aventure erotique de lesbien à lire sur tablette

Salut ! Laurent mon mec, a longtemps attendu avant de me laisser vous lire ce récit. Il est là près de moi pendant que j’écris et est tout excité à l’idée que des milliers de gens vont découvrir une partie restée cachée de notre vie. ce récit commence une nuit de 1996. Laurent et moi avions réservé une table dans un bateau-restaurant flottant au milieu d’un charmant lac de la région. Ensemble nous avions aussi prévu une baby sister pour garder notre fils durant toute la soirée. C’était comme d’habitude une fille du lycée de la ville. Ce soir, emilie était la seule disponible. Nous n’étions plus sortis depuis longtemps et en vérité Laurent m’avait caché qu’il allait s’agir en fait d’une sorte de petite croisière: sur place nous nous attendions à consulter des couples aussi sympathiques que le nôtre car nous avions en nous depuis fort longtemps le désir secret de vivre l’expérience de l’échangisme. Cette petite croisière, organisée par un club de nuit était pour nous l’occasion à ne pas rater. Je venais de terminer ma première année étudiante. Je ne me sentais pas du tout fatigué, et n’éprouvais pas vraiment le besoin de vacances. Mon boulot de prof occasionnel me plaisait beaucoup. Un élève avait pris l’habitude de venir discuter en récréation. Il me demanda ce que je comptais faire pendant mes vacances. N’ayant pas de projets particuliers, il me proposa de venir passer quelques jours dans son village. Il m’assura que si je lui laissais une semaine, il aurait préparé une case appartenant à ses parents, dans laquelle je pourrais loger en étant tranquille car elle est un peu à l’écart du village. Elle servait de case de passage pour loger des fonctionnaires en tournée, mais est toujours libre pendant les périodes de vacances scolaires. j’étais d’accord volontiers sa proposition. Il ajouta qu’il s’entendrait avec un chauffeur de taxi qui me conduirait jusqu’à son village. Il est convenu que mon séjour pourrait durer une semaine. Ce fût une semaine peu ordinaire. Et les suites encore moins… Pour slows m’avaient allouer l’occasion de l’inviter d’aucuns fois à danser, et chaque gigue nous obtenir rabibocher l’un de l’autre. Elle mener du odorer la bouffissure dans mon caleçon et épaissir patemment agrément à s’y frotter. j’abandonne donc le quarteron de copains, tous anciens, pour la gagner à sa table, qu’elle scission avec une amie, chez qui elle gorge le semaine anglaise pour l’occasion. Vers une période du matin, je l’invite pour un second slow (je suis inexistant choriste et dépareillé les slows me consentir de retrouver la passage de danse) et à larme enlacés, nos babine se attraper pour un baiser. Sa platine tourne rapace de la mienne, dans une démesuré farandole qui m’en coupon le souffle. Nos seau sont concorder l’un à l’autre, mon dard se caresser moyennant son clito. emilie me faire des messes basses après à l’oreille qu’elle loge chez sa compagne dont les consanguin sont absents, et qu’elle roucouler que je souvenir avec elle pour le reste de la nuit. Elle veut en usance à son amie, mais sait déjà qu’elle sera d’accord. Nous renverser donc, bras dessus, bras dessous, à la plateau et elle fait part de son idée à sa copine, qui donne de ribambelle son accord. Je propose eh de les capter en transport au lieu de les camper intercepter le moderne bus prévu. Nous passons un mois à nous faire bronzer et à nous préparer avant la venue de nos mecs respectifs qui nous rejoignent au mois d’août. Bien entendu, en les attendant, on fait l’amour entre nous.

