Baiser ma belle-sœur juste à côté de ma femme

Ma femme m’a appelé au travail pour me demander s’il était possible d’inviter sa sœur. J’ai bien sûr accepté, car j’aimais qu’elle soit là et nous rions toujours.

Je suis rentré à la maison juste après 18h30 pour trouver les filles dans la cuisine en train de préparer le dîner. Après quelques heures de bavardage et de télévision, nous nous sommes tous sentis fatigués et sommes allés dans la chambre pour nous détendre et parler davantage sur le lit. Le temps a passé et nous sommes tous devenus très somnolents, nos conversations s’arrêtant lentement, puis se calmant. Les filles se sont endormies rapidement et je suis resté allongé, en regardant les deux femmes chaudes sur mon lit. Ma femme était en haut du lit, allongée sur les oreillers, ma belle-soeur au milieu et moi en bas. J’ai attendu un moment avant d’entendre leur respiration profonde, après avoir entendu que j’avais bougé mon pied en frôlant ma belle-soeur, désespérée de sentir sa peau. Le toucher et la pensée de pouvoir lui faire des choses pendant que les deux dormaient m’ont fait beaucoup de mal et j’ai enfoncé ma main dans mon pantalon et j’ai commencé à me caresser.

Notre fenêtre était ouverte et il s’est mis à pleuvoir, le son était très relaxant et aidait à masquer tous les bruits de plaisir que j’avais pu faire. Avec la pluie qui battait fort, je me suis sentie audacieuse et j’ai décidé de me rapprocher d’elle, son dos était face à moi et une partie de son string dépassait de son cul. Je me suis positionné contre ses fesses et je me suis arrêté au cas où mon mouvement aurait pu la déranger. Rien… La bite étant complètement sortie de mon pantalon, j’ai approché ma bite de son cul, le bout de ma bite a frôlé ses vêtements et j’ai eu une forte secousse d’excitation. Une fois de plus, je me suis arrêté au cas où elle se réveillerait et toujours rien. Ma volonté devenait plus courageuse à la seconde, j’ai bougé ma bite un peu plus fermement dans son cul pour ensuite remplir ma bite entre sa fente. À ce moment-là, j’étais tellement énervé et excité que j’ai commencé à pré-cummer.

La pluie est devenue plus forte et un orage a éclaté, me faisant sursauter un instant, elle a remué et j’ai reculé, ma bite encore complètement sortie. Elle a tremblé et j’ai mis ma main sur son bras, elle a soupiré et a dit d’un air penaud : “Froid”. J’ai remonté mon haut jusqu’à son dos et je l’ai tenue par derrière, en posant mon bras sur le sien. Un son mmm est sorti d’elle et avec cela, sa main a tenu la mienne et l’a tirée autour de sa taille. Mon cœur battait fort, ma bite n’était qu’à quelques centimètres de son cul, si elle reculait, elle saurait à coup sûr que j’avais une érection. Je commençais à être un peu nerveux et elle a fait la seule chose que je craignais et a ramené son cul en moi… J’ai gelé, ma prise autour de sa taille s’est faite. Elle a bougé son derrière un peu, je suppose qu’elle ne savait pas ce qu’elle ressentait au début, puis elle s’est arrêtée… mon cœur battait comme un fou maintenant, puis elle a recommencé à bouger son cul lentement sur ma queue. Je ne pouvais pas dire si elle était endormie, à moitié réveillée et appréciant la proximité ou éveillée et donnant à son beau-frère la taquinerie de sa vie.

De toute façon, je n’allais pas laisser cela m’empêcher de profiter de la situation, avec ses mouvements de grincement sur ma bite qui se produisaient encore, j’ai glissé ma main le long de son côté sur la taille, puis je me suis enfoncé fermement en elle, son cul a repoussé sur ma poussée et j’ai alors su qu’elle était partiellement réveillée. J’ai commencé à lui broyer la bite par derrière en levant les yeux pour voir si ma femme dormait, ce qui était le cas.

Je lui ai embrassé l’épaule en continuant de la serrer dans le dos ; nos mouvements étaient maintenant ouvertement sexuels et ne pouvaient être confondus avec des câlins. Son bras a bougé et sa main s’est posée sur la mienne, nos doigts se sont enroulés l’un autour de l’autre, elle a ensuite déplacé nos mains vers son pyjama et a commencé à les faire descendre le long de son cul. Je n’arrivais pas à croire ce qui se passait… son pyjama s’est déplacé le long de son cul, révélant son cul chaud dans ce string sexy, ses genoux ont bougé vers le haut et elle a ensuite enlevé son pyjama !

