rapidement et brutalement, et s’est mis à déchirer du hardcore. J’ai d’abord crié comme une victime de meurtre. Mon cul tremblait si violemment qu’on pouvait probablement l’entendre dehors. Il me tirait en arrière par mon string, et me lâchait en avançant, dans un rythme effréné d’avant en arrière. Il m’a giflé le cul à quelques reprises et m’a serré assez fort pour détruire mes fesses délicates, même si c’était très douloureux, j’adorais ça. Il a ensuite ralenti au bout de quelques minutes et m’a agrippé les épaules avec quelques coups durs et singuliers, essayant apparemment de me faire passer à travers mon petit derrière délicat. La première poussée violente m’a fait crier comme une petite fille, très efféminée. Ensuite, je me suis mise à hurler comme un fou sur le sol.

Tout le monde a ri et l’un d’eux a dit : “Oui, j’adore cette bite noire, n’est-ce pas, salope ?”

“Oui, monsieur”, c’est tout ce que j’ai pu dire en souriant, alors qu’on continuait à me frapper dans mon joli petit trou du cul bien serré. Il ne s’était pas arrêté, mais il a saisi mes nattes dans une main, et il a tiré fort, accélérant encore une fois le rythme. J’ai crié “Ow !” très fort dès qu’il m’a tiré les cheveux comme ça. Il a sorti ce monstre lentement, en essayant de ne pas encore éjaculer, et il a un peu chatouillé quand il est sorti. J’ai gloussé comme une ado. “Oooooo, j’aime bien, macpdaddy.” Je me suis alors retourné et je lui ai cligné des yeux avec mes yeux marron foncé colorés et colorés et j’ai sorti la lèvre inférieure de ma bouche dans un regard de flirt boudeur et boudeur.

Puis, le deuxième gars m’a dit de me mettre sur le canapé et d’écarter les jambes, comme l’enculé de pute blanche que je suis. La radio a alors commencé à jouer “He Wantz It” de Gangsta Fag. Ce type m’a tiré les jambes derrière lui pendant que j’allumais une autre cigarette, et j’ai gémi de ma voix la plus féminine : “Oh, ouais, baise moi fort, papa ! J’ai besoin de plus de chocolat chaud.” Sur le côté, Jewel et les deux autres gars étaient occupés à le regarder s’agripper sous mon cul et me glisser dans sa bite, fort. Avec mes jambes fermement enroulées autour de lui, j’ai crié comme un banshee. Au bout d’une minute, les pieds en l’air, j’ai détendu mes jambes en faisant tournoyer les talons hauts sur mes pieds avec un plaisir total. Puis, il a saisi mes jambes et les a drapées sur ses épaules, alors qu’il commençait à m’étrangler le cou et à m’asperger de son rythme fou. Après quelques minutes rugueuses et psychotiques de claquer mes fesses, il est venu dur avec tant de sperme qu’il a explosé sur les côtés de mon cul, comme j’ai roucoulé dans le contenu, étant venu moi-même à ce moment précis.

“J’ai encore une chose à te montrer, bébé.” Jewel m’a dit de la faire fumer. Le troisième gars s’est assis alors qu’elle s’asseyait le cul sur sa bite, face contre terre. Elle ferma les jambes, reposa les bras à l’arrière du canapé et souleva ses jambes, tandis qu’il les tenait et commençait à la pousser vers le haut, la faisant hurler. J’ai remarqué son positionnement et comment elle a réussi à rester équilibrée avec un peu d’aide.

“On peut le faire maintenant, salope”, a dit le premier type. Il est allé s’asseoir sur une chaise, et j’ai alors commencé à m’abaisser, lentement. “Va te faire foutre, salope. Montez sur cette merde “, dit-il en me poussant vers la base, et j’ai essayé de garder mes jambes levées et ensemble. Il s’est mis à baiser comme un fou et j’ai regardé et Jewel était dans la même position, sauf qu’elle suçait aussi le deuxième type. Je suis venu tout de suite sur le ventre, comme je l’ai vu et mon propre cul a été claqué comme un prisonnier. Puis ma vue a été bloquée par l’énorme bite du quatrième gars qui me l’a enfoncé de force dans la bouche de façon inattendue, ce qui m’a surpris.

“J’emmerde cette salope, yo. Tu prends la tienne aussi, salope. “SOUFFLE ma grosse bite noire !” Je suppose qu’ils avaient construit l’endurance après quelques uns Le premier gars a continué à pousser vers le haut dans mon cul endolori pendant que je buvais avidement la viande noire dans ma bouche tout en admirant également sa beauté bien tonique buff d’un corps. Puis, je me suis arrêté une minute pour lui sucer les couilles en sueur, alors que sa monstrueuse bite noire reposait contre mon visage. À ce moment-là, j’avais laissé tomber mes jambes pour rebondir de haut en bas sur la bite dure de roche en dessous de moi. Puis, j’ai pris une autre traînée de ma cigarette que j’avais couchée pendant une seconde, puis j’ai expiré de nouveau, laissant la fumée s’enrouler des côtés de ma bouche couverte de rouge à lèvres d’une manière sexy et érotique quand la bite est entrée dans ma bouche simultanément.