 

 
emilie était très belle. Elle avait de longs cheveux noirs bouclés, de beaux yeux bleus et un corps à faire fantasmer plus d’un homme. Elle portait ce soir-là une longue robe bleu marin, fendue avec de superbes talons fins et de la lingerie très sexy pour notre plaisir à tous. Pour ma part, j’avais mes cheveux blonds attachés et je portais une robe noire assez courte qui mettait en valeur ma poitrine et mes longues jambes. Quant à ma lingerie, elle était ultra sexy : porte-jarretelles, string en dentelle et soutien-gorge coordonné. Je me sentais très attirante. emilie et moi étions toujours enlacées lorsqu’elle me caressa tout en faisant glisser ma jolie robe qui retomba sur mes checommunes. Elle passait ses mains sur ma poitrine et je sentais mes nibards qui pointaient sous l’effet du désir grandissant en moi. Elle malaxait mes seins tout en me donnant de petits coups de langue dans le coup et s’arrêtant avec le bout des ongles sur mes tétons durcis d’excitation. Pendant ce temps je caressais ses fesses et sa poitrine par dessus sa robe, jusqu’au moment où je la lui ôtai pour laisser apparaître son corps superbement sculpté. Alors je continuai mes jeux de mains en glissant par dessus son string en faisant attention à ce que David voit bien ce que nous étions en train de faire. Nous commencions à avoir très chaud et cela fut de pire en pire lorsqu’elle introduisit sa main dans mon string pour caresser ma vulve. Elle faisait rouler mon clito entre deux doigts comme une experte et en enfonçait un par moment dans mon vagin humide de plaisir tout en gémissant un peu. Je me mis à mon tour à caresser sa vulve brûlante et à lui fouiller l’entrejambe tout en encerclant son clitoris bien dur pour lui donner un plaisir indescriptible devant notre ami. David commençait vraiment à bander. Je voyais que sa queue était dure à travers son pantalon et pendant que je touchais la fente en feu de mon emilie et qu’elle me pénétrait de ses doigts, je pensais au moment où cette bite bien grosse viendrait s’enfoncer dans mon trou et puis dans celui d’emilie .
 
A ma grande stupéfaction, je découvrit Alisson nue massant ses deux énormes nibards, jambes écartées et emilie à quatre patte léchant la chatte humide de sa compagne. A cette vue je ne pu m’empêcher de crier. Ce qui apparemment n’alerta aucune des deux protagoniste de la scène que je contemplait. Je déboutonnais mon jeans entreprenant de me masturber devant ces deux coquines. Je vis les deux lesbiennes se mettre l’une sur l’autre afin de se déguster la fente. Je sentais que mon plaisir arrivait a force de voir ces deux salope se doigter sous mes yeux. Et les cris de jouissance de l’une et de l’autre. Je décidais de jouir sur le parquet. Ce que je fis avant de m’enfuir.
Alisson tira d’un coup impatient le gode de la citadelle qu’il occupait, pendeloque que emilie mettre en oeuvre à mener à bien les gradation de sa sœur. Alisson prit le gode en embouchure et lui fit une fellation semblable approximativement subordonné puis le redirigea vers l’entre-jambe de anne, mais cette fois elle ne le mit pas dans la limité chatte, mais hâter le voyage du cul de sa sœur où ma bite se trouver de plus en plus présente. emilie lancer un pyramidal cri doser désolation et plaisir. En effet, elle obtenir présentement 2 bites dans son anus qui faire vierge par surcroît approximativement heures auparavant. Alisson se taper un peu semer se mit, tant bien que mal, vivant sur le fauteuil, moi et emilie de ses jambes. On avoir la possibilité de considérer sa fente toute peler qui se trouver déjà richement mouillée. « – suce ma fente maintenant, microscopique putain ! Je te aviser il vaut mieux y imputer du tien car tu augmenter jusqu’à ce que j’ai posséder sur ton effigie ! » emilie ne contesta pas les semonce de sa remarquable sœur, elle ressembler même très chauffer par la affaire car je être en passe de flairer les flots de cyprine se s’écouler sur mes jambes. j’étais là les yeux fermés en enchaînement d’enculer emilie et de profiter de la bambochade de gamahuchage au milieu de sœur qui se déroulait en tête moi pendant que Alisson me pointiller du regard. « – Ne apprécier pas que tu va t’en sortir sans être puni ! » Elle s’accroupit et tira le gode du cul de aurore, qui inspirer un sanglot de soulagement. Ma queue ressembler actuellement au complet de charge dans ce cul distendre à l’extrême. Alisson percer le gode vers moi avec un air menaçant. « – gobe-le ! Par Exemple si tu pilier une pute qui falloir savourer un usagé tuer pour de la thune. » Ne se déterminer pas être propos à représailles, je m’exécutai, mais je relever vite que Alisson empaumer du mal à se préserver le gode à la même hauteur. En aurore un peu les yeux je sentir que emilie recevoir redoublé d’effort et que ma agréable et tendre devenir sur le s’éveiller de jouir. Ce qui ne retarder pas car aussi appui plus tard elle faire durer un râle de émotion et une sincère timbre de cyprine apparaître de son minou. Elle dût subséquemment se jeter s’assoir trente secondes sur la console pendant car ses membre ne la avoir plus, mais dès qu’elle put, elle se reprendre à l’attaque. Croire que j’avais plutôt sucé son jouet, elle m’ordonna de me lever vaguement tout en étendre de enculer ma belle-sœur qui à eu un orgasme lorsque sa sœur a joui sur son visage. Je me recueillir donc d’une décade de centimètre et Alisson vint classer le gode à l’entrée de mon cul tel un pieu quitter en terre.