J’étais complètement paniqué et j’étais complètement excité, ma femme, sa soeur n’était qu’à quelques centimètres de nous, sa soeur était sur notre lit, sans pantalon et ma bite se frottait contre son cul. Elle a alors ramené son cul droit contre ma rage et a levé sa jambe, déplaçant son string sur le côté comme une invitation à la baiser.

C’était fini pour moi, je me suis déplacé un peu plus bas sur le lit pour me positionner derrière elle et j’ai guidé ma bite vers sa chatte par derrière… le contact soudain l’un contre l’autre était intense et nous a fait gémir tous les deux, alors que je me frottais contre son clitoris, j’étais étonné de voir à quel point elle était mouillée, non, mouillée n’est pas le mot, elle était trempée, inondée. …la tête de ma bite a glissé sans effort sur son clitoris en le cherchant et en l’explorant…c’était ça…c’était le moment dont j’avais toujours rêvé depuis si longtemps, j’allais baiser ma belle-sœur et ça allait être juste devant ma femme.

Avec ma dernière glissade contre elle, j’ai déplacé le bout de ma bite vers son trou de chatte trempé, sa main a reposé sur mon membre gonflé et puis elle s’est retournée lentement sur ma bite. J’ai gémi en entrant et j’ai poussé jusqu’à elle, “oh putain” était tout ce qu’elle a dit, c’était la seule autre chose qui avait été dite depuis le début. J’ai tenu sa jambe en l’air et j’ai continué à la faire bouger lentement. La sensation était si intense, toute la situation était extrêmement intense et tout ce que je voulais, c’était la baiser si fort et si fort, mais les mouvements lents et prudents étaient déjà une agonie, nous soupirions tous les deux de plus en plus fort à chaque poussée, sa chatte était trempée mais serrée, je pouvais la sentir se contracter sur ma bite alors que nous prenions de la vitesse, je me suis penché vers elle et j’ai commencé à la lécher et à l’embrasser, cela l’a fait remuer davantage et m’a rendu tout aussi excité.

Je voulais la regarder pendant que nous baisions, je savais que c’était dangereux comme ça, mais j’étais désespéré pour la position de missionnaire, désespéré d’aller aussi loin que possible dans son ventre. Je suis sorti d’elle, nos jus se sont imbibés, elle a baissé la jambe et pour la première fois, elle m’a regardé en disant “où vas-tu ?” Je lui ai répondu : “Je veux être sur toi, je veux voir ton visage”. Elle avait l’air effrayée et regardait sa soeur, en me regardant, elle m’a dit : “Ok, mais fais attention, si elle se réveille, il n’y a pas moyen de le cacher de cette façon. À ce moment-là, je m’en foutais vraiment qu’elle se réveille ou pas, j’étais trop perdu dans le moment, ma bite faisait toute la réflexion et tout ce qui comptait c’était de la baiser.

Je me suis glissé et elle s’est allongée sur le dos, en levant les genoux jusqu’à sa poitrine, elle a ensuite enlevé son string, je me suis alors lentement déplacé au-dessus d’elle en abaissant ma taille entre ses jambes. Elle a levé les jambes et, ma queue à la main, l’a ramenée dans sa chatte affamée. Je me suis penché vers son visage et pour la première fois, nos lèvres et nos langues se sont rencontrées, glissant frénétiquement l’une sur l’autre, la luxure, la passion pure était le moment, nos corps se broyaient fermement mais pas trop pour la réveiller, j’ai jeté un coup d’œil à ma femme pour vérifier et puis je me suis retourné vers ma belle-sœur, elle m’a regardé aussi et m’a souri sournoisement. Le regard a fait tressaillir ma bite et elle a gémi au toucher.

“Es-tu proche ?” dit-elle, “très proche !” Je lui ai répondu : “Moi aussi, on ferait mieux d’être rapide, elle pourrait se réveiller”. Nos voix étaient basses, mais nos corps auraient pu ou dû réveiller n’importe qui maintenant.