Après avoir été un peu DPed, ils m’ont dit, à Jewel et à moi, de me lever et de me mettre à quatre pattes l’un en face de l’autre, devant le miroir à l’arrière de la pièce. J’ai vu le mec numéro un entrer dans la chatte de Jewel et le feutre numéro deux entrer dans mon cul encore une fois. Ce qui est drôle, c’est que juste avant qu’ils commencent à baiser, j’ai ri de la chanson que j’ai entendue : “On veut de la chatte.” Bizarrement, ça m’a aidé à m’exciter encore plus. Après tout, j’étais une des “chattes” cette fois-ci. Jewel et moi avons tous les deux pris des traînées et expiré quand nous nous sommes embrassés et nous avons tous les deux eu la bite d’une vie. Les troisième et quatrième gars se sont alors approchés de nous, et j’en ai attrapé un dans ma bouche, tandis que Jewel prenait l’autre. Je regardais le miroir du coin de l’œil et j’aimais ce que je voyais. Je me voyais tout habillé dans ma nouvelle beauté, avec des nattes de cochon et tout le reste, alors que ce type n’arrêtait pas de claquer dans mon cul recouvert d’une jupe courte pendant que mes lèvres couvertes de rouge à lèvres en sucaient une autre. Jewel et moi faisions une bonne paire. Après beaucoup de poussées frénétiques, ils sont tous venus comme des geysers, nous remplissant, Jewel et moi, de fluides chauds et collants.

C’est pourquoi Jewel et moi avons eu une tempête de sperme pendant qu’on se fermait les lèvres très fort. Nous avions tous les deux des “bouches en désordre” et beaucoup de sperme qui coulait de nous. Puis, le deuxième type, qui était juste en moi, m’a agrippé, sous les bras, grossièrement, et m’a fait tourner autour de moi sur mes genoux. Nettoie cette merde, salope !” Je n’ai pas hésité, et je l’ai dévoré comme un animal en chaleur, en utilisant tout ce que j’avais appris. “Tu aimes goûter ton cul, salope ?”

Je viens de gémir “MMmm-hmmm”, en le regardant.

“On dirait que tu as réussi notre initiation avec, disons, le vol en col-uhs.” Ils ont décidé de s’habiller à ce moment-là, et nous ont laissés seuls, en me disant que je commencerai à “travailler” demain soir, en colportant mon cul. L’un d’eux a ensuite regardé Jewel, puis moi et m’a fait un clin d’œil juste avant de partir.

Dès qu’ils ont quitté la pièce, j’ai vu Jewel assise sur le sol, souriante, tout en lui tenant le cul. Elle m’a paru si sexy après ça, d’une manière à peine légale. C’était difficile de croire qu’une fille aussi jeune puisse être une SLUT aussi expérimentée. “Goooooood joooob. Tu sais que tu fais une jolie petite pute”, dit-elle en me regardant et en riant. J’étais encore excitée et je ne pouvais pas le supporter une seconde de plus, alors j’ai attrapé ses jambes et l’ai fait glisser avec force en position de missionnaire, en entrant dans sa chatte mouillée presque instantanément, et en la surprenant de l’enfer, la faisant hurler. C’était la première fois que c’était moi qui baisais toute la nuit. Elle a appuyé ses hanches contre moi, alors que j’essayais de la frapper à travers le sol, respirant lourdement sur son cou, d’une manière vraiment perverse. Elle a crié et est venue vite, mais j’avais encore beaucoup de chemin à faire. Je l’ai ramassée, toujours à l’intérieur d’elle, et je l’ai portée sur le canapé, où je l’ai laissée tomber et j’ai continué à labourer sa petite chatte d’adolescente, comme un fou, en tétant ses gros seins qui tremblaient comme un bébé affamé. Je suis finalement venu comme un geyser, comme elle gémissait de satisfaction, et je me suis penché pour fermer les langues dans un baiser profond et passionné. Elle avait un goût de bière, de bite et de cigarettes. J’aimais cette traînée, comme si je n’en avais pas d’autre. Nous avons immédiatement décidé de nous nettoyer l’un l’autre, en 69 position, car j’ai léché ma crème de sa chatte fraîchement baisée, et elle a sucé son jus de chatte de ma bite fatiguée qui s’adoucit maintenant.

Je me suis réveillé le lendemain matin avec un “tum plein de sperme”, un trou du cul endolori et douloureux, une bite usée, et le goût de la chatte et de la bite dans ma bouche mélangé avec le goût des cigarettes et de l’alcool. C’était la première fois depuis longtemps que je m’intéressais à un travail ou que j’en étais fier. J’étais une putain de pute suceuse de bites. Et j’aimais la vie. Un tas de choses se produiraient par la suite. Cette nuit-là, c’était mon premier jour de travail. Après cette initiation d’une nuit, je devais être en sécurité dans mon attitude à l’égard de la protection. Mes journées se dérouleraient comme celles d’un homme brut moyen de tous les jours, avec un peu de temps personnel pour la lecture et l’amélioration intellectuelle ici et là. Et mes nuits, je les passais comme mon alter ego, que j’appelais “Brandy”.

Finalement, “Brandy” a pris la place de Jewel en tant que pute supérieure. Et puis, mes maîtres ont fini par découvrir que je pouvais me battre, et j’ai gagné beaucoup de respect de leur part, apprenant même leur vrai nom, alors qu’ils me mettaient dans des combats avec d’autres pour leur divertissement. J’en ai gagné beaucoup et j’en ai perdu quelques uns affreusement. Pendant un moment, j’ai passé la moitié de mon temps à baiser et l’autre moitié à me battre. Ils m’ont même proposé de me laisser arrêter de me prostituer. Mais, j’ai décidé de le faire quand même pour eux, sur un plan personnel. J’étais accro à la bite. Et Jewel et moi sommes devenus les meilleurs amis. Des amis avec des avantages, en tout cas. Je n’ai jamais pu résister à sa douce petite chatte, tout le temps que je l’ai connue. Bref, c’est une autre histoire…….

Noter cette histoire