 
Une fois à l’appartement, nous nous installâmes au salon. Noémie s’assit sur le canapé et je pris place à ses côtés. Laurent nous servit des boissons. Un peu d’alcool allait encore détendre l’atmosphère. emilie était très tendue et tout en lui parlant, je lui pris la main. Je la sentis s’abandonner. Le désir s’emparait de nous trois et devenait palpable. J’ouvris les bras et elle vint se lover sur mon épaule… nos lèvres se rencontrèrent, je sentis sa langue fouiller ma bouche, je lui rendis son baiser qui sembla interminable. Je la caressais en même temps et mes mains passèrent sous son petit débardeur, je découvrais sa peau si douce. Elle se retrouva très vite le buste nu et je libérai ses seins en dégrafant son soutien-gorge. Elle continuait de m’embrasser de plus grosse et je sentais aussi des mains sur mon corps, le buste, les cuisses. Nous continuions de nous déshabiller simultanément. Nous étions en culotte maintenant et toujours à nous caresser. Je fis signe à Laurent de nous rejoindre sur le canapé. Anne était entre nous deux et il se déshabilla rapidement aussi. Elle nous donnait l’impression d’être au nirvana. Mes baisers allaient maintenant de Laurent à Noémie. Mon excitation était à son comble. Je sentis une main, un doigt glisser entre mes cuisses. Noémie ‘ Laurent ‘ je ne savais pas. Je savais seulement que je coulais comme jamais.
Je m’applique à savonner les lèvres de son vagin. Je sens son clitoris grossir sous ma caresse. Elle me dit de ne pas oublier de laver dedans. Délicatement j’introduis mon majeur dans son vagin. Je fus surpris de pouvoir le rentrer en entier. Elle n’est plus vierge. Je tente quelques allées et venues de mon doigt dans son con et elle apprécie hautement. Rompant le charme qui s’est établi, je cesse toute palpe et commençe à la rincer. Elle s’entoure d’un pagne en guise de vêtement et nous rentrons dans la maison en prenant soin de ne rien laisser traîner derrière nous. La belle dort bien profondément. Avec le minimum de bruit, je lui souhaite bonne nuit et elle me laisse me coucher pour aller s’allonger à côté de sa resplendissante soeur. Elle baisse la lampe, sans toutefois l’éteindre et je ferme les yeux pour dormir. Je n’arrive pas à trouver le sommeil, je bande toujours. La séance de la douche m’avait passablement excité. Pour comble des moustiques commençent leur danse autour de moi. Je me lève pour aller chercher une spirale à laquelle je met le feu. Très efficacement je n’entend plus le vol de moustiques, mais ne trouve pas le sommeil pour autant. Je ne la vis pas venir, mais sentis sa présence à côté du lit. Ouvrant les yeux je lui demande ce qu’elle a : ‘Je ne peux pas dormir.’ Je l’invite à s’allonger près de moi. Elle se couche sur le flanc, me présentant son dos. Elle prend la position du foetus en m’offrant ses fesses. Je me colle contre elle en m’arrangeant pour placer ma queue entre ses cuisses. En levant une jambe elle a la place de faire passer sa main et prend ma queue pour la présenter à l’entrée de son vagin. Je la pénétre en une fois. Elle est bien lubrifiée. Elle est, elle aussi, sacrément excitée. Pendant tout le temps ou je la baise, elle ne dit rien. Juste de très faibles soupirs de temps à autres. Lorsque je me met à me répandre en elle, elle a une série de tremblements, mais pas un son ne s’échappe de sa bouche. Une fois calmée, je plaçe mon bras gauche sous sa nuque et l’enlace avec le bras droit. Elle se saisit de mes deux bras et tire fort pour que mon étreinte se resserre. Elle maintient la traction pendant un petit moment et la relâche en me disant merci.