Nous avons commencé à nous embrasser passionnément, ma bite glissant en elle de plus en plus vite, sa chatte se resserrant avec l’augmentation de la vitesse. Ma bite est devenue encore plus gonflée et j’ai senti un pré-coum qui commençait à suinter, elle a remué, en remontant les hanches, “J’ai senti ça !” a-t-elle murmuré pendant notre séance de langue, “mauvais garçon, tu essaies de jouir en moi ?” a-t-elle continué, “mmm oui” est tout ce que j’ai dit. “Je suis si proche… jouis pour moi !” Paroles de magie, dit-elle, je n’en pouvais plus, je me suis enfoncé dans son ventre en la faisant haleter, je lui ai tapé sur la chatte de plus en plus vite, mes couilles se sont serrées, j’étais sur le point de jouir, le pré-coum s’échappait comme un fou. J’allais jouir dans ma belle-sœur ! “Je vais jouir”, je soupirai… “Oh mon Dieu, oui, moi aussi” répondit-elle, elle pencha la tête en arrière, sa main saisit ma taille et puis elle tint la main de sa sœur avec l’autre ! J’ai paniqué, mais je ne pouvais plus me contenir… “Maintenant, je vais jouir”, j’ai gémi et avec ça, j’ai fait exploser une énorme boule de sperme chaud dans sa chatte, elle a haleté et a commencé à jouir sur ma bite, nous étions toutes les deux en train de nous écraser l’une sur l’autre, j’ai frappé fort en sentant sa chatte serrer ma bite, mon sperme giclant encore et encore dans sa chatte affamée.

Au bout d’un moment, notre orgasme a ralenti et je me suis allongé sur elle… ma bite bougeait encore et le sperme coulait en elle, bien que sa chatte soit totalement inondée et que nos jus d’amour s’écoulent. Nous nous sommes embrassés doucement pendant une minute, puis nous nous sommes regardés dans les yeux et nous avons souri, nous avons regardé notre partenaire de lit, et elle se tenait toujours la main et dormait encore en quelque sorte pendant tout ce temps. Nous nous sommes regardés l’un l’autre et elle a rectifié sa taille contre la mienne…

“Tu te sens plein ?” J’ai dit en souriant très fort. “Beaucoup”, en me regardant dans les yeux, elle m’a répondu. Je me suis penché vers son oreille, je l’ai léchée et j’ai murmuré : “Tu ne sais pas depuis combien de temps j’ai envie de te baiser.”

Elle m’a embrassé sur la joue et m’a tenu fermement, “Probablement aussi longtemps que j’ai voulu que tu te fasses l’amour”, a-t-elle répondu. Ma femme a soupiré et a bougé un peu sur le lit, brisant notre moment, nous sommes restés immobiles jusqu’à ce qu’elle s’installe et décide que nous ferions mieux de nous arranger. Je me suis lentement retiré de sa chatte dégoulinante, j’ai regardé en bas pour voir une énorme plaque de trempage sur le lit et nos jus dégoulinant de sa chatte. J’ai souri, je me suis levé et je l’ai aidée à sortir du lit lentement. Nous sommes allés dans la salle de bain, en fermant la porte derrière nous, puis nous nous sommes embrassés et tenus l’un contre l’autre pendant quelques minutes, nos genoux tremblaient à cause de la séance de baise intense que nous venions de passer, puis nous avons commencé à nous nettoyer.

Alors qu’elle était au lavabo en train de nettoyer sa chatte pleine de sperme, je suis entré par derrière et j’ai glissé ma langue le long de son cou, mes mains saisissant fermement ses énormes seins en double H, elle a sorti son cul pour se frotter à nouveau sur ma bite et a continué à broyer, lécher et caresser. Elle s’est retournée et m’a poussé contre le mur en m’embrassant sur le chemin, elle a retiré mon haut puis m’a embrassé sur le cou et sur la poitrine, elle a commencé à lécher mon mamelon et à caresser ma bite à nouveau, j’étais déjà à moitié dur et n’avais pas besoin de beaucoup de persuasion. “Je ferais mieux de vérifier qu’elle est propre avant de retourner au lit”, dit-elle en me regardant après m’avoir léché le mamelon.

Elle a ensuite continué à descendre le long de mon ventre jusqu’à ma bite, l’a saisie et a ensuite déplacé son visage contre elle, en la frottant sur ses joues et ses lèvres. “Oh bébé”, je soupirai et avec cela, elle prit mon membre dans sa bouche pour la première fois, sa langue glissa sur le bout et s’enfonça jusqu’à la poignée. J’ai attrapé ses cheveux alors qu’elle commençait à me sucer la bite ; j’étais dur comme l’enfer en quelques secondes d’être dans sa bouche céleste et je commençais à baiser sa bouche lentement. Je l’ai regardée et j’ai pu voir qu’elle se doigtait la chatte… J’ai fermé les yeux pendant qu’elle me faisait bouillir, j’étais presque sur le point de jouir et j’étais tellement tenté de jouir dans sa bouche, mais l’idée de la remplir à nouveau était trop forte et je me suis éloigné de sa bouche, je l’ai tirée vers le haut en la retournant et en la penchant pour m’appuyer sur le lavabo, d’un seul mouvement rapide, j’ai enfoncé ma bite profondément dans sa chatte usée et je l’ai baisée aussi fort que j’ai pu, elle a gémi fort en criant mon nom, me disant de la baiser plus fort. … mes couilles ont claqué contre sa chatte et je lui ai botté le cul avec tout ce que j’avais. Les bruits de jus humide sont devenus plus forts et nous étions à nouveau trempés. En la tenant par les hanches et en la tirant vers l’arrière avec toujours plus de force, j’ai gémi que j’étais sur le point de jouir à nouveau, elle a dit à bout de souffle : “jouis, bébé… fais-moi jouir à nouveau”. Elle gémissait à haute voix et je l’ai frappée pour la dernière fois… “OH DIEU !”, ai-je dit en gémissant, et une forte dose de sperme est tombée sur sa chatte affamée… J’ai frappé fort et elle est arrivée quelques instants plus tard… en gémissant et en frissonnant violemment. Nos corps se sont à nouveau immobilisés et nous étions bel et bien finis.

Nous nous sommes à nouveau nettoyés et nous sommes retournés au lit sur la pointe des pieds. Elle remit lentement son pantalon qui était par terre et me passa son string trempant, “c’est pour toi” et m’embrassa sur les lèvres. Je les ai reniflées devant elle et l’ai mise dans ma poche.

Nous nous sommes allongés sur le lit, ma femme avait complètement bougé, et d’une certaine manière, elle dormait encore. Je savais qu’elle dormait bien quand il pleuvait, mais c’était de la folie. Nous nous sommes blottis l’un contre l’autre, nous nous sommes embrassés et nous avons fini par nous endormir.

Le lendemain matin, je me suis réveillé pour constater que ma femme était déjà debout, que ma belle-sœur dormait encore, alors je l’ai embrassée sur le visage et je suis allé chercher ma femme. Elle était en bas en train de faire la vaisselle, je suis allé la voir par derrière et je l’ai embrassée, puis je lui ai mordu l’oreille, et elle a recroquevillé et m’a embrassé. “Tu as bien dormi cette nuit ?” J’ai demandé : “mmm très bien, je crois que je dormais profondément, j’avais l’impression de flotter.”

J’ai tout de suite pensé que cela devait être notre mouvement sur le lit qu’elle ressentait et elle a souri. “Je suis allée aux toilettes ce matin et quand je suis retournée dans notre chambre une minute plus tard, il y avait une drôle d’odeur ?” dit-elle, intriguée. Mon sourcil s’est levé en pensant oh merde, notre odeur de sexe était encore très présente dans la chambre, “aucune idée, je ne peux pas dire que j’ai remarqué quelque chose.” Je lui ai répondu. “Dieu sait alors”, “ça sentait un peu comme quand on fait l’amour, c’est la seule façon dont je peux le décrire.” Elle a dit : “J’ai dû manquer quelque chose hier soir, alors si c’est le cas”, j’ai répondu en plaisantant. “Meh, pas moi”, a-t-elle dit en souriant.

Je ne savais pas comment le prendre et avec cela j’ai commencé à me préparer un verre. Un peu plus tard, ma belle-soeur est descendue, l’air baisé, elle m’a regardé avec précaution et a souri en me regardant. “Wow, mauvaise nuit ?” dit ma femme, “en quelque sorte” répondit-elle, “alors pose ton cul sur le canapé et il s’occupera de toi.” Ma femme est allée dans la cuisine et a commencé à préparer le petit déjeuner. Ma belle-soeur est venue et s’est assise juste à côté de moi, a regardé par-dessus son épaule et m’a embrassé sur les lèvres, “J’ai apprécié la nuit dernière” et a souri, “A-t-elle dit quelque chose ?” Je lui ai dit ce qu’elle avait mentionné plus tôt et elle a ri. “Eh bien, je suppose que nous n’avons pas à nous inquiéter, alors !” dit-elle en souriant sournoisement. “Non” lui ai-je répondu en glissant ma main entre ses cuisses, “Je vais prendre ma journée demain, ça vous dérange si je passe à la caisse ?” Je lui ai fait un clin d’œil.

“Tu peux faire une ponction lombaire quand tu veux”, me répondit-elle sournoisement.

“Je ne peux pas attendre !” Je lui ai répondu.

Et c’est ainsi que commença notre liaison. Depuis ce jour, je prends régulièrement des jours de congé pour être avec elle et faire l’amour de façon incroyable. Ma femme n’est pas plus sage et nous avons depuis fait l’amour dans le même lit en partageant l’un avec l’autre.