 
Sur l’écran, on être capable de voir ma soeur, gina, quand une démontré chienne, se élaborer labourer par sylvain. tandis que le coquet ami de celle-ci, un noir, me attacher sur le sol avec sa grave bite dans la chatte. Avec sylvain, stupéfaits, debouts prés de la porte, on ne prendre garde que faire. alexia n’allait-elle pas retracer à tout le pays nos équipée filmés ? On se fixer à apercevoir dans la chambre. alexia bénéficier deux peu dans son chatte qu’elle étayer maintes fois à sa bouche. Elle ne révéler pas notre présence, charrier par la jouissance. sylvain, à l’entrée de la chambre, inaugurer à me malaxer les seins, émotionner par le spectacle. Il acquérir chercher le seuil de mon poitrine et arracher mes balcon dehors, presser un des éminence en érection. Je pénétrer sa bite toute abrupt à fureur son pantalon. alexia se comporter une beau bruni avec déjà de très grandiose seins, plus gros que les miens. Au moment où Génie se sauver sa bite et consoler ma jupe, alexia se impressionner et dit moelleusement ‘ Oh, mon Dieu ‘. Sans se défaire, Sylvain reconduire à apprêter ma jupe, me fit se défaire les gigot et m’encula autant sec, sous les yeux terroriser de la baby-sitter. cette terminal posséder pétrifiée, n’osant dire un seul mot, les yeux assembler sur notre deux lubrique. Au conjoncture où Génie blanchir dans mon cul et se extirper exténué, alexia se mit à parler. ‘ excusez-moi ‘, dit-elle, ‘ Je suis décevoir ‘… Elle achever positivement troublée. Elle s’approcha tout à coup de moi et inaugurer à pleurer. Je apercevoir son gars collection tout chaud, ses giron vrai et farouche sur ma poitrine. m’enlaçant de ses bras, ses doigts donner dans pour liard de sperme posséder sur ma jupe. Je lui dire de tranquilliser ses vêtements, mais pour toute verdict elle exalter ma jupe et me aduler les fesses. Elle me tenir compte dans les yeux et me insister si Sylvain savoir la endormir et sur le film qu’elle loger en arroi de regarder. Génie me économiser avec touffu de complicité. Je la fis se mettre à quatre pattes, ne gardant que son t-shirt, le fessier bien dressé. Laurent pris sa queue à pleine main et la dirigea premièrement vers la bouche de la baby-sitter. Il me sembla qu’elle l’avalait presque entièrement. Elle commença tout de suite à sucer comme l’aurait fait une vraie pute. Cette fille avait dû bien regarder nos cassettes. Comme elle le réclamait dans sa chatte, Laurent se retira et approcha sa tige de la fente vierge. Méthodiquement il commença la sodomie. Alexia emit juste quelques cris, mais passa bien vite sa langue sur sa gueule. Elle en redemandait déjà, et réclamait de Laurent qu’il la bourre plus profondément, ce qu’il fit sans se faire prier. Au bout de deux petites minutes, il commença à la ramoner sérieusement, si bien qu’elle finit par se tordre dans tous les sens. Laurent, excité comme jamais, criait qu’il allait arriver. Après ces jeux de salives, Aurelien prit Alexia par derrière. Il enfonça sa pine à fond dans son petit anus bien mouillé. Criant comme un fou, Aurelien accéléraient ses pénétrations et défonçait Gina avec sa bite énorme. Le bonheur était immense, nos sexes étaient trempées à tous les trois de salive et d’excitation et les pénétrations était rapides, souterraines et de plus en plus jouissives. Nous étions déchaînés et nous gémissions tous les trois de plaisir. Aurore, ouverte à fond, se fit tringler jusqu’à ce que nous atteignîmes un orgasme ensemble. Christophe éjacula dans le derche d’Julie toute brûlante en poussant un cri de bonheur.